L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive

a-binsfeldLe 24 novembre 2016, à 18 heures, dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Andrea Binsfeld, Associated Professor à l’Université de Luxembourg, présentera une conférence intitulée : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04).

Comment définir l’esclavage ? D’après les juristes romains un esclave est soumis à une domination étrangère contre nature. Mais, au-delà du droit romain, il y a d’autres critères pour définir un esclave : un esclave est une propriété privée ; il est un étranger, soit parce qu’il vient de l’étranger, soit parce qu’il est exclu de la société ; il n’a pas de famille ; il dépend du maître ; il subit souvent la violence… L’expérience d’être un étranger, d’une manière ou d’autre, constitue l’essence de l’esclavage. Sur la base des témoignages littéraires, épigraphiques, archéologiques et juridiques, l’exposé portera sur les différents procès d’aliénation des esclaves à l’époque impériale et tardive.

Télécharger l’affiche.

Illustration : Gustave Boulanger, Le marché aux esclaves (1882, Wikimedia Commons).

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Enregistrer

Enregistrer

Une nouvelle klinè de la fin du IVe siècle av. J.-C. dans la région d’Amphipolis

Dans le cadre du séminaire d’archéologie gréco-romaine, Samuel Provost donnera une conférence le mardi 6 décembre à 18h. (Nancy, CLSH, salle A412) intitulée: « Une nouvelle klinè de la fin du IVe siècle av. J.-C. dans la région d’Amphipolis d’après les archives de Paul Perdrizet ».

Parmi les monuments inédits relevés par Paul Perdrizet (1870-1938) lors de sa mission de prospection archéologique et épigraphique de la région du Pangée (Macédoine orientale), en 1899, figure une rare klinè à décor sculpté polychrome. Paul Perdrizet en avait découvert de tout petits fragments lorsqu’il avait exploré une première fois une tombe de type dit « macédonien », sans doute peu de temps après son pillage, en novembre 1894, quelques kilomètres au nord d’Amphipolis. Lorsqu’il revint presque cinq ans plus tard dans la région, il n’eut de cesse de chercher les fragments disparus des deux lits funéraires dont il avait restitué l’emplacement dans la tombe. Il parvint à ses fins et localisa un pied et une partie de la frise de la façade d’une klinè. S’il les fit dessiner plus tard par un artiste de la fabrique Gallé, il ne publia pas cette découverte remarquable, perdue jusqu’à présent, comme les fragments eux-mêmes.

La conférence reviendra d’abord sur les conditions de cette découverte et les raisons de son oubli, avant d’examiner la place du monument dans le corpus de ces monuments funéraires macédoniens.

Télécharger l’affiche.

Conférence d’Alexandre Farnoux sur le fonds Émile Gillieron

Façade de l'École française d'Athènes
Façade de l’École française d’Athènes

Le mardi 15 Novembre, Alexandre Farnoux, directeur de l’École française d’Athènes et professeur d’archéologie grecque à l’Université de Paris-Sorbonne, présentera une conférence sur l’École française d’Athènes et le nouveau fonds d’archives Gilliéron. Elle se déroulera à 18 heures, à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, en salle A226. 

Cette conférence portera, en première partie, sur l’École française d’Athènes, son œuvre et ses objectifs, alors que la seconde partie de l’exposé concernera un fonds d’archives, récemment déposé à l’École française d’Athènes, celui d’Émile Gilliéron, père et fils, deux illustrateurs, restaurateurs et fabricants de copies d’œuvres grecques très célèbres à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Heinrich Schliemann le fouilleur de Troie et de Mycènes et Arthur Evans le fouilleur de Cnossos ont compté parmi leurs principaux clients aux côtés des musées européens les plus célèbres, ainsi que du musée archéologique de l’université de Nancy dont le musée archéologique de l’Université de Lorraine est le descendant. Ce riche fonds pourra être mis en parallèle avec les Fonds Eugène Burnouf et Paul Perdrizet, conservés tous deux à l’Université de Lorraine.

Télécharger l’affiche.

Illustration : ©École française d’Athènes (fonds Gilliéron).

Enregistrer

Des Grecs au bord de l’Euphrate : la Babylonie hellénistique et son apport à l’histoire du monde séleucide

Le 10 Novembre 2016, Laetitia Graslin-Thomé, de l’Université de Lorraine, présentera une conférence intitulée « Des Grecs au bord de l’Euphrate : La Babylonie hellénistique et son apport à l’histoire du monde séleucide », dans le cadre du Séminaire d’Histoire Ancienne de l’Université Savoie Mont-Blanc organisé par Laurent Guichard et François Kayser. Elle se tiendra sur le site de Jacob-Bellecombette, Bâtiment 5, Salle 530.

Tout comme les auteurs classiques, les historiens du monde séleucide ont tardé à s’intéresser à la Babylonie. Pourtant, la région a livré une riche documentation, sous la forme de tablettes d’argile inscrites en écriture cunéiforme. Chroniques événementielles, documents de la pratique ou textes littéraires ou savants, elles représentent, avec les textes juifs, les seules sources émanant des populations intégrées au monde séleucide. À ce titre, elles apportent un précieux éclairage sur la manière dont se met en place la domination séleucide et dont les communautés locales s’adaptent à la nouvelle structure politique. L’objet de la communication sera de présenter la documentation cunéiforme d’époque hellénistique, ainsi que les principales orientations de la recherche récente.

Voir l’affiche.

Bertrand Lançon : « Stilicon Caméléon » (Compte-Rendu)

La conférence de Bertrand Lançon est une parfaite illustration des difficultés de l’historien face à la partialité des sources. Stilicon est un caméléon, porteur d’une multitude de visages déformés par des écrivains ayant des objectifs particuliers. Certains, comme Claudien, dressent un portrait élogieux de ce personnage de la haute aristocratie romaine, un « Nouveau Scipion ». D’un autre côté le comte Marcellinus le présente comme un misérable, un « semi-barbare » issu du peuple vandale, païen, voulant pour son fils le titre impérial.

C’est ici que l’historien devient arbitre et tente alors d’établir un portrait plus objectif. Stilicon, marié à la nièce de Théodose, consul en 386 et 400 et détenteur de postes militaires importants, donne même ses deux filles en mariage à l’Empereur. La bulle de l’Impératrice Marie est tout à fait éclairante sur la dévotion d’un homme profondément chrétien dont les accusations de paganisme semblent s’appuyer sur des faits hasardeux. Son gentilice comme son année de naissance mais aussi l’attitude de l’empereur à son égard rendent discutable une origine barbare.

L’exemple de Stilicon présente la romanité comme plus hétérogène. Les deux ensembles « tradition » et « innovation », autrefois distincts, semblent à présent être entremêlés.

Louise Arnold, étudiante en Master 1 Sciences de l’Antiquité et du Moyen Age, décrit Bertrand Lançon comme « accessible et pédagogue ». Pour elle, l’intérêt de la conférence résidait dans la qualité et la variété des sources (littéraires, épigraphiques, iconographiques) qui ont permis à un auditoire convaincu de comprendre le personnage de Stilicon mais aussi la mentalité des Romains du Bas-Empire.

Conférence Bertrand Lançon

Les autres comptes-rendus du Séminaire (2016-2017): 

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

 

 

Enregistrer

Enregistrer

De Lamaštu à Lamia : les « croqueuses d’enfants » dans le monde méditerranéen (IIe – Ier millénaire)

  Le jeudi 10 novembre à 18 heures, Sophie Laribi-Glaudel, de l’Université de Lorraine, présentera une conférence intitulée « De Lamaštu à Lamia : les « croqueuses d’enfants » dans le monde méditerranéen (IIe – Ier millénaire) ». La conférence se tiendra à Nancy, Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, Salle 04). 

Près d’un millénaire et plusieurs centaines de kilomètres séparent Lamaštu et Lamia, démones respectivement mésopotamienne et grecque, qui ont en commun leur appétence pour la chair de bébés. Cette proximité de leurs attributs et de leurs noms a amené certains chercheurs, à l’instar de Walter Burkert, à voir dans ces deux personnages une figure identique. Lamia serait donc l’avatar d’une figure étrangère, originaire de Mésopotamie, ayant voyagé depuis le pays Entre-les-deux fleuves jusqu’en Grèce à travers le Proche Orient.

Cette apparente proximité traduit-elle le transfert d’une figure étrangère en Grèce ou bien la réalité, tristement commune à l’ensemble des sociétés antiques, du très fort taux de mortalité infantile qui caractérisait les démographiques anciennes ?

Télécharger l’affiche.

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Rencontre scientifique autour des Lois de Gortyne

Vendredi 21 octobre 2016, dans le cadre du séminaire de linguistique des langues anciennes (G. Vottéro) est organisée une rencontre internationale autour des Lois de Gortyne (ou Code  de Gortyne) animée par Monique Bile (UL, spécialiste reconnue du dialecte crétois), avec la participation de M. Gagarin (PR Université d’Austin, Texas, spécialiste de droit et de littérature grecs antiques), A. Maffi (PR Université de Milan, juriste spécialiste du droit antique), et G. Seelentag (PR Université de Rostock, historien de l’Antiquité). La rencontre aura lieu en salle A160 (bâtiment A) de 14h. à 16h.

 

Ces Lois, qui constituent le plus ancien texte juridique du monde occidental (et un des plus anciens connus au monde), sont rédigées dans un dialecte complexe, au style très elliptique, et nécessitent une approche pluridisciplinaire large. Elles ont fait dernièrement l’objet de plusieurs publications. C’est donc ici l’occasion de confronter les points de vue de linguistes, juristes, historiens, archéologues et sociologues.

Cette rencontre est organisée avec le soutien de l’UFR Arts, Lettres, Langues de Nancy et du laboratoire HisCAnt-MA.

Télécharger l’affiche.

Les potins au sanglier : l’état de la question

Mardi 18 octobre 2016, le Séminaire d’Archéologie Gréco-Romaine de l’Université de Lorraine aura le plaisir d’accueillir Rose Bigoni, régisseuse des collections archéologique au pôle Archéologie Préventice de Metz Métropole, pour une conférence intitulée : « Les potins au sanglier : l’état de la question ».

Les potins au sanglier sont des monnaies gauloises frappées essentiellement par les Leuques, mais présentant l’intérêt d’avoir eu une diffusion dépassant largement le cadre de la cité, contrairement à la diffusion normale des monnaies gauloises restreinte au territoire de la cité.

Télécharger l’affiche.

Illustration : potin au sanglier (bronze, Gaule belgique, Ier s. avant J.-C.) ; arrière-plan : fanum de Nasium (Cité des Leuques).

Le contrôle de la frontière romaine dans l’Antiquité tardive

Mercredi 19 octobre 2016, Hervé Huntzinger (Université de Lorraine) donnera une conférence intitulée « Le contrôle de la frontière romaine dans l’Antiquité tardive » dans le cadre des Mercredi du CRULH. La conférence aura lieu à Metz sur le campus du Saulcy à 18h (Bâtiment de l’UFR Sciences Humaines et Sociales en salle du conseil, D 206, 2e étage.)

bu_njemLes images bien connues du mur d’Hadrien, coupant le monde romain du Barbaricum, ont profondément imprégné nos esprits. Sous le nom de limes nous imaginons une frontière-palissade, fortement militarisée et fermée aux territoires hostiles qui l’entourent. C’est pourtant à une réalité bien plus nuancée que mène l’étude détaillée des sources, en particulier des ostraka de Bu Njem, qui rapportent la vie quotidienne d’un petit poste frontière libyen au milieu du IIIe siècle.

Télécharger le programme des Mercredi du CRULH.

Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes

s200_lerouge-cohen-charlotteLe 20 octobre 2016, à 18 heures, Charlotte Lerouge-Cohen, de l’Université de Paris Ouest-Nanterre, présentera une conférence intitulée : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04).

Entre environ 150 av. J.-C. et le début du Ier siècle av. J.-C., toute la partie orientale du royaume des Séleucides (Iran, Mésopotamie, une partie de l’Asie Centrale) passe sous la domination de la dynastie d’origine iranienne des Arsacides – qu’on appelle également les « Parthes ». Ceux-ci entretiennent dès les origines d’étroits contacts avec les souverains gréco-macédoniens dont les royaumes côtoient le leur, Séleucides et rois gréco-bactriens. Par ailleurs, maîtres d’un vaste empire, ils se retrouvent à la tête de diverses communautés pour lesquelles ils constituent un pouvoir étranger, en particulier les fameuses cités grecques séleucides. Quelle attitude les rois parthes ont-ils alors adoptée face à l’héritage politique macédonien auquel ils étaient sans cesse confrontés ? Quels rapports ont-il établis avec les cités grecques ? Quelles institutions typiquement hellénistiques ont-ils eux-mêmes adoptées dans l’exercice de leur pouvoir ? Dans ce second volet, sera évoqué la question des « Amis » des Arsacides, terme qui revêt chez eux une signification assez différente de celle qu’elle a en dehors de leur royaume. Une dynastie étrangère au monde gréco- macédonien s’est ainsi emparée d’une institution qu’elle a remodelée pour l’intégrer à son système propre de gouvernement, largement différent de celui des Séleucides.

Télécharger l’affiche.

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

 

Illustration : Plaque d’argile représentant un cataphractaire parthe (IIIe av. J.-C. – IIe ap. J.-C.). British Museum. Wikimedia Commons.

 

Enregistrer

Les processus de romanisation dans les provinces de l’Empire romain

Dans le cadre du programme du Deutsche Archäologische Institut, Forschungscluster 6: Connecting cultures, Andreas Gutsfeld (Université de Lorraine) et Stefan Lehmann (Universität Halle) organisent un colloque intitulé « Les processus de romanisation dans les provinces de l’Empire romain » à Olympie (Grèce) du 5 au 9 octobre 2016.

Après la conquête du bassin méditerranéen par Rome (du IIIe au Ier siècle av. J.-C.), les populations soumises sont confrontées à la diffusion des modèles de la civilisation romaine (citoyenneté romaine, institutions civiques, culte impérial, etc.). En adoptant à long terme ces modèles, ces populations se romanisent. Ce processus est marqué d’importants changements et innovations. Composé d’archéologues, historiens et numismates, le groupe de travail (appartenant au Forschungscluster 6 du Deutsche Archäologische Institut) étudie les processus de romanisation à l’exemple de sites archéologiques et d’une documentation souvent peu étudiés jusqu’à présent: Abydos, Samos, le Nord-ouest de la péninsule ibérique, les monnaies d’Hérode le Grand et de peuples germaniques.

Télécharger le programme détaillé.

 

Illustration : Temple de Zeus à Olympie (Ronny Siegel, Creative Commons).

Héros grecs à travers le temps. Autour de Persée, Thésée, Cadmos et Bellérophon

heros-grecs-couvertureNous avons le plaisir de vous annoncer la parution des actes du colloque Héros grecs à travers le temps. Autour de Persée, Thésée, Cadmos et Bellérophon qui s’était tenu à Metz du 28 au 30 mai 2015. L’ouvrage, édité par Laurence Baurain-Rebillard, paraît aux presses du CRULH.

Pourfendeurs de monstres terrifiants, les grands héros de la mythologie grecque ont aussi triomphé du temps. Repères majeurs de notre patrimoine culturel, ils ont exercé à toutes les époques un singulier pouvoir de fascination. Leur transmission s’est accompagnée d’un renouvellement constant, de reformulations tant visuelles que littéraires, en fonction des auteurs, du contexte, des commanditaires éventuels, du public visé. La symbolique liée au combat contre Méduse, le kètos, le Minotaure, le dragon ou encore la Chimère n’est jamais exactement la même, du geste civilisateur originel anéantissant les forces du chaos aux allusions politiques les plus circonstancielles, en passant par la victoire sur soi-même.

Le colloque réuni en mai 2015 avait donc pour objet d’étudier la transmission, à travers les siècles, les contextes et les formes d’expression, de quatre héros grecs, Bellérophon, Cadmos, Persée et Thésée. Dans une perspective diachronique d’ensemble couvrant plus de trois millénaires et demi, les contributions rassemblées dans ce volume font chacune le point sur des époques ou des moments différents, à partir de sources variées. Ces regards d’historiens, d’archéologues, d’historiens de l’art, de littéraires, s’arrêtent en général sur un seul de ces héros, faisant la part belle à Persée et à Thésée, dans des études qui souvent se font écho les unes aux autres.

Télécharger le flyer.

Pour plus d’information et pour commander sur le site du CRULH.

 

Enregistrer

Stilicon caméléon : Romain ? Barbare ? Païen ? Chrétien ?

Bertrand LançonLe 6 octobre 2016, Bertrand Lançon, de l’Université de Limoges, présentera une conférence intitulée : « Stilicon caméléon : Romain ? Barbare ? Païen ? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s. ?  »
La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04).

Pendant un quart de siècle, de 384 à 408, Stilicon a été l’une des personnalités les plus éminentes de l’Empire romain. Détenteur des plus hauts commandements militaires, il appartenait à la famille impériale par son mariage avec Serena, la nièce de Théodose (385) puis celui de ses deux filles (398 et 408) avec Honorius, dont il fut également le tuteur. Refoulant les Goths d’Italie, il fut néanmoins partisan de leur intégration dans l’Empire. Accusé par une coterie palatine de briguer l’Augustat pour son fils et de vouloir livrer l’Empire aux barbares, il connut une brusque disgrâce et fut sommairement exécuté en 408. Le destin de Stilicon dans les sources est sans doute le plus contrasté qu’ait connu un haut personnage de l’Empire romain. Diplomate hors pair et héros militaire pour les uns, traître pour les autres, il est tantôt perçu comme parangon de la défense de Rome, tantôt comme semibarbarus, tantôt comme païen convaincu, tantôt comme chrétien dévot. Le fait qu’il soit ainsi tiré à hue et à dia par les auteurs – en fonction de leurs options idéologiques – brosse de lui le portrait d’un caméléon, porteur, en matière d’identite, de tout et son contraire. Son cas illustre à merveille la facon dont les « identités » (un concept moderne) se définissent dans l’Empire au début du Ve s. : elles flottent comme les morceaux d’une banquise fondante et se déplacent, se collant à des paradigmes valorisants ou dévalorisants, où les critères ethniques, familiaux et religieux, en pleine évolution, dessinent une « romanité hétérogène ».

Télécharger l’affiche.

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Séminaire International d’Histoire Ancienne (saison 2016-2017)

Follis de Constantin II : ALEMMANIA DEVICTA, 324-325 (RIC VII, 50 ; Wikimedia Commons).
Follis de Constantin II : ALEMMANIA DEVICTA, 324-325 (RIC VII, 50 ; Wikimedia Commons).

Depuis plusieurs années le Séminaire International d’Histoire d’Ancienne de l’Université de Lorraine permet faire le lien entre la recherche la plus actuelle et la formation des étudiants en invitant chaque mois un collègue d’une autre université, française ou étrangère, autour d’un thème fédérateur. Chaque séance, ouverte à tous, étudiants, enseignants-chercheurs et public, permet de faire connaître les derniers acquis de la recherche et participe ainsi à la diffusion de la recherche et à la formation de tous. Le séminaire poursuit cette saison avec le thème : « Les étrangers dans les zones de contacts des mondes anciens ».

Les dates de la saisons 2016-2017

Télécharger la brochure du Semestre 1 (2016-2017).

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

Compte-rendu.

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

Compte-rendu.

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.26.35Logo Hiscant-MA

acal_logo_vectorisEnregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publication : Des Grecs et des Italiens à Éphèse

CouvertureNous avons le plaisir d’annoncer la parution le 18 août de l’ouvrage de François Kirbihler, Des Grecs et des Italiens à Éphèse. Histoire d’une intégration croisée (133 a.C.-48 p.C.) dans la collection Scripta Antiqua (n°88) des Éditions Ausonius de l’Université de Bordeaux.

L’ouvrage est disponible dans le catalogue de la collection Scripta Antiqua (500p., 25€).

Cet ouvrage étudie le devenir d’une cité grecque, Éphèse, durant la période de transformations qui correspond à l’époque tardo-hellénistique et aux début du Principat. Les années entre 133 a.C. et 48 p.C. voient l’intrusion de Rome en Asie Mineure, l’acceptation par les Grecs de la domination romano-italique, et l’entrée des immigrants italiens dans les subdivisions civiques d’une ville devenue entre-temps capitale provinciale. Il s’agit donc de l’histoire d’une intégration croisée, à l’intersection de la création d’un empire « mondial » et d’une provincialisation réussie. L’ouvrage s’interroge également sur la place de Rome dans une grande cité portuaire grecque ouverte aux influences extérieures et sur l’intégration des immigrants dans la cité locale. Une cité grecque devient ainsi la ville d’Asie Mineure dans laquelle l’influence et la présence de Rome sont les plus visibles : les institutions et l’urbanisme évoluent pour traduire cette nouvelle réalité dans la vie politique locale, les pratiques religieuses ainsi que les constructions. Éphèse en sort durablement transformée.

Illustration : Inscription commémorant la restauration du temple d’Artémis et d’Auguste à Éphèse (CIL III 6070 = IEphes. 1522 = ILS 97, Rome, Musée de la Civilisation Romaine).

 

Enregistrer

Enregistrer

« Sciences de l'Antiquité » à l'Université de Lorraine (Nancy)