Andréa Binsfeld : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’empire romain et l’antiquité tardive » (Compte rendu)

Andréa Binsfeld, de l’Université de Luxembourg, a présenté une conférence intitulée « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive » le 24 novembre 2016. 

La condition des esclaves durant l’Antiquité soulève de nombreuses problématiques. Si Patterson reprend le principe de « mort sociale », cette idée a soulevé des exceptions. Il est un objet, considéré comme faisant partie du domaine de son propriétaire. Ainsi, un esclave n’a pas le droit de fonder de famille, doit être sexuellement disponible pour le maître. Il n’est même pas considéré comme individu d’après le droit romain.

L’origine des esclaves est variée : prisonniers de guerre, servitude volontaire liée à l’endettement. Leur sort l’est tout autant : tantôt humiliés, tantôt gérant les affaires du maître, leur condition est à nuancer. Si le maître dispose de la Patria potestas qui lui donne le droit de tuer son esclave, il peut aussi le libérer, et ainsi lui permettre d’accéder au statut d’affranchi. Les représentations iconographiques sont révélatrices de cette diversité : inférieurs aux détenteurs de la citoyenneté, ils sont représentés de taille plus petite, leur beauté peut souligner celle de leur maîtresse ou la richesse de leur maison. A contrario les femmes ont parfois le crâne rasé et les hommes portent même des attributs féminins.

Ces exemples témoignent de la difficulté à établir un portrait type de l’esclave dans l’Antiquité, mais il apparaît toujours avec une différenciation, accentuant le contraste avec l’homme libre, faisant de lui un étranger dans les limites mêmes de l’Empire.

Rencontre débat autour de la fabrique des chefs

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, présentera son dernier livre, La Fabrique des Chefs, d’Akhenaton à Donald Trump, éditions Vendémiaire, à l’occasion de 4 rencontres-débats :

Paris : Salon du Livre, Porte de Versailles, samedi 25 mars, Scène Agora, 14h-15h.

Débat animé par Éric Valmir (France Inter), en compagnie de Vladimir Fédorovski et Jana Jabbour.

Metz : Librairie « Autour du Monde », 44 rue de la Chèvre, mardi 2 mai, 18h30-20h.

Rencontre organisée par l’association Kallirhoé.

Chartres : Bar « Le Parisien », 49 rue Noël Ballay, jeudi 4 mai, 18h30-20h.

Rencontre organisée dans le cadre des Cafés Historiques en Région Centre-Val de Loire.

Châteauroux : Café « Le Saint Hubert », 25 rue de la Poste, mercredi 7 juin, 18h30-20h.

Rencontre organisée dans le cadre des Cafés Historiques en Région Centre-Val de Loire

Illustration : Diogène Maillard, Vercingétorix devant César, 1879 (Société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, Collection du Conseil Général).

Enregistrer

Qu’est-ce qu’un chef dans l’Antiquité ?

Christian-Georges Schwentzel et Pierre-Édouard Deldique
Christian-Georges Schwentzel et Pierre-Édouard Deldique

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, sera l’invité de Pierre-Édouard Deldique, dans l’émission Idées, diffusée sur RFI (Radio France Internationale), dimanche 16 avril, de 17h10 à 18h.

Thème de l’émission : Qu’est-ce qu’un chef ? Quand les premiers souverains sont-ils apparus ? Comment ont-ils fait pour imposer leur autorité à leurs peuples ? Pourquoi les hommes ont-ils toujours eu besoin de chefs ? Christian-Georges Schwentzel tentera de répondre à ces questions à partir des exemples d’Alexandre le Grand, de Jules César ou encore d’Akhenaton.

Après sa première diffusion, l’émission pourra à nouveau être écoutée sur le site de RFI.

Illustration : Stèle d’Amenophis IV. Akhenaton et Nefertiti (Musée du Caire, salle d’Akhenaton, Licence Creative Commons, Jean-Pierre Dalbéra).

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques

La prochaine séance des Mercredis du CRULH concerne l’histoire ancienne, puisqu’elle accueillera Audrey Becker (Université de Lorraine) autour du sujet : « Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques ». La séance se tiendra à Nancy, le 15 mars 2017, en salle A412 (bâtiment A) du Campus Lettres et Sciences Humaines, boulevard Pierre Ier,  à 18h.

Les notions de frontière et de diplomatie ont toutes deux la particularité d’être inexistantes en tant que telles dans le vocabulaire des documents tardo-antiques. Il s’agit de notions fortement marquées par une construction à l’époque moderne et variant au gré des idéologies nationales, coloniales ou européennes. Par ailleurs, essentiellement dans les mains des juristes jusqu’au début du XXe siècle, ces thèmes ont fait l’objet d’une réappropriation par les historiens. L’étude de ces notions s’appuie aujourd’hui sur un important travail de déconstruction des préjugés. Ainsi, il a quasiment fallu attendre les années 1980 pour envisager que les Romains « négocient » avec les barbares. Après avoir rappelé ce cadre épistémologique, cette conférence s’attachera à montrer ce qu’on peut dire de la frontière dans les relations diplomatiques tardo-antiques.

Illustration : Eduard Bendemann, Athanaric et Valens sur le Danube, vers 1860, gravure colorisée.

 

Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine

Le 9 mars 2017, Helmut Schwaiger, de l’ÖAI, présentera une conférence intitulée « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine », à 18 heures salle A104 sur le campus Lettres et Sciences humaines et sociales.

Ruinée après la crise du IIIe siècle après J.-C., Éphèse connaît au plus tard au début du Ve siècle une nouvelle époque florissante. Dans le cadre d’un vaste programme architectural des constructions publiques, aussi bien profanes que sacrées, sont érigées, des places réaménagées et les infrastructures à nouveau remises en état. De même, dans le domaine privé un véritable boom immobilier intervient et, au cœur de la ville, émerge un imposant quartier de demeures, qu’on peut, selon toute probabilité, qualifier de résidences représentatives de l’élite urbaine. Une observation plus minutieuse révèle toutefois un système complexe de pièces, dont la différentiation fonctionnelle est on ne peut plus grande. Ainsi, on trouve des espaces dévolus à la représentation, d’autres dévolus au commerce ou à la transformation des produits agricoles. Au VIIe siècle on constate à nouveau une destruction complète. Pour autant le quartier n’est pas abandonné, mais habité jusque tard dans l’époque médio-byzantine.

Télécharger l’affiche.

Les dates de la saisons 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ves.? »

Compte-rendu.

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

Compte-rendu.

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

Compte-rendu.

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Semestre 2:

19 janvier 2017 – 18h.  (Bâtiment A, salle A216) Brigitte Lion (Université de Lille-3) et Cécile Michel (CNRS) : « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages »

16 février 2017 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle G04) – Philippe Blaudeau (Université d’Angers) : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage »

9 mars 2017 – 18h. Salle A104 – Helmut Schwaiger (Österreichisches Archäologisches Institut) : « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine » [Patricien (Patrizier) – Producteur (Produzent) – Paysan (Bauer). Die vielfältigen Funktionen eines Stadtquartiers im byzantinischen Ephesos]

27 avril 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment A, Salle G04) – Christelle Fischer-Bovet (University of Southern California) : « Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions) »

 

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.26.35Logo Hiscant-MA

 

r

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Débat autour d’Hypatie d’Alexandrie et d’Agora d’Alejandro Amenábar

Le Cercle des Étudiants en Histoire de l’Université de Lorraine organise une soirée débat autour de la figure de la mathématicienne antique Hypatie d’Alexandrie et du péplum d’Alejandro Amenábar, Agora (2009). La séance se tiendra le jeudi 2 mars en salle A226 à 18h. et sera animée par Hervé Huntzinger.

Alfred Seifert, Hypatia, 1901 (Wikimedia Commons).

Film important de la nouvelle vague du péplum dans les années 2009, Agora rappelle la figure complexe d’Hypatie d’Alexandrie, fille du philosophe Cléon d’Alexandrie, assassiné par des fanatiques chrétiens en 415 de notre ère. Son histoire, rapportée par Socrate de Constantinople et par sa propre correspondance avec l’évêque Synésios de Cyrène, laisse planer le doute sur les responsabilités de l’évêque Cyrille d’Alexandrie. Les différentes traditions se sont emparées d’Hypatie soit pour insister sur la responsabilité de l’église dans son meurtre (c’est-à-dire souvent l’église catholique), soit pour la minorer en insistant sur l’opposition populaire déclenchée par une « maîtresse d’école » trop subversive.

Dans ce cadre, le film d’Alejandro Amenábar prend position dans un débat général sur le rôle de l’église et du christianisme dans les transformations du monde tardif et sur la place de la religion dans le monde moderne.

 

Illustration : Raphaël, L’École d’Athènes, Vatican, chambre des signatures, 1509-1510. Hypatie est le personnage en blanc à gauche, qui regarde en direction du spectateur. Il s’agit de la première réapparition du personnage dans la culture moderne.

Enregistrer

La Plaza del Grano de León menacée par un projet de rénovation

Comme nous accueillons parmi nous une étudiante originaire de León (Espagne), celle-ci a attiré l’attention de la communauté des historiens de l’Université de Lorraine sur le sort d’une des plus belles place de cette cité, fondée en 68 de notre ère et dont le nom même porte le souvenir d’avoir été une légion romaine (la legio VII Gemina). L’affaire ne concerne pas le patrimoine romain de la cité, mais la célèbre Plaza del Grano dont la configuration actuelle remonte au XIIe siècle.

L’ensemble patrimonial formé par l’église romane de Santa María del Camino o del Mercado, à León (Espagne) et sa splendide Plaza del Grano, avec laquelle elle forme un ensemble patrimonial homogène sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, risque d’être dénaturé de manière irréversible. Unique en Europe, cette place médiévale est en effet menacée par l’utilisation du ciment dans ses couches inférieures, en opposition avec l’avis des experts du patrimoine, notamment ceux qui sont déjà intervenu pour sa restauration dans les années 1980. La mairie, qui a ordonné les travaux, néglige également le rapport de l’ICOMOS (Conseil International des MOnuements et des Sites) demandé par l’UNESCO, qui stipule expressément que ce projet est contraire à la conservation du patrimoine culturel, ainsi que les avis des conservateurs-restaurateurs de Castille et León. L’utilisation du béton, ou d’autres matériaux similaires, peut entraîner des pertes plus graves pour ce sol, vu qu’il ne permet plus sa flexibilité et se respiration.

La raison de cette décision ne s’explique que par les intérêts économiques de la mairie, alors même que les restaurateurs précédents, les frères Seoane, s’offrent à faire les travaux de manière gratuite en utilisant la méthode traditionnelle.

La situation est préoccupante, car les travaux ont commencé et les dégâts sont déjà nombreux. Bien que les travaux initiés n’affectent pour l’instant que les rues des alentours, le pavement de cailloux de la place ne résiste pas au poids des machines qui passent à la surface. Le maire ne respecte pas l’interdiction faite par l’UNESCO aux camions et autres véhicules d’y rouler. Les habitants ont essayé d’éviter cette invasion sans succès ; la police intervient toujours. Ensuite, les prochaines victimes seront les troittoirs de la place, jusqu’à intervenir dans l’âme même de cet emblème de la ville. C’est une atteinte majeure au patrimoine.

Une intervention est, certes, nécessaire, mais il convient d’employer une méthode appropriée, traditionnelle et respectueuse du patrimoine. Les habitants de León demandent de ne pas altérer le caractère unique et l’authenticité de cette place. Il faut préserver le pavement de la place dans l’optique d’une conservation préventive. Cette place est le seul témoignage qui reste d’un urbanisme par ailleurs disparu et risque, avec le projet municipal de devenir un faux-historique.

La communauté des antiquisants de Nancy s’associe à cette revendication.

Voir le site de l’association Salvemos la plaza del Grano.

Signer la pétition sur change.org.

 

Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage

Le 16 février, à 18 heures, dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Philippe Blaudeau, professeur d’histoire romaine à l’Université d’Angers, présentera une conférence intitulée : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04).

L’ouvrage de Liberatus, diacre de l’Église de Carthage, le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum consiste en un opuscule traitant en 24 chapitres des controverses christologiques en Orient, depuis la prédication de Nestorius jusqu’à la promulgation du 1er édit de Justinien contre les Trois Chapitres (428-544). Sans doute composé peu avant 566, cette narration forme un condensé original d’informations ecclésiastiques de grande importance. Le travail du diacre carthaginois se distingue spécialement par une richesse d’information peu commune. Il dispense une connaissance d’autant moins partagée par ses contemporains, clercs ou laïcs, de Proconsulaire et des autres provinces d’Afrique, qu’elle procède d’un cours événementiel dont ils ont été très largement tenus à l’écart. Ce récit n’en est pas moins un remarquable projet historiographique. Car, en qualifiant son ouvrage de breviarium, Liberatus ne semble pas toujours tenir le caractère concis de son propos pour une exigence première. Mieux, il paraît s’inspirer volontiers du modèle des Histoires ecclésiastiques jusqu’à citer in extenso des documents majeurs (tel l’Hénotique de l’empereur Zénon, 482). De la sorte, il propose une interprétation qui invalide l’initiative principale prise par Justinien en matière de politique ecclésiastique après 540 : la condamnation des Trois Chapitres.

Télécharger l’affiche.

Séminaire International d’Histoire Ancienne (saison 2016-2017)

Follis de Constantin II : ALEMMANIA DEVICTA, 324-325 (RIC VII, 50 ; Wikimedia Commons).
Follis de Constantin II : ALEMMANIA DEVICTA, 324-325 (RIC VII, 50 ; Wikimedia Commons).

Depuis plusieurs années le Séminaire International d’Histoire d’Ancienne de l’Université de Lorraine permet faire le lien entre la recherche la plus actuelle et la formation des étudiants en invitant chaque mois un collègue d’une autre université, française ou étrangère, autour d’un thème fédérateur. Chaque séance, ouverte à tous, étudiants, enseignants-chercheurs et public, permet de faire connaître les derniers acquis de la recherche et participe ainsi à la diffusion de la recherche et à la formation de tous. Le séminaire poursuit cette saison avec le thème : « Les étrangers dans les zones de contacts des mondes anciens ».

Télécharger la brochure du Semestre 1 (2016-2017).

Télécharger la brochure du Semestre 2 (2016-2017).

Les dates de la saisons 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

Compte-rendu.

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

Compte-rendu.

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

8 décembre 2016 – 18h. Salle A104 Alessandro Barbero (Université du Piémont Oriental) : « L’idéologie de l’accueil humanitaire des barbares au IVe siècle »

Semestre 2:

19 janvier 2017 – 18h.  (Bâtiment A, salle A216) Brigitte Lion (Université de Lille-3) et Cécile Michel (CNRS) : « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages »

16 février 2017 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle G04) – Philippe Blaudeau (Université d’Angers) : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage »

9 mars 2017 – 18h. Salle A104 – Helmut Schwaiger (Österreichisches Archäologisches Institut) : « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine » [Patricien (Patrizier) – Producteur (Produzent) – Paysan (Bauer). Die vielfältigen Funktionen eines Stadtquartiers im byzantinischen Ephesos]

27 avril 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment A, Salle G04) – Christelle Fischer-Bovet (University of Southern California) : « Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions) »

 

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.26.35Logo Hiscant-MA

acal_logo_vectoris

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sophie Laribi-Glaudel « De Lamastu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen (IIe – Ier millénaire) » (Compte-rendu)

Sophie Laribi-Glaudel a présenté une conférence intitulée « De Lamaštu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire » le jeudi 10 novembre dans le cadre du Séminaire international d’histoire ancienne.

Lamaštu et Lamia ont de nombreux points communs tant par leur représentation que par la peur qu’elles inspirent aux humains de l’Antiquité. Ces êtres hybrides, s’attaquant en particulier aux femmes enceintes et aux enfants, apparaissent comme une explication à la forte mortalité infantile et maternelle. Elles sont toutes deux représentées avec des attributs de la féminité, associées au sauvage, à la voracité, à la stérilité et porteuses d’un passé parfois tragique : Lamaštu est chassée par son père, alors que Lamia, suivant les sources antiques, est fille d’un dieu héritant son physique d’une punition d’Héra, ou reine ayant perdu tous ses enfants. Les humains se protègent de ces démones, voyageant à travers le temps et l’espace, par le biais de nombreuses incantations et amulettes, renseignant l’historien sur les individus en marge dans l’Antiquité : démones hybrides, enfants morts prématurément et femmes ayant manqué le passage de fille à mère, jeunes filles mortes avant leur mariage ou d’avoir pu mettre au monde un enfant.

Lamaštu, Lamia, et les autres croque-mitaines, ne semblent pas avoir été l’objet d’un transfert direct mais répondent à des inquiétudes humaines communes aux différentes périodes et espaces de l’Antiquité. 

Léa, étudiante en licence d’Archéologie et Histoire de l’Art, est très intéressée par la Mésopotamie. Selon elle, la comparaison entre la Mésopotamie et la Grèce ancienne constitue une nouvelle perspective : voir les ressemblances et différences entre deux périodes bien éloignées.

La fabrique des chefs : d’Akhénaton à Donald Trump

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’Histoire grecque à l’Université de Lorraine, publie, ce jour même aux Éditions Vendémiaire, La fabrique des chefs : d’Akhénaton à Donald Trump (Éditions Vendémiaire, Paris, 2017, 288 pages).

Comment furent inventés les rois, pharaons, tyrans, empereurs et autres souverains antiques ? Comment ont-ils conquis leur pouvoir, emporté l’adhésion des foules ? D’Akhenaton à Constantin, en passant par Alexandre le Grand et Jules César, on explore ici, sous ses formes les plus diverses, l’élection d’un homme parmi tous les autres, fondement des pensées politiques de l’Antiquité. De la royauté divine égyptienne au chef romain, prétendument démocrate, en passant par le conquérant entraînant ses armées au nom de la lutte du Bien contre le Mal, nombre de pratiques et de théories du pouvoir inventées dans les premiers siècles de notre histoire étaient appelées à une longue postérité : on les retrouve, quasiment identiques, dans les régimes du XXIe siècle – jusqu’aux démocraties réputées les plus évoluées…

Illustration : Mosaïque d’Alexandre le Grand (Pompéi, Maison du Faune, vers 100 avant J.-C.;  Wikimedia Commons).

Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages

Brigitte Lion
Brigitte Lion

À l’occasion de l’exposition « » et dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, nous aurons le plaisir d’accueillir Brigitte Lion, professeure d’histoire du Proche Orient Ancient et Cécile Michel, directrice de recherche au CNRS, pour une conférence intitulée « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages ». La conférence se tiendra à la BU du CLSH (rez-de-chaussée), le jeudi 19 janvier à 18h.

cecile_michel
Cécile Michel

L’écriture de la Mésopotamie antique est qualifiée de cunéiforme, ce qui signifie que les signes ont une forme de clous ou de coins (cuneus). Ces signes ont été utilisés pendant plus de 3000 ans, non seulement en Mésopotamie, mais  aussi au-delà, sur une très vaste aire géographique allant de l’Anatolie à l’Égypte, de la Mer méditerranée au Golfe arabo-persique. Dans toute cette zone, des centaines de milliers de tablettes couvertes d’inscriptions cunéiformes ont été trouvées.

Lettre d'Amarna (Louvre, AO 7098).
Lettre d’Amarna (Louvre, AO 7098).

Ces écritures ont été redécouvertes d’abord par les premiers voyageurs qui ont exploré ces régions oubliées et en ont rapporté les premières copies d’inscriptions, puis par les diplomates du XIXe siècle, qui ont été les premiers archéologues de Mésopotamie. Leur déchiffrement a été une entreprise complexe, car cette écriture notait plusieurs langues différentes, selon des systèmes diffé

rents. Les signes, selon les langues qu’ils notent, peuvent avoir une valeur de logogrammes (chaque signe représente un mot), ou une valeur syllabique, ou encore une valeur de lettre (il s’agit alors d’alphabets). Un important matériel scolaire, trouvé sur les sites de Mésopotamie, a permis de reconstituer l’apprentissage des scribes.

 

Télécharger l’affiche.

Enregistrer

La mondialisation au Ier millénaire dans « La fabrique d’Histoire »

A l’occasion de l’ouverture de l’exposition «L’histoire commence en Mésopotamie» au Louvre Lens, l’émission «La fabrique de l’histoire», 9:05-10:00, sur France Culture animée par Emmanuel Laurentin sera consacrée à la Mésopotamie du 12 au 15 décembre.

Le lundi l’émission proposera une balade au Musée Louvre Lens, le mardi un documentaire sur le voyage d’Hérodote à Babylone. Le mercredi Cécile Michel et Dominique Charpin parleront de la naissance de l’assyriologie. Le jeudi 15 décembre Francis Joannes, Damien Agut et Laetitia Graslin évoqueront la mondialisation du premier millénaire.

Les programmes de France culture sont disponibles ici.

Exposition : les écritures cunéiformes

Laetitia Graslin, maître de conférences en histoire grecque à l’Université de Lorraine propose une exposition intitulée « Les écritures cunéiformes » du 5 janvier au 24 février 2017 à la Bibliothèque universitaire du campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, à Nancy.

Dans le cadre de cette exposition, Cécile Michel, directeur de recherches au CNRS de Nanterre et Brigitte Lion, professeur à l’université de Lille III, présenteront une conférence intitulée « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement et usages » le jeudi 19 janvier à 19 heures.

L’ancien Irak est le berceau de l’un des plus anciens systèmes d’écriture connu, l’écriture cunéiforme. Rédigée sur des tablettes d’argile, elle apparaît vers le milieu du IVe millénaire av. J.-C., à Uruk, dans le sud de la Mésopotamie. Elle se répand ensuite dans tout le Proche-Orient, et permet la rédaction de textes aussi variés que complexes : textes économiques, juridiques, littéraires et savants… Elle s’adapte à plusieurs langues et inspire d’autres systèmes d’écriture, dont les premiers systèmes alphabétiques. Mais lorsqu’elle cesse d’être utilisée, aux débuts de l’ère chrétienne, son souvenir disparaît rapidement. Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que des voyageurs, diplomates et savants européens redécouvrent cette écriture devenue inintelligible, puis parviennent à la déchiffrer. A l’occasion du 160ème anniversaire du déchiffrement de l’écriture cunéiforme, l’exposition propose un voyage à la découverte de cette écriture millénaire, en invitant à en découvrir tout à la fois le fonctionnement, les usages, et l’aventure de son déchiffrement.

Des visites guidées et ateliers d’écriture sur argile seront animés les jeudi de 12 heures à 13 heures et sur demande à laetitia.graslin@univ-lorraine.fr.

Télécharger l’affiche.

L’idéologie de l’accueil humanitaire des barbares au IVe siècle

s200_alessandro-barberoÀ l’occasion de la cérémonie de remise à Alain Chauvot de son ouvrage, Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations, et dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, nous aurons le plaisir d’accueillir Alessandro Barbero, professeur à l’Université de Piémont oriental « Amedeo-Avogadro », pour une conférence intitulée « L’idéologie de l’accueil humanitaire des barbares au IVe siècle ».

La cérémonie et la conférence auront lieu le jeudi 8 décembre sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy (CLSHS), 1, place Godefroy de Bouillon, Salle A104 (Bâtiment A).

Télécharger l’affiche.

Illustration : colonne d’Arcadius (Trinity College Library, MS O.17.2)

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

« Sciences de l'Antiquité » à l'Université de Lorraine (Nancy)