Archives par mot-clé : théocratie

Les Rendez-vous de l’histoire du monde arabe

Du 20 au 22 mai 2016 l’Institut du monde arabe organise les 2e « Rendez-vous de l’histoire du monde arabe » sur le thème « Religions et pouvoir ».

Nous attirons votre attention sur plusieurs interventions relatives à l’Antiquité et/ou proposée par des collègues de l’Université de Lorraine, notamment « Aux origines de la théocratie », (dimanche 22 mai, de 14h à 15h30), table ronde réunissant Maria-Grazia Masetti-Rouault, directrice d’etudes à l’EPHE, Section des sciences religieuses, Giusto Traina, professeur d’histoire romaine
à l’Université de Paris-Sorbonne, Institut Universitaire de France, Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine et Marie-Francoise Baslez, professeur emerite d’histoire des religions de l’Antiquité à l’Université de Paris-Sorbonne (salle d’exposition, niveau -2).

Télécharger le programme complet.

Pour ceux qui ne pourront pas faire le déplacement, l’ensemble des conférences est retransmis en direct, puis disponible, sur la Chaîne Youtube de l’Institut du monde arabe.

Illustration : Temple de Bel à Palmyre (©Bernard Gagnon, Wikimedia Commons).

Les dieux et le pouvoir : aux origines de la théocratie

Marie-Françoise Baslez et Christian-Georges SchwentzelMarie-Françoise Baslez, professeur émérite d’histoire des religions de l’Antiquité à l’université de Paris-Sorbonne et Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine (Metz) viennent de publier un ouvrage intitulé Les dieux et le pouvoir : aux origines de la théocratie (Presses Universitaires de Rennes, 18€).

 

Le concept de théocratie appartient à ce qu’on appelle, de manière plus générale, le théologico-politique. La théocratie est le thème, par excellence, du discours théologique visant à légitimer le pouvoir politique. C’est une figure et un fondement idéologique du discours théologico-politique.

L’emploi de ce terme en histoire ancienne ne va pas de soi, contrairement à l’usage qu’en font les médiévistes. Il paraît pourtant justifié à plusieurs titres. Tout d’abord, parce que la théocratie médiévale repose sur des legs de l’Antiquité, notamment l’affirmation de Paul qu’« il n’y a d’autorité que par Dieu » (Rm 13, 1). Mais surtout, parce que c’est un historien antique, Flavius Josèphe, qui forgea ce terme et l’utilisa pour la première fois (Contre Apion 2, 165). Il entendait ainsi expliquer à ses lecteurs que les monarques juifs s’appuyaient sur la religion et la légitimité qu’elle était censée offrir au détenteur du pouvoir, en vertu d’une sorte de droit divin de la monarchie. Ainsi, monothéisme et théocratie sont étroitement liés : la croyance en un dieu unique et éternel renforce l’idée théocratique. Mais la théocratie n’est-elle propre qu’aux monothéismes juif et chrétien ? Le terme forgé par Flavius Josèphe ne pourrait-il aussi s’appliquer aux régimes politiques de peuples polythéistes ?

Cet ouvrage se propose d’étudier en diachronie l’émergence de la notion de théocratie dans l’Orient ancien et hellénistique, puis dans l’empire romain, avec des ouvertures dans la très longue durée pour en rechercher les origines dans les modèles mésopotamiens les plus anciens et en évaluer l’héritage dans la chrétienté médiévale.

 

« La théocratie dans l’Antiquité. Les dieux et le pouvoir » (16 et 17 octobre 2014 – Metz)

Colloque organisé par Christian-Georges Schwentzel à Metz les 16 et 17 octobre 2014 au cloître des Récollets (1, rue des Récollets, 57000 Metz).

L’emploi du terme « théocratie » en histoire ancienne ne va pas de soi, contrairement à l’usage qu’en font les médiévistes. Il paraît néanmoins justifié à plusieurs titres. Tout d’abord, parce que la théocratie médiévale repose sur des legs de l’Antiquité, notamment l’affirmation de Paul qu’« il n’y a d’autorité que par Dieu » (Épître aux Romains XIII, 1-4). Mais surtout, parce que c’est un historien antique, Flavius Josèphe, qui forgea le terme théokratia et l’utilisa pour la première fois au Ier siècle apr. J.-C. (Contre Apion II, 165). Le colloque s’organisera autour de trois grands axes. Il s’agira tout d’abord de distinguer les diverses formes prises par ce type d’idéologie et de régime politique, dans le but, chaque fois, d’évaluer la pertinence de l’emploi du terme. On se demandera ensuite comment réagirent les peuples destinataires des discours théocratiques. On cherchera enfin à mettre en évidence des filiations idéologiques de la théocratie entre l’Antiquité et le Moyen Âge.

Télécharger le programme