Archives par mot-clé : Sophie Laribi-Glaudel

Naître et grandir dans le monde grec aux époques classique et hellénistique : la construction de l’enfance dans l’Antiquité.

Le jeudi 13 mars 2019, Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne intitulée : « NAÎTRE ET GRANDIR DANS LE MONDE GREC AUX ÉPOQUES CLASSIQUE ET HELLÉNISTIQUE : LA CONSTRUCTION DE L’ENFANCE DANS L’ANTIQUITÉ. ». La conférence aura lieu en salle G04 (bâtiment G) à 18h.

Depuis la fin des années 1980, les études sur l’enfance dans l’Antiquité se sont multipliées, renouvelant en profondeur nos connaissances et nos représentations sur cette question. Nous dresserons un bilan historiographique puis nous tenterons de restituer les grands traits qui caractérisaient ce moment de la vie humaine dans le monde grec en nous intéressant en particulier aux pratiques rituelles de l’enfance.

Jeudi 27 septembre 2018 – Anne Catherine Rendu-Loisel : « La perception de l’Autre dans les textes divinatoires cunéiformes »

Mardi 16 octobre 2018 – Jeroen Wijnendaele : « Les Francs et l’Empire romain tardif : barbares, croque-mitaine et bienfaiteurs »

Jeudi  29 novembres 2018 – Ariane Guieu-Coppolani : « ‘Te mêlant à des étrangers’ : retour sur les mobilités et les relations avec l’étranger à l’époque homérique »

Jeudi 6 décembre 2018 – Nathan Badoud : « Rome, Rhodes et le Laocoon »

Jeudi 7 mars 2019 – Sandra Boehringer : « De L’érôs saphique aux rêves sexuels.Genre, normes et sexualité dans l’antiquité Grecque »

Sophie Laribi-Glaudel « De Lamastu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen (IIe – Ier millénaire) » (Compte-rendu)

Sophie Laribi-Glaudel a présenté une conférence intitulée « De Lamaštu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire » le jeudi 10 novembre dans le cadre du Séminaire international d’histoire ancienne.

Lamaštu et Lamia ont de nombreux points communs tant par leur représentation que par la peur qu’elles inspirent aux humains de l’Antiquité. Ces êtres hybrides, s’attaquant en particulier aux femmes enceintes et aux enfants, apparaissent comme une explication à la forte mortalité infantile et maternelle. Elles sont toutes deux représentées avec des attributs de la féminité, associées au sauvage, à la voracité, à la stérilité et porteuses d’un passé parfois tragique : Lamaštu est chassée par son père, alors que Lamia, suivant les sources antiques, est fille d’un dieu héritant son physique d’une punition d’Héra, ou reine ayant perdu tous ses enfants. Les humains se protègent de ces démones, voyageant à travers le temps et l’espace, par le biais de nombreuses incantations et amulettes, renseignant l’historien sur les individus en marge dans l’Antiquité : démones hybrides, enfants morts prématurément et femmes ayant manqué le passage de fille à mère, jeunes filles mortes avant leur mariage ou d’avoir pu mettre au monde un enfant.

Lamaštu, Lamia, et les autres croque-mitaines, ne semblent pas avoir été l’objet d’un transfert direct mais répondent à des inquiétudes humaines communes aux différentes périodes et espaces de l’Antiquité. 

Léa, étudiante en licence d’Archéologie et Histoire de l’Art, est très intéressée par la Mésopotamie. Selon elle, la comparaison entre la Mésopotamie et la Grèce ancienne constitue une nouvelle perspective : voir les ressemblances et différences entre deux périodes bien éloignées.

De Lamaštu à Lamia : les « croqueuses d’enfants » dans le monde méditerranéen (IIe – Ier millénaire)

  Le jeudi 10 novembre à 18 heures, Sophie Laribi-Glaudel, de l’Université de Lorraine, présentera une conférence intitulée « De Lamaštu à Lamia : les « croqueuses d’enfants » dans le monde méditerranéen (IIe – Ier millénaire) ». La conférence se tiendra à Nancy, Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, Salle 04). 

Près d’un millénaire et plusieurs centaines de kilomètres séparent Lamaštu et Lamia, démones respectivement mésopotamienne et grecque, qui ont en commun leur appétence pour la chair de bébés. Cette proximité de leurs attributs et de leurs noms a amené certains chercheurs, à l’instar de Walter Burkert, à voir dans ces deux personnages une figure identique. Lamia serait donc l’avatar d’une figure étrangère, originaire de Mésopotamie, ayant voyagé depuis le pays Entre-les-deux fleuves jusqu’en Grèce à travers le Proche Orient.

Cette apparente proximité traduit-elle le transfert d’une figure étrangère en Grèce ou bien la réalité, tristement commune à l’ensemble des sociétés antiques, du très fort taux de mortalité infantile qui caractérisait les démographiques anciennes ?

Télécharger l’affiche.

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »