Archives par mot-clé : Séminaire d’archéologie de la religion et du rite

GD 42 ou le Pythion de Délos

Ce mardi 24 novembre 2015, le Séminaire d’Archéologie de la religion et du rite accueille notre collègue Agnès Febvey, pour une conférence intitulée « GD 42 ou le Pythion de Délos ». La conférence se tiendra à 18h. en salle A104 (CLSH, bâtiment, 23 boulevard Albert Ier à Nancy).

 

Le sanctuaire d’Apollon à Délos accueillit en son sein, dès la fin du IVe s., un bâtiment consacré à Apollon Pythien, désigné dans les comptes du sanctuaire sous le nom de Pythion. Sa localisation a longtemps fait problème, car elle était liée à celle du Kératôn, l’édifice abritant l’Autel de cornes. Maintenant, cependant, que l’emplacement de ce dernier est connu de façon certaine, l’identification du Pythion semble probable : il correspondrait à l’édifice ionique construit par les Athéniens au IVe s., dont les vestiges sont visibles au Nord-Ouest de la plaine du sanctuaire. On appelle traditionnellement ce bâtiment GD 42 d’après le numéro qu’il porte dans le Guide de Délos. Notre connaissance des vestiges de cet édifice est complétée par sept inscriptions du ive s. émanant d’une commission de magistrats, les naopes, qui fut créée à l’occasion de la construction de l’édifice. Le Pythion de Délos, quant à lui, nous est connu grâce à une documentation épigraphique assez riche, qui permet d’obtenir du monument une image certes fragmentaire, mais définie par quelques détails architecturaux remarquables. Cette connaissance partielle du Pythion est la seule qui autorise la comparaison avec les résultats de l’étude architecturale de l’édifice GD 42, afin d’affirmer ou d’infirmer l’identité des deux monuments.

Télécharger l’affiche.

Archéologie du culte funéraire dans l’Alexandrie hellénistique et romaine

Ce mardi 10 novembre 2015, le Séminaire d’Archéologie de la religion et du rite accueille Marie-Dominique Nenna, directrice du Centre d’Études Alexandrines (USR 3134), pour une conférence intitulée « Archéologie du culte funéraire dans l’Alexandrie hellénistique et romaine ». La conférence se tiendra à 18h. en salle A104 (CLSH, bâtiment, 23 boulevard Albert Ier à Nancy).

Si les dispositifs liés à la commémoration des morts restent mal connus dans les nécropole de surface alexandrines à quelques exceptions près, en revanche, l’aménagement d’hypogées collectifs dès le IIIe siècle av. J.-C., notamment dans la nécropole occidentale, a entraîné la création de dispositifs particuliers pour honorer les défunts placés dans les loculi ou les niches ou bien, pour les privilégiés, dans des lits funéraires ou des sarcophages. Au sein même des hypogées ou en surface ont été creusés des triclinia pour les repas funéraires et des pièces dotées de bancs dont le rôle doit être précisé ; en outre des points d’eau (citernes et puits) ont été mis à la disposition de tous ou d’un groupe plus restreint. Tables et autels (taillés ou construits) prennent également place dans certains hypogées ; ils n’ont pas bénéficié d’études spécifiques, et on se propose ici d’en examiner la variété typologique, à laquelle font écho les séries abondantes des petits autels (ou encensoirs ?) en pierre et en céramique, découverts en masse dans les nécropoles alexandrines.

Télécharger l’affiche.

Temples proto-archaïques crétois : où est l’autel ?

Autel sanctuaire crétoisDans le cadre du Séminaire « L’Archéologie de la religion et du rite », Jérémy Lamaze (Université de Lorraine, Hiscant-MA, EA 1132) donnera une conférence intitulée « Temples proto-archaïques crétois : où est l’autel ? », le mardi 13 octobre à 18 en salle A104 (CLSH).

Si, d’une manière générale, dans les sanctuaires grecs la présence du temple n’est pas indispensable, celle d’un autel est primordiale pour l’accomplissement des rites. Or, plusieurs édifices crétois d’époque géométrique et orientalisante (ca VIIIe-VIIe s. av. J.-C.), reconnus comme des temples, sont à l’évidence dépourvus de ce genre d’aménagement. En réponse à cette spécificité, les spécialistes ont avancé l’idée que les foyers découverts à l’intérieur de ces édifices remplissaient une fonction similaire à celle des autels en plein air qui caractérisent les sanctuaires grecs et destinés au sacrifice animal. À partir des contextes de Prinias (pseudo « temple A »), de Dréros (Delphinios) et de Kommos (« temple B »), que nous comparerons à une série de monuments crétois, nous tenterons de replacer ces exemples parmi d’autres temples contemporains du monde grec. Nous verrons que les édifices cultuels crétois du Premier Âge du fer n’en sont pas à une spécificité près, eu égard au reste de la Grèce : point de péristasis, ni de colonnade, avant l’époque romaine sur l’île, par exemple. Trop souvent laissées de côté, les analyses ostéologiques, ainsi que le mobilier associé, seront à la base de notre propos pour tenter de résoudre cette apparente contradiction, d’autant que l’absence d’un réel dépôt votif et/ou d’un symbole de culte – éléments qui constituent les critères d’identification d’un temple – permet légitimement de remettre en cause l’hypothèse cultuelle pour nombre de ces contextes.

Télécharger l’affiche.