Archives par mot-clé : Ostrogoths

Christoph Schäfer : « Les Ostrogoths en Italie. L’histoire d’un succès ? »

Christoph SchäferLe Séminaire d’Histoire Ancienne a la joie d’accueillir Christoph Schäfer, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Trêves, pour une conférence intitulée : « Les Ostrogoths en Italie. L’histoire d’un succès ? » (Die Ostgoten in Italien – eine Erfolgsgeschichte?). La conférence se déroulera le jeudi 26 mars 2015 à 18h. en salle A329b (CLSH, place Godefroy de Bouillon).

Par la prise de l’Italie et l’élimination d’Odoacre, Théodoric le Grand conquiert le cœur de l’Empire romain d’Occident. Dans le royaume ostrogothique qu’il a fondé les Romains et les Goths vécurent plusieurs décennies en coexistence pacifique. Le roi ostrogoth adopta globalement le rôle de l’empereur romain, le Sénat était toujours associé à l’administration de l’Empire, tandis que l’armée était essentiellement dominée par les Goths. La politique de tolérance de Théodoric sur les questions de foi a largement contribué à la coexistence pacifique des différents groupes de population. Si l’on veut porter un jugement sur la stabilité des fondements du royaume ostrogothique, il est nécessaire de considérer les conséquences de cette politique.

Théodoric le Grand (monnaie du Palazzo Massimo, Rome, ©Wikimedia)
Théodoric le Grand (monnaie du Palazzo Massimo, Rome, ©Wikimedia)

Mit der Eroberung Italiens und der Beseitigung des Odoaker übernahm der Ostgote Theoderich d. Gr. die Kerngebiete des weströmischen Reiches. In dem von ihm etablierten Ostgotenreich lebten Römer und Goten über Jahrzehnte in friedlicher Koexistenz. Der ostgotische König adaptierte weitgehend die Rolle des römischen Kaisers, der Senat war weiterhin in die Reichsverwaltung eingebunden, während das Militär weitgehend von Goten dominiert wurde. Die Toleranzpolitik Theoderichs in Glaubensfragen trug zum weitgehend friedlichen Zusammenleben der verschiedenen Bevölkerungsgruppen bei. Die Auswirkungen dieser Politik gilt es zu prüfen, wenn man ein Urteil über die Stabilität der ostgotischen Reichsgründung fällen möchte.

 

Les autres dates de la saison 2014/2015 :

2 octobre 2014 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Les Italiens à Éphèse : de l’exploitation des Grecs à l’intégration dans la cité (133 a.C. – 48 p. C.) »

20 novembre 2014 – Laurent Guichard (Université de Savoie) : « L’initiation chrétienne et la fonction impériale de Constantin à Théodose II »

29 janvier 2015 – Audrey Becker (Université de Lorraine) : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive »

5 mars 2015 – Martin Steskal (Université de Vienne) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

23 mars 2015 – Christoph Schäfer (Université de Trêves) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

30 avril 2015 – Patrice Schlosser (Lycée Poincarré, Nancy) : « Périnthe et la Thrace propontique antique : une zone de contact méconnue du monde grec »

Audrey Becker : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive »

Conférence donnée à l’université de Lorraine à Nancy, sur le campus Lettres et Sciences Humaines en salle A329b, jeudi 29 janvier 2015 de 18h à 19h.

Audrey Becker, maître de conférences en histoire romaine à l’Université de Lorraine (Metz, CRULH), fera une conférence sur le thème : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions  critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive ».

Le concept d’ethnogenèse créé par R. Wenskus puis développé par ses héritiers de l’École de Vienne est depuis quelques années remis en cause par des historiens qui ont, pour certains, déplacé le débat sur le terrain de l’identité ethnique. Mais toutes ces approches présupposent la validité du concept anthropologique d’ethnicité comme élément constitutif et fondamental des identités au Vesiècle. Dans un premier temps, Audrey Becker reviendra, dans une perspective historiographique, sur les différentes définitions de l’ethnicité retenues par les historiens de l’Antiquité. Puis, dans un second temps, elle s’interrogera sur les sources elles-mêmes pour évaluer si l’ethnicité est réellement un critère premier dans la définition identitaire des nouvelles élites des proto-royaumes barbares de l’Europe du Vesiècle, particulièrement face aux phénomènes d’acculturation.

Télécharger l’affiche

Les autres dates de la saison 2014/2015 :

2 octobre 2014 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Les Italiens à Éphèse : de l’exploitation des Grecs à l’intégration dans la cité (133 a.C. – 48 p. C.) »

20 novembre 2014 – Laurent Guichard (Université de Savoie) : « L’initiation chrétienne et la fonction impériale de Constantin à Théodose II »

29 janvier 2015 – Audrey Becker (Université de Lorraine) : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive »

5 mars 2015 – Martin Steskal (Université de Vienne) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

23 mars 2015 – Christoph Schäfer (Université de Trêves) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

30 avril 2015 – Patrice Schlosser (Lycée Poincarré, Nancy) : « Périnthe et la Thrace propontique antique : une zone de contact méconnue du monde grec »

 

 

Illustration : Friedrich Tüshaus, Die Schlacht zwischen Germanen und Römern am Rhein, 1876 (©Wikimedia Commons).