Archives par mot-clé : Hervé Huntzinger

Le contrôle de la frontière romaine dans l’Antiquité tardive

Mercredi 19 octobre 2016, Hervé Huntzinger (Université de Lorraine) donnera une conférence intitulée « Le contrôle de la frontière romaine dans l’Antiquité tardive » dans le cadre des Mercredi du CRULH. La conférence aura lieu à Metz sur le campus du Saulcy à 18h (Bâtiment de l’UFR Sciences Humaines et Sociales en salle du conseil, D 206, 2e étage.)

bu_njemLes images bien connues du mur d’Hadrien, coupant le monde romain du Barbaricum, ont profondément imprégné nos esprits. Sous le nom de limes nous imaginons une frontière-palissade, fortement militarisée et fermée aux territoires hostiles qui l’entourent. C’est pourtant à une réalité bien plus nuancée que mène l’étude détaillée des sources, en particulier des ostraka de Bu Njem, qui rapportent la vie quotidienne d’un petit poste frontière libyen au milieu du IIIe siècle.

Télécharger le programme des Mercredi du CRULH.

Les lois de la guerre : encadrer, régler, moraliser les hostilités de l’Antiquité à nos jours

Statuette de Bavay.
Statuette de Bavay.

Dans le cadre de la 9e semaine de l’Archéologie et de l’Histoire, une Table Ronde organisée par Vivien Barrière  traitera du thème « Les lois de la guerre : encadrer, régler, moraliser les hostilités de l’Antiquité à nos jours ». La table ronde se tiendra dans l’Auditorium des Archives départementales du Val d’Oise à Cergy-Pontoise le 24 mars 2016 à partir de 10h.

Télécharger le programme.

Hervé Huntzinger y présentera une communication sur le thème « Le statut juridique des captifs dans l’Antiquité tardive ».

 

Rome face aux barbares

historia829Les numéro de janvier du magazine Historia comporte un dossier spécial « Les barbares : d’Attila à Daech ». Notre collègue Hervé Huntzinger y a écrit un article intitulé « Rome face aux barbares ». Alors que les Romains étaient eux-mêmes les barbares des Grecs, ils ont toujours opté pour une définition souple et ouverte de la barbarie. Le barbare n’est pas tant le ressortissant d’un peuple particulier, mais celui qui ne vit pas comme un Romain. Comment alors, les Romains ont-ils appréhendé l’arrive, hostile ou pacifique, des « barbares » aux frontières de l’Empire ?

Retrouvez la présentation du dossier dans l’émission Curiosités sur RTL par Éric Pincas et Bruno Dumézil.

Illustration : Ulpiano Checa y Sanz, La invasión de los bárbaros (ou Attila, fléau de Dieu),  1887.

Ubi servi erant? Die Ikonographie von Sklaven und Freigelassenen in der römischen Kunst

Les vendredi 2Iconographie9 et samedi 30 janvier 2016 dans le cadre de l’IPSE (Unité de Recherche Identités, Politiques, Sociétés, Espaces)  et de l’Université de Luxembourg, Andrea Binsfeld et Marcello Ghetta organisent deux journées d’études intitulées : « Ubi servi erant? Die Ikonographie von Sklaven und Freigelassenen in der römischen Kunst [L’iconographie des esclaves et des affranchis dans l’art romain] ».

Les journées se tiendront en salle 4.370 de la Maison du Savoir sur le campus de Belval (Esch-sur-Alzette). Les journées d’études s’inscrivent dans le cadre du workshop « Slavery in the socio-economic context of the Roman provinces of Germania Inferior and Germania Superior, and the neighbouring areas [L’esclavage dans le contexte socio-economique des provinces romaines de Germanie Inférieure et de Germanie supérieure et les régions avoisinnantes] ».

Télécharger le flyer.

Notre collègue Hervé Huntzinger y fera une communication intitulée « L’iconographie des captifs dans l’Antiquité tardive » (samedi 30 janvier 13h30).

La tradition chrétienne de la Chute de Jérusalem

Dans le cadre du Groupe Interdisciplinaire d’Antiquité tardive de Strasbourg, Hervé Huntzinger présentera le vendredi 20 novembre une communication traitant de la tradition chrétienne de la Chute de Jérusalem.

La religion d’Israël jusqu’à 70 de notre ère est toute entière centrée sur Jérusalem et le Temple. La destruction de Jérusalem en 70 est considérée comme un cataclysme ayant conduit à la fondation du judaïsme rabbinique moderne. Mais il ne faut pas oublier que le christianisme dès son origine s’inscrit dans les débats qui agitait la société judéenne sur le Temple dès avant sa destruction et que le mouvement de Jésus a dû, lui aussi, gérer le traumatisme de la chute de Jérusalem et de la destruction du Temple.

Les Évangiles sont les premiers témoignages de ce positionnement ambivalent face au Temple. Si le Temple n’est pas toujours vu comme négative, à l’exception bien sûr de l’épisode de l’expulsion des marchands du Temple, les premiers chrétiens se livre pourtant à une opération de recréation du Temple sous une forme symbolique (soit que Jésus représente le Temple, soit la communauté des chrétiens) et abandonne le bâtiment hiérosolomitain à ceux qui refusent de voir la « nouvelle alliance ».

Passé la génération qui a vu la Chute du Temple, le IIe siècle prend ses distances avec la topographie de Jérusalem pour se concentrer sur le récit. Alors que la littérature chrétienne du second siècle, notamment l’Évangile de Pierre, s’appuie plus volontiers sur la tradition apocalyptique, Origène utilise explicitement la Guerre des Juifs de Flavius Josèphe comme autorité historique (à l’instar du récit en partie perdu de Tacite). Eusèbe de Césarée l’utilise de façon plus polémique, en forçant les critiques de l’auteur du Ier siècle à l’égard de ses contemporains dans une optique résolument antijuive. Les différents thèmes de cette tradition aboutiront vers 370 à une traduction latine très libre d’un auteur inconnu (le pseudo-Hégésippe), dont le succès postérieure est attesté par les nombreux manuscrits.

Illustration : David Roberts, The Siege and Destruction of Jerusalem by the Romans (1850).

 

Devenir chrétien, devenir romain : conversion au christianisme et processus d’identification ethnique dans l’Antiquité tardive

 

Codex Argenteus.
Codex Argenteus.

Le 12 août 2015, à l’occasion du XVIIe congrès Oxford Patristics 2015 et dans le cadre d’un Workshop intitulé « Becoming Christian in the late antique West (3rd-6th centuries): discourses and practices », Hervé Huntzinger présentera une communication intitulée : « Becoming christian, becoming roman : conversion to Christianity and ethnic identification process in Late Antiquity » [Devenir chrétien, devenir romain : conversion au christianisme et processus d’identification ethnique dans l’Antiquité tardive].

On admet d’ordinaire que, dès l’origine, appartenir à l’Église chrétienne n’était pas une question d’identité ethnique. Par la suite, toutefois, l’idée que l’extension de la Chrétienté coincide avec l’externsion de l’Empire est nettement attestée, en particulier dans l’historiographie chrétienne orientale, pour laquelle la définition de la romanité et la Romania correspondent à celle de la Chrétienté. Dans la partie occidentale de l’Empire, la conversion des barbares, bien qu’elle soit souvent comprise à travers le prisme de la controverse entre les ariens et les nicéens, doit aussi être appréhendée à travers le schéma des processus d’identification ethnique. De fait, Prosper d’Aquitaine, dans son De uocatione omnium Gentium (II, 38) prétend que l’Empire est la structure par laquelle le christianisme est apporté aux gentes extérieures. De plus, dans sa lettre à Victrix de Rouen, Paulin de Nole félicite son collèogue pour avoir, par le moyen de la conversion des barbares qui vivaient dans le voisinage désertique, apporté la civilisation à ce territoire (Paulin de Nole, Lettres, 18). Comme ce type de processus est fréquemment réciproque, la crainte de la conversion exprimée au sujet des enfants tombés en captivité dans les mains d’un peuple païen n’est pas surprenante (Ambroise, De officiis, 2, 28, 136 ou, plus tardivement, Grégoire le Grand, Dialogues, 3, 27). Ce schéma permet de reconsidérer la conversion de barbares comme Fritigern au moment  où il a demandé à s’installer dans l’Empire, ou celle de la reine des Marcomans, Fritigil.

It is generally admitted that, even from the very origin, belonging to the Christian church was not a matter of ethnic identity. Later, however, the idea that extension of Christianity coincides with the extension of Empire is clearly attested, particularly in Eastern Christian historiography, in which the definition of Romanity and Romania matched the definition of Christianity. In the Western part of the Empire, conversion of Barbarians, though often understood by the prism of arian/nicene controversy, should nevertheless also be understood by the pattern of ethnic identification process. Indeed, Prosper Tiro’s De uocatione omnium Gentium (II, 38) states that Roman Empire is the structure by which Christianity is brought to external gentes. Furthermore, in his letter to Victrix of Rouen, Paulinus of Nola congratulates his colleague for having, by the conversion of the Barbarians living in his desert neighbourhood, brought the Roman civilisation in this land (Paulinus of Nola, Epist. 18). As those processes are often reciprocal, the fear of conversion expressed concerning Christian children fallen into captivity in the hand of a heathen people is not surprising (Ambrosius, De officiis, 2, 28, 136 or Later Gregory the Great, Dialogs 3, 27). This framework should permit to reconsider the conversion of Barbarian such as Fritigern’s conversion at the time he asked, with his people, to settle into the Roman Empire, or such as Fritigil’s, queen of the Marcomanni.

Hervé Huntzinger : « Les réseaux ecclésiastiques occidentaux et le rachat des captifs au Ve siècle »

Ambroise de Milan
Mosaïque de la Basilique de Saint Ambroise de Milan.

Le mardi 28 avril 2015, Hervé Huntzinger présentera une communication intitulée : « Le rôle des réseaux ecclésiastiques dans la diffusion de la pratique du rachat des captifs entre Lérins, Milan et Carthage aux Ve et VIe siècles » lors du 140e congrès du CTHS à Reims.

Au ve s. la pratique du rachat des captifs par les évêques se généralise en Occident. Une étude prosopographique des évêques qui ont pratiqué le rachat des captifs du iiie siècle au vie s. permet de cerner plus précisément les modalités de diffusion de cette pratique selon une logique en réseau autour de trois grands centres de diffusion : Carthage, Milan et Lérins. La pratique est attestée pour la première fois au iiie siècle à Carthage (Cyprien, Epist. 62). Au ivs. d’autres évêques africains continuent de racheter les captifs (Quodvultdeus, Augustin). Si Ambroise de Milan, qui pose la première argumentation en faveur de la fonte de la vaisselle du culte pour cet usage, est à l’épicentre de la diffusion de cette pratique en Italie, puis en Gaule, notamment par l’intermédiaire de Maurilius d’Angers, quelques décennies plus tard, le monastère de Lérins sera au centre d’un réseau d’évêques qui pratiquent systématiquement le rachat des captifs (Patrick, Cor. II, 14-15).

Illustration : colonne d’Arcadius (dessin anonyme, vers 1575).

Hervé Huntzinger : « Justifier ou restreindre la violence de la guerre : arguments juridiques et arguments moraux dans l’Antiquité tardive »

Lors des journées d’études « Argumenter en guerre » (15 et 16 avril 2015 à Lille et à Paris), Hervé Huntzinger présentera une communication intitulée : « Justifier ou restreindre la violence de la guerre : arguments juridiques et arguments moraux dans l’Antiquité tardive ».

Lorsqu’il reçut, en 494, l’évêque Épiphane de Pavie, venu demander la libération de 6 000 captifs italiens, le roi burgonde Gondebaud fit la réponse suivante : « Les combattants ont des lois pour autoriser ce qui n’est pas autorisé » (Ennod. V. Epif. 165). Cette phrase révèle une interprétation particulière du « droit de la guerre » comme légitimation de la violence guerrière par le droit. Une telle interprétation est, de fait, fort commune à la fin de l’Antiquité et on en voit une conscience aiguë chez Attila, qui n’hésite pas à s’en réclamer pour appuyer ses revendications (Affaire des vases de Constantius, 441 : Priscus fr. 11, 2) ou accepter, de façon fort surprenante, celles de frontaliers romains (Affaire d’Anasamos, 443 : Priscus fr. 9, 3, 39-80).

À rebours de cette conception du droit qui légitime la violence de la guerre, existe aussi l’idée du droit qui modère celle-ci. De fait, Virgilio Ilari (« Ius belli – Tou polemou nomos. Étude sémantique de la terminologie du droit de la guerre », BIDR, 88, 1985, p. 159-179) associe à la période républicaine l’idée d’un ius in bello, un droit qui limite la violence dans le cas des guerres justes et légitimes, et à la période impériale l’idée d’un ius belli, qui justifie la violence de la guerre. Qu’en est-il dans l’Antiquité tardive ? Il apparaît que la limitation des pratiques de la guerre, puisqu’elle ne peut pas réellement s’appuyer sur des arguments juridiques, s’appuie désormais sur des arguments moraux fondés par l’éthique religieuse. Ainsi Augustin, dans le chapitre d’ouverture de la Cité de Dieu (1, 1), indique que les troupes d’Alaric ont fait preuve de modération lors du sac de Rome en 410 « contre toutes les lois de la guerre » mais « à cause du nom du Christ », indiquant par là son opinion que la religion d’Alaric (le christianisme arien) aurait posé des limites à la violence de ses troupes.

Peu avant de rappeler à Épiphane les lois des combattants, Gondebaud avait reconnu sa différence de point de vue : « Étant un avocat de la paix, tu ignores les lois de la guerre et, favorable à la concorde, tu réduis à néant le jugement de l’épée. » De la sorte, il reconnaît l’existence de deux catégories d’arguments, les uns juridiques et fondés sur la violence de la guerre, les autres moraux et fondés sur l’éthique religieuse. La synthèse de ces deux ordres argumentaires est réalisée vers 533 dans les Institutiones de Justinien (1, 2, 2) par l’articulation entre le droit naturel, qui ne reconnaît pas la violence de la guerre, et le droit des peuples, apparu suite à la violence de la guerre pour normaliser les conséquences de celle-ci.

Télécharger le programme

Illustration : Karl Brioullov, Genséric et l’invasion de Rome (1833-1836, Gallerie Nationale Tretiakov, Moscou, ©Wikimedia).

Hervé Huntzinger  : « L’historiographie chrétienne de la Chute de Jérusalem, des Évangiles au pseudo-Hégésippe »

À l’occasion des séances du Groupe Interdisciplinaire d’Antiquité tardive de Strasbourg, Hervé Huntzinger présentera le vendredi 28 novembre une communication traitant de l’historiographie chrétienne de la Chute de Jérusalem.

La Chute de Jérusalem et la destruction du Temple ont été racontées en détail par Flavius Josèphe, révolté juif passé du côté romain, qui a assisté au siège de Jérusalem en 70 aux côté de Titus. Son œuvre à la fois rigoureuse et orientée par la propagande impériale et une relative proximité avec les pharisiens, fut assez rapidement l’objet d’un remploi par les auteurs chrétiens, conjointement avec les chapitres apocalyptiques de l’Évangile dans lesquels Jésus prophétise la destruction de la ville.

Alors que la littérature chrétienne du second siècle, notamment l’Évangile de Pierre, s’appuie plus volontiers sur la tradition apocalyptique, Origène utilise explicitement la Guerre des Juifs de Flavius Josèphe comme autorité historique (à l’instar du récit en partie perdu de Tacite). Eusèbe de Césarée l’utilise de façon plus polémique, en forçant les critiques de l’auteur du Ier siècle à l’égard de ses contemporains dans une optique résolument antijuive. Les différents thèmes de cette tradition aboutiront vers 370 à une traduction latine très libre d’un auteur inconnu (le pseudo-Hégésippe), dont le succès postérieure est attesté par les nombreux manuscrits.

 

Hervé Huntzinger : « Séverin de Norique : un pouvoir informel à la fin de l’Empire d’Occident » (6 février 2014)

Leopold Kupelwieser, Odoacre consultant saint Séverin, Vienne, XVIIIe. © Picture archives of the Austrian National Library, Vienna.
Leopold Kupelwieser, Odoacre consultant saint Séverin, Vienne, XVIIIe.

Pour la troisième séance du séminaire Les souverains réformateurs, Hervé Huntzinger donnera une conférence intitulée : « Séverin de Norique : un pouvoir informel à la fin de l’Empire d’Occident » le jeudi 6 février de 18h15 à 19h30. (salle 104).

Dans la Vie de saint Séverin Eugippe décrit le rôle de Séverin à la tête des derniers Romains du Norique au moment de l’effondrement de l’autorité impériale. Durant le troisième tiers du ve siècle cet homme aux origines obscures dirige la région depuis le monastère qu’il a fondé à Favianae (Mautern en Autriche). Bien qu’il exerce un leadership évident sur la province romaine, que ce soit sur les habitants romains ou sur les barbares ruges du royaume de Flaccitheus puis de Feletheus, il n’a aucun statut institutionnel, puisqu’il n’est ni abbé ni évêque et ne joue aucun rôle dans l’armée ou l’administration civile. Se pose dès lors la question de la nature de son pouvoir.

Deux pistes peuvent être explorées pour l’expliquer. D’une part, la sociologie des réseaux fournit des outils pour comprendre, au delà de la relation de patronage, comment Séverin tisse autour de lui un réseau social fondé sur la contrainte lui permettant de faire appliquer ses « recommandations ». D’autre part, l’étude de la mise en scène de son autorité met en lumière une application originale en Occident par la performance ascétique du pouvoir du « saint homme », tel qu’on peut l’observer en Orient.

 

Les autres dates de la saison 2013/2014 du séminaire

17 octobre 18h15 François Kirbihler : « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine ».
28 novembre 18h00Gilles Gorre (Université de Rennes) : « Les temples égyptiens et les réformes des Ptolémées ».
6 février 18h15Hervé Huntzinger : « Gouverner sans titre. Les modalités du pouvoir informel de Séverin de Norique à la fin du Ve siècle de notre ère ».

20 marsSabine Ladstätter (directrice des fouilles d’Éphèse, membre de l’Institut Autrichien d’Archéologie) : « La maison à terrasse II, un joyau d’habitation romaine ». (voir un article sur le Daily News).
10 avrilChristian Schwentzel (Université de Lorraine, Metz) : « Antiochos de Comagène ».
24 avril Aurélien Froidevaux (doctorant Université de Lorraine, Nancy)  : « Justinien et la Sicile : reconquête, intégration et réforme des structures administratives ».

 

 

 

Hervé Huntzinger : « Attila est-il passé à Stenay et Montmédy ? Le nord de la Ciuitas Verodunensium dans l’Antiquité tardive »

Dans le cadre des XLIe journées d’études meusiennes consacrées aux cantons de Stenay et Montmédy (« Stenay et Montmédy, sur les marches de la Lorraine ») j’aurai le plaisir de présenter une communication intitulée « Attila est-il passé à Stenay et Montmédy ? Le nord de la Ciuitas Verodunensium dans l’Antiquité tardive », le samedi 5 octobre 2013 dans le salon d’honneur de l’Hôtel de Ville de Stenay.

Capture d’écran 2013-10-03 à 18.34.57

 

Les antiquisants seront aussi intéressés par la communication de Franck Mourot, intitulée « Les sites archéologiques gallo-romains du Nord meusien », qui aura aussi lieu samedi matin à l’Hôtel de Ville de Stenay.

 

Le programme détaillé est disponible sur le site de l’office de tourisme transfrontalier du pays de Montmédy.

Soirée Péplum : de La Chute de l’Empire romain (1964) à Gladiator (2000)

Jeudi 21 février 2013, amphi A42, 18h.

Le Cercle des Étudiants en Histoire et moi-même vous convions à une soirée Péplum. Il s’agira de jeter un regard neuf sur le film Gladiator, réalisé par Ridley Scott en 2000, à la lumière de son auguste prédécesseur, chef-d’œuvre cinématographique, mais désastre financier, La Chute de l’Empire romain (Fall of the Roman Empire) du réalisateur Anthony Mann (1964).

Les libertés prises par ces films avec la chronologie, notamment Gladiator, sera l’occasion de revenir sur le contexte historique de la succession de Marc-Aurèle (M. Kirbihler). Cette rencontre sera aussi l’occasion d’évoquer le traitement de l’histoire par le cinéma hollywoodien à deux époques différentes, mais aussi de découvrir comment le genre du Péplum, présent dès l’origine du cinéma (Georges Hatot, Néron essayant des poisons sur un esclave, 1896), s’est construit sur le dialogue entre le passé et le présent (M. Huntzinger). Ainsi les plans aériens montrant l’arrivée de Commode à Rome s’inspirent-ils largement du film de propagande nazie réalisé en 1934 par Leni Riefenstahl, Le triomphe de la volonté, sachant que les défilés nazis ont eux-mêmes imité une certaine image de l’Empire romain.

Au-delà de la question de l’exactitude historique, la société romaine et l’Empire romain sont des supports féconds pour un discours cinématographique sur la société contemporaine. Les réalisateurs hollywoodiens ont ainsi usé et abusé des motifs antiques pour dépeindre et critiquer la société américaine.

Les liens entre les deux films sont nombreux. Au-delà de certaines scènes qui seront analysées, il est piquant de savoir que l’acteur Richard Harris, qui aurait dû jouer Commode dans La Chute de l’Empire romain a finalement joué Marc-Aurèle dans Gladiator.

Tous les étudiants et les enseignants sont les bienvenus.