Archives par mot-clé : guerre

Les lois de la guerre : encadrer, régler, moraliser les hostilités de l’Antiquité à nos jours

Statuette de Bavay.
Statuette de Bavay.

Dans le cadre de la 9e semaine de l’Archéologie et de l’Histoire, une Table Ronde organisée par Vivien Barrière  traitera du thème « Les lois de la guerre : encadrer, régler, moraliser les hostilités de l’Antiquité à nos jours ». La table ronde se tiendra dans l’Auditorium des Archives départementales du Val d’Oise à Cergy-Pontoise le 24 mars 2016 à partir de 10h.

Télécharger le programme.

Hervé Huntzinger y présentera une communication sur le thème « Le statut juridique des captifs dans l’Antiquité tardive ».

 

Hervé Huntzinger : « Justifier ou restreindre la violence de la guerre : arguments juridiques et arguments moraux dans l’Antiquité tardive »

Lors des journées d’études « Argumenter en guerre » (15 et 16 avril 2015 à Lille et à Paris), Hervé Huntzinger présentera une communication intitulée : « Justifier ou restreindre la violence de la guerre : arguments juridiques et arguments moraux dans l’Antiquité tardive ».

Lorsqu’il reçut, en 494, l’évêque Épiphane de Pavie, venu demander la libération de 6 000 captifs italiens, le roi burgonde Gondebaud fit la réponse suivante : « Les combattants ont des lois pour autoriser ce qui n’est pas autorisé » (Ennod. V. Epif. 165). Cette phrase révèle une interprétation particulière du « droit de la guerre » comme légitimation de la violence guerrière par le droit. Une telle interprétation est, de fait, fort commune à la fin de l’Antiquité et on en voit une conscience aiguë chez Attila, qui n’hésite pas à s’en réclamer pour appuyer ses revendications (Affaire des vases de Constantius, 441 : Priscus fr. 11, 2) ou accepter, de façon fort surprenante, celles de frontaliers romains (Affaire d’Anasamos, 443 : Priscus fr. 9, 3, 39-80).

À rebours de cette conception du droit qui légitime la violence de la guerre, existe aussi l’idée du droit qui modère celle-ci. De fait, Virgilio Ilari (« Ius belli – Tou polemou nomos. Étude sémantique de la terminologie du droit de la guerre », BIDR, 88, 1985, p. 159-179) associe à la période républicaine l’idée d’un ius in bello, un droit qui limite la violence dans le cas des guerres justes et légitimes, et à la période impériale l’idée d’un ius belli, qui justifie la violence de la guerre. Qu’en est-il dans l’Antiquité tardive ? Il apparaît que la limitation des pratiques de la guerre, puisqu’elle ne peut pas réellement s’appuyer sur des arguments juridiques, s’appuie désormais sur des arguments moraux fondés par l’éthique religieuse. Ainsi Augustin, dans le chapitre d’ouverture de la Cité de Dieu (1, 1), indique que les troupes d’Alaric ont fait preuve de modération lors du sac de Rome en 410 « contre toutes les lois de la guerre » mais « à cause du nom du Christ », indiquant par là son opinion que la religion d’Alaric (le christianisme arien) aurait posé des limites à la violence de ses troupes.

Peu avant de rappeler à Épiphane les lois des combattants, Gondebaud avait reconnu sa différence de point de vue : « Étant un avocat de la paix, tu ignores les lois de la guerre et, favorable à la concorde, tu réduis à néant le jugement de l’épée. » De la sorte, il reconnaît l’existence de deux catégories d’arguments, les uns juridiques et fondés sur la violence de la guerre, les autres moraux et fondés sur l’éthique religieuse. La synthèse de ces deux ordres argumentaires est réalisée vers 533 dans les Institutiones de Justinien (1, 2, 2) par l’articulation entre le droit naturel, qui ne reconnaît pas la violence de la guerre, et le droit des peuples, apparu suite à la violence de la guerre pour normaliser les conséquences de celle-ci.

Télécharger le programme

Illustration : Karl Brioullov, Genséric et l’invasion de Rome (1833-1836, Gallerie Nationale Tretiakov, Moscou, ©Wikimedia).