Archives par mot-clé : featured

François Kirbihler : « Ein Kult der Dea Roma und des Divus Julius in Ephesos unter dem Triumvirat »

Le mercredi 26 novembre 2014, François Kirbihler donnera une conférence à l’Institut für Alte Geschichte de Vienne en Autriche (17h.-18h.) sur le sujet « Ein Kult der Dea Roma und des Divus Julius in Ephesos unter dem Triumvirat ».

L’objet de la conférence est de démontrer qu’à Éphèse le culte de Rome et de César a été créé dès le triumvirat en 39/38 et non en 29 avant J.-C., comme cela est communément admis par la tradition.

Audrey Becker : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive »

Conférence donnée à l’université de Lorraine à Nancy, sur le campus Lettres et Sciences Humaines en salle A329b, jeudi 29 janvier 2015 de 18h à 19h.

Audrey Becker, maître de conférences en histoire romaine à l’Université de Lorraine (Metz, CRULH), fera une conférence sur le thème : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions  critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive ».

Le concept d’ethnogenèse créé par R. Wenskus puis développé par ses héritiers de l’École de Vienne est depuis quelques années remis en cause par des historiens qui ont, pour certains, déplacé le débat sur le terrain de l’identité ethnique. Mais toutes ces approches présupposent la validité du concept anthropologique d’ethnicité comme élément constitutif et fondamental des identités au Vesiècle. Dans un premier temps, Audrey Becker reviendra, dans une perspective historiographique, sur les différentes définitions de l’ethnicité retenues par les historiens de l’Antiquité. Puis, dans un second temps, elle s’interrogera sur les sources elles-mêmes pour évaluer si l’ethnicité est réellement un critère premier dans la définition identitaire des nouvelles élites des proto-royaumes barbares de l’Europe du Vesiècle, particulièrement face aux phénomènes d’acculturation.

Télécharger l’affiche

Les autres dates de la saison 2014/2015 :

2 octobre 2014 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Les Italiens à Éphèse : de l’exploitation des Grecs à l’intégration dans la cité (133 a.C. – 48 p. C.) »

20 novembre 2014 – Laurent Guichard (Université de Savoie) : « L’initiation chrétienne et la fonction impériale de Constantin à Théodose II »

29 janvier 2015 – Audrey Becker (Université de Lorraine) : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive »

5 mars 2015 – Martin Steskal (Université de Vienne) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

23 mars 2015 – Christoph Schäfer (Université de Trêves) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

30 avril 2015 – Patrice Schlosser (Lycée Poincarré, Nancy) : « Périnthe et la Thrace propontique antique : une zone de contact méconnue du monde grec »

 

 

Illustration : Friedrich Tüshaus, Die Schlacht zwischen Germanen und Römern am Rhein, 1876 (©Wikimedia Commons).

Christian-Georges Schwentzel publie Cléopâtre, la déesse-reine

Nous avons le plaisir d’annoncer la publication chez Payot de la biographie de Cléopâtre par Christian-Georges Schwentzel.

Chr.-G. Schwentzel, Cléopâtre, la déesse-reine, Biographie,  Payot, Paris, 2014, 350 pages.

Couverture Cléopâtre

Femme fatale par excellente, à la beauté légendaire et à la mort tragique, Cléopâtre (v. 69 av. J.-C. – 30 av. J.-C.) est sans doute la plus célèbre des femmes de l’Antiquité. Son nom même honni par les poètes latins, est évocateur de luxe, de pouvoir et d’érotisme. Dans son sillage vénéneux, elle a entraîné tout à tour le grand César, père putatif du petit Césarien, et son successeur Marc Antoine, vaincu de la bataille d’Actium.

Depuis dix ans, d’importantes découvertes archéologiques, numismatiques et épigraphiques ont fait progresser notre connaissance de la reine d’Égypte. À la fois « pharaonne » traditionnelle pour ses sujets égyptiens et reine macédonienne, descendante d’un officier d’Alexandre le Grand, pour les Grecs, elle assume une double identité culturelle : déesse-reine, la dernière des Ptolémée se veut la réincarnation d’Isis autant que celle d’Aphrodite. Héritière d’un empire « ami » des Romains, en fait un protectorat de Rome, Cléopâtre rêve de la fusion d’un grand et puissant Empire romano-ptolémaïque. Sa démesure en a fait un mythe, mille fois exploité et réinterprété à travers les siècles. C’est à une relecture de ses divers visages que nous convie l’auteur, en Europe mais aussi, et de façon surprenante, dans le monde arabe ou en Amérique du Nord, où elle fait figure d’icône noire.

Laetitia Graslin : « Produit de luxe dans les sources écrites mésopotamienne du Premier Millénaire avant J.-C. »

À l’occasion de la Table Ronde « Ex Oriente Luxuria (I) : Introduction – Comment définir l’objet de luxe », organisée par Françoise Gury, Jean Trinquier et Pierre Schneider à l’ENS (Rue d’Ulm), le 10 novembre 2014, Laetitia Graslin présentera une communication sur les « Produits de luxe dans les sources écrites mésopotamiennes du Premier Millénaire avant J.-C. ».

Programme de la Table Ronde.

 

Laurent Guichard : « Le baptême et la pourpre : Initiation chrétienne et fonction impériale de Constantin à Théodose II »

Conférence donnée à l’université de Lorraine à Nancy, sur le campus Lettres et Sciences Humaines en salle A329b, jeudi 20 novembre de 18h à 19h.

Notre ancien collègue, Laurent Guichard, maître de conférences à l’Université de Savoie et membre du Laboratoire Langages, Littératures, Sociétés, Études Transfrontalières et Internationales (EA 3706), fera une conférence sur le thème de « l’initiation chrétienne et la fonction impériale de Constantin à Théodose II ».

« À l’exception de Julien, note Ambroise de Milan dans le De Obitu Theodosii, tous les empereurs qui se sont succédé étaient chrétiens ». Pour tous ces princes, le baptême, l’initiation chrétienne constituait donc une cérémonie importante. Mais paradoxalement, la question du baptême des empereurs chrétiens n’a guère retenu l’attention. Après Constantin, les études se font rares. Cette communication traitera donc des baptêmes impériaux, de Constantin jusqu’à Honorius (en Occident) et à Théodose II (en Orient). Il s’agira tout d’abord, lorsque c’est possible, de mettre en évidence les comportements baptismaux des empereurs et de leur famille proche. Ceux-ci devront ensuite être replacés dans le processus plus global de la christianisation de la société romaine. Enfin, nous serons en mesure de montrer comment la fonction impériale se trouve affectée par cette évolution qui modifie profondément les liens entre fonction impériale et statut baptismal de l’empereur.

 

Télécharger l’affiche

 

Les autres dates de la saison 2014/2015 :

2 octobre 2014 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Les Italiens à Éphèse : de l’exploitation des Grecs à l’intégration dans la cité (133 a.C. – 48 p. C.) »

20 novembre 2014 – Laurent Guichard (Université de Savoie) : « L’initiation chrétienne et la fonction impériale de Constantin à Théodose II »

29 janvier 2015 – Audrey Becker (Université de Lorraine) : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive »

5 mars 2015 – Martin Steskal (Université de Vienne) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

23 mars 2015 – Christoph Schäfer (Université de Trêves) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

30 avril 2015 – Patrice Schlosser (Lycée Poincarré, Nancy) : « Périnthe et la Thrace propontique antique : une zone de contact méconnue du monde grec »

 

 

Sabine Ladstätter : « La maison à terrasse II, joyau de l’architecture urbaine éphésienne »

sabine-mladstatter Pour la quatrième séance du séminaire Les souverains réformateurs, Sabine Ladstätter, directrice des fouilles d’Éphèse et membre de l’Institut Autrichien d’Archéologie, donnera une conférence intitulée : « La maison à terrasse II, joyau de l’architecture urbaine éphésienne » le jeudi 20 mars de 18h15 à 19h30. (salle A329b).

Sabine Ladstätter, élue scientifique autrichienne de l’année 2011, dirige les fouilles à Éphèse depuis avril 2010. Le site d’Éphèse est remarquable à plusieurs égards. Fouillé depuis un siècle, il n’a, pour l’instant, révélé que 15% de sa superficie. La ville, qui était l’une des plus importante du monde antique (avec 200000 habitants), n’a pas été recouverte par une ville moderne.

Notre connaissance des maisons d’Asie Mineure romaine et de leur organisation comme lieu de vie bénéficie avec la découverte de la Maison à Terrasse 2 de sa meilleure source archéologique d’information. L’îlot urbain (insula) d’environ 4000 m², situé directement dans le centre d’Éphèse, s’étend sur trois niveaux de terrasse et comprend six grandes unités d’habitation dont la superficie au sol oscille entre 400 et 950 m2.

L’emplacement de la Maison à Terrasse 2 en plein centre-ville de l’Éphèse romaine laissait déjà supposer que ses habitants étaient des membres de l’élite civique, disposant des moyens financiers nécessaires à l’acquisition d’une propriété située dans un lieu éminent de la topographie locale. Le caractère unique de l’horizon de fouilles éphésien permet l’étude des modifications de l’utilisation des unités d’habitation de l’insula pendant environ deux siècles, depuis sa création au Ier s. ap. J.-C. jusqu’à sa destruction en raison d’un séisme durant le dernier tiers du IIIe siècle. Ainsi peut-on suivre les modifications affectant le goût local en matière d’habitat, mais aussi les transformations économiques et sociales affectant les habitants, grâce à l’histoire des constructions et des modifications survenues dans les plans et les décors.

Le péristyle de la maison II (© Ladstätter)
Le péristyle de la maison II (© Ladstätter)

Les autres dates de la saison 2013/2014 du séminaire

17 octobre 18h15 François Kirbihler : « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine ».
28 novembre 18h00Gilles Gorre (Université de Rennes) : « Les temples égyptiens et les réformes des Ptolémées ».
6 février 18h15Hervé Huntzinger : « Gouverner sans titre. Les modalités du pouvoir informel de Séverin de Norique à la fin du Ve siècle de notre ère ».

20 marsSabine Ladstätter (directrice des fouilles d’Éphèse, membre de l’Institut Autrichien d’Archéologie) : « La maison à terrasse II, un joyau d’habitation romaine ». (voir un article sur le Daily News).
10 avrilChristian Schwentzel (Université de Lorraine, Metz) : « Antiochos de Comagène ».
24 avril Aurélien Froidevaux (doctorant Université de Lorraine, Nancy)  : « Justinien et la Sicile : reconquête, intégration et réforme des structures administratives ».

 

Hervé Huntzinger : « Séverin de Norique : un pouvoir informel à la fin de l’Empire d’Occident » (6 février 2014)

Leopold Kupelwieser, Odoacre consultant saint Séverin, Vienne, XVIIIe. © Picture archives of the Austrian National Library, Vienna.
Leopold Kupelwieser, Odoacre consultant saint Séverin, Vienne, XVIIIe.

Pour la troisième séance du séminaire Les souverains réformateurs, Hervé Huntzinger donnera une conférence intitulée : « Séverin de Norique : un pouvoir informel à la fin de l’Empire d’Occident » le jeudi 6 février de 18h15 à 19h30. (salle 104).

Dans la Vie de saint Séverin Eugippe décrit le rôle de Séverin à la tête des derniers Romains du Norique au moment de l’effondrement de l’autorité impériale. Durant le troisième tiers du ve siècle cet homme aux origines obscures dirige la région depuis le monastère qu’il a fondé à Favianae (Mautern en Autriche). Bien qu’il exerce un leadership évident sur la province romaine, que ce soit sur les habitants romains ou sur les barbares ruges du royaume de Flaccitheus puis de Feletheus, il n’a aucun statut institutionnel, puisqu’il n’est ni abbé ni évêque et ne joue aucun rôle dans l’armée ou l’administration civile. Se pose dès lors la question de la nature de son pouvoir.

Deux pistes peuvent être explorées pour l’expliquer. D’une part, la sociologie des réseaux fournit des outils pour comprendre, au delà de la relation de patronage, comment Séverin tisse autour de lui un réseau social fondé sur la contrainte lui permettant de faire appliquer ses « recommandations ». D’autre part, l’étude de la mise en scène de son autorité met en lumière une application originale en Occident par la performance ascétique du pouvoir du « saint homme », tel qu’on peut l’observer en Orient.

 

Les autres dates de la saison 2013/2014 du séminaire

17 octobre 18h15 François Kirbihler : « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine ».
28 novembre 18h00Gilles Gorre (Université de Rennes) : « Les temples égyptiens et les réformes des Ptolémées ».
6 février 18h15Hervé Huntzinger : « Gouverner sans titre. Les modalités du pouvoir informel de Séverin de Norique à la fin du Ve siècle de notre ère ».

20 marsSabine Ladstätter (directrice des fouilles d’Éphèse, membre de l’Institut Autrichien d’Archéologie) : « La maison à terrasse II, un joyau d’habitation romaine ». (voir un article sur le Daily News).
10 avrilChristian Schwentzel (Université de Lorraine, Metz) : « Antiochos de Comagène ».
24 avril Aurélien Froidevaux (doctorant Université de Lorraine, Nancy)  : « Justinien et la Sicile : reconquête, intégration et réforme des structures administratives ».