Archives par mot-clé : featured

Les prêtresses d’Artémis à Éphèse

Dans le cadre du Séminaire d’Histoire Ancienne de l’Université de Savoie-Mont-Blanc, François Kirbihler donnera une conférence intitulée : « Les prêtresses d’Artémis à Éphèse (30/29 a.C.-262 ap. J.-C.) : restauration archaïsante ou innovation augustéenne ? » La conférence se tiendra le 4 mai à 9h30 dans la salle 500 du bâtiment 5.

 

Un puzzle épigraphique : Hadrien et l’Éphésien Philokyrios

(Documenta antiqua, Institut für Kulturgeschichte der Antike,

Le jeudi 7 mars 2019, Vera Hofmann (Documenta antiqua, Institut für Kulturgeschichte der Antike, Österreichische Akademie der Wissenschaften) donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne intitulée : « Un puzzle épigraphique : Hadrien et l’Éphésien Philokyrios ». La conférence aura lieu en salle A104 exceptionnellement à l’horaire de 16h.

En l’année 129 l’empereur Hadrien réagit à la demande d’un certain L. Erastos, nauclère éphésien, qui souhaite devenir conseiller municipal, par une fameuse lettre de recommandation adressée aux magistrats et au Conseil d’Éphèse. Une copie de cette lettre fut gravée sur le revêtement de marbre du Proscaenium de l’Odeion, financé par le grand notable Vedius Antoninus pendant le règne d’Antonin le Pieux. En 1864 J. T. Wood trouva divers fragments de ce revêtement et il réussit à partiellement recomposer un dossier consistant en cinq lettres impériales. Quelques années plus tard, d’autres fragments, trouvés par l’équipe archéologique de l’ÖAI, impliquaient l’existence d’une seconde lettre presque identique à la lettre d’Hadrien concernant Erastos, cette fois au profit d’un capitaine éphésien appelé Philokyrios. Depuis leur publication, ces deux lettres d’Hadrien ont été citées comme preuve à Éphèse de l’existence d’une summa honoraria payée par l’empereur au profit des deux capitaines moyennant certaines conditions. Mais les procédures usuelles de la chancellerie impériale et la politique municipale d’Hadrien laissent présager d’autres hypothèses d’explication. De surcroît, l’étonnante liberalitas de l’empereur remonte uniquement à une restitution très douteuse du texte par J. T. Wood. Sur la base de fragments toujours inédits, je propose dans cette conférence d’analyser à nouveau le texte de la lettre impériale concernant Philokyrios, le contexte de sa rédaction et les circonstances de la publication épigraphique.

Jeudi 27 septembre 2018 – Anne Catherine Rendu-Loisel : « La perception de l’Autre dans les textes divinatoires cunéiformes »

Mardi 16 octobre 2018 – Jeroen Wijnendaele : « Les Francs et l’Empire romain tardif : barbares, croque-mitaine et bienfaiteurs »

Jeudi  29 novembre 2018 – Ariane Guieu-Coppolani : « ‘Te mêlant à des étrangers’ : retour sur les mobilités et les relations avec l’étranger à l’époque homérique »

Jeudi 6 décembre 2018 – Nathan Badoud : « Rome, Rhodes et le Laocoon »

Jeudi 7 février 2019 – Sandra Boehringer : “De L’érôs saphique aux rêves sexuels.Genre, normes et sexualité dans l’antiquité Grecque”

Jeudi 13 février 2019 – Sophie Laribi-Glaudel: Naître et grandir dans le monde Grec aux époques classique et hellénistique : la construction de l’enfance dans l’Antiquité.”

Jeudi 28 mars 2019 – Francis Prost: Euromos, citée grecque de Carie à l’époque hellénistique.”

Euromos, cité hellénistique de Carie : recherches récentes

Le jeudi 28 février 2019, Francis Prost (Université de Paris I Sorbonne) donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne intitulée : « EUROMOS, CITÉ HELLÉNISTIQUE DE CARIE : RECHERCHES RÉCENTES. ». La conférence aura lieu en salle A104 (bâtiment A) à 18h.

Sur le territoire de l’Euromide, en pleine Carie, le long de la route reliant Halicarnasse et Milet, se trouve le site de la cité d’Euromos, bien connu pour son temple consacré à Zeus Lepsynos. Depuis quatre ans, une mission archéologique et épigraphique, rassemblant des chercheurs de l’Université Bordeaux Montaigne, Paris 1-Panthéon Sorbonne et Mugla, sous la direction du professeur A. Kizil, conduit des investigations pour mettre au jour les autres vestiges de la cité, ainsi que les modes d’occupation de son territoire. En particulier, l’agora, appelée agora sacrée, a révélé des aménagements qui apportent une moisson d’informations sur l’histoire de la communauté civique, sur ses activités commerciales et sur son identité carienne. Grâce à cette mission, on peut désormais formuler des hypothèses solides sur la fabrique urbaine d’une petite cité hellénistique en pleine Carie et sur sa capacité de résistance dans les grands conflits du temps.

Jeudi 27 septembre 2018 – Anne Catherine Rendu-Loisel : « La perception de l’Autre dans les textes divinatoires cunéiformes »

Mardi 16 octobre 2018 – Jeroen Wijnendaele : « Les Francs et l’Empire romain tardif : barbares, croque-mitaine et bienfaiteurs »

Jeudi  29 novembre 2018 – Ariane Guieu-Coppolani : « ‘Te mêlant à des étrangers’ : retour sur les mobilités et les relations avec l’étranger à l’époque homérique »

Jeudi 6 décembre 2018 – Nathan Badoud : « Rome, Rhodes et le Laocoon »

Jeudi 7 mars 2019 – Sandra Boehringer : “De L’érôs saphique aux rêves sexuels.Genre, normes et sexualité dans l’antiquité Grecque”

Jeudi 13 mars 2019 – Sophie Laribi-Glaudel: Naître et grandir dans le monde Grec aux époques classique et hellénistique : la construction de l’enfance dans l’Antiquité.”

Comment reconstituer l’Histoire pour le grand public ?

La conférence de l’an dernier ayant été annulée, nous republions l’annonce pour une nouvelle date le 23 avril 2019.

Comment reconstituer l’Histoire pour le grand public ?

Stéphanie Hauville-Hourlier est scénariste et productrice de documentaires-fiction, notamment pour la chaîne ARTE. Avec son époux, Fabrice Hourlier, elle a réalisé Le Destin de Rome, film en deux parties, retraçant la fin des guerres civiles à Rome, depuis la bataille de Philippes jusqu’à Actium.

Après la projection du making of du Destin de Rome, Stéphanie Hauville-Hourlier présentera son métier et répondra aux questions du public.

Mardi 23 avril 2019, de 17h à 18h30, amphi Arendt.

Université de Lorraine, SHS, Metz.

Entrée libre.

Manifestation organisée par l’Association Kallirrhoé et le Département d’Histoire de l’Université de Lorraine, Metz

Naître et grandir dans le monde grec aux époques classique et hellénistique : la construction de l’enfance dans l’Antiquité.

Le jeudi 13 mars 2019, Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne intitulée : « NAÎTRE ET GRANDIR DANS LE MONDE GREC AUX ÉPOQUES CLASSIQUE ET HELLÉNISTIQUE : LA CONSTRUCTION DE L’ENFANCE DANS L’ANTIQUITÉ. ». La conférence aura lieu en salle G04 (bâtiment G) à 18h.

Depuis la fin des années 1980, les études sur l’enfance dans l’Antiquité se sont multipliées, renouvelant en profondeur nos connaissances et nos représentations sur cette question. Nous dresserons un bilan historiographique puis nous tenterons de restituer les grands traits qui caractérisaient ce moment de la vie humaine dans le monde grec en nous intéressant en particulier aux pratiques rituelles de l’enfance.

Jeudi 27 septembre 2018 – Anne Catherine Rendu-Loisel : « La perception de l’Autre dans les textes divinatoires cunéiformes »

Mardi 16 octobre 2018 – Jeroen Wijnendaele : « Les Francs et l’Empire romain tardif : barbares, croque-mitaine et bienfaiteurs »

Jeudi  29 novembres 2018 – Ariane Guieu-Coppolani : « ‘Te mêlant à des étrangers’ : retour sur les mobilités et les relations avec l’étranger à l’époque homérique »

Jeudi 6 décembre 2018 – Nathan Badoud : « Rome, Rhodes et le Laocoon »

Jeudi 7 mars 2019 – Sandra Boehringer : “De L’érôs saphique aux rêves sexuels.Genre, normes et sexualité dans l’antiquité Grecque”

De l’érôs saphique aux rêves sexuels. Genre, normes et sexualité dans l’Antiquité grecque

Le jeudi 7 février 2019, Sandra Boehringer (Université de Strasbourg)donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne intitulée : « De l’érôs saphique aux rêves sexuels. Genre, normes et sexualité dans l’Antiquité grecque ». La conférence aura lieu en salle G04 (bâtiment G) à 18h.

Comment faire l’histoire de la sexualité en Grèce ou à Rome alors même que Michel Foucault a mis au jour l’extrême contemporanéité du dispositif de sexualité ? À partir d’un nouveau fragment d’un poème de Sappho et, à l’autre bout de l’arc temporel, d’un extrait de L’Interprétation des rêves d’Artémidore, il s’agira de mettre au jour ce que les aphrodisia grecs révèlent des normes sociales dans l’Antiquité.

Les autres dates du Séminaire ce semestre

Jeudi 27 septembre 2018 – Anne Catherine Rendu-Loisel : « La perception de l’Autre dans les textes divinatoires cunéiformes »

Mardi 16 octobre 2018 – Jeroen Wijnendaele : « Les Francs et l’Empire romain tardif : barbares, croque-mitaine et bienfaiteurs »

Jeudi  29 novembres 2018 – Ariane Guieu-Coppolani : « ‘Te mêlant à des étrangers’ : retour sur les mobilités et les relations avec l’étranger à l’époque homérique »

Jeudi 6 décembre 2018 – Nathan Badoud : « Rome, Rhodes et le Laocoon »


Recherches récentes sur l’économie de la Babylonie hellénistique

Le 11 décembre 2018, Laetitia Graslin-Thomé donnera une conférence intitulée « Recent research on the economy of Hellenistic Babylonia [recherches récentes sur l’économie de la Babylonie hellénistique ] » à l’Université de Freiburg-am-Breisgau (Allemagne) dans le cadre du projet ECR Economic Development, Frontier Zones and Inter-Imperiality in the Afro-Eurasian World Region, 300 BCE to 300 CE. La conférence aura lieu au 22 Bismarckallee (3e étage) de 15h30 à 17h30.

Illustration : Titre de propriété et exemption du grand prêtre du temple de  Esangila (MET, DP263626 ; CC).

« Te mêlant à des étrangers »

Le jeudi 29 novembre 2018,Ariane Guieu-Coppolani (Université de Paris-Sorbonne) donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne intitulée : « ‘Te mêlant à des étrangers’ : retour sur les mobilités et les relations avec l’étranger à l’époque homérique ». La conférence aura lieu en salle G04 (bâtiment G, rez-de-chaussée) à 18h.

Définir le rapport des Grecs à l’étranger à l’époque classique est relativement simple : au citoyen s’oppose le non-citoyen, dépourvu de droits dans la cité qui n’est pas la sienne ; au Grec s’oppose le barbare culturellement inférieur. Mais ces distinctions sont beaucoup moins opératoires à l’époque archaïque. On voudrait aujourd’hui faire retour sur les documents littéraires les plus anciens qui nous soient parvenus de l’archaïsme grec : les poèmes homériques, à la fois contemporains des balbutiements de la cité comme des premiers temps du grand mouvement de colonisation, et référence culturelle fondamentale pour les Grecs des époques postérieures. Nous analyserons les mobilités dans le monde homérique, et nous pencherons sur l’image des non-Achéens ainsi que sur le vocabulaire pour mettre en lumière un monde ouvert où, si des termes comme allodapos et xenos montrent que la notion d’étranger existe, celle-ci ne fait pas l’objet d’une construction spécifique, et encore moins de méfiance, d’hostilité ou de mépris – à une exception près, que nous devrons analyser. Au contraire, de l’Iliade à l’Odyssée, on voit se développer, en même temps que les occasions de déplacements, l’institution de l’hospitalité.

Les autres dates du Séminaire ce semestre

Jeudi 27 septembre 2018 – Anne Catherine Rendu-Loisel : « La perception de l’Autre dans les textes divinatoires cunéiformes »

Mardi 16 octobre 2018 – Jeroen Wijnendaele : « Les Francs et l’Empire romain tardif : barbares, croque-mitaine et bienfaiteurs »

Jeudi  29 novembres 2018 – Ariane Guieu-Coppolani : « ‘Te mêlant à des étrangers’ : retour sur les mobilités et les relations avec l’étranger à l’époque homérique »

Jeudi 6 décembre 2018 – Nathan Badoud : « Rome, Rhodes et le Laocoon »

Les tablettes zodiacales de Grand (1968-2018)

Journée d’étude organisée par l’Université de Lorraine et le Conseil Général des Vosges

Samedi 6 octobre 2018 – CLSH, amphi Deléage 

Il y a 50 ans, au mois de juillet, Chantal et Jean-Paul Bertaux explorent l’un des nombreux puits de l’agglomération antique de Grand et effectuent à cette occasion l’une des plus incroyables découvertes archéologiques.

En effet, les deux archéologues mettent au jour, à plus de huit mètres de profondeur, les fragments de tablettes en ivoire richement gravées. Les divinités égyptiennes, les lettres coptes et grecques représentées autour du soleil et de la lune plongent la communauté scientifique dans une grande perplexité. Que font ces objets dans un petit village vosgien ? Si l’un de ces diptyques rejoint les collections du musée départemental, le caractère exceptionnel de cette découverte amène André Malraux à déposer l’autre exemplaire au Musée d’archéologie nationale, à Saint-Germain-en-Laye.

Un demi-siècle plus tard, et plus de vingt-cinq ans après le colloque de Lyon, le Conseil départemental des Vosges s’associe à l’université de Lorraine (Hiscant-MA EA 1132) pour présenter au public les résultats des nouvelles analyses scientifiques réalisées sur ces tablettes, ainsi que sur les objets qui leur étaient associés.

Programme :

13h30 : Accueil des participants

13h45 : Introduction (Thierry Dechezleprêtre & Pascal Vipard)

14h15 : Projection du film documentaire de Myriam Elhadad : “Tablettes zodiacales” (2016), 26 mn

14h50  : La fouille du puits 77 par Jean-Paul et Chantal Bertaux en 1967 et 1968 : histoire de la découverte et de la restauration (Thierry Dechezleprêtre, Responsable de la conservation départemental – Conseil départemental des Vosges)

15h10 : Les céramiques du puits aux tablettes astrologique (Samantha Dub, doctorante en Archéologie à l’UL)

15h30 : La faune et la tabletterie du puits (Charlotte Samain, archéozoologue)

15h50 : Les tablettes de Grand et l’Égypte (Olivier Brandily, égyptologue)

16h20 : L’astrologie en Gaule aux premiers siècles de notre ère (Florian Audureau, doctorant, université Paris 7)

16h50 Conclusion et discussion

Illustration : Tablette zodiacale de Grand (Vosges) – Musée d’archéologie nationale de de Saint-Germain-en-Laye (France) – II ème siècle apres JC – découvertes en 1968 (Wikimedia Commons).

La perception de l’autre dans les textes cunéiformes

Étant donné l’annulation de la conférence au semestre dernier, une nouvelle séance est prévue pour la conférence d’Anne-Catherine Rendu Loisel.
 
 
Le jeudi 27 septembre 2018, Anne-Caroline Rendu Loisel (Université de Strasbourg) donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne intitulée : « La perception de l’autre dans les textes cunéiformes ». La conférence aura lieu en salle A104 (CLSH Bâtiment A) à 18h.
 
 
Les devins mésopotamiens ont structuré leurs savoirs en listes thématiques, les organisant en séries, dans un processus qui remonte au moins à l’époque paléo-babylonienne. Les séries divinatoires sont une production intellectuelle qui se dégage de la pratique, élaborés par des savants qui cherchent à donner du sens et à sculpter le réel. Les devins lient ainsi les événements de la société humaine (sur le plan religieux, politique et social) à un signe qu’il leur faut déchiffrer et comprendre. Les présages concernent l’individu, le roi, le pays tout entier, mais font également entrer dans l’équation celles et ceux qui sont considérés comme autres : êtres divins, démons, mais aussi l’étranger ou l’ennemi. À partir des sources cunéiformes du 1er millénaire av. n. è., cette conférence propose d’analyser les présages qui mettent en jeu ces Autres, les signes divinatoires qui leurs sont associés et les interprétations qui en sont données pour mieux comprendre les concepts et les valeurs que les savants mésopotamiens leur attribuaient.
 

Les autres dates du Séminaire ce semestre

Jeudi 27 septembre 2018 – Anne Catherine Rendu-Loisel : « La perception de l’Autre dans les textes divinatoires cunéiformes »

Mardi 16 octobre 2018 – Jeroen Wijnendaele : « Les Francs et l’Empire romain tardif : barbares, croque-mitaine et bienfaiteurs »

Jeudi  29 novembres 2018 – Ariane Guieu-Coppolani : « ‘Te mêlant à des étrangers’ : retour sur les mobilités et les relations avec l’étranger à l’époque homérique »

Jeudi 6 décembre 2018 – Nathan Badoud : « Rome, Rhodes et le Laocoon »

 

La romanisation des grands sanctuaires grecs en Achaïe et en Asie

Une journée d’étude consacrée à « La romanisation des grands sanctuaires grecs en Achaïe et en Asie (IIe s. av. – IIe s. ap. J.-C.) » se tiendra au Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy le vendredi 14 septembre 2018 (bât. A, salle 322). La journée d’étude est organisée par Andreas Gutsfeld avec le soutien du Pôle TELL et de l’HisCAnt-MA (EA 1132).

Télécharger le programme.

 

 

Séance des masterants

La prochaine séance du Séminaire International d’Histoire Ancienne donne la parole à trois étudiant(e)s de master, qui présenteront leurs travaux de recherches. Cette séance permettra notamment aux étudiants qui souhaitent s’inscrire en master recherche d’écouter et d’interroger leurs aînés. Les discussions pourront se poursuivre autour du repas auquel sont conviés les participants et le public à la suite des interventions.

La séance aura lieu le 31 mai 2018 à 18h00 au CLSH de Nancy en salle A104 (bâtiment A). Le repas suivra à partir de 19h30.

Charlotte Alan : « Éphèse : port, agora et magistratures des lieux de commerce,  du Ier siècle a.C. au IVe siècle p.C. ».

Dans le cadre d’un développement économique dû à son rang de caput provinciae et à l’existence d’une forte communauté italique dès 70 a.C., Éphèse est « le premier emporium d’Asie de ce côté du Taurus » d’après Strabon : l’approvisionnement constitue en effet un enjeu pour le bon fonctionnement de la cité. Capitale administrative, siège de conventus, grand port, siège de la douane d’Asie, la cité devient une véritable « cité marchande ». La question de la place commerciale d’Éphèse à l’échelle de la province, mais aussi de l’Empire, tend à s’éclairer par l’étude des installations commerciales, des acteurs du commerce, enfin de l’encadrement des marchés. Ce mémoire transdisciplinaire permet d’étudier le cas éphésien, confronté à ceux de Smyrne et Milet jusqu’au IVe s.

 

Louise Arnold : « Les conversions à la ‘vie parfaite’ en Gaule aux Ve et VIe s. de notre ère : étude prosopographique ».

Dans une Gaule précocement christianisée, le monachisme s’est implanté de façon pérenne dès la fin du IVe siècle grâce à la figure de saint Martin. Durant les deux siècles suivants, l’ascétisme est de plus en plus adopté dans l’assemblée des chrétiens, et surtout chez les élites aristocratiques, malgré les exigences constituées par leur statut. En quoi la conversion à la « vie parfaite » peut être envisagée dans le destin social d’un individu ? Dans quelle mesure les sources à disposition proposent un modèle dans la conversion, jusqu’à en faire une forme de promotion ? A travers une étude approfondie littéraire et sociologique des textes de l’époque (hagiographies, poèmes, lettres, ou encore l’Historia Francorum de Grégoire de Tours), l’objectif de ce mémoire est de proposer une prosopographie des conversions à la “vie parfaite” en Gaule aux Ve et VIe siècles, et de se demander si ce changement de vie est un modèle de rupture ou de conformité.

William Jacquot : « Le rôle public des femmes à Milet (27 av. J.-C. – 300 ap. J.-C.) ».

Sous la domination romaine, l’Orient grec a été témoin d’un phénomène inédit: l’apparition des femmes dans la vie publique. En effet, de plus en plus régulièrement, les cités nomment des femmes à des charges civiques durant les deux premiers siècles de notre ère. Il est agréable d’imaginer un mouvement d’émancipation de la femme grecque, mais nous constaterons que ce phénomène est resté très limité et que ces femmes ont surtout été instrumentalisées au service du prestige des notables.

 

Télécharger l’affiche.

L’adoption romaine chez les Vedii d’Éphèse

Dans le cadre de la journée d’étude La citoyenneté romaine en Asie Mineure au IIe siècle après J.-C. organisée par Gabrielle Frija, François Kirbihler présente une communication intitulée « L’adoption romaine chez les Vedii d’Éphèse. Une continuité gentilice grâce à l’adoption de Grecs par un Italique » (13 avril, 9h30).  La journée d’étude se tient les 12 et 13 avril 2018 à l’Université de Marne La Vallée, UPEM / ACP, Bâtiment Bois de l’Étang, salle B6.

 

Vedius Antoninus

La riche famille éphésienne des Vedii, probablement issue de descendants d’affranchi(s) de P. Vedius Pollio, manifeste une impressionnante capacité de survie gentilice entre Auguste et le milieu du IIIe siècle. Elle a pu être reconstituée au fil des découvertes épigraphiques et des recherches érudites successives. On sait ainsi que les générations de la famille postérieures au règne d’Hadrien ne sont pas en continuité biologique avec les premiers Vedii, mais les héritiers d’une adoption survenue durant le règne de cet empereur. Un éminent personnage du Conseil de la cité, le chevalier romain, asiarque et magistrat P. Vedius Antoninus (I) adopta apparemment sur deux générations  des Claudii, notables grecs romanisés : M. Claudius Sabinus et M. Claudius Sabinianus devinrent des (Claudii) Vedii, également appelés P. Vedius Antoninus (II et III) dans la formule épigraphique courte. Cette adoption n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes d’interprétation : la date exacte de l’adoption n’est pas connue et mérite discussion ; la séquence onomastique nouvelle des personnages adoptés ne correspond pas à première vue aux règles habituellement observées dans le cadre des adoptions romaines ; si les avantages qui découlent de la pratique paraissent clairs, le choix entre adoption du vivant de l’adoptant ou adoption testamentaire n’est pas évident. Il n’est en revanche pas sans intérêt de constater qu’une famille cliente d’Antonin adopte des clients de l’impératrice Sabine. La famille accède peu de temps après à l’ordre sénatorial.

 

Télécharger l’affiche.

Télécharger le programme de la journée d’étude.

Les ministères dans l’Église ancienne

Nous avons le plaisir d’annoncer la traduction par Agnès Bastit-Kalinowska, Maître de conférences HDR à l’Université de Lorraine, de l’ouvrage d’Enrico Cattaneo, Les ministères dans l’Église ancienne. L’ouvrage est paru en 2017 aux Éditions du Cerf.

Comment les chrétiens ont-ils, dès l’origine, compris la responsabilité pour autrui et le service de la communauté ? Comment ont-ils concilié la diffusion de la parole évangélique, l’accueil des incitations de l’Esprit et la construction de communautés ?
À travers les documents des trois premiers siècles qui nous sont parvenus, écrits d’acteurs ou de témoins directs tels Ignace d’Antioche, Justin, Irénée, Origène, Cyprien de Carthage, pour ne citer que les principaux, on voit vivre les communautés chrétiennes autour de ces trois pôles majeurs que sont l’enseignement de la parole, la réunion eucharistique et la préoccupation pour les plus pauvres.
Une introduction synthétique fait le point sur ces questions et approfondit les notions d’apostolicité, de service ou ministère, d’ouverture à l’Esprit, d’ordre, de responsabilité, d’autorité et de subsidiarité, avec une attention particulière aux problèmes de la continence des consacrés et de la place des femmes dans les communautés. Suivent cinq très riches dossiers de textes dans lesquels, sur la base des études les plus récentes en langues européennes, Enrico Cattaneo présente, donne en traduction puis commente et analyse l’ensemble des écrits des communautés primitives et ceux des Églises constituées des IIe et IIIe siècles.
Théologien italien spécialiste du christianisme ancien et de la littérature patristique, Enrico Cattaneo est professeur de théologie fondamentale et de patrologie à la Faculté de théologie de Naples depuis 1980. Il enseigne aujourd’hui à l’Institut pontifical oriental.

Présentation de l’ouvrage.

Illustration : fresque des catacombes de Priscilla.