Archives par mot-clé : Éphèse

Les prêtresses d’Artémis à Éphèse

Dans le cadre du Séminaire d’Histoire Ancienne de l’Université de Savoie-Mont-Blanc, François Kirbihler donnera une conférence intitulée : « Les prêtresses d’Artémis à Éphèse (30/29 a.C.-262 ap. J.-C.) : restauration archaïsante ou innovation augustéenne ? » La conférence se tiendra le 4 mai à 9h30 dans la salle 500 du bâtiment 5.

 

Un puzzle épigraphique : Hadrien et l’Éphésien Philokyrios

(Documenta antiqua, Institut für Kulturgeschichte der Antike,

Le jeudi 7 mars 2019, Vera Hofmann (Documenta antiqua, Institut für Kulturgeschichte der Antike, Österreichische Akademie der Wissenschaften) donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne intitulée : « Un puzzle épigraphique : Hadrien et l’Éphésien Philokyrios ». La conférence aura lieu en salle A104 exceptionnellement à l’horaire de 16h.

En l’année 129 l’empereur Hadrien réagit à la demande d’un certain L. Erastos, nauclère éphésien, qui souhaite devenir conseiller municipal, par une fameuse lettre de recommandation adressée aux magistrats et au Conseil d’Éphèse. Une copie de cette lettre fut gravée sur le revêtement de marbre du Proscaenium de l’Odeion, financé par le grand notable Vedius Antoninus pendant le règne d’Antonin le Pieux. En 1864 J. T. Wood trouva divers fragments de ce revêtement et il réussit à partiellement recomposer un dossier consistant en cinq lettres impériales. Quelques années plus tard, d’autres fragments, trouvés par l’équipe archéologique de l’ÖAI, impliquaient l’existence d’une seconde lettre presque identique à la lettre d’Hadrien concernant Erastos, cette fois au profit d’un capitaine éphésien appelé Philokyrios. Depuis leur publication, ces deux lettres d’Hadrien ont été citées comme preuve à Éphèse de l’existence d’une summa honoraria payée par l’empereur au profit des deux capitaines moyennant certaines conditions. Mais les procédures usuelles de la chancellerie impériale et la politique municipale d’Hadrien laissent présager d’autres hypothèses d’explication. De surcroît, l’étonnante liberalitas de l’empereur remonte uniquement à une restitution très douteuse du texte par J. T. Wood. Sur la base de fragments toujours inédits, je propose dans cette conférence d’analyser à nouveau le texte de la lettre impériale concernant Philokyrios, le contexte de sa rédaction et les circonstances de la publication épigraphique.

Jeudi 27 septembre 2018 – Anne Catherine Rendu-Loisel : « La perception de l’Autre dans les textes divinatoires cunéiformes »

Mardi 16 octobre 2018 – Jeroen Wijnendaele : « Les Francs et l’Empire romain tardif : barbares, croque-mitaine et bienfaiteurs »

Jeudi  29 novembre 2018 – Ariane Guieu-Coppolani : « ‘Te mêlant à des étrangers’ : retour sur les mobilités et les relations avec l’étranger à l’époque homérique »

Jeudi 6 décembre 2018 – Nathan Badoud : « Rome, Rhodes et le Laocoon »

Jeudi 7 février 2019 – Sandra Boehringer : “De L’érôs saphique aux rêves sexuels.Genre, normes et sexualité dans l’antiquité Grecque”

Jeudi 13 février 2019 – Sophie Laribi-Glaudel: Naître et grandir dans le monde Grec aux époques classique et hellénistique : la construction de l’enfance dans l’Antiquité.”

Jeudi 28 mars 2019 – Francis Prost: Euromos, citée grecque de Carie à l’époque hellénistique.”

Séance des masterants

La prochaine séance du Séminaire International d’Histoire Ancienne donne la parole à trois étudiant(e)s de master, qui présenteront leurs travaux de recherches. Cette séance permettra notamment aux étudiants qui souhaitent s’inscrire en master recherche d’écouter et d’interroger leurs aînés. Les discussions pourront se poursuivre autour du repas auquel sont conviés les participants et le public à la suite des interventions.

La séance aura lieu le 31 mai 2018 à 18h00 au CLSH de Nancy en salle A104 (bâtiment A). Le repas suivra à partir de 19h30.

Charlotte Alan : « Éphèse : port, agora et magistratures des lieux de commerce,  du Ier siècle a.C. au IVe siècle p.C. ».

Dans le cadre d’un développement économique dû à son rang de caput provinciae et à l’existence d’une forte communauté italique dès 70 a.C., Éphèse est « le premier emporium d’Asie de ce côté du Taurus » d’après Strabon : l’approvisionnement constitue en effet un enjeu pour le bon fonctionnement de la cité. Capitale administrative, siège de conventus, grand port, siège de la douane d’Asie, la cité devient une véritable « cité marchande ». La question de la place commerciale d’Éphèse à l’échelle de la province, mais aussi de l’Empire, tend à s’éclairer par l’étude des installations commerciales, des acteurs du commerce, enfin de l’encadrement des marchés. Ce mémoire transdisciplinaire permet d’étudier le cas éphésien, confronté à ceux de Smyrne et Milet jusqu’au IVe s.

 

Louise Arnold : « Les conversions à la ‘vie parfaite’ en Gaule aux Ve et VIe s. de notre ère : étude prosopographique ».

Dans une Gaule précocement christianisée, le monachisme s’est implanté de façon pérenne dès la fin du IVe siècle grâce à la figure de saint Martin. Durant les deux siècles suivants, l’ascétisme est de plus en plus adopté dans l’assemblée des chrétiens, et surtout chez les élites aristocratiques, malgré les exigences constituées par leur statut. En quoi la conversion à la « vie parfaite » peut être envisagée dans le destin social d’un individu ? Dans quelle mesure les sources à disposition proposent un modèle dans la conversion, jusqu’à en faire une forme de promotion ? A travers une étude approfondie littéraire et sociologique des textes de l’époque (hagiographies, poèmes, lettres, ou encore l’Historia Francorum de Grégoire de Tours), l’objectif de ce mémoire est de proposer une prosopographie des conversions à la “vie parfaite” en Gaule aux Ve et VIe siècles, et de se demander si ce changement de vie est un modèle de rupture ou de conformité.

William Jacquot : « Le rôle public des femmes à Milet (27 av. J.-C. – 300 ap. J.-C.) ».

Sous la domination romaine, l’Orient grec a été témoin d’un phénomène inédit: l’apparition des femmes dans la vie publique. En effet, de plus en plus régulièrement, les cités nomment des femmes à des charges civiques durant les deux premiers siècles de notre ère. Il est agréable d’imaginer un mouvement d’émancipation de la femme grecque, mais nous constaterons que ce phénomène est resté très limité et que ces femmes ont surtout été instrumentalisées au service du prestige des notables.

 

Télécharger l’affiche.

L’Artémision d’Éphèse aux époques géométrique et archaïque

Le 22 février 2018,  Michael Kerschner (Austrian Archaeological Institute, Austrian Academy of Sciences, Vienna) donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Antique ayant pour titre : « L’Artémision d’Éphèse aux époques géométrique et archaïque : quand et comment le sanctuaire a gagné une dimension  supra régionale ? » La conférence aura lien à 18h. en salle G04.

L’Artémision d’Éphèse est devenu l’un des sanctuaires les plus importants du monde grec à l’époque hellénistique, tandis que le temple de la déesse comptait au nombre des « Sept Merveilles du monde ». Cette évolution est le fruit d’un long processus qui va être analysé au cours de cette conférence.

 

Le commencement du culte est attesté au début de l’âge du fer, alors que le sanctuaire était un petit enclos sacré sans structures architecturales. L’aspect majeur du rite était la consommation en commun de nourritures et de boissons. Les offrandes votives étaient rares et modestes, un phénomène qui n’évolue guère au Géométrique récent, contrairement à ce qui se passe à l’Héraion de Samos, l’île voisine.

Au cours du VIIe siècle av. J.-C., cependant, l’Artémision d’Éphèse connaît un essor fulgurant. Au second quart du siècle, un premier temple en pierre est construit, un des plus anciens de l’Égée à présenter un plan périptère. La richesse des offrandes augmente considérablement à partir du milieu du VIIe siècle et cet essor est clairement attribué à l’action des Mermnades qui règnent sur la Lydie voisine. Crésus, le dernier membre de la dynastie, contribua tout particulièrement par ses dons généreux à la splendeur et au gigantisme du premier diptère en marbre qui établit la renommée du sanctuaire.

Télécharger l’affiche.

 

 

Éphèse, une métropole par l’exemple des sénateurs

Le vendredi 8 décembre 2017, François Kirbihler donnera communication intitulée « Ephesos, eine Metropole am Beispiel senatorischer Familien [Éphèse, une métropole par l’exemple des sénateurs] » à l’occasion du colloque Ephesos – eine Metropole der hellenistisch-römischen Welt à l’Université de Regensburg (7-8 décembre 2017).

Télécharger le flyer du colloque.

 

Éphèse en mutation : les cultes nouveaux et les prêtresses d’Artémis

Le 31 mai 2017, François Kirbihler, dans le cadre du Seminar für Alte Geschichte de l’Albert-Ludwigs-Universität de Fribourg (Allemagne), donnera une conférence intitulée « Ephesos im Wandel : neue Kulte und Artemispriesterinnen. [Ephèse en mutation : les cultes nouveaux et les prêtresses d’Artémis] ». La conférence aura lieu à 18h. en salle HS 1098 (KG1).

La conférence explicite quelques résultats de recherche concernant les notables éphésiens ; elle présente ensuite un nouveau culte de Rome et du divin Jules dont l’existence résulte du croisement d’une inscription fragmentaire (RS 24), de monnaies (RPC 2570-2574), ainsi que d’une liste éponymique (IvE 9) ; elle présente enfin les nouvelles prêtresses d’Artémis qui sont attestées à partir de 31/29 av. J.-C. à l’Artémision.

Der Vortrag erläutert zunächst einige Forschungsergebnisse bezüglich der ephesischen Honoratioren ; er stellt dann einen neuen Kult der dea Roma und des divus Iulius vor, der sich aus der Kreuzung eines Inschriftenfragments (RS 24), Münzen (RPC 2570-2574), und der Eponymenliste IvE 9 ab 40 v. Chr. ergibt, und beschreibt schliesslich die (neuen Haupt-) Artemispriesterinnen, die es ab 31/29 v. Chr. am Artemision gab.

Voir le programme complet du séminaire.

Illustrations : RS 24 et Artémis d’Éphèse (©François Kirbihler).

 

Publication : Des Grecs et des Italiens à Éphèse

CouvertureNous avons le plaisir d’annoncer la parution le 18 août de l’ouvrage de François Kirbihler, Des Grecs et des Italiens à Éphèse. Histoire d’une intégration croisée (133 a.C.-48 p.C.) dans la collection Scripta Antiqua (n°88) des Éditions Ausonius de l’Université de Bordeaux.

L’ouvrage est disponible dans le catalogue de la collection Scripta Antiqua (500p., 25€).

Cet ouvrage étudie le devenir d’une cité grecque, Éphèse, durant la période de transformations qui correspond à l’époque tardo-hellénistique et aux début du Principat. Les années entre 133 a.C. et 48 p.C. voient l’intrusion de Rome en Asie Mineure, l’acceptation par les Grecs de la domination romano-italique, et l’entrée des immigrants italiens dans les subdivisions civiques d’une ville devenue entre-temps capitale provinciale. Il s’agit donc de l’histoire d’une intégration croisée, à l’intersection de la création d’un empire « mondial » et d’une provincialisation réussie. L’ouvrage s’interroge également sur la place de Rome dans une grande cité portuaire grecque ouverte aux influences extérieures et sur l’intégration des immigrants dans la cité locale. Une cité grecque devient ainsi la ville d’Asie Mineure dans laquelle l’influence et la présence de Rome sont les plus visibles : les institutions et l’urbanisme évoluent pour traduire cette nouvelle réalité dans la vie politique locale, les pratiques religieuses ainsi que les constructions. Éphèse en sort durablement transformée.

Illustration : Inscription commémorant la restauration du temple d’Artémis et d’Auguste à Éphèse (CIL III 6070 = IEphes. 1522 = ILS 97, Rome, Musée de la Civilisation Romaine).

 

Enregistrer

Enregistrer

Grecs et Italiens à Éphèse : une cité grecque romanisée (Ier s. av. J.-C. – IIe s. ap. J.-C.) ?

François Kirbihler fera une conférence à l’Université de Fribourg (Suisse) le 22 mars 2016 sur le thème : « Grecs et Italiens à Éphèse : une cité grecque romanisée (Ier s. av. J.-C. -IIe s. ap. J.-C.) ? »Après une présentation générale rapide d’Ephèse, l’auteur développe la question de la présence romaine, plus grande qu’ailleurs en raison du statut de capitale provinciale, l’immigration italienne/italique, puis l’ascension sociale et la romanisation de quelques familles de notables d’origine grecque. On aboutit ainsi à un phénomène d’intégration croisée : insertion des Italiens dans les tribus et chiliastyes locales, accès à la citoyenneté romaine, puis aux aristocraties d’Empire des Grecs.

Télécharger l’affiche.

Les portraits de notables à Éphèse à l’époque impériale

aurenhammer-smallLe  jeudi 21 avril, le Dr. Maria Aurenhammer de l’Institut Archéologie Autrichien à Vienne (Österreichisches Archäologisches Institut), présentera une conférence intitulée : « Les portraits de notable à Éphèse à l’époque impériale ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

La conférence présente des portraits des notables à Éphèse à l’époque impériale en dressant une typologie des portraits. On s’interroge également quant aux endroits d’exposition et de trouvailles des portraits, qui font l’objet d’une étude collective en cours, dont certains résultats inédits seront présentés ici.

Télécharger l’affiche.

Illustration : ©Creative Commons : F. Tronchin, Portraits d’un prêtre et d’une prêtresse (Musée d’Éphèse) [https://www.flickr.com/photos/frenchieb/5857253861/in/photostream/].

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Semestre 1

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Semestre 2 :

Arietta-Papaconstantinou-id-web28 janvier 2016 – 18h. en salle A104 – Arietta Papaconstantinou (Université de Reading) : « Langues d’empire, langues étrangères ? Les chemins pas très parallèles du grec et de l’arabe en Égypte. »

Julien Monerie11 février 2016 – 18h. – Julien Monerie (Université de Paris 1) : « Chronique d’une campagne avortée. Le projet d’invasion de l’Arabie par Alexandre (323 av. J.-C.). »

lebreton-small3 mars 2016 – 18h. – Stéphane Lebreton (Université d’Artois) :  « Espace pensé, territoires administrés : quelques réflexions sur la façon dont les Anciens ont pu se représenter l’espace anatolien. »

aurenhammer-small21 avril 2016 – Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne) : « Les portraits des notables à Éphèse à l’époque impériale [Die Honoratiorenporträts des kaiserzeitlichen Ephesos]. »

Télécharger le programme du semestre 2.

P. Vedius Pollion, préfet d’Octavien en Asie ?

Dans le cadre de la séance de rentrée de la  SFER (Société française d’études épigraphieques sur Rome et le monde romain), François Kirbihler donnera une conférence intitulée « P. Vedius Pollion, préfet d’Octavien en Asie ? Les problèmes d’une mission publique entre République et Empire », le samedi 17 octobre 2015 à 10h. en salle W. Benjamin à l’INHA, 2 rue de Vivienne, Paris, 2e arrondissement.

 

P. Vedius Pollio est surtout connu comme homme d’affaires et acteur d’une anecdote scandaleuse montrant sa cruauté à l’égard d’un esclave. Il joue cependant un rôle officiel mal connu en Asie Mineure, entre Actium et la fondation du Principat, probablement vers 31-29. Les monnaies de Tralles, si elles paraissent confirmer un poste officiel, ne sont cependant pas sans poser à première vue un problème pour la datation de la mission de Pollion, et il convient également de se poser la question d’une procuratèle vers 27-25.  Certaine est la mise sur pied d’une fondation pour un concours en l’honneur d’Auguste, des Sebasta, et possible une refondation de l’Artémision selon un rite romain. Il est probable qu’il se soit agi d’une véritable mission comportant des visées plus larges, car Pollion est aussi honoré à Troie et à Milet/Didymes et on sait qu’Auguste a validé les dispositions prises à Éphèse : il a peut-être réorganisé la province juste après Actium, mais les spécialistes (J. Keil, R. Szramkiewicz, W. Eck, B.M. Kreiler) ne s’accordent pas sur la nature de ses pouvoirs. Pour B.M. Kreiler il a été un préfet d’Octavien doté de pouvoirs équivalents à ceux d’un gouverneur et D. Erkelenz le classe comme tel. P. Vedius Pollio a donc incontestablement apporté sa contribution, à la suite de Mécène, mais plus modestement qu’un M. Agrippa, à la mise en place de la transition politique entre République et Empire dans la province d’Asie.

Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.21Le 1er octobre, François Kirbihler présentera une conférence intitulée : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

La communication porte sur les relations de P. Vedius Pollio, chevalier, fils d’affranchi, affairiste ami d’Auguste, avec Ephèse. Trois types de relations ont pu être appréhendés : une mission mal connue à caractère public en rapport avec l’Artémision et d’autres temples d’Asie effectuée pour le compte d’Auguste, des relations commerciales actives du Romain avec l’Asie et son principal port, enfin l’existence d’une postérité onomastique, les P. Vedii d’Ephèse. Il se dégage le portrait fascinant d’une famille en ascension durant les troubles du ier s. av. J.-C.

Télécharger l’affiche.

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Au second semestre le séminaire aura l’honneur d’accueillir :

Arietta Papaconstantinou (Université de Reading/Oxford).
Julien Monnerie (Université de Paris 1).

Stéphane Lebreton (Université d’Artois).
Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne).

 

Martin Steskal : « Vivre et mourir à Éphèse »

Le Séminaire d’Histoire Ancienne a la joie d’accueillir Martin Steskal, privat-dozent à l’Institut Archéologique Autrichien, pour une conférence intitulée : « Vivre et mourir à Éphèse : archéologie de la mort dans une métropole romaine » (Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole). La conférence se déroulera le jeudi 5 mars 2015 à 18h. en salle A329b (CLSH, place Godefroy de Bouillon).

Après que des fouilles illicites aient eu lieu dans la nécropole d’Éphèse, L’Institut Archéologique Autrichien a décidé, au milieu des années 2 000, d’entreprendre des fouilles systématiques dans les zones d’inhumations se trouvant souvent loin des flux touristiques. Ces travaux se poursuivent aujourd’hui et constituent le centre de gravité des recherches autrichiennes à Éphèse. L’objectif consiste à recenser toutes les nécropoles du début de l’établissement des Grecs vers 1 000 avant J.-C. jusqu’à la fin de l’époque byzantine au XVe siècle et à en comprendre la structure.

À côté de leur plan architectonique et de l’organisation des nécropoles, l’homme et ses pratiques dans le domaine de la mort sont au cœur de notre intérêt. À quelles conclusions conduisent les découvertes archéologiques ? Peut-on reconstituer la biographie des morts ? Quelle mémoire reste-t-il des morts et comment ceux qui leur ont survécu ont-ils souhaité la montrer ?

Nachdem es in den Nekropolen um Ephesos zu erheblichen Raubgrabungen gekommen war, entschloss sich das Österreichische Archäologische Institut, Mitte der 2 000er Jahre systematische Forschungen in den oft weit von den Touristenströmen liegenden Bestattungsarealen zu beginnen. Diese Arbeiten halten bis heute an und bilden einen der Schwerpunkte österreichischer Forschungen in Ephesos. Ziel ist es, alle Nekropolen vom Beginn der griechischen Besiedlung um 1 000 v. Chr. bis zum Ende der byzantinischen Zeit im 15. Jahrhundert n. Chr. zu erfassen und in ihrer Struktur zu verstehen.

Neben dem architektonischen Aufbau und der Organisation der Nekropolen steht aber der Mensch und sein Handeln im Umfeld des Todes im Zentrum unseres Interesses. Welche Rückschlüsse erlaubt der archäologische Befund? Lassen sich die Biographien der Verstorbenen rekonstruieren? Wie will der Verstorbene in Erinnerung bleiben und wie wollen die Hinterbliebenen, dass er gesehen wird?

Télécharger l’affiche.

 

Les autres dates de la saison 2014/2015 :

2 octobre 2014 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Les Italiens à Éphèse : de l’exploitation des Grecs à l’intégration dans la cité (133 a.C. – 48 p. C.) »

20 novembre 2014 – Laurent Guichard (Université de Savoie) : « L’initiation chrétienne et la fonction impériale de Constantin à Théodose II »

29 janvier 2015 – Audrey Becker (Université de Lorraine) : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive »

5 mars 2015 – Martin Steskal (Université de Vienne) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

23 mars 2015 – Christoph Schäfer (Université de Trêves) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

30 avril 2015 – Patrice Schlosser (Lycée Poincarré, Nancy) : « Périnthe et la Thrace propontique antique : une zone de contact méconnue du monde grec »

François Kirbihler : « Ein Kult der Dea Roma und des Divus Julius in Ephesos unter dem Triumvirat »

Le mercredi 26 novembre 2014, François Kirbihler donnera une conférence à l’Institut für Alte Geschichte de Vienne en Autriche (17h.-18h.) sur le sujet « Ein Kult der Dea Roma und des Divus Julius in Ephesos unter dem Triumvirat ».

L’objet de la conférence est de démontrer qu’à Éphèse le culte de Rome et de César a été créé dès le triumvirat en 39/38 et non en 29 avant J.-C., comme cela est communément admis par la tradition.

François Kirbihler : « Les Italiens à Éphèse. De l’exploitation des Grecs à l’intégration dans la cité (133 a.C.-73 p.C.) »

Conférence donnée à l’université de Lorraine à Nancy, sur le campus Lettres et Sciences Humaines en salle A329b, jeudi 2 octobre de 18h à 19h.
Pour la reprise des séances du séminaire d’histoire ancienne François Kirbihler évorquera l’histoire de la communauté (conventus) des Italiens à Éphèse.
Installée après la création de la province, elle exploita fiscalement les Grecs et fut massacrée lors de la première guerre mithridatique (88 a.C.). C’est la communauté reconstituée à partir des années 70 dont on peut suivre plus précisément la destinée. Publicains, propriétaires fonciers, commerçants, les Italiens et leurs affranchis, parfois liés à des aristocrates romains bien connus, firent souche dans la capitale de l’Asie propice aux affaires. Ils finirent par s’intégrer à diverses structures civiques de la cité et fournirent plusieurs importants magistrats et évergètes. Ce sont les étapes de cette installation, puis de cette intégration que François Kirbihler propose de retracer, dans la mesure où Éphèse constitue un possible modèle de cité provinciale à la fois stipendiaire et bien intégrée au sein de l’Empire romain.

Télécharger l’affiche

Les autres dates de la saison 2014/2015 :

2 octobre 2014 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Les Italiens à Éphèse : de l’exploitation des Grecs à l’intégration dans la cité (133 a.C. – 48 p. C.) »

20 novembre 2014 – Laurent Guichard (Université de Savoie) : « L’initiation chrétienne et la fonction impériale de Constantin à Théodose II »

29 janvier 2015 – Audrey Becker (Université de Lorraine) : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive »

5 mars 2015 – Martin Steskal (Université de Vienne) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

23 mars 2015 – Christoph Schäfer (Université de Trêves) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

30 avril 2015 – Patrice Schlosser (Lycée Poincarré, Nancy) : « Périnthe et la Thrace propontique antique : une zone de contact méconnue du monde grec »