Archives par mot-clé : Empire romain

L’adoption romaine chez les Vedii d’Éphèse

Dans le cadre de la journée d’étude La citoyenneté romaine en Asie Mineure au IIe siècle après J.-C. organisée par Gabrielle Frija, François Kirbihler présente une communication intitulée « L’adoption romaine chez les Vedii d’Éphèse. Une continuité gentilice grâce à l’adoption de Grecs par un Italique » (13 avril, 9h30).  La journée d’étude se tient les 12 et 13 avril 2018 à l’Université de Marne La Vallée, UPEM / ACP, Bâtiment Bois de l’Étang, salle B6.

 

Vedius Antoninus

La riche famille éphésienne des Vedii, probablement issue de descendants d’affranchi(s) de P. Vedius Pollio, manifeste une impressionnante capacité de survie gentilice entre Auguste et le milieu du IIIe siècle. Elle a pu être reconstituée au fil des découvertes épigraphiques et des recherches érudites successives. On sait ainsi que les générations de la famille postérieures au règne d’Hadrien ne sont pas en continuité biologique avec les premiers Vedii, mais les héritiers d’une adoption survenue durant le règne de cet empereur. Un éminent personnage du Conseil de la cité, le chevalier romain, asiarque et magistrat P. Vedius Antoninus (I) adopta apparemment sur deux générations  des Claudii, notables grecs romanisés : M. Claudius Sabinus et M. Claudius Sabinianus devinrent des (Claudii) Vedii, également appelés P. Vedius Antoninus (II et III) dans la formule épigraphique courte. Cette adoption n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes d’interprétation : la date exacte de l’adoption n’est pas connue et mérite discussion ; la séquence onomastique nouvelle des personnages adoptés ne correspond pas à première vue aux règles habituellement observées dans le cadre des adoptions romaines ; si les avantages qui découlent de la pratique paraissent clairs, le choix entre adoption du vivant de l’adoptant ou adoption testamentaire n’est pas évident. Il n’est en revanche pas sans intérêt de constater qu’une famille cliente d’Antonin adopte des clients de l’impératrice Sabine. La famille accède peu de temps après à l’ordre sénatorial.

 

Télécharger l’affiche.

Télécharger le programme de la journée d’étude.

Andréa Binsfeld : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’empire romain et l’antiquité tardive » (Compte rendu)

Andréa Binsfeld, de l’Université de Luxembourg, a présenté une conférence intitulée « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive » le 24 novembre 2016. 

La condition des esclaves durant l’Antiquité soulève de nombreuses problématiques. Si Patterson reprend le principe de « mort sociale », cette idée a soulevé des exceptions. Il est un objet, considéré comme faisant partie du domaine de son propriétaire. Ainsi, un esclave n’a pas le droit de fonder de famille, doit être sexuellement disponible pour le maître. Il n’est même pas considéré comme individu d’après le droit romain.

L’origine des esclaves est variée : prisonniers de guerre, servitude volontaire liée à l’endettement. Leur sort l’est tout autant : tantôt humiliés, tantôt gérant les affaires du maître, leur condition est à nuancer. Si le maître dispose de la Patria potestas qui lui donne le droit de tuer son esclave, il peut aussi le libérer, et ainsi lui permettre d’accéder au statut d’affranchi. Les représentations iconographiques sont révélatrices de cette diversité : inférieurs aux détenteurs de la citoyenneté, ils sont représentés de taille plus petite, leur beauté peut souligner celle de leur maîtresse ou la richesse de leur maison. A contrario les femmes ont parfois le crâne rasé et les hommes portent même des attributs féminins.

Ces exemples témoignent de la difficulté à établir un portrait type de l’esclave dans l’Antiquité, mais il apparaît toujours avec une différenciation, accentuant le contraste avec l’homme libre, faisant de lui un étranger dans les limites mêmes de l’Empire.

Les processus de romanisation dans les provinces de l’Empire romain

Dans le cadre du programme du Deutsche Archäologische Institut, Forschungscluster 6: Connecting cultures, Andreas Gutsfeld (Université de Lorraine) et Stefan Lehmann (Universität Halle) organisent un colloque intitulé « Les processus de romanisation dans les provinces de l’Empire romain » à Olympie (Grèce) du 5 au 9 octobre 2016.

Après la conquête du bassin méditerranéen par Rome (du IIIe au Ier siècle av. J.-C.), les populations soumises sont confrontées à la diffusion des modèles de la civilisation romaine (citoyenneté romaine, institutions civiques, culte impérial, etc.). En adoptant à long terme ces modèles, ces populations se romanisent. Ce processus est marqué d’importants changements et innovations. Composé d’archéologues, historiens et numismates, le groupe de travail (appartenant au Forschungscluster 6 du Deutsche Archäologische Institut) étudie les processus de romanisation à l’exemple de sites archéologiques et d’une documentation souvent peu étudiés jusqu’à présent: Abydos, Samos, le Nord-ouest de la péninsule ibérique, les monnaies d’Hérode le Grand et de peuples germaniques.

Télécharger le programme détaillé.

 

Illustration : Temple de Zeus à Olympie (Ronny Siegel, Creative Commons).