Archives par mot-clé : économie

Autour de l’« économie impériale » en Asie mineure

Dans le cadre du projet “LanCRAM : The land of Caesar : Geography and economy of the imperial properties in Roman Asia Minor” (Marie Curie IEF), Alberto Dalla Rosa (EPHE) organise une journée d’étude sur le thème « Autour de l’ “économie impériale” en Asie mineure » le samedi 21 mai 2016 de 10h à 18h (Salle Mariette, INHA).

La séance de l’après-midi sera présidée par François Kirbihler.

La deuxième journée d’étude du projet LanCRAM est consacrée au thème de l’ « économie impériale » en Asie Mineure. De la controverse Bücher-Meyer au modèle taxe-commerce de Keith Hopkins, en passant pour Max Weber et Rostovtzeff, les historiens ont depuis longtemps essayé de définir de façon globale la nature de l’économie romaine sous le Haut-Empire. Située chronologiquement entre la phase de la grande expansion méditerranéenne et la crise du IIIe siècle ap. J.-C., l’économie impériale est caractérisée par une condition générale de paix à l’intérieur et de forte présence militaire aux frontières, par un développement du commerce à longue distance et par une diffusion graduelle du droit romain. Ces circonstances favorisèrent la croissance de l’économie des provinces et notamment de certaines régions orientales, où l’urbanisme était particulièrement fort.
 
En réunissant un ensemble de spécialistes dont la maitrise de la documentation épigraphique de la région est renommée, notre journée d’étude se propose donc de jeter un regard sur les aspects de la vie économique de l’Asie Mineure les plus fortement liés au fait de l’inclusion de cette région dans l’Empire Romain. Il s’agit d’abord de la figure même de l’empereur, vu en tant qu’acteur économique – en raison de ses propriétés – aussi bien que promoteur d’une certaine politique patrimoniale au sein des élites locales. Une attention particulière sera donnée aussi à certains facteurs d’intégration économique, tels que la politique douanière et le rôle de l’armée.

Télécharger le programme.

 

Workshop : « Regards croisés sur les transformations de la monnaie dans l’antiquité »

Le 5 février 2016, à la Cité Universitaire, Maison des Provinces de France, Salle Antilles (55 Boulevard Jourdan à Paris), Jérôme Bourdieu (PSE et EHESS), Jean-Yves Grenier (EHESS), François Lerouxel (AOROC et Université de Paris IV), Gilles Postel-Vinay (PSE et EHESS), Julien Zurbach (AOROC et ENS) organisent un workshop intitulé : « Regards croisés sur les transformations de la monnaie dans l’antiquité ».

En histoire économique antique, les conséquences économiques des transformations de la monnaie, de sa diffusion dans un espace géographique plus vaste ou de l’extension de la monétarisation sont le plus souvent envisagées du point de vue des échanges. Ainsi, par exemple, la diffusion du denier dans l’Empire romain est souvent interprétée comme un des facteurs ayant permis l’augmentation des échanges commerciaux en son sein.

Cependant, la monnaie est autant liée à la dette qu’à l’échange et le prêt est une transaction très fréquente dans tous les milieux sociaux. La monétarisation de certaines transactions peut aussi avoir des conséquences économiques sur le prêt, sur le taux d’intérêt et sur les conséquences juridiques du défaut de paiement pour le débiteur, par exemple le développement de l’esclavage pour dettes à Rome au VIe s. avant J.-C. lors de l’apparition de la monnaie pesée.

Le but de cette journée est de s’interroger sur des cas concrets de transformations touchant la monnaie et de leurs conséquences éventuelles en matière de prêt, d’intérêt et de traitement juridique de la dette.

Laetitia Graslin y présentera une communication intitulée « Les transformations monétaires et leurs conséquences en Babylonie du VIe au IVe siècle av. J.-C. ».

Plus d’information sur le site Ouvrir la Science Économique.

Autour de l’ « économie impériale » en Asie Mineure : empereurs, notables, marchands, armée

Dans le cadre du projet « LanCRAM : The land of Caesar : Geography and economy of the imperial properties in Roman Asia Minor » (Marie Curie IEF), Alberto Dalla Rosa (EPHE) organise une journée d’étude Autour de l’ « économie impériale » en Asie Mineure : empereurs, notables, marchands, armée.

La journée d’étude se tiendra le samedi 14 novembre 2015 de 9h45 à 18h. dans la salle Peiresc à l’INHA.

Notre collègue François Kirbihler aura l’honneur d’y présider la séance de l’après-midi.

Télécharger le programme.

 

Imported textiles and dyes in first millennium Babylonia and the emergence of new consumptions needs

Le mercredi 11 novembre 2015, à l’occasion du colloque Textile Trade and Distribution 2 : From the Ancient Near East to the Mediterranéen (1000 BC-400 AD) , qui se tient à Kassel du 11 au 14 novembre 2015, Laetitia Graslin-Thomé présentera une communication intitulée : « Imported textiles and dyes in first millennium Babylonia and the emergence of new consumptions needs ».

Neo-babylonian texts often deal with textiles and dyes: both currently appear in administrative texts issued by the temples. Some were locally produced, others were imported. Numerous administrative texts preserved in clay tablets help to understand the way textiles or intermediate products were imported in Babylonia, for what purpose, by which kind of people, how they were traded or distributed. This paper will focus on imported and rare fibers. We will show the shift in consumption revealed in the texts, as well as the introduction of new products, like cotton.  We will also try to see how economic models can help to understand this change in consumption, especially how they can explain why people make themselves dependent of some kind of products they have to import from abroad, even if they have similar commodities at home.

Télécharger le programme complet du colloque.

Laetitia Graslin au collège de France : « Les dattes, produit marqueur du changement en Mésopotamie »

Le 17 septembre Laetitia Graslin donne une conférence au collège de France intitulée : « Les dattes, produit marqueur du changement en Mésopotamie ».

Sceau néo-assyrien (720-700 avant J.-C.). Ishtar représentée entre deux palmiers-dattiers.

Le «grand VIe siècle» mésopotamien est une période d’importantes transformations économiques. Si les données archéologiques sont rares, les textes cunéiformes apportent une documentation abondante. L’expansion des palmeraies est ainsi bien attestée à Borsippa ou Sippar. Associée à l’utilisation de plus en plus fréquente de l’argent comme instrument d’échange, elle témoigne peut-être de l’évolution des comportements économiques.