Archives par mot-clé : colloque

Colloque « Antiochos III et l’Orient »

Christophe Feyel et Laetitia Graslin-Thomé organisent à Nancy un colloque intitulé « Antiochos III et l’Orient ». Il se tiendra les 6, 7 et 8 juin 2016 au Campus Lettres et Sciences Humaines, 23 boulevard Albert Ier, Nancy, bâtiment A, salle A104.

Paru il y a plus de vingt ans, l’ouvrage de A. Kuhrt et S. Sherwin-White, From Samarkhand to Sardis, a modifié la manière de concevoir l’Empire séleucide, jusque là trop souvent observé par le biais de sa seule façade méditerranéenne. Il a conduit les chercheurs à porter un regard nouveau sur les sources dans toute leur diversité : inscriptions, monnaies, textes littéraires, sources judéennes ou cunéiformes, etc. La meilleure prise en compte de ces documents a permis de mieux apprécier la manière dont s’est constituée, maintenue, puis effondrée la royauté séleucide.

Prenant acte de ces acquis de la recherche récente, une série de colloques organisés à Nancy s’attachent à apprécier les évolutions du monde séleucide. Un précédent colloque, organisé en 2012, avait été consacré à Antiochos IV. Il avait montré que certains des problèmes traités par Antiochos IV trouvaient leur origine sous le règne de son père.

En conséquence, il semble maintenant nécessaire de réexaminer l’œuvre d’Antiochos III en Orient. Les travaux que J. Ma a consacrés à la reconquête séleucide de l’Asie mineure ont en effet prouvé qu’Antiochos III avait su adapter la dynastie séleucide à un monde composé de cités grecques. Il est ainsi parvenu à réinstaller en Asie mineure occidentale un pouvoir séleucide qui en était absent depuis les années 240. Mais, dans les parties orientales de l’empire séleucide, le problème se posait de manière sensiblement différente : ces régions ne comprenaient que très peu de cités ; l’organisation sociale et politique y était totalement différente. Quel type de relations Antiochos III a-t-il mis en place avec ces communautés ? A-t-il, comme en Asie Mineure, cherché à construire un mode de relation stable avec les populations orientales? Et si oui, de quelle manière, et avec quels interlocuteurs ? Les évolutions auxquelles Antiochos III doit faire face en Orient sont multiples : tendances centrifuges apparues dès le début du règne, nécessité de trouver des soutiens locaux, place nouvelle des populations hellénisées, interventions de puissances étrangères.

Télécharger l’affiche.

Télécharger le programme.

Bruno Rochette : « La diversité des langues dans l’Empire Romain »

BNU. Papyrus grec 1173. Papyrus bilingue.
BNU. Papyrus grec 1173. Papyrus bilingue.

En ouverture du colloque « Irénée après Irénée : traces d’un auteur grec perdu » (11-13 juin 2015), organisé par Rémi Gounelle (Faculté de théologie protestante de Strasbourg) et Agnès Bastit (Centre Michel Baude, Université de Lorraine), Bruno Rochette (Université de Liège) présentera une conférence intitulée : « La diversité des langues dans l’Empire romain à l’époque d’Irénée (IIe siècle) : l’Asie mineure et la Gaule ». La conférence se tiendra jeudi 11 juin au Palais Universitaire de Strasbourg (salle Tauler) à 20h30.

Programme du colloque.

La diffusion de l’œuvre d’Irénée, auteur grec majeur du tout premier christianisme, pose des problèmes délicats : répandue très peu de temps après sa publication comme en témoignent les papyrus égyptiens d’Oxyrhynque, elle a aujourd’hui presque entièrement disparu dans sa langue originale, le grec, et n’est accessible qu’à travers des citations fragmentaires ou des traductions anciennes. Pourtant, Irénée était un auteur de référence pour l’Antiquité chrétienne, aussi bien orientale qu’occidentale, comme l’attestent l’utilisation par les hérésiologues (Hippolyte, Tertullien, Epiphane, Eznik), les citations de Basile, Augustin, Théodoret de Cyr ou les Sacra parallela attribués à Jean de Damas, et les traductions elles-mêmes (en latin, arménien et syriaque). Il a continué à être connu au Moyen Âge (surtout occidental), puis a attiré l’intérêt d’érudits majeurs (Erasme, Harnack). Les journées d’études de Strasbourg chercheront à retracer quelques-unes des étapes de la transmission de cette œuvre, sans exclure sa réception dans les diverses traditions chrétiennes et sa prise en compte par les théologiens modernes.

« Quand naissent les dieux » : colloque international de Rome (18-20 juin 2015)

Après deux journées d’étude, une table ronde et deux séminaires de formation doctorale,  le programme mutualisé entre l’École française d’Athènes et l’École française de Rome « Des espaces et des rites : pour une archéologie du culte dans les sanctuaires du monde méditerranéen » accueille un colloque international autour de la naissance des dieux dans le monde antique intitulé : « Quand naissent les dieux : fondation des sanctuaires. Motivations, agents, lieux. »

Le colloque se tiendra à Rome, dans les locaux de l’École française du 18 au 20 juin 2015. Il est porté par les deux Écoles d’Athènes et de Rome avec la collaboration du LabEx Archimède « Archéologie et Histoire de la Méditerranée et de l’Égypte anciennes » et organisé par Sandrine Agusta-Boularot (Université Paul Valéry Montpellier), Sandrine Huber (Université de Lorraine) et William Van Andringa (Université de Lille).

quand-naissent-les-dieuxLes procédures juridiques, mal décrites par les textes avouons-le, ne suffisent pas à rendre compte de l’acte exceptionnel que constitue la fondation d’un sanctuaire. Les données archéologiques récentes montrent des processus variés qui touchent tout autant la religion que l’organisation humaine, la vie politique et économique des communautés ou la perception des territoires. La fondation d’un lieu de culte était d’abord un acte exceptionnel qui mettait en œuvre un écheveau complexe de motivations et d’agents divers tout autant que de relations choisies dans le paysage, avec les habitats et les territoires puisqu’il s’agissait au premier chef d’installer un dieu dans un lieu propice. Les communications s’orienteront autour des thèmes suivants : les motivations, les agents et les lieux.

Télécharger le programme.

Colloque « Héros grecs à travers le temps » (Metz)

Capture d’écran 2015-05-11 à 19.19.26Du 28 au 30 mai 2015 se tiendra à Metz un colloque organisé par Laurence Baurain-Rebillard et intitulé « Héros grecs à travers le temps : autour de Bellérophon, Cadmos, Persée, Thésée ». Le colloque se tiendra au cloître des Récollets, salle capitulaire (1 rue des Récollets 57000 Metz).

Plus d’information sur le blog « Politique et conflits ».

Voir l’affiche

Télécharger le programme

Parution : « Le projet politique d’Antiochos IV »

Nous avons avons le plaisir de vous annoncer la parution des actes du colloque international franco-allemand  organisé à Nancy par Chr. Feyel, L. Graslin-Thomé, Chr. Mileta et P. F.  Mittag du 17 au 19 juin 2013 sur le sujet du « projet politique d’Antiochos IV ». couverture-antiochosLes travaux présentés lors de ces journées ont permis d’étudier à nouveau le règne, court mais important, d’Antiochos IV (175-164/3). Pour apprécier ce règne dans toute son originalité, il faut prendre en compte des sources de nature très diverse – épigraphie, numismatique, philologie, papyrologie grecques, mais aussi assyriologie et études bibliques. Cette rencontre nancéienne a donc rassemblé des spécialistes issus de ces différentes disciplines.

Ils ont tenté de comprendre le projet politique d’Antiochos IV et la manière dont il s’efforça de réformer l’empire séleucide, dans le contexte nouveau suscité par la paix d’Apamée (188). Ils se sont tout d’abord intéressés à la personnalité énigmatique du souverain, qui fut souvent source d’incompréhensions et de rejets. Leur réflexion a ensuite porté sur les réformes structurelles entreprises par Antiochos IV à l’échelle de son empire, vaste mais hétérogène – réformes portant sur la monnaie, l’armée, la taxation notamment. Elle les a enfin amenés à étudier les réactions des différentes populations locales, surprises, hostiles mais parfois aussi consentantes face à ces transformations profondes voulues par le souverain séleucide.

Illustration : Giovanni Domenico Tiepolo, Les sept frères Macchabées condamnés à mort par Antiochos IV, XVIIIe siècle.

François Kirbihler : « P. Vedius Pollio, préfet d’Octavien en Asie ? Les problèmes d’une mission publique entre République et Empire »

À l’occasion du colloque de Bordeaux Auguste et l’Asie mineure (du 20 au 22 novembre à l’Archéopole d’Aquitaine), François Kirbihler fera une intervention intitulée : « P. Vedius Pollio, préfet d’Octavien en Asie ? Les problèmes d’une mission publique entre République et Empire ».

P. Vedius Pollio est surtout connu comme homme d’affaires et acteur d’une anecdote scandaleuse montrant sa cruauté à l’égard d’un esclave. Il joue cependant un rôle officiel mal connu en Asie Mineure, entre Actium et la fondation du Principat, probablement vers 31-29. Les monnaies de Tralles, si elles paraissent confirmer un poste officiel, ne sont cependant pas sans poser à première vue un problème pour la datation de la mission de Pollion, et il convient également de se poser la question d’une procuratèle vers 27-25.  Certaine est la mise sur pied d’une fondation pour un concours en l’honneur d’Auguste, des Sebasta, et possible une refondation de l’Artémision selon un rite romain. Il est probable qu’il se soit agi d’une véritable mission comportant des visées plus larges, car Pollion est aussi honoré à Troie et à Milet/Didymes et on sait qu’Auguste a validé les dispositions prises à Éphèse : il a peut-être réorganisé la province juste après Actium, mais les spécialistes (J. Keil, R. Szramkiewicz, W. Eck, B.M. Kreiler) ne s’accordent pas sur la nature de ses pouvoirs. Pour B.M. Kreiler il a été un préfet d’Octavien doté de pouvoirs équivalents à ceux d’un gouverneur et D. Erkelenz le classe comme tel. P. Vedius Pollio a donc incontestablement apporté sa contribution, à la suite de Mécène, mais plus modestement qu’un M. Agrippa, à la mise en place de la transition politique entre République et Empire dans la province d’Asie.

Programme du colloque « Auguste et l’Asie mineure ».

 

 

« La théocratie dans l’Antiquité. Les dieux et le pouvoir » (16 et 17 octobre 2014 – Metz)

Colloque organisé par Christian-Georges Schwentzel à Metz les 16 et 17 octobre 2014 au cloître des Récollets (1, rue des Récollets, 57000 Metz).

L’emploi du terme « théocratie » en histoire ancienne ne va pas de soi, contrairement à l’usage qu’en font les médiévistes. Il paraît néanmoins justifié à plusieurs titres. Tout d’abord, parce que la théocratie médiévale repose sur des legs de l’Antiquité, notamment l’affirmation de Paul qu’« il n’y a d’autorité que par Dieu » (Épître aux Romains XIII, 1-4). Mais surtout, parce que c’est un historien antique, Flavius Josèphe, qui forgea le terme théokratia et l’utilisa pour la première fois au Ier siècle apr. J.-C. (Contre Apion II, 165). Le colloque s’organisera autour de trois grands axes. Il s’agira tout d’abord de distinguer les diverses formes prises par ce type d’idéologie et de régime politique, dans le but, chaque fois, d’évaluer la pertinence de l’emploi du terme. On se demandera ensuite comment réagirent les peuples destinataires des discours théocratiques. On cherchera enfin à mettre en évidence des filiations idéologiques de la théocratie entre l’Antiquité et le Moyen Âge.

Télécharger le programme

Laetitia Graslin-Thomé : « New institutional economics and camel drivers: in which way modern economical concepts can help to understand the changes in long distance trade in first millennium BC Mesopotamia »

Capture d’écran 2014-01-14 à 19.17.11

Laetitia Graslin-Thomé présentera une communication intitulée « New institutional economics and camel drivers: in which way modern economical concepts can help to understand the changes in long distance trade in first millennium BC Mesopotamia » lors du colloque Antike Wirtschaft und ihre Kulturelle Prägung (Ancient Economies and Cultural identities) à la Philipps Universitäts de Marbourg.

Colloque : « L’héritage grec des colonies romaines d’Orient »

8 et 9 novembre, Maison Inter-universitaire des Sciences de l’Homme d’Alsace (MISHA), salle de conférence.

Nos voisins de l’université de Strasbourg organisent un colloque international intitulé « L’héritage grec des colonies romaines d’Orient. Interactions culturelles et linguistiques dans les provinces hellénophones de l’Empire romain ».

heritage-grec-colonies-romaines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger le programme détaillé

Le projet politique d’Antiochos IV

Antiochos IV
Buste d’Antiochos IV (Altes Museum, Berlin)

Colloque international franco-allemand
Nancy
17-19 juin 2013

 

C. Feyel L. Graslin-Thomé

HISCANT-MA, Université de Lorraine.

C. Mileta (Halle)

P. F. Mittag (Cologne)

Comme l’écrivait naguère E. Will, « peu de souverains (…) ont suscité des interprétations plus divergentes » qu’Antiochos IV. Fils d’Antiochos III, il hérite à la fois du prestige d’un grand royaume et d’une situation compromise par la défaite de Magnésie. La paix d’Apamée le contraint, tout comme son père, à n’agir qu’en Orient, et à composer avec une puissance romaine toujours plus active. Faute de pouvoir s’intéresser à l’Asie Mineure et à la Grèce devenus inaccessibles, il doit se concentrer sur son propre royaume et sur son environnement oriental immédiat.

De manière générale, les sources littéraires, à la suite de Polybe, lui sont peu favorables. Elles dressent de sa personnalité l’image d’un déséquilibré en partie responsable du déclin séleucide. La tradition juive en donne une image plus noire encore. Elle compose le portrait d’un roi impie responsable du soulèvement de Jérusalem et de la guerre des Maccabées. Toutefois, les inscriptions, notamment à Athènes, suggèrent que ce souverain fut parfois apprécié. Par ailleurs, les tablettes akkadiennes de Babylone et d’Uruk adoptent une vision beaucoup plus neutre, et montrent un souverain procédant à des réformes qui ne semblent pas faire l’objet d’une résistence particulière. Comme à Jérusalem, il renouvelle un personnel politique et crée des corps de citoyens. Le parallèle est frappant, mais ce qui est accepté apparemment sans trop de difficultés en Mésopotamie donne lieu à une guerre civile en Judée. Se pose alors la question de savoir si le personnage n’a pas été décrié surtout parce que ses projets politiques étaient trop ambitieux et difficiles à faire accepter partout.

L’objet de ce colloque est donc, au delà de l’image et de la psychologie de ce souverain, de déterminer dans quelle mesure Antiochos IV a conçu et cherché à imposer un projet politique cohérent. A-t-il voulu helléniser le royaume séleucide, et à quelles fins ? Ses réformes procèdent-elles d’une volonté d’uniformisation administrative ? Dans quelle mesure Antiochos IV a-t-il été influencé par les modèles lagide ou romain ?

Au cours de leurs travaux pionniers, E. Will et C. Orrieux s’étaient naturellement intéressés à ces questions. Mais la documentation s’est depuis élargie et diversifiée, avec par exemple les apports de la numismatique ou les données livrées par les tablettes cunéiformes désormais mieux connues. Les études publiées récemment sur le royaume séleucide conduisent, elles aussi, à réévaluer l’action politique de ce souverain.

Tel est le projet que l’on s’efforcera de mener à bien au cours d’un colloque qui se tiendra en juin 2013 à Nancy. Pour plus de clarté, C. Feyel et L. Graslin-Thomé proposent dès maintenant quelques axes de réflexion qui devraient aboutir à un livre collectif consacré au projet politique d’Antiochos IV. Il s’agirait dans un premier temps de dresser un bilan de l’état du royaume séleucide à l’avènement d’Antiochos IV (personnalité du nouveau souverain telle que les sources littéraires la font connaître, rapports avec Rome, question de l’indemnité de guerre prévue par le traité d’Apamée, conflit avec l’Égypte). Dans un deuxième moment, on étudiera les réformes d’Antiochos IV (politique monétaire, création de cités, culte royal, armée, entourage royal). Il conviendra enfin d’apprécier les réactions et les résultats de ces réformes (révolte juive, difficile reprise en main des hautes satrapies, efficacité des réformes administratives, image du souverain en dehors du royaume séleucide, succession d’Antiochos IV).

Affiche du colloque

Programme Colloque Antiochox IV

L’assistance au colloque est libre pour toute personne intéressée, qui se trouvera également invitée à la réception donnée, le 17 juin à 18:30, en mairie de Nancy. Toute personne souhaitant participer aux repas devra s’acquitter de droits d’inscription à hauteur de 30 euros, et se signaler à l’avance auprès de Laetitia Graslin :

laetitia.graslin@univ-lorraine.fr