Archives par mot-clé : Christophe Feyel

Colloque « Antiochos III et l’Orient »

Christophe Feyel et Laetitia Graslin-Thomé organisent à Nancy un colloque intitulé « Antiochos III et l’Orient ». Il se tiendra les 6, 7 et 8 juin 2016 au Campus Lettres et Sciences Humaines, 23 boulevard Albert Ier, Nancy, bâtiment A, salle A104.

Paru il y a plus de vingt ans, l’ouvrage de A. Kuhrt et S. Sherwin-White, From Samarkhand to Sardis, a modifié la manière de concevoir l’Empire séleucide, jusque là trop souvent observé par le biais de sa seule façade méditerranéenne. Il a conduit les chercheurs à porter un regard nouveau sur les sources dans toute leur diversité : inscriptions, monnaies, textes littéraires, sources judéennes ou cunéiformes, etc. La meilleure prise en compte de ces documents a permis de mieux apprécier la manière dont s’est constituée, maintenue, puis effondrée la royauté séleucide.

Prenant acte de ces acquis de la recherche récente, une série de colloques organisés à Nancy s’attachent à apprécier les évolutions du monde séleucide. Un précédent colloque, organisé en 2012, avait été consacré à Antiochos IV. Il avait montré que certains des problèmes traités par Antiochos IV trouvaient leur origine sous le règne de son père.

En conséquence, il semble maintenant nécessaire de réexaminer l’œuvre d’Antiochos III en Orient. Les travaux que J. Ma a consacrés à la reconquête séleucide de l’Asie mineure ont en effet prouvé qu’Antiochos III avait su adapter la dynastie séleucide à un monde composé de cités grecques. Il est ainsi parvenu à réinstaller en Asie mineure occidentale un pouvoir séleucide qui en était absent depuis les années 240. Mais, dans les parties orientales de l’empire séleucide, le problème se posait de manière sensiblement différente : ces régions ne comprenaient que très peu de cités ; l’organisation sociale et politique y était totalement différente. Quel type de relations Antiochos III a-t-il mis en place avec ces communautés ? A-t-il, comme en Asie Mineure, cherché à construire un mode de relation stable avec les populations orientales? Et si oui, de quelle manière, et avec quels interlocuteurs ? Les évolutions auxquelles Antiochos III doit faire face en Orient sont multiples : tendances centrifuges apparues dès le début du règne, nécessité de trouver des soutiens locaux, place nouvelle des populations hellénisées, interventions de puissances étrangères.

Télécharger l’affiche.

Télécharger le programme.

Christophe Feyel : « Délos, l’île sainte »

Panorama de Délos (©Wikimedia commons)
Panorama de Délos (©Wikimedia commons)

Dans le cadre des Journées de l’Antiquité et avec le soutien de l’Association Lorraine des Professeurs de Langues Anciennes et de la Ville de Nancy, Christophe Feyel prononcera une conférence intitulée : « Délos, l’île sainte », le lundi 23 mars de 17h. à 18h. dans la salle Chepfer de l’Hôtel de Ville de Nancy. Entrée libre (par la rue Fourier).

Cette conférence présentera tout ce que les fouilles archéologiques de Délos, menées par l’École Française d’Athènes depuis 1873, ont apporté à notre connaissance de l’Antiquité grecque. Délos, l’île sainte, aujourd’hui presque déserte, a été un haut lieu du monde grec. Elle abrita un grand sanctuaire d’Apollon, fréquenté par l’ensemble des Ioniens, mais aussi une agglomération qui connut une croissance vive et soudaine entre 167 et 89 avant notre ère. Son port joua un rôle économique et financier considérable au cours de la période hellénistique. Tels sont les différents aspects de Délos que l’on passera successivement en revue.

 

Parution : « Le projet politique d’Antiochos IV »

Nous avons avons le plaisir de vous annoncer la parution des actes du colloque international franco-allemand  organisé à Nancy par Chr. Feyel, L. Graslin-Thomé, Chr. Mileta et P. F.  Mittag du 17 au 19 juin 2013 sur le sujet du « projet politique d’Antiochos IV ». couverture-antiochosLes travaux présentés lors de ces journées ont permis d’étudier à nouveau le règne, court mais important, d’Antiochos IV (175-164/3). Pour apprécier ce règne dans toute son originalité, il faut prendre en compte des sources de nature très diverse – épigraphie, numismatique, philologie, papyrologie grecques, mais aussi assyriologie et études bibliques. Cette rencontre nancéienne a donc rassemblé des spécialistes issus de ces différentes disciplines.

Ils ont tenté de comprendre le projet politique d’Antiochos IV et la manière dont il s’efforça de réformer l’empire séleucide, dans le contexte nouveau suscité par la paix d’Apamée (188). Ils se sont tout d’abord intéressés à la personnalité énigmatique du souverain, qui fut souvent source d’incompréhensions et de rejets. Leur réflexion a ensuite porté sur les réformes structurelles entreprises par Antiochos IV à l’échelle de son empire, vaste mais hétérogène – réformes portant sur la monnaie, l’armée, la taxation notamment. Elle les a enfin amenés à étudier les réactions des différentes populations locales, surprises, hostiles mais parfois aussi consentantes face à ces transformations profondes voulues par le souverain séleucide.

Illustration : Giovanni Domenico Tiepolo, Les sept frères Macchabées condamnés à mort par Antiochos IV, XVIIIe siècle.

Le projet politique d’Antiochos IV

Antiochos IV
Buste d’Antiochos IV (Altes Museum, Berlin)

Colloque international franco-allemand
Nancy
17-19 juin 2013

 

C. Feyel L. Graslin-Thomé

HISCANT-MA, Université de Lorraine.

C. Mileta (Halle)

P. F. Mittag (Cologne)

Comme l’écrivait naguère E. Will, « peu de souverains (…) ont suscité des interprétations plus divergentes » qu’Antiochos IV. Fils d’Antiochos III, il hérite à la fois du prestige d’un grand royaume et d’une situation compromise par la défaite de Magnésie. La paix d’Apamée le contraint, tout comme son père, à n’agir qu’en Orient, et à composer avec une puissance romaine toujours plus active. Faute de pouvoir s’intéresser à l’Asie Mineure et à la Grèce devenus inaccessibles, il doit se concentrer sur son propre royaume et sur son environnement oriental immédiat.

De manière générale, les sources littéraires, à la suite de Polybe, lui sont peu favorables. Elles dressent de sa personnalité l’image d’un déséquilibré en partie responsable du déclin séleucide. La tradition juive en donne une image plus noire encore. Elle compose le portrait d’un roi impie responsable du soulèvement de Jérusalem et de la guerre des Maccabées. Toutefois, les inscriptions, notamment à Athènes, suggèrent que ce souverain fut parfois apprécié. Par ailleurs, les tablettes akkadiennes de Babylone et d’Uruk adoptent une vision beaucoup plus neutre, et montrent un souverain procédant à des réformes qui ne semblent pas faire l’objet d’une résistence particulière. Comme à Jérusalem, il renouvelle un personnel politique et crée des corps de citoyens. Le parallèle est frappant, mais ce qui est accepté apparemment sans trop de difficultés en Mésopotamie donne lieu à une guerre civile en Judée. Se pose alors la question de savoir si le personnage n’a pas été décrié surtout parce que ses projets politiques étaient trop ambitieux et difficiles à faire accepter partout.

L’objet de ce colloque est donc, au delà de l’image et de la psychologie de ce souverain, de déterminer dans quelle mesure Antiochos IV a conçu et cherché à imposer un projet politique cohérent. A-t-il voulu helléniser le royaume séleucide, et à quelles fins ? Ses réformes procèdent-elles d’une volonté d’uniformisation administrative ? Dans quelle mesure Antiochos IV a-t-il été influencé par les modèles lagide ou romain ?

Au cours de leurs travaux pionniers, E. Will et C. Orrieux s’étaient naturellement intéressés à ces questions. Mais la documentation s’est depuis élargie et diversifiée, avec par exemple les apports de la numismatique ou les données livrées par les tablettes cunéiformes désormais mieux connues. Les études publiées récemment sur le royaume séleucide conduisent, elles aussi, à réévaluer l’action politique de ce souverain.

Tel est le projet que l’on s’efforcera de mener à bien au cours d’un colloque qui se tiendra en juin 2013 à Nancy. Pour plus de clarté, C. Feyel et L. Graslin-Thomé proposent dès maintenant quelques axes de réflexion qui devraient aboutir à un livre collectif consacré au projet politique d’Antiochos IV. Il s’agirait dans un premier temps de dresser un bilan de l’état du royaume séleucide à l’avènement d’Antiochos IV (personnalité du nouveau souverain telle que les sources littéraires la font connaître, rapports avec Rome, question de l’indemnité de guerre prévue par le traité d’Apamée, conflit avec l’Égypte). Dans un deuxième moment, on étudiera les réformes d’Antiochos IV (politique monétaire, création de cités, culte royal, armée, entourage royal). Il conviendra enfin d’apprécier les réactions et les résultats de ces réformes (révolte juive, difficile reprise en main des hautes satrapies, efficacité des réformes administratives, image du souverain en dehors du royaume séleucide, succession d’Antiochos IV).

Affiche du colloque

Programme Colloque Antiochox IV

L’assistance au colloque est libre pour toute personne intéressée, qui se trouvera également invitée à la réception donnée, le 17 juin à 18:30, en mairie de Nancy. Toute personne souhaitant participer aux repas devra s’acquitter de droits d’inscription à hauteur de 30 euros, et se signaler à l’avance auprès de Laetitia Graslin :

laetitia.graslin@univ-lorraine.fr