Archives par mot-clé : captifs

Les évêques et la libération des captifs au Ve s. dans l’Empire

 Dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Jonathan Conant, Associate Professor of History/Classics à la Brown University de Providence (Rhode Island),  une conférence ayant pour thème : « Les évêques et la libération des captifs au Ve siècle dans l’Empire [Bishops and the Liberation of Captives in the Fifth-Century Empire] ». La conférence aura lieu le jeudi 30 novembre 2017 à 18h. (Salle des Actes, G04). Elle sera donnée en anglais et traduite de façon simultanée.
Un ensemble de sources juridiques et épistolaires du Ve siècle suggère que les Romains libres étaient parfois emmenés en captivité et asservi à l’intérieur des frontières de l’Empire. Leurs droits et leur statut restaient profondément liés aux circonstances locales, et, une fois contraints à la coercition, ces individus illégalement asservis avaient probablement peu de chance d’être libérés. Les malheureux cherchaient donc l’aide des évêques chrétiens, dont les réticences à intervenir pouvaient être forcées par l’appel à leur honneur en tant que membres masculins de l’élite, dans le cadre d’une culture d’attentes sociales. Celles-ci étaient d’ailleurs renforcés aux Ve et VIe siècles par la législation impériale.
Bishops and the Liberation of Captives in the Fifth-Century Empire
In the fifth century, a cluster of legal and epistolary sources suggests that free Romans were, with some frequency, being carried off into captivity and servitude inside the frontiers of the empire. Rights and status remained deeply embedded in local circumstances, and once reduced to bondage, the illicitly-enslaved probably had little chance of redemption. The aggrieved thus sought the aid of Christian bishops, whose reluctance to intervene could be constrained to act by appealing to their honor as elite Roman males within a culture of social expectations that was itself reinforced over the fifth and sixth centuries by imperial legislation.

Les autres dates du semestre

16 novembre 2017 – Thierry Legrand (Université de Strasbourg) : « En marge du judaïsme ‘officiel’ : Qumrân, ses écrits et sa communauté ».
14 décembre 2017 – Serge Bardet (Université d’Évry-Val-d’Essonne) : « La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe : intertextualité et interculturalité ».

 

Les lois de la guerre : encadrer, régler, moraliser les hostilités de l’Antiquité à nos jours

Statuette de Bavay.
Statuette de Bavay.

Dans le cadre de la 9e semaine de l’Archéologie et de l’Histoire, une Table Ronde organisée par Vivien Barrière  traitera du thème « Les lois de la guerre : encadrer, régler, moraliser les hostilités de l’Antiquité à nos jours ». La table ronde se tiendra dans l’Auditorium des Archives départementales du Val d’Oise à Cergy-Pontoise le 24 mars 2016 à partir de 10h.

Télécharger le programme.

Hervé Huntzinger y présentera une communication sur le thème « Le statut juridique des captifs dans l’Antiquité tardive ».

 

Hervé Huntzinger : « Les réseaux ecclésiastiques occidentaux et le rachat des captifs au Ve siècle »

Ambroise de Milan
Mosaïque de la Basilique de Saint Ambroise de Milan.

Le mardi 28 avril 2015, Hervé Huntzinger présentera une communication intitulée : « Le rôle des réseaux ecclésiastiques dans la diffusion de la pratique du rachat des captifs entre Lérins, Milan et Carthage aux Ve et VIe siècles » lors du 140e congrès du CTHS à Reims.

Au ve s. la pratique du rachat des captifs par les évêques se généralise en Occident. Une étude prosopographique des évêques qui ont pratiqué le rachat des captifs du iiie siècle au vie s. permet de cerner plus précisément les modalités de diffusion de cette pratique selon une logique en réseau autour de trois grands centres de diffusion : Carthage, Milan et Lérins. La pratique est attestée pour la première fois au iiie siècle à Carthage (Cyprien, Epist. 62). Au ivs. d’autres évêques africains continuent de racheter les captifs (Quodvultdeus, Augustin). Si Ambroise de Milan, qui pose la première argumentation en faveur de la fonte de la vaisselle du culte pour cet usage, est à l’épicentre de la diffusion de cette pratique en Italie, puis en Gaule, notamment par l’intermédiaire de Maurilius d’Angers, quelques décennies plus tard, le monastère de Lérins sera au centre d’un réseau d’évêques qui pratiquent systématiquement le rachat des captifs (Patrick, Cor. II, 14-15).

Illustration : colonne d’Arcadius (dessin anonyme, vers 1575).