Archives par mot-clé : Autel

Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques

Le thème du séminaire de spécialisation en Archéologie est consacré cette année au montage d’une exposition sur des autels gallo-romains dans le Musée archéologique de l’Université de Lorraine (inauguration en janvier) et à une réflexion sur le fonctionnement des autels dans le monde gréco-romain.

En amont de cette exposition est organisée une journée d’étude intitulée « Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques » le 6 novembre prochain, en salle internationale, 91 avenue de la Liberation à Nancy.

Télécharger le programme.

Illustration : Lawrence Alma-Tadema, The Vintage Festival, 1871 (The National Gallery of Victoria, Melbourne ; CC Wikimedia Commons).

Temples proto-archaïques crétois : où est l’autel ?

Autel sanctuaire crétoisDans le cadre du Séminaire « L’Archéologie de la religion et du rite », Jérémy Lamaze (Université de Lorraine, Hiscant-MA, EA 1132) donnera une conférence intitulée « Temples proto-archaïques crétois : où est l’autel ? », le mardi 13 octobre à 18 en salle A104 (CLSH).

Si, d’une manière générale, dans les sanctuaires grecs la présence du temple n’est pas indispensable, celle d’un autel est primordiale pour l’accomplissement des rites. Or, plusieurs édifices crétois d’époque géométrique et orientalisante (ca VIIIe-VIIe s. av. J.-C.), reconnus comme des temples, sont à l’évidence dépourvus de ce genre d’aménagement. En réponse à cette spécificité, les spécialistes ont avancé l’idée que les foyers découverts à l’intérieur de ces édifices remplissaient une fonction similaire à celle des autels en plein air qui caractérisent les sanctuaires grecs et destinés au sacrifice animal. À partir des contextes de Prinias (pseudo « temple A »), de Dréros (Delphinios) et de Kommos (« temple B »), que nous comparerons à une série de monuments crétois, nous tenterons de replacer ces exemples parmi d’autres temples contemporains du monde grec. Nous verrons que les édifices cultuels crétois du Premier Âge du fer n’en sont pas à une spécificité près, eu égard au reste de la Grèce : point de péristasis, ni de colonnade, avant l’époque romaine sur l’île, par exemple. Trop souvent laissées de côté, les analyses ostéologiques, ainsi que le mobilier associé, seront à la base de notre propos pour tenter de résoudre cette apparente contradiction, d’autant que l’absence d’un réel dépôt votif et/ou d’un symbole de culte – éléments qui constituent les critères d’identification d’un temple – permet légitimement de remettre en cause l’hypothèse cultuelle pour nombre de ces contextes.

Télécharger l’affiche.