Archives par mot-clé : archéologie funéraire

Martin Steskal : « Vivre et mourir à Éphèse »

Le Séminaire d’Histoire Ancienne a la joie d’accueillir Martin Steskal, privat-dozent à l’Institut Archéologique Autrichien, pour une conférence intitulée : « Vivre et mourir à Éphèse : archéologie de la mort dans une métropole romaine » (Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole). La conférence se déroulera le jeudi 5 mars 2015 à 18h. en salle A329b (CLSH, place Godefroy de Bouillon).

Après que des fouilles illicites aient eu lieu dans la nécropole d’Éphèse, L’Institut Archéologique Autrichien a décidé, au milieu des années 2 000, d’entreprendre des fouilles systématiques dans les zones d’inhumations se trouvant souvent loin des flux touristiques. Ces travaux se poursuivent aujourd’hui et constituent le centre de gravité des recherches autrichiennes à Éphèse. L’objectif consiste à recenser toutes les nécropoles du début de l’établissement des Grecs vers 1 000 avant J.-C. jusqu’à la fin de l’époque byzantine au XVe siècle et à en comprendre la structure.

À côté de leur plan architectonique et de l’organisation des nécropoles, l’homme et ses pratiques dans le domaine de la mort sont au cœur de notre intérêt. À quelles conclusions conduisent les découvertes archéologiques ? Peut-on reconstituer la biographie des morts ? Quelle mémoire reste-t-il des morts et comment ceux qui leur ont survécu ont-ils souhaité la montrer ?

Nachdem es in den Nekropolen um Ephesos zu erheblichen Raubgrabungen gekommen war, entschloss sich das Österreichische Archäologische Institut, Mitte der 2 000er Jahre systematische Forschungen in den oft weit von den Touristenströmen liegenden Bestattungsarealen zu beginnen. Diese Arbeiten halten bis heute an und bilden einen der Schwerpunkte österreichischer Forschungen in Ephesos. Ziel ist es, alle Nekropolen vom Beginn der griechischen Besiedlung um 1 000 v. Chr. bis zum Ende der byzantinischen Zeit im 15. Jahrhundert n. Chr. zu erfassen und in ihrer Struktur zu verstehen.

Neben dem architektonischen Aufbau und der Organisation der Nekropolen steht aber der Mensch und sein Handeln im Umfeld des Todes im Zentrum unseres Interesses. Welche Rückschlüsse erlaubt der archäologische Befund? Lassen sich die Biographien der Verstorbenen rekonstruieren? Wie will der Verstorbene in Erinnerung bleiben und wie wollen die Hinterbliebenen, dass er gesehen wird?

Télécharger l’affiche.

 

Les autres dates de la saison 2014/2015 :

2 octobre 2014 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Les Italiens à Éphèse : de l’exploitation des Grecs à l’intégration dans la cité (133 a.C. – 48 p. C.) »

20 novembre 2014 – Laurent Guichard (Université de Savoie) : « L’initiation chrétienne et la fonction impériale de Constantin à Théodose II »

29 janvier 2015 – Audrey Becker (Université de Lorraine) : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive »

5 mars 2015 – Martin Steskal (Université de Vienne) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

23 mars 2015 – Christoph Schäfer (Université de Trêves) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

30 avril 2015 – Patrice Schlosser (Lycée Poincarré, Nancy) : « Périnthe et la Thrace propontique antique : une zone de contact méconnue du monde grec »