Archives par mot-clé : Archéologie

Le Ve siècle dans le nord de la Gaule

À l’occasion de la souscription pour l’acquisition de l’épieu de chasse inscrit de Cutry (Ve s. ap. J.-C.), la Société d’Histoire de la Lorraine et du musée lorrain a invité le professeur Raymond Brulet (université catholique de Louvain) à venir donner une conférence destinée à présenter le contexte historique et archéologique dans lequel s’insérait cet objet, témoin exceptionnel de la société aristocratique romaine tardive. La conférence s’institule : « D’un monde à l’autre : Le Ve siècle dans le nord de la Gaule. »

Cette communication aura lieu sur le CLSH, mercredi 14 mars, à 18h, en salle A 226 (entrée libre).

Le Ve s. est particulièrement mal connu, historiquement, mais surtout archéologiquement, en Gaule. R. Brulet est l’un des plus grands spécialistes de cette période de transition entre l’Antiquité et le Moyen-Âge.

Télécharger l’affiche.

Illustration: Mosaïque de la Villa Casale, scène de chasse au sanglier.

Une nouvelle klinè de la fin du IVe siècle av. J.-C. dans la région d’Amphipolis

Dans le cadre du séminaire d’archéologie gréco-romaine, Samuel Provost donnera une conférence le mardi 6 décembre à 18h. (Nancy, CLSH, salle A412) intitulée: « Une nouvelle klinè de la fin du IVe siècle av. J.-C. dans la région d’Amphipolis d’après les archives de Paul Perdrizet ».

Parmi les monuments inédits relevés par Paul Perdrizet (1870-1938) lors de sa mission de prospection archéologique et épigraphique de la région du Pangée (Macédoine orientale), en 1899, figure une rare klinè à décor sculpté polychrome. Paul Perdrizet en avait découvert de tout petits fragments lorsqu’il avait exploré une première fois une tombe de type dit « macédonien », sans doute peu de temps après son pillage, en novembre 1894, quelques kilomètres au nord d’Amphipolis. Lorsqu’il revint presque cinq ans plus tard dans la région, il n’eut de cesse de chercher les fragments disparus des deux lits funéraires dont il avait restitué l’emplacement dans la tombe. Il parvint à ses fins et localisa un pied et une partie de la frise de la façade d’une klinè. S’il les fit dessiner plus tard par un artiste de la fabrique Gallé, il ne publia pas cette découverte remarquable, perdue jusqu’à présent, comme les fragments eux-mêmes.

La conférence reviendra d’abord sur les conditions de cette découverte et les raisons de son oubli, avant d’examiner la place du monument dans le corpus de ces monuments funéraires macédoniens.

Télécharger l’affiche.

Les portraits de notables à Éphèse à l’époque impériale

aurenhammer-smallLe  jeudi 21 avril, le Dr. Maria Aurenhammer de l’Institut Archéologie Autrichien à Vienne (Österreichisches Archäologisches Institut), présentera une conférence intitulée : « Les portraits de notable à Éphèse à l’époque impériale ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

La conférence présente des portraits des notables à Éphèse à l’époque impériale en dressant une typologie des portraits. On s’interroge également quant aux endroits d’exposition et de trouvailles des portraits, qui font l’objet d’une étude collective en cours, dont certains résultats inédits seront présentés ici.

Télécharger l’affiche.

Illustration : ©Creative Commons : F. Tronchin, Portraits d’un prêtre et d’une prêtresse (Musée d’Éphèse) [https://www.flickr.com/photos/frenchieb/5857253861/in/photostream/].

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Semestre 1

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Semestre 2 :

Arietta-Papaconstantinou-id-web28 janvier 2016 – 18h. en salle A104 – Arietta Papaconstantinou (Université de Reading) : « Langues d’empire, langues étrangères ? Les chemins pas très parallèles du grec et de l’arabe en Égypte. »

Julien Monerie11 février 2016 – 18h. – Julien Monerie (Université de Paris 1) : « Chronique d’une campagne avortée. Le projet d’invasion de l’Arabie par Alexandre (323 av. J.-C.). »

lebreton-small3 mars 2016 – 18h. – Stéphane Lebreton (Université d’Artois) :  « Espace pensé, territoires administrés : quelques réflexions sur la façon dont les Anciens ont pu se représenter l’espace anatolien. »

aurenhammer-small21 avril 2016 – Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne) : « Les portraits des notables à Éphèse à l’époque impériale [Die Honoratiorenporträts des kaiserzeitlichen Ephesos]. »

Télécharger le programme du semestre 2.

GD 42 ou le Pythion de Délos

Ce mardi 24 novembre 2015, le Séminaire d’Archéologie de la religion et du rite accueille notre collègue Agnès Febvey, pour une conférence intitulée « GD 42 ou le Pythion de Délos ». La conférence se tiendra à 18h. en salle A104 (CLSH, bâtiment, 23 boulevard Albert Ier à Nancy).

 

Le sanctuaire d’Apollon à Délos accueillit en son sein, dès la fin du IVe s., un bâtiment consacré à Apollon Pythien, désigné dans les comptes du sanctuaire sous le nom de Pythion. Sa localisation a longtemps fait problème, car elle était liée à celle du Kératôn, l’édifice abritant l’Autel de cornes. Maintenant, cependant, que l’emplacement de ce dernier est connu de façon certaine, l’identification du Pythion semble probable : il correspondrait à l’édifice ionique construit par les Athéniens au IVe s., dont les vestiges sont visibles au Nord-Ouest de la plaine du sanctuaire. On appelle traditionnellement ce bâtiment GD 42 d’après le numéro qu’il porte dans le Guide de Délos. Notre connaissance des vestiges de cet édifice est complétée par sept inscriptions du ive s. émanant d’une commission de magistrats, les naopes, qui fut créée à l’occasion de la construction de l’édifice. Le Pythion de Délos, quant à lui, nous est connu grâce à une documentation épigraphique assez riche, qui permet d’obtenir du monument une image certes fragmentaire, mais définie par quelques détails architecturaux remarquables. Cette connaissance partielle du Pythion est la seule qui autorise la comparaison avec les résultats de l’étude architecturale de l’édifice GD 42, afin d’affirmer ou d’infirmer l’identité des deux monuments.

Télécharger l’affiche.

Les grands sanctuaires en Gaule romaine

Le mardi 15 septembre à 18h., dans le cadre du Séminaire d’Archéologie, Simon Ritz, doctorant à l’Université de Lorraine (Hiscant-MA, EA 1132), présentera une conférence intitulée : « Les grands sanctuaires en Gaule romaine : une réflexion à partir de l’étude de cas de l’agglomération de Senon et du sanctuaire péri-urbain d’Amel-sur l’Étang (Meuse) ».

La conférence aura lieu à Nancy, sur le campus Lettres et Sciences Humaines, le mardi 15 septembre à 18h. en salle A104.

Télécharger l’affiche.

Séminaire « Archéologie de la religion et du rite »

Les enseignants-chercheurs d’archéologie de l’Université de Lorraine organisent tous les mardi soir de 18h. à 20h. un séminaire intitulé « Archéologie de la religion et du rite ».

Le séminaire rassemble douze chercheurs autour d’un des domaines privilégiés de l’actualité archéologique antique – l’archéologie de la religion et du rite – afin de confronter les méthodes d’approche et les résultats obtenus sous le prisme de trois sociétés antiques majeures : les Grecs, les Celtes et les Romains, entre bassin Égéen, Égypte hellénistique et romaine, péninsule Italique et Gaules. Il s’agit notamment de faire intervenir – en complément des enseignements en archéologie antique dispensés en master par les enseignants-chercheurs titulaires – des archéologues et des spécialistes d’archéosciences (anthropologie funéraire et archéozoologie), dont les noms sont régulièrement cités en cours de licence et master d’archéologie antique et avec lesquels les enseignants-chercheurs en archéologie antique de l’UL travaillent dans le cadre de programme nationaux et internationaux.
Le support de cours dans lequel est organisé le séminaire comporte 12h CM, mais les séances couvriront un créneau horaire de 24h afin de permettre, à l’issue de chacune des interventions, de poursuivre le débat avec les participants au séminaire : étudiants, collègues et acteurs de de la recherche archéologique et antique de la Région Lorraine et au-delà.

Ce séminaire est organisé sous l’égide de l’UFR des sciences humaines et sociales – Nancy de l’université de Lorraine, en collaboration avec la Faculté de médecine de l’université de Lorraine (mention Éthique de la santé et médecine légale, parcours Criminalistique et Archéologie), avec le soutien de l’ADRAL (Association Développement Recherche Archéologique Lorraine) et en adéquation avec les programmes scientifiques de l’HISCANT-MA.

Télécharger le programme.

« Quand naissent les dieux » : colloque international de Rome (18-20 juin 2015)

Après deux journées d’étude, une table ronde et deux séminaires de formation doctorale,  le programme mutualisé entre l’École française d’Athènes et l’École française de Rome « Des espaces et des rites : pour une archéologie du culte dans les sanctuaires du monde méditerranéen » accueille un colloque international autour de la naissance des dieux dans le monde antique intitulé : « Quand naissent les dieux : fondation des sanctuaires. Motivations, agents, lieux. »

Le colloque se tiendra à Rome, dans les locaux de l’École française du 18 au 20 juin 2015. Il est porté par les deux Écoles d’Athènes et de Rome avec la collaboration du LabEx Archimède « Archéologie et Histoire de la Méditerranée et de l’Égypte anciennes » et organisé par Sandrine Agusta-Boularot (Université Paul Valéry Montpellier), Sandrine Huber (Université de Lorraine) et William Van Andringa (Université de Lille).

quand-naissent-les-dieuxLes procédures juridiques, mal décrites par les textes avouons-le, ne suffisent pas à rendre compte de l’acte exceptionnel que constitue la fondation d’un sanctuaire. Les données archéologiques récentes montrent des processus variés qui touchent tout autant la religion que l’organisation humaine, la vie politique et économique des communautés ou la perception des territoires. La fondation d’un lieu de culte était d’abord un acte exceptionnel qui mettait en œuvre un écheveau complexe de motivations et d’agents divers tout autant que de relations choisies dans le paysage, avec les habitats et les territoires puisqu’il s’agissait au premier chef d’installer un dieu dans un lieu propice. Les communications s’orienteront autour des thèmes suivants : les motivations, les agents et les lieux.

Télécharger le programme.

Martin Steskal : « Vivre et mourir à Éphèse »

Le Séminaire d’Histoire Ancienne a la joie d’accueillir Martin Steskal, privat-dozent à l’Institut Archéologique Autrichien, pour une conférence intitulée : « Vivre et mourir à Éphèse : archéologie de la mort dans une métropole romaine » (Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole). La conférence se déroulera le jeudi 5 mars 2015 à 18h. en salle A329b (CLSH, place Godefroy de Bouillon).

Après que des fouilles illicites aient eu lieu dans la nécropole d’Éphèse, L’Institut Archéologique Autrichien a décidé, au milieu des années 2 000, d’entreprendre des fouilles systématiques dans les zones d’inhumations se trouvant souvent loin des flux touristiques. Ces travaux se poursuivent aujourd’hui et constituent le centre de gravité des recherches autrichiennes à Éphèse. L’objectif consiste à recenser toutes les nécropoles du début de l’établissement des Grecs vers 1 000 avant J.-C. jusqu’à la fin de l’époque byzantine au XVe siècle et à en comprendre la structure.

À côté de leur plan architectonique et de l’organisation des nécropoles, l’homme et ses pratiques dans le domaine de la mort sont au cœur de notre intérêt. À quelles conclusions conduisent les découvertes archéologiques ? Peut-on reconstituer la biographie des morts ? Quelle mémoire reste-t-il des morts et comment ceux qui leur ont survécu ont-ils souhaité la montrer ?

Nachdem es in den Nekropolen um Ephesos zu erheblichen Raubgrabungen gekommen war, entschloss sich das Österreichische Archäologische Institut, Mitte der 2 000er Jahre systematische Forschungen in den oft weit von den Touristenströmen liegenden Bestattungsarealen zu beginnen. Diese Arbeiten halten bis heute an und bilden einen der Schwerpunkte österreichischer Forschungen in Ephesos. Ziel ist es, alle Nekropolen vom Beginn der griechischen Besiedlung um 1 000 v. Chr. bis zum Ende der byzantinischen Zeit im 15. Jahrhundert n. Chr. zu erfassen und in ihrer Struktur zu verstehen.

Neben dem architektonischen Aufbau und der Organisation der Nekropolen steht aber der Mensch und sein Handeln im Umfeld des Todes im Zentrum unseres Interesses. Welche Rückschlüsse erlaubt der archäologische Befund? Lassen sich die Biographien der Verstorbenen rekonstruieren? Wie will der Verstorbene in Erinnerung bleiben und wie wollen die Hinterbliebenen, dass er gesehen wird?

Télécharger l’affiche.

 

Les autres dates de la saison 2014/2015 :

2 octobre 2014 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Les Italiens à Éphèse : de l’exploitation des Grecs à l’intégration dans la cité (133 a.C. – 48 p. C.) »

20 novembre 2014 – Laurent Guichard (Université de Savoie) : « L’initiation chrétienne et la fonction impériale de Constantin à Théodose II »

29 janvier 2015 – Audrey Becker (Université de Lorraine) : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive »

5 mars 2015 – Martin Steskal (Université de Vienne) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

23 mars 2015 – Christoph Schäfer (Université de Trêves) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

30 avril 2015 – Patrice Schlosser (Lycée Poincarré, Nancy) : « Périnthe et la Thrace propontique antique : une zone de contact méconnue du monde grec »

Sabine Ladstätter : « La maison à terrasse II, joyau de l’architecture urbaine éphésienne »

sabine-mladstatter Pour la quatrième séance du séminaire Les souverains réformateurs, Sabine Ladstätter, directrice des fouilles d’Éphèse et membre de l’Institut Autrichien d’Archéologie, donnera une conférence intitulée : « La maison à terrasse II, joyau de l’architecture urbaine éphésienne » le jeudi 20 mars de 18h15 à 19h30. (salle A329b).

Sabine Ladstätter, élue scientifique autrichienne de l’année 2011, dirige les fouilles à Éphèse depuis avril 2010. Le site d’Éphèse est remarquable à plusieurs égards. Fouillé depuis un siècle, il n’a, pour l’instant, révélé que 15% de sa superficie. La ville, qui était l’une des plus importante du monde antique (avec 200000 habitants), n’a pas été recouverte par une ville moderne.

Notre connaissance des maisons d’Asie Mineure romaine et de leur organisation comme lieu de vie bénéficie avec la découverte de la Maison à Terrasse 2 de sa meilleure source archéologique d’information. L’îlot urbain (insula) d’environ 4000 m², situé directement dans le centre d’Éphèse, s’étend sur trois niveaux de terrasse et comprend six grandes unités d’habitation dont la superficie au sol oscille entre 400 et 950 m2.

L’emplacement de la Maison à Terrasse 2 en plein centre-ville de l’Éphèse romaine laissait déjà supposer que ses habitants étaient des membres de l’élite civique, disposant des moyens financiers nécessaires à l’acquisition d’une propriété située dans un lieu éminent de la topographie locale. Le caractère unique de l’horizon de fouilles éphésien permet l’étude des modifications de l’utilisation des unités d’habitation de l’insula pendant environ deux siècles, depuis sa création au Ier s. ap. J.-C. jusqu’à sa destruction en raison d’un séisme durant le dernier tiers du IIIe siècle. Ainsi peut-on suivre les modifications affectant le goût local en matière d’habitat, mais aussi les transformations économiques et sociales affectant les habitants, grâce à l’histoire des constructions et des modifications survenues dans les plans et les décors.

Le péristyle de la maison II (© Ladstätter)
Le péristyle de la maison II (© Ladstätter)

Les autres dates de la saison 2013/2014 du séminaire

17 octobre 18h15 François Kirbihler : « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine ».
28 novembre 18h00Gilles Gorre (Université de Rennes) : « Les temples égyptiens et les réformes des Ptolémées ».
6 février 18h15Hervé Huntzinger : « Gouverner sans titre. Les modalités du pouvoir informel de Séverin de Norique à la fin du Ve siècle de notre ère ».

20 marsSabine Ladstätter (directrice des fouilles d’Éphèse, membre de l’Institut Autrichien d’Archéologie) : « La maison à terrasse II, un joyau d’habitation romaine ». (voir un article sur le Daily News).
10 avrilChristian Schwentzel (Université de Lorraine, Metz) : « Antiochos de Comagène ».
24 avril Aurélien Froidevaux (doctorant Université de Lorraine, Nancy)  : « Justinien et la Sicile : reconquête, intégration et réforme des structures administratives ».

 

Sortie à Bliesbrück le 26 octobre 2013 (Cercle des Étudiants d’Histoire)

Bliesbrück (@Emmanuela sur Flickr)
Bliesbrück (©Emmanuellea sur Flickr)

Le C.E.H. (Cercle des Etudiants en Histoire) organise une sortie au Parc Archéologique de Bliesbruck-Reinheim le samedi 26 octobre.

Ce site gallo-romain et mérovingien est particulièrement intéressant, puisqu’il permet de découvrir à la fois des vestiges de la vie quotidienne gallo-romaine et notamment des thermes particulièrement bien conservés et mis en valeur. Cette sortie est aussi l’occasion de découvrir les différentes tradition archéologiques françaises et allemandes.

Le départ se fait à 8h devant le campus pour un retour à 18h.

Tarif: 5€ adhérent / 8€ non adhérent.

Leçon inaugurale de Sandrine Huber à la MSH – Conférence à deux voix avec Samuel Provost

Sandrine Huber

« L’archéologie du sacrifice en Grèce antique : de Delphes au musée archéologique de l’université de Lorraine sur les traces de Paul Perdrizet »

puis

« Les archives Perdrizet de l’université de Lorraine (Nancy) »

Jeudi 11 avril 2013, à 17 heures.
Maison des sciences de l’Homme Lorraine (Nancy, avenue de la Libération), Salle internationale (3ème étage).
Entrée libre ouverte à tous (étudiants bienvenus).

Retransmission en direct à Metz.
Salle de visioconférence du Laboratoire de Mathématiques et Applications
(Ile du Saulcy, bâtiment A, 1er étage, salle 124)

Sandrine Huber est professeur d’archéologie classique à l’université de Lorraine depuis septembre 2012. Elle traitera – avec Samuel Provost, maître de conférences d’archéologie à l’université de Lorraine – de deux thèmes proches thématiquement autour de l’archéologie du culte dans le monde grec antique, sa spécialité, et la figure de Paul Perdrizet, qui fut le premier détenteur de la chaire d’archéologie classique à l’université de Nancy qu’elle occupe aujourd’hui.

Conférence de Karine Boulanger (INRAP) sur la villa gallo-romaine de Damblain

Au musée du Pays de Sarrebourg, vendredi 22 mars 2013 à 20h30.

© G. Salvini, archéologue bénévole (site de l'INRAP).
© G. Salvini, archéologue bénévole (site de l’INRAP).

La rénovation de Damblain (Vosges) a permis de mettre en évidence une villa gallo-romaine. La situation particulière de ces fouilles a permis d’observer la villa dans son environnement élargi et de constater les évolutions sur une longue période. Les fouilles dirigées par Karine Boulanger, responsable d’opération à l’Inrap, ont permis de dégager la villa dans son ensemble, à la fois la pars urbana, résidence du maître, qui comprend un bel ensemble balnéaire, et la pars rustica (dépendances agricoles et artisanales).

À l’initiative du musée du Pays de Sarrebourg, de l’Araps (Association de recherche archéologique au Pays de Sarrebourg) et de l’Inrap, Karine Boulanger, qui a dirigé les fouilles entre 2008 et 2009, présente les principales conclusions de celles-ci.

Plus de détails sur le site de l’INRAP.