Gilles Gorre (Université de Rennes) : « Les temples égyptiens et les réformes des Ptolémées » (28 novembre 2013)

La deuxième séance du séminaire Les souverains réformateurs accueillera Gilles Gorre, maître de conférences à l’université de Rennes pour une conférence intitulée : « Les temples égyptiens et les réformes des Ptolémées ». Elle aura lieu le 28 novembre à 18 h. (en salle A430).

L’époque ptolémaïque est marquée par plusieurs périodes de réformes visant à renforcer l’autorité de la couronne sur le territoire. La question que nous proposons d’examiner est celle du lien entre les temples égyptiens, « centres de la vie publique », selon l’expression de Jan Quaegebeur, pour la majorité de la population du pays, et ces réformes. Quel est l’impact des mesures lagides sur les temples : les temples ne sont-ils que des spectateurs passifs de la politique royale ou bien en sont-ils des acteurs, des rouages ?
Deux périodes de réformes seront retenues. La première est celle de la décennie 260 a. C., avec la mise en place du culte dynastique, d’une nouvelle fiscalité, d’une nouvelle politique monétaire et de subventions aux temples. La seconde, que nous replacerons dans un temps long pour en voir les conséquences, est celle du début du IIème siècle a. C., avec une réforme territoriale qui s’inscrit dans la réorganisation de la partie sud du pays, la Thébaïde, suite à une période de révoltes.

 

Les autres dates de la saison 2013/2014 du séminaire

17 octobre 18h15 François Kirbihler : « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine ».
28 novembre 18h00Gilles Gorre (Université de Rennes) : « Les temples égyptiens et les réformes des Ptolémées ».
6 février 18h15Hervé Huntzinger : « Gouverner sans titre. Les modalités du pouvoir informel de Séverin de Norique à la fin du Ve siècle de notre ère ».

20 marsSabine Ladstätter (directrice des fouilles d’Éphèse, membre de l’Institut Autrichien d’Archéologie) : « La maison à terrasse II, un joyau d’habitation romaine ». (voir un article sur le Daily News).
10 avrilChristian Schwentzel (Université de Lorraine, Metz) : « Antiochos de Comagène ».
24 avril Aurélien Froidevaux (doctorant Université de Lorraine, Nancy)  : « Justinien et la Sicile : reconquête, intégration et réforme des structures administratives ».

 

 

 

Journée scientifique de l’Hiscant-MA : « Les marqueurs identitaires dans l’Antiquité et le Moyen Âge »

Samedi 30 novembre à 9h30 salle A104 (CLSH).

La première journée scientifique de l’Hiscant-MA se tiendra le 30 novembre.

9h30 – Accueil

10h00 – Conférence inaugurale

Sandrine Huber – professeur d’archéologie classique

Rites et gestes sacrificiels en Méditerranée antique, empreintes identitaires des sociétés et des individus.

11h-13h00 – Exposés de travaux de doctorants et discussions

Dimitri Marcin – archéologie antique

Le port du diadème en Grèce ancienne, un témoignage social et culturel des classes dirigeantes.

Samantha Dub – archéologie antique

Caractéristiques du faciès matériel de la cité des Leuques à travers l’étude de la céramique antique de Grand (Vosges)

Ludovic Martinet – histoire romaine

La fin de l’autorité romaine en Gaule, le rôle des Romains.

Rachel Prouteau – histoire et archéologie du Moyen Âge

La céramique domestique du premier Moyen Âge (VIe-XIIe siècles) : l’exemple du sillon lorrain.

Frédéric Untereiner – histoire du Moyen Âge

Du pagus au comté, étude de l’évolution du peuplement dans le Barrois au Haut Moyen Âge.

13h-14H30  – Buffet

14h30 – Suite des exposés, présentation de travaux de l’équipe et visite du musée archéologique

Programme de la journée

Sortie à Bliesbrück le 26 octobre 2013 (Cercle des Étudiants d’Histoire)

Bliesbrück (@Emmanuela sur Flickr)
Bliesbrück (©Emmanuellea sur Flickr)

Le C.E.H. (Cercle des Etudiants en Histoire) organise une sortie au Parc Archéologique de Bliesbruck-Reinheim le samedi 26 octobre.

Ce site gallo-romain et mérovingien est particulièrement intéressant, puisqu’il permet de découvrir à la fois des vestiges de la vie quotidienne gallo-romaine et notamment des thermes particulièrement bien conservés et mis en valeur. Cette sortie est aussi l’occasion de découvrir les différentes tradition archéologiques françaises et allemandes.

Le départ se fait à 8h devant le campus pour un retour à 18h.

Tarif: 5€ adhérent / 8€ non adhérent.

Formation à la recherche web experte

Capture d’écran 2013-10-17 à 08.27.44Les bibliothèques universitaires de Lorraine vous invitent à une formation sur la recherche web le 30 octobre, de 9h30 à 12h30, sur le campus Lettres de Nancy.

Tout le monde utilise, avec divers degrés de maîtrise, un moteur de recherche web. Ces outils familiers recèlent pourtant une grande quantité d’options, d’outils et de fonctionnalités permettant de faciliter la vie du doctorant ou du chercheur.

Cette formation :

– brosse quelques outils et techniques permettant de passer de l’utilisation la plus basique (quelques mots dans le champ de recherche) à des usages plus experts ;

– présente deux moteurs de recherche gratuits et spécialisés dans la littérature scientifique, Google Scholar et Scirus.

 

Pour vous inscrire, contactez : domptezladoc@univ-lorraine.fr en précisant la session qui vous intéresse, votre statut, votre laboratoire, votre discipline, votre année de thèse et votre école doctorale, le cas échéant.

 

Autres dates de formations : http://bu.univ-lorraine.fr/formations/formations-pour-les-doctorants-et-les-chercheurs/calendrier-des-formations

 

François Kirbihler : « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine »

La nouvelle saison du séminaire d’histoire ancienne consacré aux « Souverains réformateurs » est inaugurée le 17 octobre à 18h15 en salle A329b par François Kirbihler, qui présentera une conférence intitulée « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine ». Les étudiants de tous niveaux sont les bienvenus.

Éphèse

Éphèse, capitale de la province d’Asie, joua un rôle important dans la diffusion de modèles romains, parfois adaptés à des traditions locales. Il en est de même du culte de Rome et César. Le croisement de trois sources implique une création de ce culte sous le triumvirat, dès 39/8, et non en 29 a.C. selon la tradition communément admise (Dion Cassius 51, 20, 6-7).

Les autres dates de la saison 2013/2014 du séminaire

17 octobre 18h15 François Kirbihler : « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine ».
28 novembre 18h00Gilles Gorre (Université de Rennes) : « Les temples égyptiens et les réformes des Ptolémées ».
6 février 18h15Hervé Huntzinger : « Gouverner sans titre. Les modalités du pouvoir informel de Séverin de Norique à la fin du Ve siècle de notre ère ».

20 marsSabine Ladstätter (directrice des fouilles d’Éphèse, membre de l’Institut Autrichien d’Archéologie) : « La maison à terrasse II, un joyau d’habitation romaine ». (voir un article sur le Daily News).
10 avrilChristian Schwentzel (Université de Lorraine, Metz) : « Antiochos de Comagène ».
24 avril Aurélien Froidevaux (doctorant Université de Lorraine, Nancy)  : « Justinien et la Sicile : reconquête, intégration et réforme des structures administratives ».

 

Colloque : « L’héritage grec des colonies romaines d’Orient »

8 et 9 novembre, Maison Inter-universitaire des Sciences de l’Homme d’Alsace (MISHA), salle de conférence.

Nos voisins de l’université de Strasbourg organisent un colloque international intitulé « L’héritage grec des colonies romaines d’Orient. Interactions culturelles et linguistiques dans les provinces hellénophones de l’Empire romain ».

heritage-grec-colonies-romaines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger le programme détaillé

Hervé Huntzinger : « Attila est-il passé à Stenay et Montmédy ? Le nord de la Ciuitas Verodunensium dans l’Antiquité tardive »

Dans le cadre des XLIe journées d’études meusiennes consacrées aux cantons de Stenay et Montmédy (« Stenay et Montmédy, sur les marches de la Lorraine ») j’aurai le plaisir de présenter une communication intitulée « Attila est-il passé à Stenay et Montmédy ? Le nord de la Ciuitas Verodunensium dans l’Antiquité tardive », le samedi 5 octobre 2013 dans le salon d’honneur de l’Hôtel de Ville de Stenay.

Capture d’écran 2013-10-03 à 18.34.57

 

Les antiquisants seront aussi intéressés par la communication de Franck Mourot, intitulée « Les sites archéologiques gallo-romains du Nord meusien », qui aura aussi lieu samedi matin à l’Hôtel de Ville de Stenay.

 

Le programme détaillé est disponible sur le site de l’office de tourisme transfrontalier du pays de Montmédy.

Laetitia Graslin au collège de France : « Les dattes, produit marqueur du changement en Mésopotamie »

Le 17 septembre Laetitia Graslin donne une conférence au collège de France intitulée : « Les dattes, produit marqueur du changement en Mésopotamie ».

Sceau néo-assyrien (720-700 avant J.-C.). Ishtar représentée entre deux palmiers-dattiers.

Le «grand VIe siècle» mésopotamien est une période d’importantes transformations économiques. Si les données archéologiques sont rares, les textes cunéiformes apportent une documentation abondante. L’expansion des palmeraies est ainsi bien attestée à Borsippa ou Sippar. Associée à l’utilisation de plus en plus fréquente de l’argent comme instrument d’échange, elle témoigne peut-être de l’évolution des comportements économiques.

Audrey Becker, Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités

Notre collègue du site de Metz publie sa thèse intitulée « Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités » chez De Boccard.

Audrey Becker, Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités, Collection de l'Université de Strasbourg, Etudes d'archéologie et d'histoire ancienne, De Boccard, Paris, 2013, 317 p.
Audrey Becker, Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités, Collection de l’Université de Strasbourg, Etudes d’archéologie et d’histoire ancienne, De Boccard, Paris, 2013, 317 p.

Au Vesiècle de notre ère, l’arrivée de peuplades barbares sur le territoire de l’Empire romain d’Occident modifie largement les rapports de force :l’Empire doit désormais composer avec des partenaires sur son propre sol. Si laguerre permet encore des victoires dans la première moitié du siècle, la diplomatie est peu à peu privilégiée par les autorités impériales pour tenter d’éviter la dislocation de l’Empire face à l’essor de royaumes barbares sur son territoire ou à ses frontières. Dans un monde désormais multipolaire où la puissance romaine n’est plus hégémonique, la figure de l’ambassadeur se révèle centrale. Le succès de ses missions diplomatiques dépend de ses capacités d’adaptation face à des interlocuteurs barbares, avec lesquels il faut dorénavant compter.

Cette étude porte aussi bien sur les critères de choix des ambassadeurs, romains comme barbares, que sur l’élaboration de pratiques diplomatiques communes: comment et par qui les ambassadeurs étaient-ils désignés? Quelles étaient leurs compétences ? Comment étaient-ils pris en charge lors de leursmissions? Comment les rencontres diplomatiques se déroulaient-elles etcomment les traités étaient-ils conclus ? L’enquête révèle, en outre, le rôle de conseiller joué à la cour des rois barbares par les anciennes élites provinciales et l’influence qu’elles exercèrent ainsi sur les pratiques diplomatiques de ces rois. En s’intéressant à la manière dont les relations romano-barbares se construisirent au Ve siècle, ce livre éclaire les origines de la diplomatie en Europe au Haut Moyen Âge.

Audrey Becker est spécialiste de l’Antiquité tardive en Occident. Docteur de l’Université de Strasbourg, elle est maître de conférences d’histoire romaine à l’Université de Lorraine. Elle est membre du Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire (EA 3945) et membre associé de l’UMR 7044 ARCHIMÈDE. Ses recherches portent sur les aspects sociologiques et anthropologiques des relations diplomatiques, ainsi que sur la mise en scène et les représentations des pouvoirs politiques en Occident du IVe au VIe siècle.

Les soutenances en 2013

Cette année huit étudiants ont soutenu un mémoire en histoire ancienne à Nancy, dont quatre mémoires d’étape (M1) et quatre mémoires de Master (M2).

Histoire grecque

Mémoires de M2 (Master)

Leila Taillet, « Sicyone, étude prosopographique »

Philippe Anduze, « Chypre à l’époque hellénistique »

 

Histoire romaine

Mémoires de M1 (Mémoire d’étape)

Anthony Bouloudnine, « La réforme de l’administration provinciale (284 – 312) »

Jennifer Champin, « Rome et les Marcomans de la fin du Ier siècle avant J.-C. au Ve siècle après J.-C. Pouvoir, culture et échanges de deux civilisation aux antipodes »

Aurélien Froidevaux, « La Sicile sous Justinien (527-565). L’intégration territoriale d’un espace entre l’Occident et l’Orient »

Simon Serret Troncho, « La fête et les festivités dans les Saturnales de Macrobe »

Mémoires de M2 (Master)

Ouda Bouchouk-Megherbi, « La romanisation de Thugga sous les Julio-Claudiens »

Manon Houbre, « La cour impériale au IIIème siècle après J.-C. De l’avènement de Valérien à la mort de Dioclétien (253-311) »


Atelier d’écriture cunéiforme

Ecriture sur tablette d’argile : démonstration (photo C. Michel)
Écriture sur tablette d’argile : démonstration (photo C. Michel)

À l’occasion des journées nationales de l’archéologie, Laetitia Graslin assure un atelier d’écriture sur argile au musée de l’université de Nancy les 7 et 8 juin. Ouvert aux petits comme aux plus grands, il permet de s’initier à l’une des plus anciennes écritures de l’histoire, l’écriture cunéiforme.

Le projet politique d’Antiochos IV

Antiochos IV
Buste d’Antiochos IV (Altes Museum, Berlin)

Colloque international franco-allemand
Nancy
17-19 juin 2013

 

C. Feyel L. Graslin-Thomé

HISCANT-MA, Université de Lorraine.

C. Mileta (Halle)

P. F. Mittag (Cologne)

Comme l’écrivait naguère E. Will, « peu de souverains (…) ont suscité des interprétations plus divergentes » qu’Antiochos IV. Fils d’Antiochos III, il hérite à la fois du prestige d’un grand royaume et d’une situation compromise par la défaite de Magnésie. La paix d’Apamée le contraint, tout comme son père, à n’agir qu’en Orient, et à composer avec une puissance romaine toujours plus active. Faute de pouvoir s’intéresser à l’Asie Mineure et à la Grèce devenus inaccessibles, il doit se concentrer sur son propre royaume et sur son environnement oriental immédiat.

De manière générale, les sources littéraires, à la suite de Polybe, lui sont peu favorables. Elles dressent de sa personnalité l’image d’un déséquilibré en partie responsable du déclin séleucide. La tradition juive en donne une image plus noire encore. Elle compose le portrait d’un roi impie responsable du soulèvement de Jérusalem et de la guerre des Maccabées. Toutefois, les inscriptions, notamment à Athènes, suggèrent que ce souverain fut parfois apprécié. Par ailleurs, les tablettes akkadiennes de Babylone et d’Uruk adoptent une vision beaucoup plus neutre, et montrent un souverain procédant à des réformes qui ne semblent pas faire l’objet d’une résistence particulière. Comme à Jérusalem, il renouvelle un personnel politique et crée des corps de citoyens. Le parallèle est frappant, mais ce qui est accepté apparemment sans trop de difficultés en Mésopotamie donne lieu à une guerre civile en Judée. Se pose alors la question de savoir si le personnage n’a pas été décrié surtout parce que ses projets politiques étaient trop ambitieux et difficiles à faire accepter partout.

L’objet de ce colloque est donc, au delà de l’image et de la psychologie de ce souverain, de déterminer dans quelle mesure Antiochos IV a conçu et cherché à imposer un projet politique cohérent. A-t-il voulu helléniser le royaume séleucide, et à quelles fins ? Ses réformes procèdent-elles d’une volonté d’uniformisation administrative ? Dans quelle mesure Antiochos IV a-t-il été influencé par les modèles lagide ou romain ?

Au cours de leurs travaux pionniers, E. Will et C. Orrieux s’étaient naturellement intéressés à ces questions. Mais la documentation s’est depuis élargie et diversifiée, avec par exemple les apports de la numismatique ou les données livrées par les tablettes cunéiformes désormais mieux connues. Les études publiées récemment sur le royaume séleucide conduisent, elles aussi, à réévaluer l’action politique de ce souverain.

Tel est le projet que l’on s’efforcera de mener à bien au cours d’un colloque qui se tiendra en juin 2013 à Nancy. Pour plus de clarté, C. Feyel et L. Graslin-Thomé proposent dès maintenant quelques axes de réflexion qui devraient aboutir à un livre collectif consacré au projet politique d’Antiochos IV. Il s’agirait dans un premier temps de dresser un bilan de l’état du royaume séleucide à l’avènement d’Antiochos IV (personnalité du nouveau souverain telle que les sources littéraires la font connaître, rapports avec Rome, question de l’indemnité de guerre prévue par le traité d’Apamée, conflit avec l’Égypte). Dans un deuxième moment, on étudiera les réformes d’Antiochos IV (politique monétaire, création de cités, culte royal, armée, entourage royal). Il conviendra enfin d’apprécier les réactions et les résultats de ces réformes (révolte juive, difficile reprise en main des hautes satrapies, efficacité des réformes administratives, image du souverain en dehors du royaume séleucide, succession d’Antiochos IV).

Affiche du colloque

Programme Colloque Antiochox IV

L’assistance au colloque est libre pour toute personne intéressée, qui se trouvera également invitée à la réception donnée, le 17 juin à 18:30, en mairie de Nancy. Toute personne souhaitant participer aux repas devra s’acquitter de droits d’inscription à hauteur de 30 euros, et se signaler à l’avance auprès de Laetitia Graslin :

laetitia.graslin@univ-lorraine.fr

Formation Zotero

Formation Zotero le 13 juin de 14h à 17h à l’Ensic (Vieille Ville).

logo-zotero

La bibliographie est l’un des points sensible de la réalisation d’un mémoire de Master ou d’une thèse de Doctorat. Une gestion efficace de celle-ci permet de gagner beaucoup de temps. Il existe pour cela plusieurs outils gratuits (Zotero, Jabref, Mendeley) ou payant (EndNote, Sente, Biblioscape). Zotero est l’une des solutions les plus efficaces actuellement.

Il s’agit d’un logiciel libre et gratuit, intégré à Mozilla, qui permet de récupérer très facilement des références bibliographiques sur internet, de les classer et de les organiser et, enfin, de les exporter selon les mises formes bibliographiques standard ou de les intégrer dans des documents Word ou LibreOffice.

Le site officiel de Zotero (en anglais)
La documentation en français

Les BU de Lorraine vous invitent à une formation Zotero le 13 juin de 14h à 17h à l’Ensic (Nancy, vieille ville). Cette formation est gratuite et ouverte aux chercheurs et aux doctorants. À l’issue de la formation, vous pourrez utiliser Zotero pour récupérer des références en ligne et générer une bibliographie dans Word ou dans Open Office.

Pour vous inscrire, contactez : domptezladoc@univ-lorraine.fr en précisant la session qui vous intéresse, votre statut, votre laboratoire, votre discipline, votre année de thèse et votre école doctorale, le cas échéant.

Retrouvez toutes nos formations sur http://domptezladoc.univ-lorraine.fr.

Séminaire d’histoire ancienne : « Dioclétien et la réforme de la cour impériale » (Manon Houbre)

Jeudi 18 avril, à 18:00, en salle A 430.

Dioclétien (Musée archéologique d'Istanboul, Wikimedia Commons)

Dioclétien (Musée archéologique d’Istanboul, Wikimedia Commons)

À l’occasion du troisième séminaire d’histoire ancienne consacré aux souverains réformateurs, Manon Houbre présentera les résultats de son mémoire de M2 dans une communication intitulée : « Dioclétien et la réforme de la cour impériale ».

Les enseignants et les étudiants sont les bienvenus, notamment les étudiants de L3, qui pourront ainsi découvrir le travail de leurs aînés.

Ce séminaire fait suite à deux communications précédentes :
– 14 mars 2013 : Antiochos IV, réformateur incompris du royaume séleucide ? (Laetitia Graslin et Christophe Feyel).

– 15 novembre 2012 : Les successeurs d’Alexandre et les populations indigènes d’Asie mineure : quelques réflexions (Christian Mileta, université de Halle).

Leçon inaugurale de Sandrine Huber à la MSH – Conférence à deux voix avec Samuel Provost

Sandrine Huber

« L’archéologie du sacrifice en Grèce antique : de Delphes au musée archéologique de l’université de Lorraine sur les traces de Paul Perdrizet »

puis

« Les archives Perdrizet de l’université de Lorraine (Nancy) »

Jeudi 11 avril 2013, à 17 heures.
Maison des sciences de l’Homme Lorraine (Nancy, avenue de la Libération), Salle internationale (3ème étage).
Entrée libre ouverte à tous (étudiants bienvenus).

Retransmission en direct à Metz.
Salle de visioconférence du Laboratoire de Mathématiques et Applications
(Ile du Saulcy, bâtiment A, 1er étage, salle 124)

Sandrine Huber est professeur d’archéologie classique à l’université de Lorraine depuis septembre 2012. Elle traitera – avec Samuel Provost, maître de conférences d’archéologie à l’université de Lorraine – de deux thèmes proches thématiquement autour de l’archéologie du culte dans le monde grec antique, sa spécialité, et la figure de Paul Perdrizet, qui fut le premier détenteur de la chaire d’archéologie classique à l’université de Nancy qu’elle occupe aujourd’hui.

« Sciences de l'Antiquité » à l'Université de Lorraine (Nancy)