Archives de catégorie : Séminaire

L’année 2014/2015 marque une transition dans la thématique du séminaire. Après trois années consacrées au « souverain réformateur dans l’Antiquité », nous nous consacrerons désormais à la figure de l’étranger.

Les dates de la saison 2014/2015 du séminaire

2 octobre 2014 – François Kirbihler : « Les Italiens à Éphèse. De l’exploitation des Grecs à l’intégration dans la cité (133 a.C.-73 p.C.) »
20 novembre 2014 – Laurent Guichard : « Le baptême et la pourpre : Initiation chrétienne et fonction impériale de Constantin à Théodose II »

Les Francs et l’Empire romain

Le mardi 16 octobre 2018, Jeroen Wijnendaele (Université de Gand) donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne intitulée : « Les Francs et l’Empire romain tardif Vers 250-400 ap. J.-C. Barbares, croque-mitaine et bienfaiteurs » [The Franks and the Late Roman Empire (c. 250-400 CE): Barbarians, Bogeymen and Benefactors]. La conférence aura lieu en salle A226 (CLSH Bâtiment A) à 18h. La conférence sera donnée en anglais et fera l’objet d’une traduction simultanée.

Personne, à l’aube du Sixième siècle, n’aurait imaginé que, sous le commandement de Clovis, les Francs auraient assujettis presque tout la Gaule et encore moins qu’ils seraient devenus la puissance dominante de l’Europe occidentale du Haut Moyen Âge. De fait, parmi les éléments du déclin de l’état romain en Occident au Ve siècle, ils n’ont pas joué un rôle significatif. Néanmoins, dans leur histoire la plus ancienne, les Francs étaient particulièrement présents dans nos sources en tant que croque-mitaine barbares, dont les raids suscitaient la consternation. Cette conférence cherche à montrer que la « menace franque sur le Rhin » entre 250 et 395 n’était pas aussi aiguë que l’indique en général les sources. Au contraire, il sera démontré que les Francs ont joué un rôle essentiel pour les nouveaux empereurs de l’empire réformé à la fin du IIIe et au début du IVe siècle.

No one could have imagined at the dawn of the sixth century that under the leadership of Clovis the Franks would subject nearly all of Gaul, let alone become the dominant power of early medieval Western Europe. Indeed, throughout the decline of the western Roman state apparatus during the fifth century, they did not play any significant role. Nevertheless, in their very earliest history, the Franks were prominently present in the sources as barbaric bogeymen whose raids caused consternation. This lecture, however, wants to show that the Frankish « threat on the Rhine » in the period c. 250-395 was not as dire as presented. Instead it will demonstrate that the Franks played an essential role for the new emperors of the reformed empire in the late third and fourth centuries.

La perception de l’autre dans les textes cunéiformes

Étant donné l’annulation de la conférence au semestre dernier, une nouvelle séance est prévue pour la conférence d’Anne-Catherine Rendu Loisel.
 
 
Le jeudi 27 septembre 2018, Anne-Caroline Rendu Loisel (Université de Strasbourg) donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne intitulée : « La perception de l’autre dans les textes cunéiformes ». La conférence aura lieu en salle A104 (CLSH Bâtiment A) à 18h.
 
 
Les devins mésopotamiens ont structuré leurs savoirs en listes thématiques, les organisant en séries, dans un processus qui remonte au moins à l’époque paléo-babylonienne. Les séries divinatoires sont une production intellectuelle qui se dégage de la pratique, élaborés par des savants qui cherchent à donner du sens et à sculpter le réel. Les devins lient ainsi les événements de la société humaine (sur le plan religieux, politique et social) à un signe qu’il leur faut déchiffrer et comprendre. Les présages concernent l’individu, le roi, le pays tout entier, mais font également entrer dans l’équation celles et ceux qui sont considérés comme autres : êtres divins, démons, mais aussi l’étranger ou l’ennemi. À partir des sources cunéiformes du 1er millénaire av. n. è., cette conférence propose d’analyser les présages qui mettent en jeu ces Autres, les signes divinatoires qui leurs sont associés et les interprétations qui en sont données pour mieux comprendre les concepts et les valeurs que les savants mésopotamiens leur attribuaient.
 
 
 

Séance des masterants

La prochaine séance du Séminaire International d’Histoire Ancienne donne la parole à trois étudiant(e)s de master, qui présenteront leurs travaux de recherches. Cette séance permettra notamment aux étudiants qui souhaitent s’inscrire en master recherche d’écouter et d’interroger leurs aînés. Les discussions pourront se poursuivre autour du repas auquel sont conviés les participants et le public à la suite des interventions.

La séance aura lieu le 31 mai 2018 à 18h00 au CLSH de Nancy en salle A104 (bâtiment A). Le repas suivra à partir de 19h30.

Charlotte Alan : « Éphèse : port, agora et magistratures des lieux de commerce,  du Ier siècle a.C. au IVe siècle p.C. ».

Dans le cadre d’un développement économique dû à son rang de caput provinciae et à l’existence d’une forte communauté italique dès 70 a.C., Éphèse est « le premier emporium d’Asie de ce côté du Taurus » d’après Strabon : l’approvisionnement constitue en effet un enjeu pour le bon fonctionnement de la cité. Capitale administrative, siège de conventus, grand port, siège de la douane d’Asie, la cité devient une véritable « cité marchande ». La question de la place commerciale d’Éphèse à l’échelle de la province, mais aussi de l’Empire, tend à s’éclairer par l’étude des installations commerciales, des acteurs du commerce, enfin de l’encadrement des marchés. Ce mémoire transdisciplinaire permet d’étudier le cas éphésien, confronté à ceux de Smyrne et Milet jusqu’au IVe s.

 

Louise Arnold : « Les conversions à la ‘vie parfaite’ en Gaule aux Ve et VIe s. de notre ère : étude prosopographique ».

Dans une Gaule précocement christianisée, le monachisme s’est implanté de façon pérenne dès la fin du IVe siècle grâce à la figure de saint Martin. Durant les deux siècles suivants, l’ascétisme est de plus en plus adopté dans l’assemblée des chrétiens, et surtout chez les élites aristocratiques, malgré les exigences constituées par leur statut. En quoi la conversion à la « vie parfaite » peut être envisagée dans le destin social d’un individu ? Dans quelle mesure les sources à disposition proposent un modèle dans la conversion, jusqu’à en faire une forme de promotion ? A travers une étude approfondie littéraire et sociologique des textes de l’époque (hagiographies, poèmes, lettres, ou encore l’Historia Francorum de Grégoire de Tours), l’objectif de ce mémoire est de proposer une prosopographie des conversions à la « vie parfaite » en Gaule aux Ve et VIe siècles, et de se demander si ce changement de vie est un modèle de rupture ou de conformité.

William Jacquot : « Le rôle public des femmes à Milet (27 av. J.-C. – 300 ap. J.-C.) ».

Sous la domination romaine, l’Orient grec a été témoin d’un phénomène inédit: l’apparition des femmes dans la vie publique. En effet, de plus en plus régulièrement, les cités nomment des femmes à des charges civiques durant les deux premiers siècles de notre ère. Il est agréable d’imaginer un mouvement d’émancipation de la femme grecque, mais nous constaterons que ce phénomène est resté très limité et que ces femmes ont surtout été instrumentalisées au service du prestige des notables.

 

Télécharger l’affiche.

L’Artémision d’Éphèse aux époques géométrique et archaïque

Le 22 février 2018,  Michael Kerschner (Austrian Archaeological Institute, Austrian Academy of Sciences, Vienna) donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Antique ayant pour titre : « L’Artémision d’Éphèse aux époques géométrique et archaïque : quand et comment le sanctuaire a gagné une dimension  supra régionale ? » La conférence aura lien à 18h. en salle G04.

L’Artémision d’Éphèse est devenu l’un des sanctuaires les plus importants du monde grec à l’époque hellénistique, tandis que le temple de la déesse comptait au nombre des « Sept Merveilles du monde ». Cette évolution est le fruit d’un long processus qui va être analysé au cours de cette conférence.

 

Le commencement du culte est attesté au début de l’âge du fer, alors que le sanctuaire était un petit enclos sacré sans structures architecturales. L’aspect majeur du rite était la consommation en commun de nourritures et de boissons. Les offrandes votives étaient rares et modestes, un phénomène qui n’évolue guère au Géométrique récent, contrairement à ce qui se passe à l’Héraion de Samos, l’île voisine.

Au cours du VIIe siècle av. J.-C., cependant, l’Artémision d’Éphèse connaît un essor fulgurant. Au second quart du siècle, un premier temple en pierre est construit, un des plus anciens de l’Égée à présenter un plan périptère. La richesse des offrandes augmente considérablement à partir du milieu du VIIe siècle et cet essor est clairement attribué à l’action des Mermnades qui règnent sur la Lydie voisine. Crésus, le dernier membre de la dynastie, contribua tout particulièrement par ses dons généreux à la splendeur et au gigantisme du premier diptère en marbre qui établit la renommée du sanctuaire.

Télécharger l’affiche.

 

 

Impératrices, évêques et exil dans l’Antiquité tardive

Dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Julia Hillner, Associate Professor à l’Université de Sheffield, donnera une conférence ayant pour thème : «Impératrices, évêques et exil dans l’Antiquité tardive [Empresses, Bishops and Exile in Late Antiquity] ». La conférence aura lieu le jeudi 1er février 2018 à 18h. au CLSH de Nancy (Salle des Actes G04). La conférence sera donnée en anglais et traduite simultanément en français.

 

 L’Antiquité tardive a vu le bannissement de centaines de clercs chrétiens. Le phénomène est habituellement considéré soit du point de vue du clerc banni, soit de celui de l’empereur ou de son conseil à l’origine de la décision. Cette conférence abordera le thème sous un angle différent : celui de la relation entre les clercs bannis et les femmes des familles impériales tardo-antiques, qui, de façon surprenante, apparaissent souvent dans nos sources. Julia Hillner discutera en particulier comment les auteurs antiques on évoqué et jugé ces relations (parfois fictives) et comment, en particulier au Ve siècle, de tels jugements servaient à expliquer aux lecteurs antiques les contextes théologiques et juridiques complexes de l’exil des clercs.

 

Hundreds of Christian clerics were banished during late antiquity. This phenomenon is traditionally investigated from the perspective of either banished cleric or banishing emperor and council. This paper will approach the topic from a different angle: the relationships between banished clerics and late antique imperial women, which our sources mention surprisingly often. Julia Hillner will discuss in particular how late antique authors described and assessed these (at times fictitious) relationships and how, especially in the fifth century, such assessments served to explain complex theological and legal contexts of clerical exile to late antique readers.

 

 

Illustration : Le concile de Nicée (325). Icône du monastère Megalon Meteoron (Wikipedia Commons).

La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe. Intertextualité et interculturalité

Dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Serge Bardet, Professeur d’histoire ancienne à l’Université d’Évry, donnera une conférence ayant pour thème : «La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe. Intertextualité et interculturalité ». La conférence aura lieu le jeudi 14 décembre 2017 à 18h. au CLSH de Nancy (Salle des Actes G04).

On cherchera à montrer que la Guerre des Juifs entretient des liens étroits avec d’autres œuvres antiques, en particulier l’Iliade d’Homère et les Lamentations (dites de Jérémie), sans oublier le géographe Strabon. La mise en lumière de ces liens sera l’occasion d’évoquer deux questions d’interprétation. D’une part, sur le plan littéraire, il apparaît bien que Flavius Josèphe se situe très concrètement en un point de confluence des cultures grecque, romaine et juive et que, pour lui, la question du registre (il représente le pouvoir et les insurgés d’une façon héroïsante, voire héroï-burlesque pour ces derniers) et celle du genre (le tombeau littéraire, le modèle épique, la dimension prophétique et la chronique biblique) sont certainement beaucoup plus prégnantes qu’on ne le dit généralement. D’autre part, la conférence soulèvera la question, particulièrement épineuse quand on étudie Josèphe, des relations complexes, voire troubles et indémêlables, entre le discours historique, ses modèles littéraires ou scripturaires, l’influence de leur vision du monde et sa part propre de témoignage réaliste.

 

Télécharger l’affiche.

Les autres dates du semestre

16 novembre 2017 – Thierry Legrand (Université de Strasbourg) : « En marge du judaïsme ‘officiel’ : Qumrân, ses écrits et sa communauté ».
14 décembre 2017 – Serge Bardet (Université d’Évry-Val-d’Essonne) : « La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe : intertextualité et interculturalité ».

Les évêques et la libération des captifs au Ve s. dans l’Empire

 Dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Jonathan Conant, Associate Professor of History/Classics à la Brown University de Providence (Rhode Island),  une conférence ayant pour thème : « Les évêques et la libération des captifs au Ve siècle dans l’Empire [Bishops and the Liberation of Captives in the Fifth-Century Empire] ». La conférence aura lieu le jeudi 30 novembre 2017 à 18h. (Salle des Actes, G04). Elle sera donnée en anglais et traduite de façon simultanée.
Un ensemble de sources juridiques et épistolaires du Ve siècle suggère que les Romains libres étaient parfois emmenés en captivité et asservi à l’intérieur des frontières de l’Empire. Leurs droits et leur statut restaient profondément liés aux circonstances locales, et, une fois contraints à la coercition, ces individus illégalement asservis avaient probablement peu de chance d’être libérés. Les malheureux cherchaient donc l’aide des évêques chrétiens, dont les réticences à intervenir pouvaient être forcées par l’appel à leur honneur en tant que membres masculins de l’élite, dans le cadre d’une culture d’attentes sociales. Celles-ci étaient d’ailleurs renforcés aux Ve et VIe siècles par la législation impériale.
Bishops and the Liberation of Captives in the Fifth-Century Empire
In the fifth century, a cluster of legal and epistolary sources suggests that free Romans were, with some frequency, being carried off into captivity and servitude inside the frontiers of the empire. Rights and status remained deeply embedded in local circumstances, and once reduced to bondage, the illicitly-enslaved probably had little chance of redemption. The aggrieved thus sought the aid of Christian bishops, whose reluctance to intervene could be constrained to act by appealing to their honor as elite Roman males within a culture of social expectations that was itself reinforced over the fifth and sixth centuries by imperial legislation.

Les autres dates du semestre

16 novembre 2017 – Thierry Legrand (Université de Strasbourg) : « En marge du judaïsme ‘officiel’ : Qumrân, ses écrits et sa communauté ».
14 décembre 2017 – Serge Bardet (Université d’Évry-Val-d’Essonne) : « La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe : intertextualité et interculturalité ».

 

En marge du judaïsme « officiel » : Qumrân, ses écrits et sa communauté

Dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Thierry Legrand, maître de conférences en histoire des religions à l’université de Strasbourg, présentera, le jeudi 16 novembre 2017 à 18h (Salle G04), une conférence ayant pour thème « En marge du judaïsme  « officiel » : Qumrân, ses écrits et sa communauté ».

 

Découverts sur les bords de la mer Morte il y a 70 ans, les écrits de Qumrân nous donnent accès à une masse considérable d’informations sur un groupe de fidèles juifs en rupture avec le judaïsme de Jérusalem, au tournant de notre ère. Après une introduction à la découverte des manuscrits de Qumrân, l’exposé présentera les écrits de références de la bibliothèque qumrânienne et tentera de préciser l’identité de ce groupe.

Télécharger l’affiche de la conférence ici.

Illustration : Le Rouleau d’Isaïe (CC Wikimedia Commons).

 

Les autres dates du semestre

16 novembre 2017 – Thierry Legrand (Université de Strasbourg) : « En marge du judaïsme ‘officiel’ : Qumrân, ses écrits et sa communauté ».
14 décembre 2017 – Serge Bardet (Université d’Évry-Val-d’Essonne) : « La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe : intertextualité et interculturalité ».

 

Séminaire International d’Histoire Ancienne : séance des masterants

Mardi 23 avril, nous aurons le plaisir d’accueillir trois masterants, qui présenteront leurs travaux. La séance se tiendra en salle A104 à 10h30. Le séminaire d’histoire antique permet cette fois à des étudiants de s’exprimer dans le cadre de leurs études sur leur travaux de fin de master.

Le premier sujet a pour thème « Séleucie du Tigre, capitale Séleucide », de Mylène Barbe, étudiante en Master d’Histoire antique. Cette première présentation sera suivie de celle de Loïc Eberhart, étudiant en Master d’Histoire antique (romaine), qui traitera des « Italiques à Cos. Essai d’histoire onomastique et sociale. » Enfin,  Aude Renaud, étudiante en Master d’histoire médiévale présentera son travail sur le « Culte des saints dans les doyennés d’Epinal, de Jorxey et de Remiremont au Moyen Âge ».

Tous les étudiants sont les bienvenus, en particulier ceux de L3 intéressés par un master et, bien entendu, ceux de Master, qui auraient l’occasion d’entendre leurs collègues. C’est également une bonne occasion pour les étudiants de Licence souhaitant entamer un master recherche qui peuvent ainsi interroger leurs aînés.

Programme :

Mylène Barbe : « Séleucie du Tigre, capitale séleucide ? »

Première fondation séleucide, Séleucie du Tigre, dès ses débuts, semble être bâtie pour devenir capitale du royaume. Pour autant, dans les ouvrages modernes, elle est souvent éclipsée par Antioche sur l’Oronte qui a bénéficié de nombreux travaux de recherche. La raison en est très surement le fait qu’elle n’ait pas elle-même bénéficié de synthèse globale. Grâce au recoupement des sources concernant Séleucie du Tigre, qui sont nombreuses et très diverses, l’objectif de mon mémoire de master, que je présente lors de cette conférence, est de comprendre le rôle qu’elle occupait dans le royaume séleucide entre le moment de sa fondation vers 300 av. J.-C. jusqu’à sa prise par les Parthes en 141  av. J.-C.

Loïc Eberhart : « Les Italiques à Cos. Essai d’histoire onomastique et sociale. »

La conquête des bords de la mer Égée, qui s’achève avec l’annexion du royaume de Pergame en 129 avant notre ère, crée un appel d’air, qui voit de nombreux Italiens émigrés en Asie Mineure. L’île de Cos constitue l’une des principales destinations actuellement recensées, grâce à l’apport de l’épigraphie.  Cette dernière malgré les difficultés qu’elle suppose permet de connaître un peu mieux l’environnement social et économique dans lequel cette émigration s’est effectuée et comment les Italiens ont pu finir par s’intégrer sur le plan local.

Aude Renaud: « Culte des saints dans les doyennés d’Epinal, de Jorxey et de Remiremont au Moyen Âge »

Même si la figure du saint existe dans d’autres religions que le christianisme, c’est dans les sociétés chrétiennes que leur culte a pris une ampleur exceptionnelle au Moyen Âge, devenant ainsi une caractéristique essentielle de cette religion. Si cet aspect de la vie religieuse est répandu dans toute la chrétienté, chaque lieu semble avoir sa spécificité. D’où l’intérêt de travailler sur ces questions à l’échelle locale. Dans les Vosges, les doyennés d’Epinal, de Jorxey et de Remiremont encadrent la vallée de la Moselle. C’est un espace de passage qui subit différentes influences : régi par plusieurs autorités, c’est une zone de transition vers la Bourgogne, la Franche-Comté, la Champagne… Un lieu de passage est aussi un lieu d’échanges, notamment d’échanges culturels. Qu’en est-il dans le domaine du culte des saints ? Peut-on expliquer la présence des saints et l’importance de certains cultes par les flux et les jeux de pouvoir dans cet espace ?

Télécharger l’affiche.

Les dates de la saisons 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ves.? »

Compte-rendu.

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

Compte-rendu.

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

Compte-rendu.

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Semestre 2:

19 janvier 2017 – 18h.  (Bâtiment A, salle A216) Brigitte Lion (Université de Lille-3) et Cécile Michel (CNRS) : « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages »

16 février 2017 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle G04) – Philippe Blaudeau (Université d’Angers) : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage »

9 mars 2017 – 18h. Salle A104 – Helmut Schwaiger (Österreichisches Archäologisches Institut) : « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine » [Patricien (Patrizier) – Producteur (Produzent) – Paysan (Bauer). Die vielfältigen Funktionen eines Stadtquartiers im byzantinischen Ephesos]

27 avril 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment A, Salle G04) – Christelle Fischer-Bovet (University of Southern California) : « Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions) »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.26.35Logo Hiscant-MA

 

 

Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions)

Christelle Fischer-Bovet, Associate Professor à l’université de Californie du sud présentera, le jeudi 27 avril 2017 à 18h (Salle G04), une conférence ayant pour thème « Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions) ».

À partir du corpus des inscriptions dédicatoires des soldats et officiers Lagides en Egypte, systématiquement rassemblé pour l’occasion, cette conférence cherche à établir pourquoi leur nombre a augmenté de façon spectaculaire sous les règnes de Ptolémée VI et Ptolémée VIII et pourquoi un large pourcentage d’entre elles ont été dédiées par des groupes de soldats. L’état de préservation des sources ne suffit pas à expliquer un tel changement, qui reflète plutôt l’expansion de comportements particuliers, jusque-là sporadiques, d’une « tradition épigraphique » liée aux développements politiques et religieux de la période hellénistique tardive et le rapprochement des cultures grecques et égyptiennes. Afin d’expliquer ces nouvelles tendances, il est nécessaire d’établir le plus systématiquement possible ce que les soldats inscrivaient sur les pierres et comment cela reflète leur vie quotidienne, leur statut et les hiérarchies militaires, les relations entre soldats grecs et égyptiens, avec les civils et la sphère religieuse. Dans un premier temps, cette communication examine la mobilité des soldats et ses conséquences pour eux-mêmes et pour la population civile locale. Deuxièmement, elle met en valeur comment le contenu des inscriptions sert à rendre public le statut militaire et socio-économique des soldats et leur relation au roi. Troisièmement, elle explore la sphère religieuse et l’attention portée par les soldats au bien-être de la population locale. En fait, les soldats semblent imiter la bienveillance caractéristique de l’idéologie royale. En conclusion, les inscriptions des soldats lagides à Chypre servent de comparaison pour évaluer dans quelle mesure les phénomènes décrits ci-dessus sont visibles à travers l’Empire lagide.

Les dates de la saisons 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ves.? »

Compte-rendu.

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

Compte-rendu.

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

Compte-rendu.

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Semestre 2:

19 janvier 2017 – 18h.  (Bâtiment A, salle A216) Brigitte Lion (Université de Lille-3) et Cécile Michel (CNRS) : « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages »

16 février 2017 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle G04) – Philippe Blaudeau (Université d’Angers) : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage »

9 mars 2017 – 18h. Salle A104 – Helmut Schwaiger (Österreichisches Archäologisches Institut) : « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine » [Patricien (Patrizier) – Producteur (Produzent) – Paysan (Bauer). Die vielfältigen Funktionen eines Stadtquartiers im byzantinischen Ephesos]

27 avril 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment A, Salle G04) – Christelle Fischer-Bovet (University of Southern California) : « Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions) »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.26.35Logo Hiscant-MA

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Andréa Binsfeld : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’empire romain et l’antiquité tardive » (Compte rendu)

Andréa Binsfeld, de l’Université de Luxembourg, a présenté une conférence intitulée « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive » le 24 novembre 2016. 

La condition des esclaves durant l’Antiquité soulève de nombreuses problématiques. Si Patterson reprend le principe de « mort sociale », cette idée a soulevé des exceptions. Il est un objet, considéré comme faisant partie du domaine de son propriétaire. Ainsi, un esclave n’a pas le droit de fonder de famille, doit être sexuellement disponible pour le maître. Il n’est même pas considéré comme individu d’après le droit romain.

L’origine des esclaves est variée : prisonniers de guerre, servitude volontaire liée à l’endettement. Leur sort l’est tout autant : tantôt humiliés, tantôt gérant les affaires du maître, leur condition est à nuancer. Si le maître dispose de la Patria potestas qui lui donne le droit de tuer son esclave, il peut aussi le libérer, et ainsi lui permettre d’accéder au statut d’affranchi. Les représentations iconographiques sont révélatrices de cette diversité : inférieurs aux détenteurs de la citoyenneté, ils sont représentés de taille plus petite, leur beauté peut souligner celle de leur maîtresse ou la richesse de leur maison. A contrario les femmes ont parfois le crâne rasé et les hommes portent même des attributs féminins.

Ces exemples témoignent de la difficulté à établir un portrait type de l’esclave dans l’Antiquité, mais il apparaît toujours avec une différenciation, accentuant le contraste avec l’homme libre, faisant de lui un étranger dans les limites mêmes de l’Empire.

Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine

Le 9 mars 2017, Helmut Schwaiger, de l’ÖAI, présentera une conférence intitulée « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine », à 18 heures salle A104 sur le campus Lettres et Sciences humaines et sociales.

Ruinée après la crise du IIIe siècle après J.-C., Éphèse connaît au plus tard au début du Ve siècle une nouvelle époque florissante. Dans le cadre d’un vaste programme architectural des constructions publiques, aussi bien profanes que sacrées, sont érigées, des places réaménagées et les infrastructures à nouveau remises en état. De même, dans le domaine privé un véritable boom immobilier intervient et, au cœur de la ville, émerge un imposant quartier de demeures, qu’on peut, selon toute probabilité, qualifier de résidences représentatives de l’élite urbaine. Une observation plus minutieuse révèle toutefois un système complexe de pièces, dont la différentiation fonctionnelle est on ne peut plus grande. Ainsi, on trouve des espaces dévolus à la représentation, d’autres dévolus au commerce ou à la transformation des produits agricoles. Au VIIe siècle on constate à nouveau une destruction complète. Pour autant le quartier n’est pas abandonné, mais habité jusque tard dans l’époque médio-byzantine.

Télécharger l’affiche.

Les dates de la saisons 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ves.? »

Compte-rendu.

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

Compte-rendu.

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

Compte-rendu.

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Semestre 2:

19 janvier 2017 – 18h.  (Bâtiment A, salle A216) Brigitte Lion (Université de Lille-3) et Cécile Michel (CNRS) : « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages »

16 février 2017 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle G04) – Philippe Blaudeau (Université d’Angers) : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage »

9 mars 2017 – 18h. Salle A104 – Helmut Schwaiger (Österreichisches Archäologisches Institut) : « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine » [Patricien (Patrizier) – Producteur (Produzent) – Paysan (Bauer). Die vielfältigen Funktionen eines Stadtquartiers im byzantinischen Ephesos]

27 avril 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment A, Salle G04) – Christelle Fischer-Bovet (University of Southern California) : « Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions) »

 

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.26.35Logo Hiscant-MA

 

r

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage

Le 16 février, à 18 heures, dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Philippe Blaudeau, professeur d’histoire romaine à l’Université d’Angers, présentera une conférence intitulée : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04).

L’ouvrage de Liberatus, diacre de l’Église de Carthage, le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum consiste en un opuscule traitant en 24 chapitres des controverses christologiques en Orient, depuis la prédication de Nestorius jusqu’à la promulgation du 1er édit de Justinien contre les Trois Chapitres (428-544). Sans doute composé peu avant 566, cette narration forme un condensé original d’informations ecclésiastiques de grande importance. Le travail du diacre carthaginois se distingue spécialement par une richesse d’information peu commune. Il dispense une connaissance d’autant moins partagée par ses contemporains, clercs ou laïcs, de Proconsulaire et des autres provinces d’Afrique, qu’elle procède d’un cours événementiel dont ils ont été très largement tenus à l’écart. Ce récit n’en est pas moins un remarquable projet historiographique. Car, en qualifiant son ouvrage de breviarium, Liberatus ne semble pas toujours tenir le caractère concis de son propos pour une exigence première. Mieux, il paraît s’inspirer volontiers du modèle des Histoires ecclésiastiques jusqu’à citer in extenso des documents majeurs (tel l’Hénotique de l’empereur Zénon, 482). De la sorte, il propose une interprétation qui invalide l’initiative principale prise par Justinien en matière de politique ecclésiastique après 540 : la condamnation des Trois Chapitres.

Télécharger l’affiche.

Séminaire International d’Histoire Ancienne (saison 2016-2017)

Follis de Constantin II : ALEMMANIA DEVICTA, 324-325 (RIC VII, 50 ; Wikimedia Commons).
Follis de Constantin II : ALEMMANIA DEVICTA, 324-325 (RIC VII, 50 ; Wikimedia Commons).

Depuis plusieurs années le Séminaire International d’Histoire d’Ancienne de l’Université de Lorraine permet faire le lien entre la recherche la plus actuelle et la formation des étudiants en invitant chaque mois un collègue d’une autre université, française ou étrangère, autour d’un thème fédérateur. Chaque séance, ouverte à tous, étudiants, enseignants-chercheurs et public, permet de faire connaître les derniers acquis de la recherche et participe ainsi à la diffusion de la recherche et à la formation de tous. Le séminaire poursuit cette saison avec le thème : « Les étrangers dans les zones de contacts des mondes anciens ».

Télécharger la brochure du Semestre 1 (2016-2017).

Télécharger la brochure du Semestre 2 (2016-2017).

Les dates de la saisons 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

Compte-rendu.

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

Compte-rendu.

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

8 décembre 2016 – 18h. Salle A104 Alessandro Barbero (Université du Piémont Oriental) : « L’idéologie de l’accueil humanitaire des barbares au IVe siècle »

Semestre 2:

19 janvier 2017 – 18h.  (Bâtiment A, salle A216) Brigitte Lion (Université de Lille-3) et Cécile Michel (CNRS) : « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages »

16 février 2017 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle G04) – Philippe Blaudeau (Université d’Angers) : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage »

9 mars 2017 – 18h. Salle A104 – Helmut Schwaiger (Österreichisches Archäologisches Institut) : « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine » [Patricien (Patrizier) – Producteur (Produzent) – Paysan (Bauer). Die vielfältigen Funktionen eines Stadtquartiers im byzantinischen Ephesos]

27 avril 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment A, Salle G04) – Christelle Fischer-Bovet (University of Southern California) : « Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions) »

 

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.26.35Logo Hiscant-MA

acal_logo_vectoris

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sophie Laribi-Glaudel « De Lamastu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen (IIe – Ier millénaire) » (Compte-rendu)

Sophie Laribi-Glaudel a présenté une conférence intitulée « De Lamaštu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire » le jeudi 10 novembre dans le cadre du Séminaire international d’histoire ancienne.

Lamaštu et Lamia ont de nombreux points communs tant par leur représentation que par la peur qu’elles inspirent aux humains de l’Antiquité. Ces êtres hybrides, s’attaquant en particulier aux femmes enceintes et aux enfants, apparaissent comme une explication à la forte mortalité infantile et maternelle. Elles sont toutes deux représentées avec des attributs de la féminité, associées au sauvage, à la voracité, à la stérilité et porteuses d’un passé parfois tragique : Lamaštu est chassée par son père, alors que Lamia, suivant les sources antiques, est fille d’un dieu héritant son physique d’une punition d’Héra, ou reine ayant perdu tous ses enfants. Les humains se protègent de ces démones, voyageant à travers le temps et l’espace, par le biais de nombreuses incantations et amulettes, renseignant l’historien sur les individus en marge dans l’Antiquité : démones hybrides, enfants morts prématurément et femmes ayant manqué le passage de fille à mère, jeunes filles mortes avant leur mariage ou d’avoir pu mettre au monde un enfant.

Lamaštu, Lamia, et les autres croque-mitaines, ne semblent pas avoir été l’objet d’un transfert direct mais répondent à des inquiétudes humaines communes aux différentes périodes et espaces de l’Antiquité. 

Léa, étudiante en licence d’Archéologie et Histoire de l’Art, est très intéressée par la Mésopotamie. Selon elle, la comparaison entre la Mésopotamie et la Grèce ancienne constitue une nouvelle perspective : voir les ressemblances et différences entre deux périodes bien éloignées.