Archives de catégorie : Ailleurs

« Quand naissent les dieux » : colloque international de Rome (18-20 juin 2015)

Après deux journées d’étude, une table ronde et deux séminaires de formation doctorale,  le programme mutualisé entre l’École française d’Athènes et l’École française de Rome « Des espaces et des rites : pour une archéologie du culte dans les sanctuaires du monde méditerranéen » accueille un colloque international autour de la naissance des dieux dans le monde antique intitulé : « Quand naissent les dieux : fondation des sanctuaires. Motivations, agents, lieux. »

Le colloque se tiendra à Rome, dans les locaux de l’École française du 18 au 20 juin 2015. Il est porté par les deux Écoles d’Athènes et de Rome avec la collaboration du LabEx Archimède « Archéologie et Histoire de la Méditerranée et de l’Égypte anciennes » et organisé par Sandrine Agusta-Boularot (Université Paul Valéry Montpellier), Sandrine Huber (Université de Lorraine) et William Van Andringa (Université de Lille).

quand-naissent-les-dieuxLes procédures juridiques, mal décrites par les textes avouons-le, ne suffisent pas à rendre compte de l’acte exceptionnel que constitue la fondation d’un sanctuaire. Les données archéologiques récentes montrent des processus variés qui touchent tout autant la religion que l’organisation humaine, la vie politique et économique des communautés ou la perception des territoires. La fondation d’un lieu de culte était d’abord un acte exceptionnel qui mettait en œuvre un écheveau complexe de motivations et d’agents divers tout autant que de relations choisies dans le paysage, avec les habitats et les territoires puisqu’il s’agissait au premier chef d’installer un dieu dans un lieu propice. Les communications s’orienteront autour des thèmes suivants : les motivations, les agents et les lieux.

Télécharger le programme.

Christian-Georges Schwentzel : « Cléopâtre, déesse mortelle du Nil »

Christian-Georges Schwentzel, Professeur à l’Université de Lorraine, participera à l’émission Une vie une œuvre, Cléopâtre, déesse mortelle du Nil, avec notamment Claude Aziza, spécialiste du péplum, et l’écrivain Philippe Sollers, samedi 11 avril 2015, à 16 h, sur France Culture.

L’émission pourra ensuite être réécoutée sur le site de France Culture :

https://www.franceculture.fr/emission-une-vie-une-oeuvre-cleopatre-la-deesse-mortelle-du-nil-2015-04-11

Illustration : Cléopâtre mordue par un aspic, de Charles Gauthier (1880) Fiseha Hailemichael ©

Hervé Huntzinger : « Les réseaux ecclésiastiques occidentaux et le rachat des captifs au Ve siècle »

Ambroise de Milan
Mosaïque de la Basilique de Saint Ambroise de Milan.

Le mardi 28 avril 2015, Hervé Huntzinger présentera une communication intitulée : « Le rôle des réseaux ecclésiastiques dans la diffusion de la pratique du rachat des captifs entre Lérins, Milan et Carthage aux Ve et VIe siècles » lors du 140e congrès du CTHS à Reims.

Au ve s. la pratique du rachat des captifs par les évêques se généralise en Occident. Une étude prosopographique des évêques qui ont pratiqué le rachat des captifs du iiie siècle au vie s. permet de cerner plus précisément les modalités de diffusion de cette pratique selon une logique en réseau autour de trois grands centres de diffusion : Carthage, Milan et Lérins. La pratique est attestée pour la première fois au iiie siècle à Carthage (Cyprien, Epist. 62). Au ivs. d’autres évêques africains continuent de racheter les captifs (Quodvultdeus, Augustin). Si Ambroise de Milan, qui pose la première argumentation en faveur de la fonte de la vaisselle du culte pour cet usage, est à l’épicentre de la diffusion de cette pratique en Italie, puis en Gaule, notamment par l’intermédiaire de Maurilius d’Angers, quelques décennies plus tard, le monastère de Lérins sera au centre d’un réseau d’évêques qui pratiquent systématiquement le rachat des captifs (Patrick, Cor. II, 14-15).

Illustration : colonne d’Arcadius (dessin anonyme, vers 1575).

Hervé Huntzinger : « Justifier ou restreindre la violence de la guerre : arguments juridiques et arguments moraux dans l’Antiquité tardive »

Lors des journées d’études « Argumenter en guerre » (15 et 16 avril 2015 à Lille et à Paris), Hervé Huntzinger présentera une communication intitulée : « Justifier ou restreindre la violence de la guerre : arguments juridiques et arguments moraux dans l’Antiquité tardive ».

Lorsqu’il reçut, en 494, l’évêque Épiphane de Pavie, venu demander la libération de 6 000 captifs italiens, le roi burgonde Gondebaud fit la réponse suivante : « Les combattants ont des lois pour autoriser ce qui n’est pas autorisé » (Ennod. V. Epif. 165). Cette phrase révèle une interprétation particulière du « droit de la guerre » comme légitimation de la violence guerrière par le droit. Une telle interprétation est, de fait, fort commune à la fin de l’Antiquité et on en voit une conscience aiguë chez Attila, qui n’hésite pas à s’en réclamer pour appuyer ses revendications (Affaire des vases de Constantius, 441 : Priscus fr. 11, 2) ou accepter, de façon fort surprenante, celles de frontaliers romains (Affaire d’Anasamos, 443 : Priscus fr. 9, 3, 39-80).

À rebours de cette conception du droit qui légitime la violence de la guerre, existe aussi l’idée du droit qui modère celle-ci. De fait, Virgilio Ilari (« Ius belli – Tou polemou nomos. Étude sémantique de la terminologie du droit de la guerre », BIDR, 88, 1985, p. 159-179) associe à la période républicaine l’idée d’un ius in bello, un droit qui limite la violence dans le cas des guerres justes et légitimes, et à la période impériale l’idée d’un ius belli, qui justifie la violence de la guerre. Qu’en est-il dans l’Antiquité tardive ? Il apparaît que la limitation des pratiques de la guerre, puisqu’elle ne peut pas réellement s’appuyer sur des arguments juridiques, s’appuie désormais sur des arguments moraux fondés par l’éthique religieuse. Ainsi Augustin, dans le chapitre d’ouverture de la Cité de Dieu (1, 1), indique que les troupes d’Alaric ont fait preuve de modération lors du sac de Rome en 410 « contre toutes les lois de la guerre » mais « à cause du nom du Christ », indiquant par là son opinion que la religion d’Alaric (le christianisme arien) aurait posé des limites à la violence de ses troupes.

Peu avant de rappeler à Épiphane les lois des combattants, Gondebaud avait reconnu sa différence de point de vue : « Étant un avocat de la paix, tu ignores les lois de la guerre et, favorable à la concorde, tu réduis à néant le jugement de l’épée. » De la sorte, il reconnaît l’existence de deux catégories d’arguments, les uns juridiques et fondés sur la violence de la guerre, les autres moraux et fondés sur l’éthique religieuse. La synthèse de ces deux ordres argumentaires est réalisée vers 533 dans les Institutiones de Justinien (1, 2, 2) par l’articulation entre le droit naturel, qui ne reconnaît pas la violence de la guerre, et le droit des peuples, apparu suite à la violence de la guerre pour normaliser les conséquences de celle-ci.

Télécharger le programme

Illustration : Karl Brioullov, Genséric et l’invasion de Rome (1833-1836, Gallerie Nationale Tretiakov, Moscou, ©Wikimedia).

Débat : « Femmes de fer  » (Cléopâtre et Zénobie de Palmyre)

-nimes2015-40x60 sans logosDans le cadre du Festival de la biographie de Nîmes, Christian-Georges Schwentzel, auteur de Cléopâtre, la déesse-reine (Payot, 2014) débattra avec Annie et Maurice Sartre, auteurs de Zénobie de Palmyre à Rome (Perrin, 2014), sur le thème :

Femmes de fer.

Le débat aura lieu à Nîmes au Carré, samedi 31 février 2015, à partir de 15h40 (Entrée libre).

François Kirbihler : « Ein Kult der Dea Roma und des Divus Julius in Ephesos unter dem Triumvirat »

Le mercredi 26 novembre 2014, François Kirbihler donnera une conférence à l’Institut für Alte Geschichte de Vienne en Autriche (17h.-18h.) sur le sujet « Ein Kult der Dea Roma und des Divus Julius in Ephesos unter dem Triumvirat ».

L’objet de la conférence est de démontrer qu’à Éphèse le culte de Rome et de César a été créé dès le triumvirat en 39/38 et non en 29 avant J.-C., comme cela est communément admis par la tradition.

Hervé Huntzinger  : « L’historiographie chrétienne de la Chute de Jérusalem, des Évangiles au pseudo-Hégésippe »

À l’occasion des séances du Groupe Interdisciplinaire d’Antiquité tardive de Strasbourg, Hervé Huntzinger présentera le vendredi 28 novembre une communication traitant de l’historiographie chrétienne de la Chute de Jérusalem.

La Chute de Jérusalem et la destruction du Temple ont été racontées en détail par Flavius Josèphe, révolté juif passé du côté romain, qui a assisté au siège de Jérusalem en 70 aux côté de Titus. Son œuvre à la fois rigoureuse et orientée par la propagande impériale et une relative proximité avec les pharisiens, fut assez rapidement l’objet d’un remploi par les auteurs chrétiens, conjointement avec les chapitres apocalyptiques de l’Évangile dans lesquels Jésus prophétise la destruction de la ville.

Alors que la littérature chrétienne du second siècle, notamment l’Évangile de Pierre, s’appuie plus volontiers sur la tradition apocalyptique, Origène utilise explicitement la Guerre des Juifs de Flavius Josèphe comme autorité historique (à l’instar du récit en partie perdu de Tacite). Eusèbe de Césarée l’utilise de façon plus polémique, en forçant les critiques de l’auteur du Ier siècle à l’égard de ses contemporains dans une optique résolument antijuive. Les différents thèmes de cette tradition aboutiront vers 370 à une traduction latine très libre d’un auteur inconnu (le pseudo-Hégésippe), dont le succès postérieure est attesté par les nombreux manuscrits.

 

François Kirbihler : « P. Vedius Pollio, préfet d’Octavien en Asie ? Les problèmes d’une mission publique entre République et Empire »

À l’occasion du colloque de Bordeaux Auguste et l’Asie mineure (du 20 au 22 novembre à l’Archéopole d’Aquitaine), François Kirbihler fera une intervention intitulée : « P. Vedius Pollio, préfet d’Octavien en Asie ? Les problèmes d’une mission publique entre République et Empire ».

P. Vedius Pollio est surtout connu comme homme d’affaires et acteur d’une anecdote scandaleuse montrant sa cruauté à l’égard d’un esclave. Il joue cependant un rôle officiel mal connu en Asie Mineure, entre Actium et la fondation du Principat, probablement vers 31-29. Les monnaies de Tralles, si elles paraissent confirmer un poste officiel, ne sont cependant pas sans poser à première vue un problème pour la datation de la mission de Pollion, et il convient également de se poser la question d’une procuratèle vers 27-25.  Certaine est la mise sur pied d’une fondation pour un concours en l’honneur d’Auguste, des Sebasta, et possible une refondation de l’Artémision selon un rite romain. Il est probable qu’il se soit agi d’une véritable mission comportant des visées plus larges, car Pollion est aussi honoré à Troie et à Milet/Didymes et on sait qu’Auguste a validé les dispositions prises à Éphèse : il a peut-être réorganisé la province juste après Actium, mais les spécialistes (J. Keil, R. Szramkiewicz, W. Eck, B.M. Kreiler) ne s’accordent pas sur la nature de ses pouvoirs. Pour B.M. Kreiler il a été un préfet d’Octavien doté de pouvoirs équivalents à ceux d’un gouverneur et D. Erkelenz le classe comme tel. P. Vedius Pollio a donc incontestablement apporté sa contribution, à la suite de Mécène, mais plus modestement qu’un M. Agrippa, à la mise en place de la transition politique entre République et Empire dans la province d’Asie.

Programme du colloque « Auguste et l’Asie mineure ».

 

 

Audrey Becker invitée au Historiches Seminar de l’université de Münster

Depuis 200Audrey Becker9, l’Université de Münster invite des médiévistes français dans le cadre du Séminaire historique (Historisches Seminar : Hoch- und Spätmittelalter Westeuropäische Geschichte) et de l’IFF (Interdisziplinäres Frankreich Forum) pour un cycle de conférences intitulé : « La jeune génération des médiévistes français invitée à Münster » (Jünge französische Mediävisten zu Gast in Münster).

Dans ce cadre Audrey Becker présentera une conférence intitulée :  « des peuples barbares au Ve siècle: problèmes méthodologiques » (Ethnogenese der barbarischen „Völker“ im 5. Jahrhundert. Methodologische Probleme).

Voir l’annonce sur le blog du séminaire de Münster.

Laetitia Graslin : « Produit de luxe dans les sources écrites mésopotamienne du Premier Millénaire avant J.-C. »

À l’occasion de la Table Ronde « Ex Oriente Luxuria (I) : Introduction – Comment définir l’objet de luxe », organisée par Françoise Gury, Jean Trinquier et Pierre Schneider à l’ENS (Rue d’Ulm), le 10 novembre 2014, Laetitia Graslin présentera une communication sur les « Produits de luxe dans les sources écrites mésopotamiennes du Premier Millénaire avant J.-C. ».

Programme de la Table Ronde.

 

François Kirbihler : « Les prêtresses d’Artémis à Éphèse (Ier s. av. J.-C.-IIIe s. ap. J.-C.) »

À l’occasion du colloque international « Les femmes dans les sociétés hellénophones de l’Orient romain », organisé à l’Institution National d’Histoire de l’Art par Sophie Lalanne (ANHIMA), François Kirbihler fera une communication sur « Les prêtresses d’Artémis à Ephèse (Ier s. av. J.-C.-IIIe s. ap. J.-C.) ».

 

Programme du colloque.

Laetitia Graslin : « Les conséquences des changements hydrauliques sur l’espace économique babylonien aux époques achéménide et hellénistique »

Wadi Rum (©Wikimedia Commons)
Wadi Rum (©Wikimedia Commons)

Article lu à l’occasion de la seconde Wadi Rumm multidisciplinary conference intitulée Man and the Desert à Wadi Rumm, Jordanie, le 5 et 6 mars 2014.

La Babylonie est une région anciennement et densément peuplée, dont l’agriculture dépend de l’irrigation. Aux époques néo-babylonienne, achéménide puis hellénistique, d’importants travaux hydrauliques sont réalisés. Ils sont connus par d’anciennes prospections archéologiques, mais surtout par les textes cunéiformes. Ceux-ci nous renseignent sur les travaux menés du VIIe au IIIe siècle et sur leurs conséquences sur les grands équilibres économiques et l’organisation des territoires. La construction de canaux modifie, parfois en profondeur, l’économie babylonienne : certaines cultures, comme celle du palmier dattier, se trouvent privilégiées. Certaines zones connaissent un essor économique important, tandis que d’autres se trouvent délaissées. C’est, à l’époque hellénistique, l’équilibre de l’ensemble de la région, entre réseau dépendant du Tigre et réseau lié à l’Euphrate, qui s’en trouve modifié.

Laetitia Graslin-Thomé : « New institutional economics and camel drivers: in which way modern economical concepts can help to understand the changes in long distance trade in first millennium BC Mesopotamia »

Capture d’écran 2014-01-14 à 19.17.11

Laetitia Graslin-Thomé présentera une communication intitulée « New institutional economics and camel drivers: in which way modern economical concepts can help to understand the changes in long distance trade in first millennium BC Mesopotamia » lors du colloque Antike Wirtschaft und ihre Kulturelle Prägung (Ancient Economies and Cultural identities) à la Philipps Universitäts de Marbourg.

Sortie à Bliesbrück le 26 octobre 2013 (Cercle des Étudiants d’Histoire)

Bliesbrück (@Emmanuela sur Flickr)
Bliesbrück (©Emmanuellea sur Flickr)

Le C.E.H. (Cercle des Etudiants en Histoire) organise une sortie au Parc Archéologique de Bliesbruck-Reinheim le samedi 26 octobre.

Ce site gallo-romain et mérovingien est particulièrement intéressant, puisqu’il permet de découvrir à la fois des vestiges de la vie quotidienne gallo-romaine et notamment des thermes particulièrement bien conservés et mis en valeur. Cette sortie est aussi l’occasion de découvrir les différentes tradition archéologiques françaises et allemandes.

Le départ se fait à 8h devant le campus pour un retour à 18h.

Tarif: 5€ adhérent / 8€ non adhérent.