Archives de catégorie : Ailleurs

Les Rendez-vous de l’histoire du monde arabe

Du 20 au 22 mai 2016 l’Institut du monde arabe organise les 2e « Rendez-vous de l’histoire du monde arabe » sur le thème « Religions et pouvoir ».

Nous attirons votre attention sur plusieurs interventions relatives à l’Antiquité et/ou proposée par des collègues de l’Université de Lorraine, notamment « Aux origines de la théocratie », (dimanche 22 mai, de 14h à 15h30), table ronde réunissant Maria-Grazia Masetti-Rouault, directrice d’etudes à l’EPHE, Section des sciences religieuses, Giusto Traina, professeur d’histoire romaine
à l’Université de Paris-Sorbonne, Institut Universitaire de France, Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine et Marie-Francoise Baslez, professeur emerite d’histoire des religions de l’Antiquité à l’Université de Paris-Sorbonne (salle d’exposition, niveau -2).

Télécharger le programme complet.

Pour ceux qui ne pourront pas faire le déplacement, l’ensemble des conférences est retransmis en direct, puis disponible, sur la Chaîne Youtube de l’Institut du monde arabe.

Illustration : Temple de Bel à Palmyre (©Bernard Gagnon, Wikimedia Commons).

Atelier « démotique pratique » à la MAE René Ginouvès

Damien Agut-Labordère (CNRS, UMR 7041-ArScAn-HAROC), propose une formation pratique au démotique du 20 juin au 24 juin 2016 à la MAE René Ginouvès à Nanterre.

«Pratique» signifie que cette formation s’adresse à tous ceux qui souhaitent se familiariser rapidement avec la documentation égyptienne démotique (VIIe siecle av. J.-C. au IVe siecle ap. J.-C.). Il s’agira d’aller directement aux documents pour permettre aux auditeurs d’acquerir le plus rapidement possible les bases permettant de se repérer dans les éditions de textes.

Aucun pré-requis en langue égyptienne n’est nécessaire pour suivre cette formation.

Programme (horaires des séances : 9h30-12h00 – 13h30-17h00) :

Lundi 20 juin : Documentation économique et fiscale. Lire des reçus de taxes (époques saïte, hellenistique et romaine).

Mardi 21 juin : Documentation funéraire. Épigraphie funéraire et étiquettes de momie (époques hellénistique et romaine).

Jeudi 23 juin : Documentation notariale. Ventes et locations de terres. Reconnaissance de dette. « Contrat de mariage »

Vendredi 24 juillet : Documentation littéraire. Extraits de contes et de sagesses. Littérature prophétique.

Si vous souhaitez vous inscrire, merci de prendre contact : damien.agut@mae.u-paris10.fr

10 places disponibles

Maison Archéologie & Ethnologie, Reneé-Ginouvès
21, allée de l’Université, F-92023, Nanterre Cedex

Télécharger le programme.

Grecs et Italiens à Éphèse : une cité grecque romanisée (Ier s. av. J.-C. – IIe s. ap. J.-C.) ?

François Kirbihler fera une conférence à l’Université de Fribourg (Suisse) le 22 mars 2016 sur le thème : « Grecs et Italiens à Éphèse : une cité grecque romanisée (Ier s. av. J.-C. -IIe s. ap. J.-C.) ? »Après une présentation générale rapide d’Ephèse, l’auteur développe la question de la présence romaine, plus grande qu’ailleurs en raison du statut de capitale provinciale, l’immigration italienne/italique, puis l’ascension sociale et la romanisation de quelques familles de notables d’origine grecque. On aboutit ainsi à un phénomène d’intégration croisée : insertion des Italiens dans les tribus et chiliastyes locales, accès à la citoyenneté romaine, puis aux aristocraties d’Empire des Grecs.

Télécharger l’affiche.

La fiscalité à l’épreuve des changements politiques : le cas des temples de Babylonie ( VI e – IV e av. J.-C.)

Héliodore chassé du Temple (Gustave Doré, 1866).
Héliodore chassé du Temple (Gustave Doré, 1866).

Dans le cadre du colloque « Religions et fiscalité dans le monde méditerranéen de l’Antiquité à nos jours », Laetitia Graslin-Thomé présentera une communication intitulée « La fiscalité à l’épreuve des changements politiques : le cas des temples de Babylonie ( VI e – IV e av. J.-C.) » (jeudi 17 mars, 10h.).

Ce colloque international est organisé par Marie-Christine Marcellesi et Anne-Valerie Pont dans le cadre du programme « L’argent des dieux » du labex Resmed. Il se tiendra les 17 et 18 maris 2016 au Collège de France (52 rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris, Salle Lévi-Strauss).

Télécharger le programme.

Illustration : Heliodore chassé du Temple (Raphaël, 1512, Palais pontifical du Vatican, Wikimedia Commons©).

Les lois de la guerre : encadrer, régler, moraliser les hostilités de l’Antiquité à nos jours

Statuette de Bavay.
Statuette de Bavay.

Dans le cadre de la 9e semaine de l’Archéologie et de l’Histoire, une Table Ronde organisée par Vivien Barrière  traitera du thème « Les lois de la guerre : encadrer, régler, moraliser les hostilités de l’Antiquité à nos jours ». La table ronde se tiendra dans l’Auditorium des Archives départementales du Val d’Oise à Cergy-Pontoise le 24 mars 2016 à partir de 10h.

Télécharger le programme.

Hervé Huntzinger y présentera une communication sur le thème « Le statut juridique des captifs dans l’Antiquité tardive ».

 

Workshop : « Regards croisés sur les transformations de la monnaie dans l’antiquité »

Le 5 février 2016, à la Cité Universitaire, Maison des Provinces de France, Salle Antilles (55 Boulevard Jourdan à Paris), Jérôme Bourdieu (PSE et EHESS), Jean-Yves Grenier (EHESS), François Lerouxel (AOROC et Université de Paris IV), Gilles Postel-Vinay (PSE et EHESS), Julien Zurbach (AOROC et ENS) organisent un workshop intitulé : « Regards croisés sur les transformations de la monnaie dans l’antiquité ».

En histoire économique antique, les conséquences économiques des transformations de la monnaie, de sa diffusion dans un espace géographique plus vaste ou de l’extension de la monétarisation sont le plus souvent envisagées du point de vue des échanges. Ainsi, par exemple, la diffusion du denier dans l’Empire romain est souvent interprétée comme un des facteurs ayant permis l’augmentation des échanges commerciaux en son sein.

Cependant, la monnaie est autant liée à la dette qu’à l’échange et le prêt est une transaction très fréquente dans tous les milieux sociaux. La monétarisation de certaines transactions peut aussi avoir des conséquences économiques sur le prêt, sur le taux d’intérêt et sur les conséquences juridiques du défaut de paiement pour le débiteur, par exemple le développement de l’esclavage pour dettes à Rome au VIe s. avant J.-C. lors de l’apparition de la monnaie pesée.

Le but de cette journée est de s’interroger sur des cas concrets de transformations touchant la monnaie et de leurs conséquences éventuelles en matière de prêt, d’intérêt et de traitement juridique de la dette.

Laetitia Graslin y présentera une communication intitulée « Les transformations monétaires et leurs conséquences en Babylonie du VIe au IVe siècle av. J.-C. ».

Plus d’information sur le site Ouvrir la Science Économique.

Ubi servi erant? Die Ikonographie von Sklaven und Freigelassenen in der römischen Kunst

Les vendredi 2Iconographie9 et samedi 30 janvier 2016 dans le cadre de l’IPSE (Unité de Recherche Identités, Politiques, Sociétés, Espaces)  et de l’Université de Luxembourg, Andrea Binsfeld et Marcello Ghetta organisent deux journées d’études intitulées : « Ubi servi erant? Die Ikonographie von Sklaven und Freigelassenen in der römischen Kunst [L’iconographie des esclaves et des affranchis dans l’art romain] ».

Les journées se tiendront en salle 4.370 de la Maison du Savoir sur le campus de Belval (Esch-sur-Alzette). Les journées d’études s’inscrivent dans le cadre du workshop « Slavery in the socio-economic context of the Roman provinces of Germania Inferior and Germania Superior, and the neighbouring areas [L’esclavage dans le contexte socio-economique des provinces romaines de Germanie Inférieure et de Germanie supérieure et les régions avoisinnantes] ».

Télécharger le flyer.

Notre collègue Hervé Huntzinger y fera une communication intitulée « L’iconographie des captifs dans l’Antiquité tardive » (samedi 30 janvier 13h30).

Autour de l’ « économie impériale » en Asie Mineure : empereurs, notables, marchands, armée

Dans le cadre du projet « LanCRAM : The land of Caesar : Geography and economy of the imperial properties in Roman Asia Minor » (Marie Curie IEF), Alberto Dalla Rosa (EPHE) organise une journée d’étude Autour de l’ « économie impériale » en Asie Mineure : empereurs, notables, marchands, armée.

La journée d’étude se tiendra le samedi 14 novembre 2015 de 9h45 à 18h. dans la salle Peiresc à l’INHA.

Notre collègue François Kirbihler aura l’honneur d’y présider la séance de l’après-midi.

Télécharger le programme.

 

Imported textiles and dyes in first millennium Babylonia and the emergence of new consumptions needs

Le mercredi 11 novembre 2015, à l’occasion du colloque Textile Trade and Distribution 2 : From the Ancient Near East to the Mediterranéen (1000 BC-400 AD) , qui se tient à Kassel du 11 au 14 novembre 2015, Laetitia Graslin-Thomé présentera une communication intitulée : « Imported textiles and dyes in first millennium Babylonia and the emergence of new consumptions needs ».

Neo-babylonian texts often deal with textiles and dyes: both currently appear in administrative texts issued by the temples. Some were locally produced, others were imported. Numerous administrative texts preserved in clay tablets help to understand the way textiles or intermediate products were imported in Babylonia, for what purpose, by which kind of people, how they were traded or distributed. This paper will focus on imported and rare fibers. We will show the shift in consumption revealed in the texts, as well as the introduction of new products, like cotton.  We will also try to see how economic models can help to understand this change in consumption, especially how they can explain why people make themselves dependent of some kind of products they have to import from abroad, even if they have similar commodities at home.

Télécharger le programme complet du colloque.

La tradition chrétienne de la Chute de Jérusalem

Dans le cadre du Groupe Interdisciplinaire d’Antiquité tardive de Strasbourg, Hervé Huntzinger présentera le vendredi 20 novembre une communication traitant de la tradition chrétienne de la Chute de Jérusalem.

La religion d’Israël jusqu’à 70 de notre ère est toute entière centrée sur Jérusalem et le Temple. La destruction de Jérusalem en 70 est considérée comme un cataclysme ayant conduit à la fondation du judaïsme rabbinique moderne. Mais il ne faut pas oublier que le christianisme dès son origine s’inscrit dans les débats qui agitait la société judéenne sur le Temple dès avant sa destruction et que le mouvement de Jésus a dû, lui aussi, gérer le traumatisme de la chute de Jérusalem et de la destruction du Temple.

Les Évangiles sont les premiers témoignages de ce positionnement ambivalent face au Temple. Si le Temple n’est pas toujours vu comme négative, à l’exception bien sûr de l’épisode de l’expulsion des marchands du Temple, les premiers chrétiens se livre pourtant à une opération de recréation du Temple sous une forme symbolique (soit que Jésus représente le Temple, soit la communauté des chrétiens) et abandonne le bâtiment hiérosolomitain à ceux qui refusent de voir la « nouvelle alliance ».

Passé la génération qui a vu la Chute du Temple, le IIe siècle prend ses distances avec la topographie de Jérusalem pour se concentrer sur le récit. Alors que la littérature chrétienne du second siècle, notamment l’Évangile de Pierre, s’appuie plus volontiers sur la tradition apocalyptique, Origène utilise explicitement la Guerre des Juifs de Flavius Josèphe comme autorité historique (à l’instar du récit en partie perdu de Tacite). Eusèbe de Césarée l’utilise de façon plus polémique, en forçant les critiques de l’auteur du Ier siècle à l’égard de ses contemporains dans une optique résolument antijuive. Les différents thèmes de cette tradition aboutiront vers 370 à une traduction latine très libre d’un auteur inconnu (le pseudo-Hégésippe), dont le succès postérieure est attesté par les nombreux manuscrits.

Illustration : David Roberts, The Siege and Destruction of Jerusalem by the Romans (1850).

 

P. Vedius Pollion, préfet d’Octavien en Asie ?

Dans le cadre de la séance de rentrée de la  SFER (Société française d’études épigraphieques sur Rome et le monde romain), François Kirbihler donnera une conférence intitulée « P. Vedius Pollion, préfet d’Octavien en Asie ? Les problèmes d’une mission publique entre République et Empire », le samedi 17 octobre 2015 à 10h. en salle W. Benjamin à l’INHA, 2 rue de Vivienne, Paris, 2e arrondissement.

 

P. Vedius Pollio est surtout connu comme homme d’affaires et acteur d’une anecdote scandaleuse montrant sa cruauté à l’égard d’un esclave. Il joue cependant un rôle officiel mal connu en Asie Mineure, entre Actium et la fondation du Principat, probablement vers 31-29. Les monnaies de Tralles, si elles paraissent confirmer un poste officiel, ne sont cependant pas sans poser à première vue un problème pour la datation de la mission de Pollion, et il convient également de se poser la question d’une procuratèle vers 27-25.  Certaine est la mise sur pied d’une fondation pour un concours en l’honneur d’Auguste, des Sebasta, et possible une refondation de l’Artémision selon un rite romain. Il est probable qu’il se soit agi d’une véritable mission comportant des visées plus larges, car Pollion est aussi honoré à Troie et à Milet/Didymes et on sait qu’Auguste a validé les dispositions prises à Éphèse : il a peut-être réorganisé la province juste après Actium, mais les spécialistes (J. Keil, R. Szramkiewicz, W. Eck, B.M. Kreiler) ne s’accordent pas sur la nature de ses pouvoirs. Pour B.M. Kreiler il a été un préfet d’Octavien doté de pouvoirs équivalents à ceux d’un gouverneur et D. Erkelenz le classe comme tel. P. Vedius Pollio a donc incontestablement apporté sa contribution, à la suite de Mécène, mais plus modestement qu’un M. Agrippa, à la mise en place de la transition politique entre République et Empire dans la province d’Asie.

Que nous apprend l’Antiquité : leçons et usages des empires antiques à travers l’histoire

Lors des Rendez-Vous de l’Histoire à Blois (8-11 octobre 2015), dans le cadre de la « Carte Blance » à la Société des Professeurs d’Histoire Ancienne de l’Université (SOPHAU), Laetitia Graslin participera à une table ronde en présence de Laurent Capdetray (maître de conférences à l’Université de Poitiers), Johann Chapoutot (professeur à l’Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle, membre de l’Institut Universitaire de France), Antonio Gonzales (professeur à l’Université de France-Comté) et Gilles Keppel (politologue, professeur à l’Institut d’Études Politiques de Paris, membre de l’Institut Universitaire de France).

La table ronde se déroulera le jeudi 8 octobre de 14h30 à 16h. dans la salle des conférences du Château Royal de Blois.

Quand on parle d’Empire, l’exemple de Rome s’impose. Ce modèle fondateur résume-t-il à lui tout seul la notion d’Empire ? Aux empires antiques répondent d’autres expériences historiques. La vision « impérialiste », qui s’est longtemps imposée — récupérée par les idéologies totalitaires — doit être révisée. C’est une lecture critique du monde, en rapport avec le temps contemporain, que l’Antiquité propose.

Voir le programme.

Devenir chrétien, devenir romain : conversion au christianisme et processus d’identification ethnique dans l’Antiquité tardive

 

Codex Argenteus.
Codex Argenteus.

Le 12 août 2015, à l’occasion du XVIIe congrès Oxford Patristics 2015 et dans le cadre d’un Workshop intitulé « Becoming Christian in the late antique West (3rd-6th centuries): discourses and practices », Hervé Huntzinger présentera une communication intitulée : « Becoming christian, becoming roman : conversion to Christianity and ethnic identification process in Late Antiquity » [Devenir chrétien, devenir romain : conversion au christianisme et processus d’identification ethnique dans l’Antiquité tardive].

On admet d’ordinaire que, dès l’origine, appartenir à l’Église chrétienne n’était pas une question d’identité ethnique. Par la suite, toutefois, l’idée que l’extension de la Chrétienté coincide avec l’externsion de l’Empire est nettement attestée, en particulier dans l’historiographie chrétienne orientale, pour laquelle la définition de la romanité et la Romania correspondent à celle de la Chrétienté. Dans la partie occidentale de l’Empire, la conversion des barbares, bien qu’elle soit souvent comprise à travers le prisme de la controverse entre les ariens et les nicéens, doit aussi être appréhendée à travers le schéma des processus d’identification ethnique. De fait, Prosper d’Aquitaine, dans son De uocatione omnium Gentium (II, 38) prétend que l’Empire est la structure par laquelle le christianisme est apporté aux gentes extérieures. De plus, dans sa lettre à Victrix de Rouen, Paulin de Nole félicite son collèogue pour avoir, par le moyen de la conversion des barbares qui vivaient dans le voisinage désertique, apporté la civilisation à ce territoire (Paulin de Nole, Lettres, 18). Comme ce type de processus est fréquemment réciproque, la crainte de la conversion exprimée au sujet des enfants tombés en captivité dans les mains d’un peuple païen n’est pas surprenante (Ambroise, De officiis, 2, 28, 136 ou, plus tardivement, Grégoire le Grand, Dialogues, 3, 27). Ce schéma permet de reconsidérer la conversion de barbares comme Fritigern au moment  où il a demandé à s’installer dans l’Empire, ou celle de la reine des Marcomans, Fritigil.

It is generally admitted that, even from the very origin, belonging to the Christian church was not a matter of ethnic identity. Later, however, the idea that extension of Christianity coincides with the extension of Empire is clearly attested, particularly in Eastern Christian historiography, in which the definition of Romanity and Romania matched the definition of Christianity. In the Western part of the Empire, conversion of Barbarians, though often understood by the prism of arian/nicene controversy, should nevertheless also be understood by the pattern of ethnic identification process. Indeed, Prosper Tiro’s De uocatione omnium Gentium (II, 38) states that Roman Empire is the structure by which Christianity is brought to external gentes. Furthermore, in his letter to Victrix of Rouen, Paulinus of Nola congratulates his colleague for having, by the conversion of the Barbarians living in his desert neighbourhood, brought the Roman civilisation in this land (Paulinus of Nola, Epist. 18). As those processes are often reciprocal, the fear of conversion expressed concerning Christian children fallen into captivity in the hand of a heathen people is not surprising (Ambrosius, De officiis, 2, 28, 136 or Later Gregory the Great, Dialogs 3, 27). This framework should permit to reconsider the conversion of Barbarian such as Fritigern’s conversion at the time he asked, with his people, to settle into the Roman Empire, or such as Fritigil’s, queen of the Marcomanni.

Bruno Rochette : « La diversité des langues dans l’Empire Romain »

BNU. Papyrus grec 1173. Papyrus bilingue.
BNU. Papyrus grec 1173. Papyrus bilingue.

En ouverture du colloque « Irénée après Irénée : traces d’un auteur grec perdu » (11-13 juin 2015), organisé par Rémi Gounelle (Faculté de théologie protestante de Strasbourg) et Agnès Bastit (Centre Michel Baude, Université de Lorraine), Bruno Rochette (Université de Liège) présentera une conférence intitulée : « La diversité des langues dans l’Empire romain à l’époque d’Irénée (IIe siècle) : l’Asie mineure et la Gaule ». La conférence se tiendra jeudi 11 juin au Palais Universitaire de Strasbourg (salle Tauler) à 20h30.

Programme du colloque.

La diffusion de l’œuvre d’Irénée, auteur grec majeur du tout premier christianisme, pose des problèmes délicats : répandue très peu de temps après sa publication comme en témoignent les papyrus égyptiens d’Oxyrhynque, elle a aujourd’hui presque entièrement disparu dans sa langue originale, le grec, et n’est accessible qu’à travers des citations fragmentaires ou des traductions anciennes. Pourtant, Irénée était un auteur de référence pour l’Antiquité chrétienne, aussi bien orientale qu’occidentale, comme l’attestent l’utilisation par les hérésiologues (Hippolyte, Tertullien, Epiphane, Eznik), les citations de Basile, Augustin, Théodoret de Cyr ou les Sacra parallela attribués à Jean de Damas, et les traductions elles-mêmes (en latin, arménien et syriaque). Il a continué à être connu au Moyen Âge (surtout occidental), puis a attiré l’intérêt d’érudits majeurs (Erasme, Harnack). Les journées d’études de Strasbourg chercheront à retracer quelques-unes des étapes de la transmission de cette œuvre, sans exclure sa réception dans les diverses traditions chrétiennes et sa prise en compte par les théologiens modernes.

Laetitia Graslin : « La comptabilité des temples de Babylonie au milieu du Ier millénaire »

Laetitia Graslin interviendra dans le colloque « Calculs et rationalités : comptabilité, modèles économiques, politiques et éthiques dans l’Ancien et le Nouveau Monde », qui se tiendra à l’Université de Montréal du 3 au 6 juin 2015. Elle présentera le 3 juin une communication intitulée : « La comptabilité des temples de Babylonie au milieu du premier millénaire av. J.-C. : quel modèle économique pour quelles pratiques ? »

Télécharger le programme.