Archives de catégorie : À Nancy

François Kirbihler : « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine »

La nouvelle saison du séminaire d’histoire ancienne consacré aux « Souverains réformateurs » est inaugurée le 17 octobre à 18h15 en salle A329b par François Kirbihler, qui présentera une conférence intitulée « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine ». Les étudiants de tous niveaux sont les bienvenus.

Éphèse

Éphèse, capitale de la province d’Asie, joua un rôle important dans la diffusion de modèles romains, parfois adaptés à des traditions locales. Il en est de même du culte de Rome et César. Le croisement de trois sources implique une création de ce culte sous le triumvirat, dès 39/8, et non en 29 a.C. selon la tradition communément admise (Dion Cassius 51, 20, 6-7).

Les autres dates de la saison 2013/2014 du séminaire

17 octobre 18h15 François Kirbihler : « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine ».
28 novembre 18h00Gilles Gorre (Université de Rennes) : « Les temples égyptiens et les réformes des Ptolémées ».
6 février 18h15Hervé Huntzinger : « Gouverner sans titre. Les modalités du pouvoir informel de Séverin de Norique à la fin du Ve siècle de notre ère ».

20 marsSabine Ladstätter (directrice des fouilles d’Éphèse, membre de l’Institut Autrichien d’Archéologie) : « La maison à terrasse II, un joyau d’habitation romaine ». (voir un article sur le Daily News).
10 avrilChristian Schwentzel (Université de Lorraine, Metz) : « Antiochos de Comagène ».
24 avril Aurélien Froidevaux (doctorant Université de Lorraine, Nancy)  : « Justinien et la Sicile : reconquête, intégration et réforme des structures administratives ».

 

Atelier d’écriture cunéiforme

Ecriture sur tablette d’argile : démonstration (photo C. Michel)
Écriture sur tablette d’argile : démonstration (photo C. Michel)

À l’occasion des journées nationales de l’archéologie, Laetitia Graslin assure un atelier d’écriture sur argile au musée de l’université de Nancy les 7 et 8 juin. Ouvert aux petits comme aux plus grands, il permet de s’initier à l’une des plus anciennes écritures de l’histoire, l’écriture cunéiforme.

Le projet politique d’Antiochos IV

Antiochos IV
Buste d’Antiochos IV (Altes Museum, Berlin)

Colloque international franco-allemand
Nancy
17-19 juin 2013

 

C. Feyel L. Graslin-Thomé

HISCANT-MA, Université de Lorraine.

C. Mileta (Halle)

P. F. Mittag (Cologne)

Comme l’écrivait naguère E. Will, « peu de souverains (…) ont suscité des interprétations plus divergentes » qu’Antiochos IV. Fils d’Antiochos III, il hérite à la fois du prestige d’un grand royaume et d’une situation compromise par la défaite de Magnésie. La paix d’Apamée le contraint, tout comme son père, à n’agir qu’en Orient, et à composer avec une puissance romaine toujours plus active. Faute de pouvoir s’intéresser à l’Asie Mineure et à la Grèce devenus inaccessibles, il doit se concentrer sur son propre royaume et sur son environnement oriental immédiat.

De manière générale, les sources littéraires, à la suite de Polybe, lui sont peu favorables. Elles dressent de sa personnalité l’image d’un déséquilibré en partie responsable du déclin séleucide. La tradition juive en donne une image plus noire encore. Elle compose le portrait d’un roi impie responsable du soulèvement de Jérusalem et de la guerre des Maccabées. Toutefois, les inscriptions, notamment à Athènes, suggèrent que ce souverain fut parfois apprécié. Par ailleurs, les tablettes akkadiennes de Babylone et d’Uruk adoptent une vision beaucoup plus neutre, et montrent un souverain procédant à des réformes qui ne semblent pas faire l’objet d’une résistence particulière. Comme à Jérusalem, il renouvelle un personnel politique et crée des corps de citoyens. Le parallèle est frappant, mais ce qui est accepté apparemment sans trop de difficultés en Mésopotamie donne lieu à une guerre civile en Judée. Se pose alors la question de savoir si le personnage n’a pas été décrié surtout parce que ses projets politiques étaient trop ambitieux et difficiles à faire accepter partout.

L’objet de ce colloque est donc, au delà de l’image et de la psychologie de ce souverain, de déterminer dans quelle mesure Antiochos IV a conçu et cherché à imposer un projet politique cohérent. A-t-il voulu helléniser le royaume séleucide, et à quelles fins ? Ses réformes procèdent-elles d’une volonté d’uniformisation administrative ? Dans quelle mesure Antiochos IV a-t-il été influencé par les modèles lagide ou romain ?

Au cours de leurs travaux pionniers, E. Will et C. Orrieux s’étaient naturellement intéressés à ces questions. Mais la documentation s’est depuis élargie et diversifiée, avec par exemple les apports de la numismatique ou les données livrées par les tablettes cunéiformes désormais mieux connues. Les études publiées récemment sur le royaume séleucide conduisent, elles aussi, à réévaluer l’action politique de ce souverain.

Tel est le projet que l’on s’efforcera de mener à bien au cours d’un colloque qui se tiendra en juin 2013 à Nancy. Pour plus de clarté, C. Feyel et L. Graslin-Thomé proposent dès maintenant quelques axes de réflexion qui devraient aboutir à un livre collectif consacré au projet politique d’Antiochos IV. Il s’agirait dans un premier temps de dresser un bilan de l’état du royaume séleucide à l’avènement d’Antiochos IV (personnalité du nouveau souverain telle que les sources littéraires la font connaître, rapports avec Rome, question de l’indemnité de guerre prévue par le traité d’Apamée, conflit avec l’Égypte). Dans un deuxième moment, on étudiera les réformes d’Antiochos IV (politique monétaire, création de cités, culte royal, armée, entourage royal). Il conviendra enfin d’apprécier les réactions et les résultats de ces réformes (révolte juive, difficile reprise en main des hautes satrapies, efficacité des réformes administratives, image du souverain en dehors du royaume séleucide, succession d’Antiochos IV).

Affiche du colloque

Programme Colloque Antiochox IV

L’assistance au colloque est libre pour toute personne intéressée, qui se trouvera également invitée à la réception donnée, le 17 juin à 18:30, en mairie de Nancy. Toute personne souhaitant participer aux repas devra s’acquitter de droits d’inscription à hauteur de 30 euros, et se signaler à l’avance auprès de Laetitia Graslin :

laetitia.graslin@univ-lorraine.fr

Séminaire d’histoire ancienne : « Dioclétien et la réforme de la cour impériale » (Manon Houbre)

Jeudi 18 avril, à 18:00, en salle A 430.

Dioclétien (Musée archéologique d'Istanboul, Wikimedia Commons)

Dioclétien (Musée archéologique d’Istanboul, Wikimedia Commons)

À l’occasion du troisième séminaire d’histoire ancienne consacré aux souverains réformateurs, Manon Houbre présentera les résultats de son mémoire de M2 dans une communication intitulée : « Dioclétien et la réforme de la cour impériale ».

Les enseignants et les étudiants sont les bienvenus, notamment les étudiants de L3, qui pourront ainsi découvrir le travail de leurs aînés.

Ce séminaire fait suite à deux communications précédentes :
– 14 mars 2013 : Antiochos IV, réformateur incompris du royaume séleucide ? (Laetitia Graslin et Christophe Feyel).

– 15 novembre 2012 : Les successeurs d’Alexandre et les populations indigènes d’Asie mineure : quelques réflexions (Christian Mileta, université de Halle).

Leçon inaugurale de Sandrine Huber à la MSH – Conférence à deux voix avec Samuel Provost

Sandrine Huber

« L’archéologie du sacrifice en Grèce antique : de Delphes au musée archéologique de l’université de Lorraine sur les traces de Paul Perdrizet »

puis

« Les archives Perdrizet de l’université de Lorraine (Nancy) »

Jeudi 11 avril 2013, à 17 heures.
Maison des sciences de l’Homme Lorraine (Nancy, avenue de la Libération), Salle internationale (3ème étage).
Entrée libre ouverte à tous (étudiants bienvenus).

Retransmission en direct à Metz.
Salle de visioconférence du Laboratoire de Mathématiques et Applications
(Ile du Saulcy, bâtiment A, 1er étage, salle 124)

Sandrine Huber est professeur d’archéologie classique à l’université de Lorraine depuis septembre 2012. Elle traitera – avec Samuel Provost, maître de conférences d’archéologie à l’université de Lorraine – de deux thèmes proches thématiquement autour de l’archéologie du culte dans le monde grec antique, sa spécialité, et la figure de Paul Perdrizet, qui fut le premier détenteur de la chaire d’archéologie classique à l’université de Nancy qu’elle occupe aujourd’hui.

Les souverains réformateurs dans l’Antiquité

Jeudi 14 mars à 18h en salle A430.

 

Les historiens d’histoire ancienne de l’Université de Lorraine, site de Nancy, vous convient à la deuxième séance de leur séminaire, consacré cette année aux « souverains réformateurs dans l’Antiquité ». Elle aura lieu au mois de mars (date à préciser). C. Feyel, professeur, et L. Graslin, maître de conférences à l’université de Lorraine, vous proposeront une conférence intitulée : « Antiochos IV, réformateur incompris du royaume séleucide ? »

Résumé

Dans un premier moment, nous nous appuierons sur des sources littéraires bien connues (Polybe, Diodore, Tite-Live). Nous nous efforcerons de montrer que les propos malveillants colportés à l’égard d’Antiochos IV travestissent un projet politique cohérent et réformateur. Dans un deuxième temps, nous nous intéresserons plus particulièrement à l’attitude d’Antiochos IV vis-à-vis des sanctuaires de Babylonie et de Jérusalem. Nous pensons pouvoir y déceler des points communs qui témoignent d’une politique similaire — volonté de s’appuyer sur des groupes nouveaux, plus hellénisés et non plus sur les élites traditionnelles, contrôle accru des richesses des sanctuaires et fondation de cités, désir d’imposer une harmonisation administrative au sein du royaume séleucide.

Soirée Péplum : de La Chute de l’Empire romain (1964) à Gladiator (2000)

Jeudi 21 février 2013, amphi A42, 18h.

Le Cercle des Étudiants en Histoire et moi-même vous convions à une soirée Péplum. Il s’agira de jeter un regard neuf sur le film Gladiator, réalisé par Ridley Scott en 2000, à la lumière de son auguste prédécesseur, chef-d’œuvre cinématographique, mais désastre financier, La Chute de l’Empire romain (Fall of the Roman Empire) du réalisateur Anthony Mann (1964).

Les libertés prises par ces films avec la chronologie, notamment Gladiator, sera l’occasion de revenir sur le contexte historique de la succession de Marc-Aurèle (M. Kirbihler). Cette rencontre sera aussi l’occasion d’évoquer le traitement de l’histoire par le cinéma hollywoodien à deux époques différentes, mais aussi de découvrir comment le genre du Péplum, présent dès l’origine du cinéma (Georges Hatot, Néron essayant des poisons sur un esclave, 1896), s’est construit sur le dialogue entre le passé et le présent (M. Huntzinger). Ainsi les plans aériens montrant l’arrivée de Commode à Rome s’inspirent-ils largement du film de propagande nazie réalisé en 1934 par Leni Riefenstahl, Le triomphe de la volonté, sachant que les défilés nazis ont eux-mêmes imité une certaine image de l’Empire romain.

Au-delà de la question de l’exactitude historique, la société romaine et l’Empire romain sont des supports féconds pour un discours cinématographique sur la société contemporaine. Les réalisateurs hollywoodiens ont ainsi usé et abusé des motifs antiques pour dépeindre et critiquer la société américaine.

Les liens entre les deux films sont nombreux. Au-delà de certaines scènes qui seront analysées, il est piquant de savoir que l’acteur Richard Harris, qui aurait dû jouer Commode dans La Chute de l’Empire romain a finalement joué Marc-Aurèle dans Gladiator.

Tous les étudiants et les enseignants sont les bienvenus.

Édouard Will, un grand historien de l’Antiquité à Nancy

Cours public d’histoire de la Lorraine : Laetitia Graslin.

Mardi 12 février de 14h. à 15h30, salle 440.

E. Will, professeur d’histoire grecque à Nancy de 1955 à 1985, est l’un des grands historiens français du monde hellénistique. Il a également été à l’origine de la constitution de la bibliothèque de recherche en histoire de l’Antiquité de Nancy, qui porte aujourd’hui son nom. C’était enfin une personnalité complexe, qui, par son œuvre et son caractère, a marqué toute une génération d’historiens. Il était temps, quinze ans après sa mort, de dresser un portrait de  cette figure majeure de l’histoire grecque à Nancy.