Archives de catégorie : À Nancy

Une nouvelle klinè de la fin du IVe siècle av. J.-C. dans la région d’Amphipolis

Dans le cadre du séminaire d’archéologie gréco-romaine, Samuel Provost donnera une conférence le mardi 6 décembre à 18h. (Nancy, CLSH, salle A412) intitulée: « Une nouvelle klinè de la fin du IVe siècle av. J.-C. dans la région d’Amphipolis d’après les archives de Paul Perdrizet ».

Parmi les monuments inédits relevés par Paul Perdrizet (1870-1938) lors de sa mission de prospection archéologique et épigraphique de la région du Pangée (Macédoine orientale), en 1899, figure une rare klinè à décor sculpté polychrome. Paul Perdrizet en avait découvert de tout petits fragments lorsqu’il avait exploré une première fois une tombe de type dit « macédonien », sans doute peu de temps après son pillage, en novembre 1894, quelques kilomètres au nord d’Amphipolis. Lorsqu’il revint presque cinq ans plus tard dans la région, il n’eut de cesse de chercher les fragments disparus des deux lits funéraires dont il avait restitué l’emplacement dans la tombe. Il parvint à ses fins et localisa un pied et une partie de la frise de la façade d’une klinè. S’il les fit dessiner plus tard par un artiste de la fabrique Gallé, il ne publia pas cette découverte remarquable, perdue jusqu’à présent, comme les fragments eux-mêmes.

La conférence reviendra d’abord sur les conditions de cette découverte et les raisons de son oubli, avant d’examiner la place du monument dans le corpus de ces monuments funéraires macédoniens.

Télécharger l’affiche.

Conférence d’Alexandre Farnoux sur le fonds Émile Gillieron

Façade de l'École française d'Athènes
Façade de l’École française d’Athènes

Le mardi 15 Novembre, Alexandre Farnoux, directeur de l’École française d’Athènes et professeur d’archéologie grecque à l’Université de Paris-Sorbonne, présentera une conférence sur l’École française d’Athènes et le nouveau fonds d’archives Gilliéron. Elle se déroulera à 18 heures, à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, en salle A226. 

Cette conférence portera, en première partie, sur l’École française d’Athènes, son œuvre et ses objectifs, alors que la seconde partie de l’exposé concernera un fonds d’archives, récemment déposé à l’École française d’Athènes, celui d’Émile Gilliéron, père et fils, deux illustrateurs, restaurateurs et fabricants de copies d’œuvres grecques très célèbres à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Heinrich Schliemann le fouilleur de Troie et de Mycènes et Arthur Evans le fouilleur de Cnossos ont compté parmi leurs principaux clients aux côtés des musées européens les plus célèbres, ainsi que du musée archéologique de l’université de Nancy dont le musée archéologique de l’Université de Lorraine est le descendant. Ce riche fonds pourra être mis en parallèle avec les Fonds Eugène Burnouf et Paul Perdrizet, conservés tous deux à l’Université de Lorraine.

Télécharger l’affiche.

Illustration : ©École française d’Athènes (fonds Gilliéron).

Enregistrer

Rencontre scientifique autour des Lois de Gortyne

Vendredi 21 octobre 2016, dans le cadre du séminaire de linguistique des langues anciennes (G. Vottéro) est organisée une rencontre internationale autour des Lois de Gortyne (ou Code  de Gortyne) animée par Monique Bile (UL, spécialiste reconnue du dialecte crétois), avec la participation de M. Gagarin (PR Université d’Austin, Texas, spécialiste de droit et de littérature grecs antiques), A. Maffi (PR Université de Milan, juriste spécialiste du droit antique), et G. Seelentag (PR Université de Rostock, historien de l’Antiquité). La rencontre aura lieu en salle A160 (bâtiment A) de 14h. à 16h.

 

Ces Lois, qui constituent le plus ancien texte juridique du monde occidental (et un des plus anciens connus au monde), sont rédigées dans un dialecte complexe, au style très elliptique, et nécessitent une approche pluridisciplinaire large. Elles ont fait dernièrement l’objet de plusieurs publications. C’est donc ici l’occasion de confronter les points de vue de linguistes, juristes, historiens, archéologues et sociologues.

Cette rencontre est organisée avec le soutien de l’UFR Arts, Lettres, Langues de Nancy et du laboratoire HisCAnt-MA.

Télécharger l’affiche.

Les potins au sanglier : l’état de la question

Mardi 18 octobre 2016, le Séminaire d’Archéologie Gréco-Romaine de l’Université de Lorraine aura le plaisir d’accueillir Rose Bigoni, régisseuse des collections archéologique au pôle Archéologie Préventice de Metz Métropole, pour une conférence intitulée : « Les potins au sanglier : l’état de la question ».

Les potins au sanglier sont des monnaies gauloises frappées essentiellement par les Leuques, mais présentant l’intérêt d’avoir eu une diffusion dépassant largement le cadre de la cité, contrairement à la diffusion normale des monnaies gauloises restreinte au territoire de la cité.

Télécharger l’affiche.

Illustration : potin au sanglier (bronze, Gaule belgique, Ier s. avant J.-C.) ; arrière-plan : fanum de Nasium (Cité des Leuques).

Colloque « Antiochos III et l’Orient »

Christophe Feyel et Laetitia Graslin-Thomé organisent à Nancy un colloque intitulé « Antiochos III et l’Orient ». Il se tiendra les 6, 7 et 8 juin 2016 au Campus Lettres et Sciences Humaines, 23 boulevard Albert Ier, Nancy, bâtiment A, salle A104.

Paru il y a plus de vingt ans, l’ouvrage de A. Kuhrt et S. Sherwin-White, From Samarkhand to Sardis, a modifié la manière de concevoir l’Empire séleucide, jusque là trop souvent observé par le biais de sa seule façade méditerranéenne. Il a conduit les chercheurs à porter un regard nouveau sur les sources dans toute leur diversité : inscriptions, monnaies, textes littéraires, sources judéennes ou cunéiformes, etc. La meilleure prise en compte de ces documents a permis de mieux apprécier la manière dont s’est constituée, maintenue, puis effondrée la royauté séleucide.

Prenant acte de ces acquis de la recherche récente, une série de colloques organisés à Nancy s’attachent à apprécier les évolutions du monde séleucide. Un précédent colloque, organisé en 2012, avait été consacré à Antiochos IV. Il avait montré que certains des problèmes traités par Antiochos IV trouvaient leur origine sous le règne de son père.

En conséquence, il semble maintenant nécessaire de réexaminer l’œuvre d’Antiochos III en Orient. Les travaux que J. Ma a consacrés à la reconquête séleucide de l’Asie mineure ont en effet prouvé qu’Antiochos III avait su adapter la dynastie séleucide à un monde composé de cités grecques. Il est ainsi parvenu à réinstaller en Asie mineure occidentale un pouvoir séleucide qui en était absent depuis les années 240. Mais, dans les parties orientales de l’empire séleucide, le problème se posait de manière sensiblement différente : ces régions ne comprenaient que très peu de cités ; l’organisation sociale et politique y était totalement différente. Quel type de relations Antiochos III a-t-il mis en place avec ces communautés ? A-t-il, comme en Asie Mineure, cherché à construire un mode de relation stable avec les populations orientales? Et si oui, de quelle manière, et avec quels interlocuteurs ? Les évolutions auxquelles Antiochos III doit faire face en Orient sont multiples : tendances centrifuges apparues dès le début du règne, nécessité de trouver des soutiens locaux, place nouvelle des populations hellénisées, interventions de puissances étrangères.

Télécharger l’affiche.

Télécharger le programme.

Espace pensé, territoires administrés : quelques réflexions sur la façon dont les Anciens ont pu se représenter l’espace anatolien

lebreton-smallLe  jeudi 3 mars, Stéphane Lebreton, maître de conférences à l’Université d’Artois, présentera une conférence intitulée : « Espace pensé, territoires administrés : quelques réflexions sur la façon dont les Anciens ont pu se représenter l’espace anatolien ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

Depuis 20 à 30 ans, les historiens ont porté leur attention sur la question des perceptions spatiales dans l’Antiquité. Leur approche a permis de changer la compréhension de la géographie. Au lieu de considérer que l’homme de ces périodes reculées pensait et restituait un espace sur le modèle des Modernes, ils ont plutôt réfléchi aux singularités en s’aidant des avancés de l’anthropologie. On peut d’ailleurs considérer que l’ouvrage Geography and ethnography. Perceptions of the World in Pre-Moderne Societies (K. A. Raaflaub & R. J. A. Talbert, éd., 2010), cherchant à comparer les conceptions spatiales de différentes sociétés éloignées dans le temps et dans l’espace est à la fois une illustration intéressante de cette démarche et peut-être un aboutissement.

Dès la fin des années 1980 et le début des années 1990, des auteurs comme P. Janni, Fr. Prontera, Chr. 15th_century_map_of_Turkey_regionJacob ou P. Arnaud, par exemple, ont élargi le champ de la réflexion en s’interrogeant notamment sur l’utilité et la fréquence de la carte, sur la pensée hodologique, sur le développement et la diffusion de la culture géographique. Ils ont ainsi permis d’enrichir et de développer le sujet. Les études actuellement conduites par Kl. Geus et M. Thierieng affinent davantage encore la problématique en proposant de réfléchir non plus seulement sur la géographie érudite telle qu’elle apparaît le plus souvent dans la littérature, mais à la culture géographique populaire de l’homme de la rue (common sense geography).

Parallèlement, les modalités de contrôle et d’administration d’un territoire ont donné lieu à nombre d’études, au moins pour les périodes hellénistique et romaine. De fait, il restait à étudier les relations entre les deux domaines de recherche. À partir de quels acquis intellectuels, de quelles connaissances géographiques, de quels apprentissages, de quels outils ou supports les personnes en charge de l’administration d’un territoire ont-il travaillé ? Certes, le sujet a pu être abordé par Cl. Nicolet dans L’inventaire du monde. Il était au cœur de sujet des deux volumes La invención de una geografía de la Península Ibérica (G. Cruz Andreotti, P. Le Roux & P. Moret, éd., 2006). N. Purcell a aussi pu proposer des analyses pertinentes. Il semble cependant que bien des interrogations demeurent, au moins aux échelles locale et régionale.

C’est la question qui sera abordée lors de cette conférence en prenant l’exemple de la péninsule anatolienne sur le long terme, en partant du cadre général, avant de développer des cas particuliers.

Télécharger l’affiche.

Illustration : delta du Méandre / Carte de l’Anatolie (XVe s.).

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Semestre 1

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Semestre 2 :

Arietta-Papaconstantinou-id-web28 janvier 2016 – 18h. en salle A104 – Arietta Papaconstantinou (Université de Reading) : « Langues d’empire, langues étrangères ? Les chemins pas très parallèles du grec et de l’arabe en Égypte. »

Julien Monerie11 février 2016 – 18h. – Julien Monerie (Université de Paris 1) : « Chronique d’une campagne avortée. Le projet d’invasion de l’Arabie par Alexandre (323 av. J.-C.). »

lebreton-small3 mars 2016 – 18h. – Stéphane Lebreton (Université d’Artois) :  « Espace pensé, territoires administrés : quelques réflexions sur la façon dont les Anciens ont pu se représenter l’espace anatolien. »

aurenhammer-small21 avril 2016 – Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne) : « Les portraits des notables à Éphèse à l’époque impériale [Die Honoratiorenporträts des kaiserzeitlichen Ephesos]. »

Télécharger le programme du semestre 2.

Chronique d’une campagne avortée. Le projet d’invasion de l’Arabie par Alexandre (323 av. J.-C.)

Julien MonerieLe jeudi 11 février 2016, Julien Monerie, maître de conférences à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, présentera une conférence intitulée : « Chronique d’une campagne avortée. Le projet d’invasion de l’Arabie par Alexandre (323 av. J.-C.) ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

Karl von Piloty - La mort d'Alexandre le GrandLe 11 juin 323 av. J.-C., Alexandre décédait à Babylone, à la veille dʼune opération militaire amphibie destinée à conquérir lʼArabie orientale. Dans ces conditions, lacampagne, pourtant préparée de longue date, fut annulée avant même dʼavoir débuté, ce qui explique sans doute le fait quʼelle demeure peu étudiée par les historiens. La confrontation  des textes classiques, des sources cunéiformes et des récits de voyageurs du XIXe s. permet pourtant dʼanalyser en détail le déroulement des préparatifs mis en place au cours des mois qui précédèrent la mort du conquérant, dans leur dimension pratique et stratégique.

Télécharger l’affiche.

Illustrations : Manuscrit de Quinte-Curce, Faits et gestes d’Alexandre, v. 1475-1500 (Bibliothèque de Genève, Ms. fr. 76, folio 221 droite) : http://www.e-codices.unifr.ch.  / Illustration d’après Karl von Piloty, La mort d’Alexandre le Grand (1885: dans The Bible and its Story Taught by One Thousand Picture Lessons, edited by Charles F. Horne and Julius A. Bewer, published by Francis R. Niglutsch, New York, 1908 ; ©Wikimedia Commons)

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Semestre 1

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Semestre 2 :

Arietta-Papaconstantinou-id-web28 janvier 2016 – 18h. en salle A104 – Arietta Papaconstantinou (Université de Reading) : « Langues d’empire, langues étrangères ? Les chemins pas très parallèles du grec et de l’arabe en Égypte. »

Julien Monerie11 février 2016 – 18h. – Julien Monerie (Université de Paris 1) : « Chronique d’une campagne avortée. Le projet d’invasion de l’Arabie par Alexandre (323 av. J.-C.). »

lebreton-small3 mars 2016 – 18h. – Stéphane Lebreton (Université d’Artois) :  « Espace pensé, territoires administrés : quelques réflexions sur la façon dont les Anciens ont pu se représenter l’espace anatolien. »

aurenhammer-small21 avril 2016 – Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne) : « Les portraits des notables à Éphèse à l’époque impériale [Die Honoratiorenporträts des kaiserzeitlichen Ephesos]. »

Langues d’empire, langues étrangères ? Les chemins pas très parallèles du grec et de l’arabe en Égypte

Le 28 janvier 2016, Arietta Papaconstantinou, professeur associé à l’Université de Reading et Academic visitor à l’Université d’Oxford présentera une conférence intitulée : « Langues d’empire, langues étrangères ? Les chemins pas très parallèles du grec et de l’arabe en Égypte ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

À la suite des conquêtes d’Alexandre, la langue grecque a connu une diffusion impressionnante dans les parties du monde concernées, en particulier comme langue d’administration des royaumes successeurs. En Égypte, les Ptolémées l’ont consciemment utilisée comme langue de pouvoir, de même que les Romains après eux. Avec le temps, la langue pénétra dans des strates sociales de plus en plus basses, et des domaines bien éloignés de l’administration. Pendant tous ces siècles, elle a côtoyé la langue égyptienne, qui nous est connue sous des formes écrites différentes selon la période, démotique d’abord, copte ensuite. Après la conquête arabe, et l’introduction de l’arabe comme nouvelle langue d’administration, l’évolution fut très différente: en trois siècles, une grande partie de la population avait non seulement adopté l’arabe, mais abandonné le bilinguisme des siècles précédents, laissant le copte tomber en désuétude. On interrogera le contexte politique et économique plus large pour tenter de comprendre les raisons de cette différence.

Télécharger l’affiche.

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Semestre 1

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Semestre 2 :

Arietta-Papaconstantinou-id-web28 janvier 2016 – 18h. en salle A104 – Arietta Papaconstantinou (Université de Reading) : « Langues d’empire, langues étrangères ? Les chemins pas très parallèles du grec et de l’arabe en Égypte. »

Julien Monerie11 février 2016 – 18h. – Julien Monerie (Université de Paris 1) : « Chronique d’une campagne avortée. Le projet d’invasion de l’Arabie par Alexandre (323 av. J.-C.). »

lebreton-small3 mars 2016 – 18h. – Stéphane Lebreton (Université d’Artois) :  « Espace pensé, territoires administrés : quelques réflexions sur la façon dont les Anciens ont pu se représenter l’espace anatolien. »

aurenhammer-small21 avril 2016 – Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne) : « Les portraits des notables à Éphèse à l’époque impériale [Die Honoratiorenporträts des kaiserzeitlichen Ephesos]. »

 

GD 42 ou le Pythion de Délos

Ce mardi 24 novembre 2015, le Séminaire d’Archéologie de la religion et du rite accueille notre collègue Agnès Febvey, pour une conférence intitulée « GD 42 ou le Pythion de Délos ». La conférence se tiendra à 18h. en salle A104 (CLSH, bâtiment, 23 boulevard Albert Ier à Nancy).

 

Le sanctuaire d’Apollon à Délos accueillit en son sein, dès la fin du IVe s., un bâtiment consacré à Apollon Pythien, désigné dans les comptes du sanctuaire sous le nom de Pythion. Sa localisation a longtemps fait problème, car elle était liée à celle du Kératôn, l’édifice abritant l’Autel de cornes. Maintenant, cependant, que l’emplacement de ce dernier est connu de façon certaine, l’identification du Pythion semble probable : il correspondrait à l’édifice ionique construit par les Athéniens au IVe s., dont les vestiges sont visibles au Nord-Ouest de la plaine du sanctuaire. On appelle traditionnellement ce bâtiment GD 42 d’après le numéro qu’il porte dans le Guide de Délos. Notre connaissance des vestiges de cet édifice est complétée par sept inscriptions du ive s. émanant d’une commission de magistrats, les naopes, qui fut créée à l’occasion de la construction de l’édifice. Le Pythion de Délos, quant à lui, nous est connu grâce à une documentation épigraphique assez riche, qui permet d’obtenir du monument une image certes fragmentaire, mais définie par quelques détails architecturaux remarquables. Cette connaissance partielle du Pythion est la seule qui autorise la comparaison avec les résultats de l’étude architecturale de l’édifice GD 42, afin d’affirmer ou d’infirmer l’identité des deux monuments.

Télécharger l’affiche.

Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses

Alain ChauvotLe 3 décembre 2015, Alain Chauvot, professeur émérite à l’Université de Strasbourg, présentera une conférence intitulée : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

En 376, des dizaines de milliers de Goths, chassés par les Huns, « obtiennent, par autorisation de l’empereur (Valens), le droit de traverser le Danube et de cultiver des régions de la Thrace » (Ammien Marcellin, 31, 4, 5). Le 9 août 378, les Goths menés par Fritigern mettent en déroute l’armée impériale à Andrinople ; Valens est tué. Entre 376 et 378, les Goths ont revêtu aux yeux des Romains plusieurs identités, allant de celle du « réfugié pitoyable » à celle du « destructeur de la puissance romaine ». Or ces images contrastées ne rendent que partiellement compte des métamorphoses qu’ils ont connues ou failli connaître. Leur chef Fritigern, homme au double langage, et peut-être au double jeu, incarne les ambiguïtés, les tensions internes voire les contradictions d’un groupe qui lutte pour sa survie et se transforme dans cette épreuve.

Télécharger l’affiche.

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Au second semestre le séminaire aura l’honneur d’accueillir :

Arietta Papaconstantinou (Université de Reading/Oxford).
Julien Monnerie (Université de Paris 1).

Stéphane Lebreton (Université d’Artois).
Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne).

 

La Mésopotamie antique : patrimoine et mémoire

Le cycle de conférences Calligrammes organisées au Lycée Henri Poincaré de Nancy commencera le 13 novembre à 17h15 en salle polyvalente par une intervention de Francis Joannès, Professeur d’Histoire ancienne à l’université Paris 1. La conférence portera sur : « La Mésopotamie antique : patrimoine et mémoire ».
 Après des études d’Histoire à l’Université Paris 1 et à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, il a été pensionnaire à l’Institut Français d’Études Anatoliennes d’Istanbul, puis Chargé de recherche au CNRS, dont il dirige aujourd’hui l’UMR 7041 (CNRS-Paris Ouest-Paris 1-Ministère de la Culture) « Archéologies et Sciences de l’Antiquité ».

Spécialiste de Babylone, il a alerté l’opinion publique et les plus hautes instances de l’État à propos des périls qui menacent le patrimoine culturel irakien. C’est ainsi qu’il a préparé l’intervention du Président de la République au Louvre le 18 mars 2015 afin que la France contribue à la préservation du patrimoine archéologique irakien. Dans son discours, le Président de la République a en particulier rappelé qu’il fallait « utiliser tous les moyens pour que la culture puisse continuer à être regardée comme une fierté pour l’humanité ». Le même jour se produisait l’attentat du musée du Bardo à Tunis…

Télécharger l’affiche.

Archéologie du culte funéraire dans l’Alexandrie hellénistique et romaine

Ce mardi 10 novembre 2015, le Séminaire d’Archéologie de la religion et du rite accueille Marie-Dominique Nenna, directrice du Centre d’Études Alexandrines (USR 3134), pour une conférence intitulée « Archéologie du culte funéraire dans l’Alexandrie hellénistique et romaine ». La conférence se tiendra à 18h. en salle A104 (CLSH, bâtiment, 23 boulevard Albert Ier à Nancy).

Si les dispositifs liés à la commémoration des morts restent mal connus dans les nécropole de surface alexandrines à quelques exceptions près, en revanche, l’aménagement d’hypogées collectifs dès le IIIe siècle av. J.-C., notamment dans la nécropole occidentale, a entraîné la création de dispositifs particuliers pour honorer les défunts placés dans les loculi ou les niches ou bien, pour les privilégiés, dans des lits funéraires ou des sarcophages. Au sein même des hypogées ou en surface ont été creusés des triclinia pour les repas funéraires et des pièces dotées de bancs dont le rôle doit être précisé ; en outre des points d’eau (citernes et puits) ont été mis à la disposition de tous ou d’un groupe plus restreint. Tables et autels (taillés ou construits) prennent également place dans certains hypogées ; ils n’ont pas bénéficié d’études spécifiques, et on se propose ici d’en examiner la variété typologique, à laquelle font écho les séries abondantes des petits autels (ou encensoirs ?) en pierre et en céramique, découverts en masse dans les nécropoles alexandrines.

Télécharger l’affiche.

Les Romains étrangers : l’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.14Le 12 novembre 2015, Ekaterina Nechaeva, collaboratrice externe du département d’Histoire ancienne de l’Université de Genève, présentera une conférence intitulée : « Les Romains étrangers : l’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

Contrairement à ce qui avait été annoncé, la conférence sera en français.

Au milieu du Ve siècle, un diplomate romain oriental, Priscus de Panium, alors qu’il visitait la cour d’Attila, rencontra un individu habillé à la mode barbare, mais parlant un grec parfait. Cette personne, que Priscus avait d’abord pris par erreur pour un Hun, était, en réalité, un Grec. Son émigration n’avait pas été volontaire, mais sa réticence à revenir dans l’Empire était délibérée et ferme. Les défauts de la société romaine lui faisait préférer la vie parmi les barbares (Prisc. 10.2.407-510).

Cette histoire, qu’elle soit véridique ou forgée par Priscus, offre un aperçu intéressant de la société romaine tardive. Pourquoi un riche marchand préfère-t-il l’Empire hun à l’Empire romain ? Pourquoi une personne souhaiterait-elle déménager de façon permanente en Perse ou chez les barbares ? Comment s’opère ce déménagement ? Pourquoi un captif ou un déporté ne préfère-t-il pas revenir dans sa patrie ?

Les réponses à ces questions, en plaçant la focale sur la vie des individus, offrent un apercu unique des problèmes internes de la société romaine tardive, de ses structures politiques, sociales, juridiques et administratives.

Jacob Lawrence - Migrations series (panel 3)
Jacob Lawrence – Migrations series (panel 3)

Cette étude considère le phénomène des migrations individuelles, en se concentrant particulièrement sur l’émigration (tant volontaire que forcée) d’individus, de familles et, dans certains cas, de groupes sociaux ou religieux dans l’Antiquité tardive. L’objectif global de l’enquête est d’examiner à la fois les causes et les conséquences de cette migration à contre-courant, en centrant la focale sur les personnes désireuses de quitter l’Empire romain et les raisons d’échapper à l’apparente forteresse de prospérité et de civilisation.

Le cœur de la recherche réside dans les vies des émigrés. De fait, c’est la série nombreuse des vies personnelles qui crée l’histoire. Une étude précise de ces vies peut montrer à quel point les liens entre les régions du monde antique tardif étaient fort et à quel dégree ce monde était divisé ou uni du point de vue des mouvements individuels.

Télécharger l’affiche.

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Au second semestre le séminaire aura l’honneur d’accueillir :

Arietta Papaconstantinou (Université de Reading/Oxford).
Julien Monnerie (Université de Paris 1).

Stéphane Lebreton (Université d’Artois).
Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne).

 

Temples proto-archaïques crétois : où est l’autel ?

Autel sanctuaire crétoisDans le cadre du Séminaire « L’Archéologie de la religion et du rite », Jérémy Lamaze (Université de Lorraine, Hiscant-MA, EA 1132) donnera une conférence intitulée « Temples proto-archaïques crétois : où est l’autel ? », le mardi 13 octobre à 18 en salle A104 (CLSH).

Si, d’une manière générale, dans les sanctuaires grecs la présence du temple n’est pas indispensable, celle d’un autel est primordiale pour l’accomplissement des rites. Or, plusieurs édifices crétois d’époque géométrique et orientalisante (ca VIIIe-VIIe s. av. J.-C.), reconnus comme des temples, sont à l’évidence dépourvus de ce genre d’aménagement. En réponse à cette spécificité, les spécialistes ont avancé l’idée que les foyers découverts à l’intérieur de ces édifices remplissaient une fonction similaire à celle des autels en plein air qui caractérisent les sanctuaires grecs et destinés au sacrifice animal. À partir des contextes de Prinias (pseudo « temple A »), de Dréros (Delphinios) et de Kommos (« temple B »), que nous comparerons à une série de monuments crétois, nous tenterons de replacer ces exemples parmi d’autres temples contemporains du monde grec. Nous verrons que les édifices cultuels crétois du Premier Âge du fer n’en sont pas à une spécificité près, eu égard au reste de la Grèce : point de péristasis, ni de colonnade, avant l’époque romaine sur l’île, par exemple. Trop souvent laissées de côté, les analyses ostéologiques, ainsi que le mobilier associé, seront à la base de notre propos pour tenter de résoudre cette apparente contradiction, d’autant que l’absence d’un réel dépôt votif et/ou d’un symbole de culte – éléments qui constituent les critères d’identification d’un temple – permet légitimement de remettre en cause l’hypothèse cultuelle pour nombre de ces contextes.

Télécharger l’affiche.

Les grands sanctuaires en Gaule romaine

Le mardi 15 septembre à 18h., dans le cadre du Séminaire d’Archéologie, Simon Ritz, doctorant à l’Université de Lorraine (Hiscant-MA, EA 1132), présentera une conférence intitulée : « Les grands sanctuaires en Gaule romaine : une réflexion à partir de l’étude de cas de l’agglomération de Senon et du sanctuaire péri-urbain d’Amel-sur l’Étang (Meuse) ».

La conférence aura lieu à Nancy, sur le campus Lettres et Sciences Humaines, le mardi 15 septembre à 18h. en salle A104.

Télécharger l’affiche.