Archives de catégorie : À Nancy

La polychromie de l’Aurige de Delphes : nouvelles données de l’étude en cours

2018 correspond, pour le Musée archéologique de l’Université de Lorraine, à la fois au centenaire de la destruction, lors du bombardement de Nancy le 31 octobre 1918, du musée originel et au retour des quelques moulages d’antiques rescapés de cet événement.

 

Pour célébrer ce retour, il est vite apparu évident qu’il fallait allier l’histoire et l’actualité de la recherche autour du moulage d’une statue grecque emblématique : l’Aurige de Delphes, dont un moulage accueille désormais les visiteurs du musée archéologique de l’UL sur le campus Lettres et Sciences humaines .

 

Nous accueillons donc, dans le Cycle de conférences autour du musée archéologique de l’université de Lorraine, l’exposé suivant, le 29 mars 2018, 18h, salle A104 (ou à la BU en cas de blocage du bâtiment A) : « La polychromie de l’Aurige de Delphes : nouvelles données de l’étude en cours » par Sophie Descamps (musée du Louvre) et Benoît Mille (Centre de recherche et de restauration des Musées de France – C2RMF).

Les grands bronzes antiques sont rares, alors qu’ils se comptaient par milliers, et plus rares encore ceux qui, comme l’Aurige de Delphes, bénéficient d’une datation, d’une localisation et de l’identité d’un commanditaire. Une convention a été signée entre l’Éphorie des Antiquités de Phocide, l’École française d’Athènes et le musée du Louvre, afin de reprendre et de compléter l’étude de la statue et des fragments qui lui sont associés. Les premiers résultats, obtenus lors d’une mission préliminaire, sont très prometteurs. Ils permettent de poser les bases d’un nouveau projet de recherche, combinant des techniques avancées de contrôle non destructif et des analyses sur prélèvements. Ce projet a pour but de préciser les procédés de fabrication du groupe, de montrer que cet ex-voto a constitué un support privilégié pour de nombreuses innovations techniques, et d’appréhender la polychromie originelle de l’un des jalons majeurs de la sculpture grecque de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

 

 

 

 

 

 

Image de l’article : Aurige de Delphes (Domaine public/Wikimedia Commons/Gunnar Bach Pedersen).

Le Ve siècle dans le nord de la Gaule

À l’occasion de la souscription pour l’acquisition de l’épieu de chasse inscrit de Cutry (Ve s. ap. J.-C.), la Société d’Histoire de la Lorraine et du musée lorrain a invité le professeur Raymond Brulet (université catholique de Louvain) à venir donner une conférence destinée à présenter le contexte historique et archéologique dans lequel s’insérait cet objet, témoin exceptionnel de la société aristocratique romaine tardive. La conférence s’institule : « D’un monde à l’autre : Le Ve siècle dans le nord de la Gaule. »

Cette communication aura lieu sur le CLSH, mercredi 14 mars, à 18h, en salle A 226 (entrée libre).

Le Ve s. est particulièrement mal connu, historiquement, mais surtout archéologiquement, en Gaule. R. Brulet est l’un des plus grands spécialistes de cette période de transition entre l’Antiquité et le Moyen-Âge.

Télécharger l’affiche.

Illustration: Mosaïque de la Villa Casale, scène de chasse au sanglier.

Vincent Zarini présente Premiers écrits chrétiens

À l’invitation de l’Association Lorraine des Professeurs de Langues Anciennes (ALPLA), Vincent Zarini, professeur de langue et littératures latines à Paris-IV, présentera Premiers écrits chrétiens , ouvrage paru en 2016 (Gallimard,  Pléiade), qu’il a co-dirigé avec Bernard Pouderon et Jean-Marie Salamito.

La conférence aura lieu au centre Edouard Will, le lundi 20 novembre à 17 heures, salle 016.

Illustration : Le martyre d’Ignace d’Antioche d’après le Ménologue de Basile (miniature, fin Xe – début XIe siècle ; Wikimedia Commons).

En marge du judaïsme « officiel » : Qumrân, ses écrits et sa communauté

Dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Thierry Legrand, maître de conférences en histoire des religions à l’université de Strasbourg, présentera, le jeudi 16 novembre 2017 à 18h (Salle G04), une conférence ayant pour thème « En marge du judaïsme  « officiel » : Qumrân, ses écrits et sa communauté ».

 

Découverts sur les bords de la mer Morte il y a 70 ans, les écrits de Qumrân nous donnent accès à une masse considérable d’informations sur un groupe de fidèles juifs en rupture avec le judaïsme de Jérusalem, au tournant de notre ère. Après une introduction à la découverte des manuscrits de Qumrân, l’exposé présentera les écrits de références de la bibliothèque qumrânienne et tentera de préciser l’identité de ce groupe.

Télécharger l’affiche de la conférence ici.

Illustration : Le Rouleau d’Isaïe (CC Wikimedia Commons).

 

Les autres dates du semestre

16 novembre 2017 – Thierry Legrand (Université de Strasbourg) : « En marge du judaïsme ‘officiel’ : Qumrân, ses écrits et sa communauté ».
14 décembre 2017 – Serge Bardet (Université d’Évry-Val-d’Essonne) : « La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe : intertextualité et interculturalité ».

 

Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques

Le thème du séminaire de spécialisation en Archéologie est consacré cette année au montage d’une exposition sur des autels gallo-romains dans le Musée archéologique de l’Université de Lorraine (inauguration en janvier) et à une réflexion sur le fonctionnement des autels dans le monde gréco-romain.

En amont de cette exposition est organisée une journée d’étude intitulée « Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques » le 6 novembre prochain, en salle internationale, 91 avenue de la Liberation à Nancy.

Télécharger le programme.

Illustration : Lawrence Alma-Tadema, The Vintage Festival, 1871 (The National Gallery of Victoria, Melbourne ; CC Wikimedia Commons).

Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques

La prochaine séance des Mercredis du CRULH concerne l’histoire ancienne, puisqu’elle accueillera Audrey Becker (Université de Lorraine) autour du sujet : « Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques ». La séance se tiendra à Nancy, le 15 mars 2017, en salle A412 (bâtiment A) du Campus Lettres et Sciences Humaines, boulevard Pierre Ier,  à 18h.

Les notions de frontière et de diplomatie ont toutes deux la particularité d’être inexistantes en tant que telles dans le vocabulaire des documents tardo-antiques. Il s’agit de notions fortement marquées par une construction à l’époque moderne et variant au gré des idéologies nationales, coloniales ou européennes. Par ailleurs, essentiellement dans les mains des juristes jusqu’au début du XXe siècle, ces thèmes ont fait l’objet d’une réappropriation par les historiens. L’étude de ces notions s’appuie aujourd’hui sur un important travail de déconstruction des préjugés. Ainsi, il a quasiment fallu attendre les années 1980 pour envisager que les Romains « négocient » avec les barbares. Après avoir rappelé ce cadre épistémologique, cette conférence s’attachera à montrer ce qu’on peut dire de la frontière dans les relations diplomatiques tardo-antiques.

Illustration : Eduard Bendemann, Athanaric et Valens sur le Danube, vers 1860, gravure colorisée.

 

Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine

Le 9 mars 2017, Helmut Schwaiger, de l’ÖAI, présentera une conférence intitulée « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine », à 18 heures salle A104 sur le campus Lettres et Sciences humaines et sociales.

Ruinée après la crise du IIIe siècle après J.-C., Éphèse connaît au plus tard au début du Ve siècle une nouvelle époque florissante. Dans le cadre d’un vaste programme architectural des constructions publiques, aussi bien profanes que sacrées, sont érigées, des places réaménagées et les infrastructures à nouveau remises en état. De même, dans le domaine privé un véritable boom immobilier intervient et, au cœur de la ville, émerge un imposant quartier de demeures, qu’on peut, selon toute probabilité, qualifier de résidences représentatives de l’élite urbaine. Une observation plus minutieuse révèle toutefois un système complexe de pièces, dont la différentiation fonctionnelle est on ne peut plus grande. Ainsi, on trouve des espaces dévolus à la représentation, d’autres dévolus au commerce ou à la transformation des produits agricoles. Au VIIe siècle on constate à nouveau une destruction complète. Pour autant le quartier n’est pas abandonné, mais habité jusque tard dans l’époque médio-byzantine.

Télécharger l’affiche.

Les dates de la saisons 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ves.? »

Compte-rendu.

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

Compte-rendu.

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

Compte-rendu.

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Semestre 2:

19 janvier 2017 – 18h.  (Bâtiment A, salle A216) Brigitte Lion (Université de Lille-3) et Cécile Michel (CNRS) : « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages »

16 février 2017 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle G04) – Philippe Blaudeau (Université d’Angers) : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage »

9 mars 2017 – 18h. Salle A104 – Helmut Schwaiger (Österreichisches Archäologisches Institut) : « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine » [Patricien (Patrizier) – Producteur (Produzent) – Paysan (Bauer). Die vielfältigen Funktionen eines Stadtquartiers im byzantinischen Ephesos]

27 avril 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment A, Salle G04) – Christelle Fischer-Bovet (University of Southern California) : « Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions) »

 

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.26.35Logo Hiscant-MA

 

r

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Débat autour d’Hypatie d’Alexandrie et d’Agora d’Alejandro Amenábar

Le Cercle des Étudiants en Histoire de l’Université de Lorraine organise une soirée débat autour de la figure de la mathématicienne antique Hypatie d’Alexandrie et du péplum d’Alejandro Amenábar, Agora (2009). La séance se tiendra le jeudi 2 mars en salle A226 à 18h. et sera animée par Hervé Huntzinger.

Alfred Seifert, Hypatia, 1901 (Wikimedia Commons).

Film important de la nouvelle vague du péplum dans les années 2009, Agora rappelle la figure complexe d’Hypatie d’Alexandrie, fille du philosophe Cléon d’Alexandrie, assassiné par des fanatiques chrétiens en 415 de notre ère. Son histoire, rapportée par Socrate de Constantinople et par sa propre correspondance avec l’évêque Synésios de Cyrène, laisse planer le doute sur les responsabilités de l’évêque Cyrille d’Alexandrie. Les différentes traditions se sont emparées d’Hypatie soit pour insister sur la responsabilité de l’église dans son meurtre (c’est-à-dire souvent l’église catholique), soit pour la minorer en insistant sur l’opposition populaire déclenchée par une « maîtresse d’école » trop subversive.

Dans ce cadre, le film d’Alejandro Amenábar prend position dans un débat général sur le rôle de l’église et du christianisme dans les transformations du monde tardif et sur la place de la religion dans le monde moderne.

 

Illustration : Raphaël, L’École d’Athènes, Vatican, chambre des signatures, 1509-1510. Hypatie est le personnage en blanc à gauche, qui regarde en direction du spectateur. Il s’agit de la première réapparition du personnage dans la culture moderne.

Enregistrer

Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages

Brigitte Lion
Brigitte Lion

À l’occasion de l’exposition « » et dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, nous aurons le plaisir d’accueillir Brigitte Lion, professeure d’histoire du Proche Orient Ancient et Cécile Michel, directrice de recherche au CNRS, pour une conférence intitulée « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages ». La conférence se tiendra à la BU du CLSH (rez-de-chaussée), le jeudi 19 janvier à 18h.

cecile_michel
Cécile Michel

L’écriture de la Mésopotamie antique est qualifiée de cunéiforme, ce qui signifie que les signes ont une forme de clous ou de coins (cuneus). Ces signes ont été utilisés pendant plus de 3000 ans, non seulement en Mésopotamie, mais  aussi au-delà, sur une très vaste aire géographique allant de l’Anatolie à l’Égypte, de la Mer méditerranée au Golfe arabo-persique. Dans toute cette zone, des centaines de milliers de tablettes couvertes d’inscriptions cunéiformes ont été trouvées.

Lettre d'Amarna (Louvre, AO 7098).
Lettre d’Amarna (Louvre, AO 7098).

Ces écritures ont été redécouvertes d’abord par les premiers voyageurs qui ont exploré ces régions oubliées et en ont rapporté les premières copies d’inscriptions, puis par les diplomates du XIXe siècle, qui ont été les premiers archéologues de Mésopotamie. Leur déchiffrement a été une entreprise complexe, car cette écriture notait plusieurs langues différentes, selon des systèmes diffé

rents. Les signes, selon les langues qu’ils notent, peuvent avoir une valeur de logogrammes (chaque signe représente un mot), ou une valeur syllabique, ou encore une valeur de lettre (il s’agit alors d’alphabets). Un important matériel scolaire, trouvé sur les sites de Mésopotamie, a permis de reconstituer l’apprentissage des scribes.

 

Télécharger l’affiche.

Enregistrer

La mondialisation au Ier millénaire dans « La fabrique d’Histoire »

A l’occasion de l’ouverture de l’exposition «L’histoire commence en Mésopotamie» au Louvre Lens, l’émission «La fabrique de l’histoire», 9:05-10:00, sur France Culture animée par Emmanuel Laurentin sera consacrée à la Mésopotamie du 12 au 15 décembre.

Le lundi l’émission proposera une balade au Musée Louvre Lens, le mardi un documentaire sur le voyage d’Hérodote à Babylone. Le mercredi Cécile Michel et Dominique Charpin parleront de la naissance de l’assyriologie. Le jeudi 15 décembre Francis Joannes, Damien Agut et Laetitia Graslin évoqueront la mondialisation du premier millénaire.

Les programmes de France culture sont disponibles ici.

Exposition : les écritures cunéiformes

Laetitia Graslin, maître de conférences en histoire grecque à l’Université de Lorraine propose une exposition intitulée « Les écritures cunéiformes » du 5 janvier au 24 février 2017 à la Bibliothèque universitaire du campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, à Nancy.

Dans le cadre de cette exposition, Cécile Michel, directeur de recherches au CNRS de Nanterre et Brigitte Lion, professeur à l’université de Lille III, présenteront une conférence intitulée « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement et usages » le jeudi 19 janvier à 19 heures.

L’ancien Irak est le berceau de l’un des plus anciens systèmes d’écriture connu, l’écriture cunéiforme. Rédigée sur des tablettes d’argile, elle apparaît vers le milieu du IVe millénaire av. J.-C., à Uruk, dans le sud de la Mésopotamie. Elle se répand ensuite dans tout le Proche-Orient, et permet la rédaction de textes aussi variés que complexes : textes économiques, juridiques, littéraires et savants… Elle s’adapte à plusieurs langues et inspire d’autres systèmes d’écriture, dont les premiers systèmes alphabétiques. Mais lorsqu’elle cesse d’être utilisée, aux débuts de l’ère chrétienne, son souvenir disparaît rapidement. Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que des voyageurs, diplomates et savants européens redécouvrent cette écriture devenue inintelligible, puis parviennent à la déchiffrer. A l’occasion du 160ème anniversaire du déchiffrement de l’écriture cunéiforme, l’exposition propose un voyage à la découverte de cette écriture millénaire, en invitant à en découvrir tout à la fois le fonctionnement, les usages, et l’aventure de son déchiffrement.

Des visites guidées et ateliers d’écriture sur argile seront animés les jeudi de 12 heures à 13 heures et sur demande à laetitia.graslin@univ-lorraine.fr.

Télécharger l’affiche.

Journées d’études : Pratiques et stratégies alimentaires dans l’Antiquité tardive

Lundi 28 Novembre de 14 heures 30 à 18 heures 30 et Mardi 29 Novembre de 9 heures à 17 heures, se dérouleront les Journées d’études en salle 324, 91 Avenue de la Libération à Nancy.

A cette occasion la discussion tournera autour de l’analyse des pratiques et stratégies alimentaires dans l’Antiquité tardive (IIIe-VIIe siècle) à travers les sources papyrologiques et juridiques.

Télécharger le programme détaillé.

Télécharger l’affiche.

Une nouvelle klinè de la fin du IVe siècle av. J.-C. dans la région d’Amphipolis

Dans le cadre du séminaire d’archéologie gréco-romaine, Samuel Provost donnera une conférence le mardi 6 décembre à 18h. (Nancy, CLSH, salle A412) intitulée: « Une nouvelle klinè de la fin du IVe siècle av. J.-C. dans la région d’Amphipolis d’après les archives de Paul Perdrizet ».

Parmi les monuments inédits relevés par Paul Perdrizet (1870-1938) lors de sa mission de prospection archéologique et épigraphique de la région du Pangée (Macédoine orientale), en 1899, figure une rare klinè à décor sculpté polychrome. Paul Perdrizet en avait découvert de tout petits fragments lorsqu’il avait exploré une première fois une tombe de type dit « macédonien », sans doute peu de temps après son pillage, en novembre 1894, quelques kilomètres au nord d’Amphipolis. Lorsqu’il revint presque cinq ans plus tard dans la région, il n’eut de cesse de chercher les fragments disparus des deux lits funéraires dont il avait restitué l’emplacement dans la tombe. Il parvint à ses fins et localisa un pied et une partie de la frise de la façade d’une klinè. S’il les fit dessiner plus tard par un artiste de la fabrique Gallé, il ne publia pas cette découverte remarquable, perdue jusqu’à présent, comme les fragments eux-mêmes.

La conférence reviendra d’abord sur les conditions de cette découverte et les raisons de son oubli, avant d’examiner la place du monument dans le corpus de ces monuments funéraires macédoniens.

Télécharger l’affiche.

Conférence d’Alexandre Farnoux sur le fonds Émile Gillieron

Façade de l'École française d'Athènes
Façade de l’École française d’Athènes

Le mardi 15 Novembre, Alexandre Farnoux, directeur de l’École française d’Athènes et professeur d’archéologie grecque à l’Université de Paris-Sorbonne, présentera une conférence sur l’École française d’Athènes et le nouveau fonds d’archives Gilliéron. Elle se déroulera à 18 heures, à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, en salle A226. 

Cette conférence portera, en première partie, sur l’École française d’Athènes, son œuvre et ses objectifs, alors que la seconde partie de l’exposé concernera un fonds d’archives, récemment déposé à l’École française d’Athènes, celui d’Émile Gilliéron, père et fils, deux illustrateurs, restaurateurs et fabricants de copies d’œuvres grecques très célèbres à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Heinrich Schliemann le fouilleur de Troie et de Mycènes et Arthur Evans le fouilleur de Cnossos ont compté parmi leurs principaux clients aux côtés des musées européens les plus célèbres, ainsi que du musée archéologique de l’université de Nancy dont le musée archéologique de l’Université de Lorraine est le descendant. Ce riche fonds pourra être mis en parallèle avec les Fonds Eugène Burnouf et Paul Perdrizet, conservés tous deux à l’Université de Lorraine.

Télécharger l’affiche.

Illustration : ©École française d’Athènes (fonds Gilliéron).

Enregistrer