Archives de catégorie : Événements

L’adoption romaine chez les Vedii d’Éphèse

Dans le cadre de la journée d’étude La citoyenneté romaine en Asie Mineure au IIe siècle après J.-C. organisée par Gabrielle Frija, François Kirbihler présente une communication intitulée « L’adoption romaine chez les Vedii d’Éphèse. Une continuité gentilice grâce à l’adoption de Grecs par un Italique » (13 avril, 9h30).  La journée d’étude se tient les 12 et 13 avril 2018 à l’Université de Marne La Vallée, UPEM / ACP, Bâtiment Bois de l’Étang, salle B6.

 

Vedius Antoninus

La riche famille éphésienne des Vedii, probablement issue de descendants d’affranchi(s) de P. Vedius Pollio, manifeste une impressionnante capacité de survie gentilice entre Auguste et le milieu du IIIe siècle. Elle a pu être reconstituée au fil des découvertes épigraphiques et des recherches érudites successives. On sait ainsi que les générations de la famille postérieures au règne d’Hadrien ne sont pas en continuité biologique avec les premiers Vedii, mais les héritiers d’une adoption survenue durant le règne de cet empereur. Un éminent personnage du Conseil de la cité, le chevalier romain, asiarque et magistrat P. Vedius Antoninus (I) adopta apparemment sur deux générations  des Claudii, notables grecs romanisés : M. Claudius Sabinus et M. Claudius Sabinianus devinrent des (Claudii) Vedii, également appelés P. Vedius Antoninus (II et III) dans la formule épigraphique courte. Cette adoption n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes d’interprétation : la date exacte de l’adoption n’est pas connue et mérite discussion ; la séquence onomastique nouvelle des personnages adoptés ne correspond pas à première vue aux règles habituellement observées dans le cadre des adoptions romaines ; si les avantages qui découlent de la pratique paraissent clairs, le choix entre adoption du vivant de l’adoptant ou adoption testamentaire n’est pas évident. Il n’est en revanche pas sans intérêt de constater qu’une famille cliente d’Antonin adopte des clients de l’impératrice Sabine. La famille accède peu de temps après à l’ordre sénatorial.

 

Télécharger l’affiche.

Télécharger le programme de la journée d’étude.

Comment reconstituer l’Histoire pour le grand public ?

Comment reconstituer l’Histoire pour le grand public ?

Stéphanie Hauville-Hourlier est scénariste et productrice de documentaires-fiction, notamment pour la chaîne ARTE. Avec son époux, Fabrice Hourlier, elle a réalisé Le Destin de Rome, film en deux parties, retraçant la fin des guerres civiles à Rome, depuis la bataille de Philippes jusqu’à Actium.

Après la projection du making of du Destin de Rome, Stéphanie Hauville-Hourlier présentera son métier et répondra aux questions du public.

 

Lundi 16 avril, 16h30-18h

Université de Lorraine, SHS, Metz, Amphi Arendt

Entrée libre.

Manifestation organisée par l’Association Kallirrhoé et le Département d’Histoire de l’Université de Lorraine, Metz

La polychromie de l’Aurige de Delphes : nouvelles données de l’étude en cours

2018 correspond, pour le Musée archéologique de l’Université de Lorraine, à la fois au centenaire de la destruction, lors du bombardement de Nancy le 31 octobre 1918, du musée originel et au retour des quelques moulages d’antiques rescapés de cet événement.

 

Pour célébrer ce retour, il est vite apparu évident qu’il fallait allier l’histoire et l’actualité de la recherche autour du moulage d’une statue grecque emblématique : l’Aurige de Delphes, dont un moulage accueille désormais les visiteurs du musée archéologique de l’UL sur le campus Lettres et Sciences humaines .

 

Nous accueillons donc, dans le Cycle de conférences autour du musée archéologique de l’université de Lorraine, l’exposé suivant, le 29 mars 2018, 18h, salle A104 (ou à la BU en cas de blocage du bâtiment A) : « La polychromie de l’Aurige de Delphes : nouvelles données de l’étude en cours » par Sophie Descamps (musée du Louvre) et Benoît Mille (Centre de recherche et de restauration des Musées de France – C2RMF).

Les grands bronzes antiques sont rares, alors qu’ils se comptaient par milliers, et plus rares encore ceux qui, comme l’Aurige de Delphes, bénéficient d’une datation, d’une localisation et de l’identité d’un commanditaire. Une convention a été signée entre l’Éphorie des Antiquités de Phocide, l’École française d’Athènes et le musée du Louvre, afin de reprendre et de compléter l’étude de la statue et des fragments qui lui sont associés. Les premiers résultats, obtenus lors d’une mission préliminaire, sont très prometteurs. Ils permettent de poser les bases d’un nouveau projet de recherche, combinant des techniques avancées de contrôle non destructif et des analyses sur prélèvements. Ce projet a pour but de préciser les procédés de fabrication du groupe, de montrer que cet ex-voto a constitué un support privilégié pour de nombreuses innovations techniques, et d’appréhender la polychromie originelle de l’un des jalons majeurs de la sculpture grecque de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

 

 

 

 

 

 

Image de l’article : Aurige de Delphes (Domaine public/Wikimedia Commons/Gunnar Bach Pedersen).

Le Ve siècle dans le nord de la Gaule

À l’occasion de la souscription pour l’acquisition de l’épieu de chasse inscrit de Cutry (Ve s. ap. J.-C.), la Société d’Histoire de la Lorraine et du musée lorrain a invité le professeur Raymond Brulet (université catholique de Louvain) à venir donner une conférence destinée à présenter le contexte historique et archéologique dans lequel s’insérait cet objet, témoin exceptionnel de la société aristocratique romaine tardive. La conférence s’institule : « D’un monde à l’autre : Le Ve siècle dans le nord de la Gaule. »

Cette communication aura lieu sur le CLSH, mercredi 14 mars, à 18h, en salle A 226 (entrée libre).

Le Ve s. est particulièrement mal connu, historiquement, mais surtout archéologiquement, en Gaule. R. Brulet est l’un des plus grands spécialistes de cette période de transition entre l’Antiquité et le Moyen-Âge.

Télécharger l’affiche.

Illustration: Mosaïque de la Villa Casale, scène de chasse au sanglier.

La perception de l’autre dans les textes cunéiformes

Le 22 mars prochain, Anne-Caroline Rendu Loisel (Université de Strasbourg) donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne intitulée : « La perception de l’autre dans les textes cunéiformes ». La conférence aura lieu en salle G04 (CLSH Bâtiment G) à 18h.
 
Les devins mésopotamiens ont structuré leurs savoirs en listes thématiques, les organisant en séries, dans un processus qui remonte au moins à l’époque paléo-babylonienne. Les séries divinatoires sont une production intellectuelle qui se dégage de la pratique, élaborés par des savants qui cherchent à donner du sens et à sculpter le réel. Les devins lient ainsi les événements de la société humaine (sur le plan religieux, politique et social) à un signe qu’il leur faut déchiffrer et comprendre. Les présages concernent l’individu, le roi, le pays tout entier, mais font également entrer dans l’équation celles et ceux qui sont considérés comme autres : êtres divins, démons, mais aussi l’étranger ou l’ennemi. À partir des sources cunéiformes du 1er millénaire av. n. è., cette conférence propose d’analyser les présages qui mettent en jeu ces Autres, les signes divinatoires qui leurs sont associés et les interprétations qui en sont données pour mieux comprendre les concepts et les valeurs que les savants mésopotamiens leur attribuaient.

L’Artémision d’Éphèse aux époques géométrique et archaïque

Le 22 février 2018,  Michael Kerschner (Austrian Archaeological Institute, Austrian Academy of Sciences, Vienna) donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Antique ayant pour titre : « L’Artémision d’Éphèse aux époques géométrique et archaïque : quand et comment le sanctuaire a gagné une dimension  supra régionale ? » La conférence aura lien à 18h. en salle G04.

L’Artémision d’Éphèse est devenu l’un des sanctuaires les plus importants du monde grec à l’époque hellénistique, tandis que le temple de la déesse comptait au nombre des « Sept Merveilles du monde ». Cette évolution est le fruit d’un long processus qui va être analysé au cours de cette conférence.

 

Le commencement du culte est attesté au début de l’âge du fer, alors que le sanctuaire était un petit enclos sacré sans structures architecturales. L’aspect majeur du rite était la consommation en commun de nourritures et de boissons. Les offrandes votives étaient rares et modestes, un phénomène qui n’évolue guère au Géométrique récent, contrairement à ce qui se passe à l’Héraion de Samos, l’île voisine.

Au cours du VIIe siècle av. J.-C., cependant, l’Artémision d’Éphèse connaît un essor fulgurant. Au second quart du siècle, un premier temple en pierre est construit, un des plus anciens de l’Égée à présenter un plan périptère. La richesse des offrandes augmente considérablement à partir du milieu du VIIe siècle et cet essor est clairement attribué à l’action des Mermnades qui règnent sur la Lydie voisine. Crésus, le dernier membre de la dynastie, contribua tout particulièrement par ses dons généreux à la splendeur et au gigantisme du premier diptère en marbre qui établit la renommée du sanctuaire.

Télécharger l’affiche.

 

 

Impératrices, évêques et exil dans l’Antiquité tardive

Dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Julia Hillner, Associate Professor à l’Université de Sheffield, donnera une conférence ayant pour thème : «Impératrices, évêques et exil dans l’Antiquité tardive [Empresses, Bishops and Exile in Late Antiquity] ». La conférence aura lieu le jeudi 1er février 2018 à 18h. au CLSH de Nancy (Salle des Actes G04). La conférence sera donnée en anglais et traduite simultanément en français.

 

 L’Antiquité tardive a vu le bannissement de centaines de clercs chrétiens. Le phénomène est habituellement considéré soit du point de vue du clerc banni, soit de celui de l’empereur ou de son conseil à l’origine de la décision. Cette conférence abordera le thème sous un angle différent : celui de la relation entre les clercs bannis et les femmes des familles impériales tardo-antiques, qui, de façon surprenante, apparaissent souvent dans nos sources. Julia Hillner discutera en particulier comment les auteurs antiques on évoqué et jugé ces relations (parfois fictives) et comment, en particulier au Ve siècle, de tels jugements servaient à expliquer aux lecteurs antiques les contextes théologiques et juridiques complexes de l’exil des clercs.

 

Hundreds of Christian clerics were banished during late antiquity. This phenomenon is traditionally investigated from the perspective of either banished cleric or banishing emperor and council. This paper will approach the topic from a different angle: the relationships between banished clerics and late antique imperial women, which our sources mention surprisingly often. Julia Hillner will discuss in particular how late antique authors described and assessed these (at times fictitious) relationships and how, especially in the fifth century, such assessments served to explain complex theological and legal contexts of clerical exile to late antique readers.

 

 

Illustration : Le concile de Nicée (325). Icône du monastère Megalon Meteoron (Wikipedia Commons).

La famille à Gortyne d’après les codes de loi

Alberto Maffi, professeur à l’Université de Milan, spécialiste du droit grec antique, donnera une conférence intitulée : « La famille à Gortyne d’après le Code de lois (Ve siècle av. J.-C.) », à l’Université de Lorraine, UFR SHS, Ile du Saulcy, Metz, le lundi 5 février 2018, à partir de 17h30, dans l’amphi Arendt.

 

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

 

Le Code de lois de Gortyne rassemble, au Ve siècle, des éléments antérieurs du droit de la cité crétoise, notamment en matière de protection des personnes et de dévolution des biens en cas de divorce, veuvage, héritage. C’est l’un des dossiers documentaires les plus complets sur les statuts des différents membres du corps social d’une polis. Cette inscription a cependant fait l’objet de vifs débats.

 

Manifestation organisée et soutenue par l’association Kallirrhoé et le département d’Histoire de l’UL (Metz).

La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe. Intertextualité et interculturalité

Dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Serge Bardet, Professeur d’histoire ancienne à l’Université d’Évry, donnera une conférence ayant pour thème : «La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe. Intertextualité et interculturalité ». La conférence aura lieu le jeudi 14 décembre 2017 à 18h. au CLSH de Nancy (Salle des Actes G04).

On cherchera à montrer que la Guerre des Juifs entretient des liens étroits avec d’autres œuvres antiques, en particulier l’Iliade d’Homère et les Lamentations (dites de Jérémie), sans oublier le géographe Strabon. La mise en lumière de ces liens sera l’occasion d’évoquer deux questions d’interprétation. D’une part, sur le plan littéraire, il apparaît bien que Flavius Josèphe se situe très concrètement en un point de confluence des cultures grecque, romaine et juive et que, pour lui, la question du registre (il représente le pouvoir et les insurgés d’une façon héroïsante, voire héroï-burlesque pour ces derniers) et celle du genre (le tombeau littéraire, le modèle épique, la dimension prophétique et la chronique biblique) sont certainement beaucoup plus prégnantes qu’on ne le dit généralement. D’autre part, la conférence soulèvera la question, particulièrement épineuse quand on étudie Josèphe, des relations complexes, voire troubles et indémêlables, entre le discours historique, ses modèles littéraires ou scripturaires, l’influence de leur vision du monde et sa part propre de témoignage réaliste.

 

Télécharger l’affiche.

Les autres dates du semestre

16 novembre 2017 – Thierry Legrand (Université de Strasbourg) : « En marge du judaïsme ‘officiel’ : Qumrân, ses écrits et sa communauté ».
14 décembre 2017 – Serge Bardet (Université d’Évry-Val-d’Essonne) : « La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe : intertextualité et interculturalité ».

Éphèse, une métropole par l’exemple des sénateurs

Le vendredi 8 décembre 2017, François Kirbihler donnera communication intitulée « Ephesos, eine Metropole am Beispiel senatorischer Familien [Éphèse, une métropole par l’exemple des sénateurs] » à l’occasion du colloque Ephesos – eine Metropole der hellenistisch-römischen Welt à l’Université de Regensburg (7-8 décembre 2017).

Télécharger le flyer du colloque.

 

Les évêques et la libération des captifs au Ve s. dans l’Empire

 Dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Jonathan Conant, Associate Professor of History/Classics à la Brown University de Providence (Rhode Island),  une conférence ayant pour thème : « Les évêques et la libération des captifs au Ve siècle dans l’Empire [Bishops and the Liberation of Captives in the Fifth-Century Empire] ». La conférence aura lieu le jeudi 30 novembre 2017 à 18h. (Salle des Actes, G04). Elle sera donnée en anglais et traduite de façon simultanée.
Un ensemble de sources juridiques et épistolaires du Ve siècle suggère que les Romains libres étaient parfois emmenés en captivité et asservi à l’intérieur des frontières de l’Empire. Leurs droits et leur statut restaient profondément liés aux circonstances locales, et, une fois contraints à la coercition, ces individus illégalement asservis avaient probablement peu de chance d’être libérés. Les malheureux cherchaient donc l’aide des évêques chrétiens, dont les réticences à intervenir pouvaient être forcées par l’appel à leur honneur en tant que membres masculins de l’élite, dans le cadre d’une culture d’attentes sociales. Celles-ci étaient d’ailleurs renforcés aux Ve et VIe siècles par la législation impériale.
Bishops and the Liberation of Captives in the Fifth-Century Empire
In the fifth century, a cluster of legal and epistolary sources suggests that free Romans were, with some frequency, being carried off into captivity and servitude inside the frontiers of the empire. Rights and status remained deeply embedded in local circumstances, and once reduced to bondage, the illicitly-enslaved probably had little chance of redemption. The aggrieved thus sought the aid of Christian bishops, whose reluctance to intervene could be constrained to act by appealing to their honor as elite Roman males within a culture of social expectations that was itself reinforced over the fifth and sixth centuries by imperial legislation.

Les autres dates du semestre

16 novembre 2017 – Thierry Legrand (Université de Strasbourg) : « En marge du judaïsme ‘officiel’ : Qumrân, ses écrits et sa communauté ».
14 décembre 2017 – Serge Bardet (Université d’Évry-Val-d’Essonne) : « La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe : intertextualité et interculturalité ».

 

Vincent Zarini présente Premiers écrits chrétiens

À l’invitation de l’Association Lorraine des Professeurs de Langues Anciennes (ALPLA), Vincent Zarini, professeur de langue et littératures latines à Paris-IV, présentera Premiers écrits chrétiens , ouvrage paru en 2016 (Gallimard,  Pléiade), qu’il a co-dirigé avec Bernard Pouderon et Jean-Marie Salamito.

La conférence aura lieu au centre Edouard Will, le lundi 20 novembre à 17 heures, salle 016.

Illustration : Le martyre d’Ignace d’Antioche d’après le Ménologue de Basile (miniature, fin Xe – début XIe siècle ; Wikimedia Commons).

En marge du judaïsme « officiel » : Qumrân, ses écrits et sa communauté

Dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Thierry Legrand, maître de conférences en histoire des religions à l’université de Strasbourg, présentera, le jeudi 16 novembre 2017 à 18h (Salle G04), une conférence ayant pour thème « En marge du judaïsme  « officiel » : Qumrân, ses écrits et sa communauté ».

 

Découverts sur les bords de la mer Morte il y a 70 ans, les écrits de Qumrân nous donnent accès à une masse considérable d’informations sur un groupe de fidèles juifs en rupture avec le judaïsme de Jérusalem, au tournant de notre ère. Après une introduction à la découverte des manuscrits de Qumrân, l’exposé présentera les écrits de références de la bibliothèque qumrânienne et tentera de préciser l’identité de ce groupe.

Télécharger l’affiche de la conférence ici.

Illustration : Le Rouleau d’Isaïe (CC Wikimedia Commons).

 

Les autres dates du semestre

16 novembre 2017 – Thierry Legrand (Université de Strasbourg) : « En marge du judaïsme ‘officiel’ : Qumrân, ses écrits et sa communauté ».
14 décembre 2017 – Serge Bardet (Université d’Évry-Val-d’Essonne) : « La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe : intertextualité et interculturalité ».

 

Cléopâtre, la Corse et les chefs de l’Antiquité

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, et Olivier Jehasse, maître de conférences HDR d’histoire ancienne et d’archéologie à l’Université de Corse, seront les invités de l’émission « C’est votre jour de science », diffusée dimanche 22 octobre sur Radio Bleu RCFM, de 12h à 13h.

Au programme : Cléopâtre et la Corse au Ier siècle av. J.-C.

L’émission pourra être réécoutée sur le site de France Bleu RCFM.

Christian-Georges Schwentzel sera également présent au 3e Salon du Livre d’Histoire de Villeneuve-Loubet, samedi 28 et dimanche 29 octobre, de 10h à 17h. Il participera à un débat sur les chefs de l’Antiquité à nos jours, dimanche 29 octobre, à partir de 16h30, à la médiathèque de Villeneuve-Loubet.

Vous pouvez retrouver le programme ici.