Archives de catégorie : Actualités

Alexandrie, mégapole antique

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne (Metz) et Paul Cartledge, professeur de civilisation grecque (Oxford), racontent l’histoire d’Alexandrie depuis sa fondation jusqu’à l’époque romaine dans le documentaire historique inédit de Fabrice et Stéphanie Hourlier « Mégapolis : Alexandrie », diffusé sur RMC Découverte, mardi 4 février 2020, à partir de 20h55.

 

D’une parfaite conception géométrique, Alexandrie a révolutionné la pensée urbanistique antique par sa modernité. De la Grande Bibliothèque, centre du savoir universel, au monumental phare, en passant par le somptueux temple du Serapeum, le documentaire dévoile toutes ses richesses, reconstituées. Il livre également les secrets de construction de la mégapole, qui fut parmi les plus brillantes et cosmopolites de l’Antiquité.

 

 

Le Nombril d’Aphrodite, une histoire érotique de l’Antiquité

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine (Metz), publie Le Nombril d’Aphrodite, une histoire érotique de l’Antiquité, aux éditions Payot.

Hic habitat felicitas (« Ici habite le bonheur ») : telle est l’inscription pour le moins explicite qui accompagnait l’image d’un phallus en terre cuite à l’entrée d’une boulangerie de Pompéi. Les Égyptiens du XIIe siècle av. J.-C. mirent en scène sur un papyrus digne d’un Kamasutra des couples se livrant à des poses acrobatiques. Quant aux Sumériens, ils traçaient déjà il y a 4000 ans des vers pornographiques sur leurs tablettes en cunéiforme.

La plastique sensuelle des statues antiques des dieux, déesses et autres amazones et hermaphrodites témoigne de l’emprise de la mythologie sur le quotidien de nos lointains ancêtres sumériens, égyptiens, grecs ou romains. Douze de ces statues, dont la Vénus de Milo à l’excitant nombril creusé dans le marbre, nous convient ici à un voyage dans l’imaginaire fantasmatique et les pratiques sexuelles des hommes et femmes de l’Antiquité, dans des sociétés profondément inégalitaires et à dominante patriarcale. Distinguant radicalement l’épouse et la prostituée ou l’homme libre et l’esclave sexuel, mais non les hétérosexuels des homosexuels, ces pratiques nous permettent finalement de mieux comprendre l’érotisme de notre XXIe siècle, entre domination masculine et prise de conscience féminine.  

Voir l’ouvrage sur le site des Éditions Payot.

Recherches récentes sur l’économie de la Babylonie hellénistique

Le 11 décembre 2018, Laetitia Graslin-Thomé donnera une conférence intitulée « Recent research on the economy of Hellenistic Babylonia [recherches récentes sur l’économie de la Babylonie hellénistique ] » à l’Université de Freiburg-am-Breisgau (Allemagne) dans le cadre du projet ECR Economic Development, Frontier Zones and Inter-Imperiality in the Afro-Eurasian World Region, 300 BCE to 300 CE. La conférence aura lieu au 22 Bismarckallee (3e étage) de 15h30 à 17h30.

Illustration : Titre de propriété et exemption du grand prêtre du temple de  Esangila (MET, DP263626 ; CC).

Édouard Will, un historien nancéien du monde grec

Vendredi 30 novembre 2018 est organisée à Nancy une journée consacrée à « Édouard Will, un historien nancéien du monde grec ». La Table-Ronde, organisée par Laetitia Graslin-Thomé et Julien Zurbach, se déroulera en salle G04 (bâtiment G), sur le Campus Lettres et Sciences Humainres (23, boulevard Albert Ier, 54000 Nancy), de 10h15 à 18h.30, avec le soutien de l’HisCAnt-MA, de l’IUF, de l’Université de Lorraine et de l’aoroc (UMR8546 CNRS-ENS).

Matin: Portrait d’un savant nancéie

10:15 ouverture, L. Graslin et J. Zurbach
10:20 E. Will, chercheur, collègue et enseignant : Débat rassemblant M. Jost, M. Bile, E. Paquin,

J.-P. Pister
11:30 Pause
11:45 E. Will à Nancy. Débat rassemblant G. Vottéro, P. Corbet, C. Feyel, R. Hodot

12:45 Bilan de la matinée : à la recherche de l’homme et du savant M. Cayatte et P.-E. Will

Après-midi : L’héritage scientifique d’E. Will

14:30 J. Zurbach (ENS, IUF) Edouard Will et l’économie antique
14:50 M. Gras (CNRS) Edouard Will et l’Occident

15:10 A. Guieu (Paris IV)« Fouiller toutes les zones d’ombre » : Edouard Will et l’histoire de la Grèce archaïque

 15:30 pause
16:30 L. Graslin et C. Feyel (Université deLorraine) : Le monde séleucide, plus de cinquante ans après l’histoire politique du monde hellénistique
16:50 M. Girardin (Université de Lorraine): Édouard Will et le judaïsme hellénistique

 17:10C. Pébarthe (Université Montaigne, Bordeaux) : Éloge d’uneGrèce provinciale. Itinéraire de Bordeaux à Nancy avecaller-retour.

18:30 Visite du musée archéologique de l’université de Lorraine. Apéritif au Centre E. Will

La polychromie de l’Aurige de Delphes : nouvelles données de l’étude en cours

2018 correspond, pour le Musée archéologique de l’Université de Lorraine, à la fois au centenaire de la destruction, lors du bombardement de Nancy le 31 octobre 1918, du musée originel et au retour des quelques moulages d’antiques rescapés de cet événement.

 

Pour célébrer ce retour, il est vite apparu évident qu’il fallait allier l’histoire et l’actualité de la recherche autour du moulage d’une statue grecque emblématique : l’Aurige de Delphes, dont un moulage accueille désormais les visiteurs du musée archéologique de l’UL sur le campus Lettres et Sciences humaines .

 

Nous accueillons donc, dans le Cycle de conférences autour du musée archéologique de l’université de Lorraine, l’exposé suivant, le 29 mars 2018, 18h, salle A104 (ou à la BU en cas de blocage du bâtiment A) : « La polychromie de l’Aurige de Delphes : nouvelles données de l’étude en cours » par Sophie Descamps (musée du Louvre) et Benoît Mille (Centre de recherche et de restauration des Musées de France – C2RMF).

Les grands bronzes antiques sont rares, alors qu’ils se comptaient par milliers, et plus rares encore ceux qui, comme l’Aurige de Delphes, bénéficient d’une datation, d’une localisation et de l’identité d’un commanditaire. Une convention a été signée entre l’Éphorie des Antiquités de Phocide, l’École française d’Athènes et le musée du Louvre, afin de reprendre et de compléter l’étude de la statue et des fragments qui lui sont associés. Les premiers résultats, obtenus lors d’une mission préliminaire, sont très prometteurs. Ils permettent de poser les bases d’un nouveau projet de recherche, combinant des techniques avancées de contrôle non destructif et des analyses sur prélèvements. Ce projet a pour but de préciser les procédés de fabrication du groupe, de montrer que cet ex-voto a constitué un support privilégié pour de nombreuses innovations techniques, et d’appréhender la polychromie originelle de l’un des jalons majeurs de la sculpture grecque de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

 

 

 

 

 

 

Image de l’article : Aurige de Delphes (Domaine public/Wikimedia Commons/Gunnar Bach Pedersen).

La famille à Gortyne d’après les codes de loi

Alberto Maffi, professeur à l’Université de Milan, spécialiste du droit grec antique, donnera une conférence intitulée : « La famille à Gortyne d’après le Code de lois (Ve siècle av. J.-C.) », à l’Université de Lorraine, UFR SHS, Ile du Saulcy, Metz, le lundi 5 février 2018, à partir de 17h30, dans l’amphi Arendt.

 

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

 

Le Code de lois de Gortyne rassemble, au Ve siècle, des éléments antérieurs du droit de la cité crétoise, notamment en matière de protection des personnes et de dévolution des biens en cas de divorce, veuvage, héritage. C’est l’un des dossiers documentaires les plus complets sur les statuts des différents membres du corps social d’une polis. Cette inscription a cependant fait l’objet de vifs débats.

 

Manifestation organisée et soutenue par l’association Kallirrhoé et le département d’Histoire de l’UL (Metz).

Éphèse, une métropole par l’exemple des sénateurs

Le vendredi 8 décembre 2017, François Kirbihler donnera communication intitulée « Ephesos, eine Metropole am Beispiel senatorischer Familien [Éphèse, une métropole par l’exemple des sénateurs] » à l’occasion du colloque Ephesos – eine Metropole der hellenistisch-römischen Welt à l’Université de Regensburg (7-8 décembre 2017).

Télécharger le flyer du colloque.

 

Vincent Zarini présente Premiers écrits chrétiens

À l’invitation de l’Association Lorraine des Professeurs de Langues Anciennes (ALPLA), Vincent Zarini, professeur de langue et littératures latines à Paris-IV, présentera Premiers écrits chrétiens , ouvrage paru en 2016 (Gallimard,  Pléiade), qu’il a co-dirigé avec Bernard Pouderon et Jean-Marie Salamito.

La conférence aura lieu au centre Edouard Will, le lundi 20 novembre à 17 heures, salle 016.

Illustration : Le martyre d’Ignace d’Antioche d’après le Ménologue de Basile (miniature, fin Xe – début XIe siècle ; Wikimedia Commons).

En marge du judaïsme « officiel » : Qumrân, ses écrits et sa communauté

Dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Thierry Legrand, maître de conférences en histoire des religions à l’université de Strasbourg, présentera, le jeudi 16 novembre 2017 à 18h (Salle G04), une conférence ayant pour thème « En marge du judaïsme  « officiel » : Qumrân, ses écrits et sa communauté ».

 

Découverts sur les bords de la mer Morte il y a 70 ans, les écrits de Qumrân nous donnent accès à une masse considérable d’informations sur un groupe de fidèles juifs en rupture avec le judaïsme de Jérusalem, au tournant de notre ère. Après une introduction à la découverte des manuscrits de Qumrân, l’exposé présentera les écrits de références de la bibliothèque qumrânienne et tentera de préciser l’identité de ce groupe.

Télécharger l’affiche de la conférence ici.

Illustration : Le Rouleau d’Isaïe (CC Wikimedia Commons).

 

Les autres dates du semestre

16 novembre 2017 – Thierry Legrand (Université de Strasbourg) : « En marge du judaïsme ‘officiel’ : Qumrân, ses écrits et sa communauté ».
14 décembre 2017 – Serge Bardet (Université d’Évry-Val-d’Essonne) : « La Guerre des Juifs de Flavius Josèphe : intertextualité et interculturalité ».

 

Cléopâtre, la Corse et les chefs de l’Antiquité

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, et Olivier Jehasse, maître de conférences HDR d’histoire ancienne et d’archéologie à l’Université de Corse, seront les invités de l’émission « C’est votre jour de science », diffusée dimanche 22 octobre sur Radio Bleu RCFM, de 12h à 13h.

Au programme : Cléopâtre et la Corse au Ier siècle av. J.-C.

L’émission pourra être réécoutée sur le site de France Bleu RCFM.

Christian-Georges Schwentzel sera également présent au 3e Salon du Livre d’Histoire de Villeneuve-Loubet, samedi 28 et dimanche 29 octobre, de 10h à 17h. Il participera à un débat sur les chefs de l’Antiquité à nos jours, dimanche 29 octobre, à partir de 16h30, à la médiathèque de Villeneuve-Loubet.

Vous pouvez retrouver le programme ici.

Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques

Le thème du séminaire de spécialisation en Archéologie est consacré cette année au montage d’une exposition sur des autels gallo-romains dans le Musée archéologique de l’Université de Lorraine (inauguration en janvier) et à une réflexion sur le fonctionnement des autels dans le monde gréco-romain.

En amont de cette exposition est organisée une journée d’étude intitulée « Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques » le 6 novembre prochain, en salle internationale, 91 avenue de la Liberation à Nancy.

Télécharger le programme.

Illustration : Lawrence Alma-Tadema, The Vintage Festival, 1871 (The National Gallery of Victoria, Melbourne ; CC Wikimedia Commons).

Rencontre débat autour de la fabrique des chefs

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, présentera son dernier livre, La Fabrique des Chefs, d’Akhenaton à Donald Trump, éditions Vendémiaire, à l’occasion de 4 rencontres-débats :

Paris : Salon du Livre, Porte de Versailles, samedi 25 mars, Scène Agora, 14h-15h.

Débat animé par Éric Valmir (France Inter), en compagnie de Vladimir Fédorovski et Jana Jabbour.

Metz : Librairie « Autour du Monde », 44 rue de la Chèvre, mardi 2 mai, 18h30-20h.

Rencontre organisée par l’association Kallirhoé.

Chartres : Bar « Le Parisien », 49 rue Noël Ballay, jeudi 4 mai, 18h30-20h.

Rencontre organisée dans le cadre des Cafés Historiques en Région Centre-Val de Loire.

Châteauroux : Café « Le Saint Hubert », 25 rue de la Poste, mercredi 7 juin, 18h30-20h.

Rencontre organisée dans le cadre des Cafés Historiques en Région Centre-Val de Loire

Illustration : Diogène Maillard, Vercingétorix devant César, 1879 (Société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, Collection du Conseil Général).

Enregistrer

Qu’est-ce qu’un chef dans l’Antiquité ?

Christian-Georges Schwentzel et Pierre-Édouard Deldique
Christian-Georges Schwentzel et Pierre-Édouard Deldique

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, sera l’invité de Pierre-Édouard Deldique, dans l’émission Idées, diffusée sur RFI (Radio France Internationale), dimanche 16 avril, de 17h10 à 18h.

Thème de l’émission : Qu’est-ce qu’un chef ? Quand les premiers souverains sont-ils apparus ? Comment ont-ils fait pour imposer leur autorité à leurs peuples ? Pourquoi les hommes ont-ils toujours eu besoin de chefs ? Christian-Georges Schwentzel tentera de répondre à ces questions à partir des exemples d’Alexandre le Grand, de Jules César ou encore d’Akhenaton.

Après sa première diffusion, l’émission pourra à nouveau être écoutée sur le site de RFI.

Illustration : Stèle d’Amenophis IV. Akhenaton et Nefertiti (Musée du Caire, salle d’Akhenaton, Licence Creative Commons, Jean-Pierre Dalbéra).

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques

La prochaine séance des Mercredis du CRULH concerne l’histoire ancienne, puisqu’elle accueillera Audrey Becker (Université de Lorraine) autour du sujet : « Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques ». La séance se tiendra à Nancy, le 15 mars 2017, en salle A412 (bâtiment A) du Campus Lettres et Sciences Humaines, boulevard Pierre Ier,  à 18h.

Les notions de frontière et de diplomatie ont toutes deux la particularité d’être inexistantes en tant que telles dans le vocabulaire des documents tardo-antiques. Il s’agit de notions fortement marquées par une construction à l’époque moderne et variant au gré des idéologies nationales, coloniales ou européennes. Par ailleurs, essentiellement dans les mains des juristes jusqu’au début du XXe siècle, ces thèmes ont fait l’objet d’une réappropriation par les historiens. L’étude de ces notions s’appuie aujourd’hui sur un important travail de déconstruction des préjugés. Ainsi, il a quasiment fallu attendre les années 1980 pour envisager que les Romains « négocient » avec les barbares. Après avoir rappelé ce cadre épistémologique, cette conférence s’attachera à montrer ce qu’on peut dire de la frontière dans les relations diplomatiques tardo-antiques.

Illustration : Eduard Bendemann, Athanaric et Valens sur le Danube, vers 1860, gravure colorisée.

 

Débat autour d’Hypatie d’Alexandrie et d’Agora d’Alejandro Amenábar

Le Cercle des Étudiants en Histoire de l’Université de Lorraine organise une soirée débat autour de la figure de la mathématicienne antique Hypatie d’Alexandrie et du péplum d’Alejandro Amenábar, Agora (2009). La séance se tiendra le jeudi 2 mars en salle A226 à 18h. et sera animée par Hervé Huntzinger.

Alfred Seifert, Hypatia, 1901 (Wikimedia Commons).

Film important de la nouvelle vague du péplum dans les années 2009, Agora rappelle la figure complexe d’Hypatie d’Alexandrie, fille du philosophe Cléon d’Alexandrie, assassiné par des fanatiques chrétiens en 415 de notre ère. Son histoire, rapportée par Socrate de Constantinople et par sa propre correspondance avec l’évêque Synésios de Cyrène, laisse planer le doute sur les responsabilités de l’évêque Cyrille d’Alexandrie. Les différentes traditions se sont emparées d’Hypatie soit pour insister sur la responsabilité de l’église dans son meurtre (c’est-à-dire souvent l’église catholique), soit pour la minorer en insistant sur l’opposition populaire déclenchée par une « maîtresse d’école » trop subversive.

Dans ce cadre, le film d’Alejandro Amenábar prend position dans un débat général sur le rôle de l’église et du christianisme dans les transformations du monde tardif et sur la place de la religion dans le monde moderne.

 

Illustration : Raphaël, L’École d’Athènes, Vatican, chambre des signatures, 1509-1510. Hypatie est le personnage en blanc à gauche, qui regarde en direction du spectateur. Il s’agit de la première réapparition du personnage dans la culture moderne.

Enregistrer