Tous les articles par Laetitia Graslin

Atelier d’écriture cunéiforme

Ecriture sur tablette d’argile : démonstration (photo C. Michel)
Écriture sur tablette d’argile : démonstration (photo C. Michel)

À l’occasion des journées nationales de l’archéologie, Laetitia Graslin assure un atelier d’écriture sur argile au musée de l’université de Nancy les 7 et 8 juin. Ouvert aux petits comme aux plus grands, il permet de s’initier à l’une des plus anciennes écritures de l’histoire, l’écriture cunéiforme.

Le projet politique d’Antiochos IV

Antiochos IV
Buste d’Antiochos IV (Altes Museum, Berlin)

Colloque international franco-allemand
Nancy
17-19 juin 2013

 

C. Feyel L. Graslin-Thomé

HISCANT-MA, Université de Lorraine.

C. Mileta (Halle)

P. F. Mittag (Cologne)

Comme l’écrivait naguère E. Will, « peu de souverains (…) ont suscité des interprétations plus divergentes » qu’Antiochos IV. Fils d’Antiochos III, il hérite à la fois du prestige d’un grand royaume et d’une situation compromise par la défaite de Magnésie. La paix d’Apamée le contraint, tout comme son père, à n’agir qu’en Orient, et à composer avec une puissance romaine toujours plus active. Faute de pouvoir s’intéresser à l’Asie Mineure et à la Grèce devenus inaccessibles, il doit se concentrer sur son propre royaume et sur son environnement oriental immédiat.

De manière générale, les sources littéraires, à la suite de Polybe, lui sont peu favorables. Elles dressent de sa personnalité l’image d’un déséquilibré en partie responsable du déclin séleucide. La tradition juive en donne une image plus noire encore. Elle compose le portrait d’un roi impie responsable du soulèvement de Jérusalem et de la guerre des Maccabées. Toutefois, les inscriptions, notamment à Athènes, suggèrent que ce souverain fut parfois apprécié. Par ailleurs, les tablettes akkadiennes de Babylone et d’Uruk adoptent une vision beaucoup plus neutre, et montrent un souverain procédant à des réformes qui ne semblent pas faire l’objet d’une résistence particulière. Comme à Jérusalem, il renouvelle un personnel politique et crée des corps de citoyens. Le parallèle est frappant, mais ce qui est accepté apparemment sans trop de difficultés en Mésopotamie donne lieu à une guerre civile en Judée. Se pose alors la question de savoir si le personnage n’a pas été décrié surtout parce que ses projets politiques étaient trop ambitieux et difficiles à faire accepter partout.

L’objet de ce colloque est donc, au delà de l’image et de la psychologie de ce souverain, de déterminer dans quelle mesure Antiochos IV a conçu et cherché à imposer un projet politique cohérent. A-t-il voulu helléniser le royaume séleucide, et à quelles fins ? Ses réformes procèdent-elles d’une volonté d’uniformisation administrative ? Dans quelle mesure Antiochos IV a-t-il été influencé par les modèles lagide ou romain ?

Au cours de leurs travaux pionniers, E. Will et C. Orrieux s’étaient naturellement intéressés à ces questions. Mais la documentation s’est depuis élargie et diversifiée, avec par exemple les apports de la numismatique ou les données livrées par les tablettes cunéiformes désormais mieux connues. Les études publiées récemment sur le royaume séleucide conduisent, elles aussi, à réévaluer l’action politique de ce souverain.

Tel est le projet que l’on s’efforcera de mener à bien au cours d’un colloque qui se tiendra en juin 2013 à Nancy. Pour plus de clarté, C. Feyel et L. Graslin-Thomé proposent dès maintenant quelques axes de réflexion qui devraient aboutir à un livre collectif consacré au projet politique d’Antiochos IV. Il s’agirait dans un premier temps de dresser un bilan de l’état du royaume séleucide à l’avènement d’Antiochos IV (personnalité du nouveau souverain telle que les sources littéraires la font connaître, rapports avec Rome, question de l’indemnité de guerre prévue par le traité d’Apamée, conflit avec l’Égypte). Dans un deuxième moment, on étudiera les réformes d’Antiochos IV (politique monétaire, création de cités, culte royal, armée, entourage royal). Il conviendra enfin d’apprécier les réactions et les résultats de ces réformes (révolte juive, difficile reprise en main des hautes satrapies, efficacité des réformes administratives, image du souverain en dehors du royaume séleucide, succession d’Antiochos IV).

Affiche du colloque

Programme Colloque Antiochox IV

L’assistance au colloque est libre pour toute personne intéressée, qui se trouvera également invitée à la réception donnée, le 17 juin à 18:30, en mairie de Nancy. Toute personne souhaitant participer aux repas devra s’acquitter de droits d’inscription à hauteur de 30 euros, et se signaler à l’avance auprès de Laetitia Graslin :

laetitia.graslin@univ-lorraine.fr

Les souverains réformateurs dans l’Antiquité

Jeudi 14 mars à 18h en salle A430.

 

Les historiens d’histoire ancienne de l’Université de Lorraine, site de Nancy, vous convient à la deuxième séance de leur séminaire, consacré cette année aux « souverains réformateurs dans l’Antiquité ». Elle aura lieu au mois de mars (date à préciser). C. Feyel, professeur, et L. Graslin, maître de conférences à l’université de Lorraine, vous proposeront une conférence intitulée : « Antiochos IV, réformateur incompris du royaume séleucide ? »

Résumé

Dans un premier moment, nous nous appuierons sur des sources littéraires bien connues (Polybe, Diodore, Tite-Live). Nous nous efforcerons de montrer que les propos malveillants colportés à l’égard d’Antiochos IV travestissent un projet politique cohérent et réformateur. Dans un deuxième temps, nous nous intéresserons plus particulièrement à l’attitude d’Antiochos IV vis-à-vis des sanctuaires de Babylonie et de Jérusalem. Nous pensons pouvoir y déceler des points communs qui témoignent d’une politique similaire — volonté de s’appuyer sur des groupes nouveaux, plus hellénisés et non plus sur les élites traditionnelles, contrôle accru des richesses des sanctuaires et fondation de cités, désir d’imposer une harmonisation administrative au sein du royaume séleucide.

Édouard Will, un grand historien de l’Antiquité à Nancy

Cours public d’histoire de la Lorraine : Laetitia Graslin.

Mardi 12 février de 14h. à 15h30, salle 440.

E. Will, professeur d’histoire grecque à Nancy de 1955 à 1985, est l’un des grands historiens français du monde hellénistique. Il a également été à l’origine de la constitution de la bibliothèque de recherche en histoire de l’Antiquité de Nancy, qui porte aujourd’hui son nom. C’était enfin une personnalité complexe, qui, par son œuvre et son caractère, a marqué toute une génération d’historiens. Il était temps, quinze ans après sa mort, de dresser un portrait de  cette figure majeure de l’histoire grecque à Nancy.