Les Romains étrangers : l’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.14Le 12 novembre 2015, Ekaterina Nechaeva, collaboratrice externe du département d’Histoire ancienne de l’Université de Genève, présentera une conférence intitulée : « Les Romains étrangers : l’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

Contrairement à ce qui avait été annoncé, la conférence sera en français.

Au milieu du Ve siècle, un diplomate romain oriental, Priscus de Panium, alors qu’il visitait la cour d’Attila, rencontra un individu habillé à la mode barbare, mais parlant un grec parfait. Cette personne, que Priscus avait d’abord pris par erreur pour un Hun, était, en réalité, un Grec. Son émigration n’avait pas été volontaire, mais sa réticence à revenir dans l’Empire était délibérée et ferme. Les défauts de la société romaine lui faisait préférer la vie parmi les barbares (Prisc. 10.2.407-510).

Cette histoire, qu’elle soit véridique ou forgée par Priscus, offre un aperçu intéressant de la société romaine tardive. Pourquoi un riche marchand préfère-t-il l’Empire hun à l’Empire romain ? Pourquoi une personne souhaiterait-elle déménager de façon permanente en Perse ou chez les barbares ? Comment s’opère ce déménagement ? Pourquoi un captif ou un déporté ne préfère-t-il pas revenir dans sa patrie ?

Les réponses à ces questions, en plaçant la focale sur la vie des individus, offrent un apercu unique des problèmes internes de la société romaine tardive, de ses structures politiques, sociales, juridiques et administratives.

Jacob Lawrence - Migrations series (panel 3)
Jacob Lawrence – Migrations series (panel 3)

Cette étude considère le phénomène des migrations individuelles, en se concentrant particulièrement sur l’émigration (tant volontaire que forcée) d’individus, de familles et, dans certains cas, de groupes sociaux ou religieux dans l’Antiquité tardive. L’objectif global de l’enquête est d’examiner à la fois les causes et les conséquences de cette migration à contre-courant, en centrant la focale sur les personnes désireuses de quitter l’Empire romain et les raisons d’échapper à l’apparente forteresse de prospérité et de civilisation.

Le cœur de la recherche réside dans les vies des émigrés. De fait, c’est la série nombreuse des vies personnelles qui crée l’histoire. Une étude précise de ces vies peut montrer à quel point les liens entre les régions du monde antique tardif étaient fort et à quel dégree ce monde était divisé ou uni du point de vue des mouvements individuels.

Télécharger l’affiche.

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Au second semestre le séminaire aura l’honneur d’accueillir :

Arietta Papaconstantinou (Université de Reading/Oxford).
Julien Monnerie (Université de Paris 1).

Stéphane Lebreton (Université d’Artois).
Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *