Devenir chrétien, devenir romain : conversion au christianisme et processus d’identification ethnique dans l’Antiquité tardive

 

Codex Argenteus.
Codex Argenteus.

Le 12 août 2015, à l’occasion du XVIIe congrès Oxford Patristics 2015 et dans le cadre d’un Workshop intitulé « Becoming Christian in the late antique West (3rd-6th centuries): discourses and practices », Hervé Huntzinger présentera une communication intitulée : « Becoming christian, becoming roman : conversion to Christianity and ethnic identification process in Late Antiquity » [Devenir chrétien, devenir romain : conversion au christianisme et processus d’identification ethnique dans l’Antiquité tardive].

On admet d’ordinaire que, dès l’origine, appartenir à l’Église chrétienne n’était pas une question d’identité ethnique. Par la suite, toutefois, l’idée que l’extension de la Chrétienté coincide avec l’externsion de l’Empire est nettement attestée, en particulier dans l’historiographie chrétienne orientale, pour laquelle la définition de la romanité et la Romania correspondent à celle de la Chrétienté. Dans la partie occidentale de l’Empire, la conversion des barbares, bien qu’elle soit souvent comprise à travers le prisme de la controverse entre les ariens et les nicéens, doit aussi être appréhendée à travers le schéma des processus d’identification ethnique. De fait, Prosper d’Aquitaine, dans son De uocatione omnium Gentium (II, 38) prétend que l’Empire est la structure par laquelle le christianisme est apporté aux gentes extérieures. De plus, dans sa lettre à Victrix de Rouen, Paulin de Nole félicite son collèogue pour avoir, par le moyen de la conversion des barbares qui vivaient dans le voisinage désertique, apporté la civilisation à ce territoire (Paulin de Nole, Lettres, 18). Comme ce type de processus est fréquemment réciproque, la crainte de la conversion exprimée au sujet des enfants tombés en captivité dans les mains d’un peuple païen n’est pas surprenante (Ambroise, De officiis, 2, 28, 136 ou, plus tardivement, Grégoire le Grand, Dialogues, 3, 27). Ce schéma permet de reconsidérer la conversion de barbares comme Fritigern au moment  où il a demandé à s’installer dans l’Empire, ou celle de la reine des Marcomans, Fritigil.

It is generally admitted that, even from the very origin, belonging to the Christian church was not a matter of ethnic identity. Later, however, the idea that extension of Christianity coincides with the extension of Empire is clearly attested, particularly in Eastern Christian historiography, in which the definition of Romanity and Romania matched the definition of Christianity. In the Western part of the Empire, conversion of Barbarians, though often understood by the prism of arian/nicene controversy, should nevertheless also be understood by the pattern of ethnic identification process. Indeed, Prosper Tiro’s De uocatione omnium Gentium (II, 38) states that Roman Empire is the structure by which Christianity is brought to external gentes. Furthermore, in his letter to Victrix of Rouen, Paulinus of Nola congratulates his colleague for having, by the conversion of the Barbarians living in his desert neighbourhood, brought the Roman civilisation in this land (Paulinus of Nola, Epist. 18). As those processes are often reciprocal, the fear of conversion expressed concerning Christian children fallen into captivity in the hand of a heathen people is not surprising (Ambrosius, De officiis, 2, 28, 136 or Later Gregory the Great, Dialogs 3, 27). This framework should permit to reconsider the conversion of Barbarian such as Fritigern’s conversion at the time he asked, with his people, to settle into the Roman Empire, or such as Fritigil’s, queen of the Marcomanni.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.