Laetitia Graslin : « Les conséquences des changements hydrauliques sur l’espace économique babylonien aux époques achéménide et hellénistique »

Wadi Rum (©Wikimedia Commons)
Wadi Rum (©Wikimedia Commons)

Article lu à l’occasion de la seconde Wadi Rumm multidisciplinary conference intitulée Man and the Desert à Wadi Rumm, Jordanie, le 5 et 6 mars 2014.

La Babylonie est une région anciennement et densément peuplée, dont l’agriculture dépend de l’irrigation. Aux époques néo-babylonienne, achéménide puis hellénistique, d’importants travaux hydrauliques sont réalisés. Ils sont connus par d’anciennes prospections archéologiques, mais surtout par les textes cunéiformes. Ceux-ci nous renseignent sur les travaux menés du VIIe au IIIe siècle et sur leurs conséquences sur les grands équilibres économiques et l’organisation des territoires. La construction de canaux modifie, parfois en profondeur, l’économie babylonienne : certaines cultures, comme celle du palmier dattier, se trouvent privilégiées. Certaines zones connaissent un essor économique important, tandis que d’autres se trouvent délaissées. C’est, à l’époque hellénistique, l’équilibre de l’ensemble de la région, entre réseau dépendant du Tigre et réseau lié à l’Euphrate, qui s’en trouve modifié.


Une réflexion sur « Laetitia Graslin : « Les conséquences des changements hydrauliques sur l’espace économique babylonien aux époques achéménide et hellénistique » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.