Le Nombril d’Aphrodite, une histoire érotique de l’Antiquité

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine (Metz), publie Le Nombril d’Aphrodite, une histoire érotique de l’Antiquité, aux éditions Payot.

Hic habitat felicitas (« Ici habite le bonheur ») : telle est l’inscription pour le moins explicite qui accompagnait l’image d’un phallus en terre cuite à l’entrée d’une boulangerie de Pompéi. Les Égyptiens du XIIe siècle av. J.-C. mirent en scène sur un papyrus digne d’un Kamasutra des couples se livrant à des poses acrobatiques. Quant aux Sumériens, ils traçaient déjà il y a 4000 ans des vers pornographiques sur leurs tablettes en cunéiforme.

La plastique sensuelle des statues antiques des dieux, déesses et autres amazones et hermaphrodites témoigne de l’emprise de la mythologie sur le quotidien de nos lointains ancêtres sumériens, égyptiens, grecs ou romains. Douze de ces statues, dont la Vénus de Milo à l’excitant nombril creusé dans le marbre, nous convient ici à un voyage dans l’imaginaire fantasmatique et les pratiques sexuelles des hommes et femmes de l’Antiquité, dans des sociétés profondément inégalitaires et à dominante patriarcale. Distinguant radicalement l’épouse et la prostituée ou l’homme libre et l’esclave sexuel, mais non les hétérosexuels des homosexuels, ces pratiques nous permettent finalement de mieux comprendre l’érotisme de notre XXIe siècle, entre domination masculine et prise de conscience féminine.  

Voir l’ouvrage sur le site des Éditions Payot.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.