L’Artémision d’Éphèse aux époques géométrique et archaïque

Le 22 février 2018,  Michael Kerschner (Austrian Archaeological Institute, Austrian Academy of Sciences, Vienna) donnera une conférence dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Antique ayant pour titre : « L’Artémision d’Éphèse aux époques géométrique et archaïque : quand et comment le sanctuaire a gagné une dimension  supra régionale ? » La conférence aura lien à 18h. en salle G04.

L’Artémision d’Éphèse est devenu l’un des sanctuaires les plus importants du monde grec à l’époque hellénistique, tandis que le temple de la déesse comptait au nombre des « Sept Merveilles du monde ». Cette évolution est le fruit d’un long processus qui va être analysé au cours de cette conférence.

 

Le commencement du culte est attesté au début de l’âge du fer, alors que le sanctuaire était un petit enclos sacré sans structures architecturales. L’aspect majeur du rite était la consommation en commun de nourritures et de boissons. Les offrandes votives étaient rares et modestes, un phénomène qui n’évolue guère au Géométrique récent, contrairement à ce qui se passe à l’Héraion de Samos, l’île voisine.

Au cours du VIIe siècle av. J.-C., cependant, l’Artémision d’Éphèse connaît un essor fulgurant. Au second quart du siècle, un premier temple en pierre est construit, un des plus anciens de l’Égée à présenter un plan périptère. La richesse des offrandes augmente considérablement à partir du milieu du VIIe siècle et cet essor est clairement attribué à l’action des Mermnades qui règnent sur la Lydie voisine. Crésus, le dernier membre de la dynastie, contribua tout particulièrement par ses dons généreux à la splendeur et au gigantisme du premier diptère en marbre qui établit la renommée du sanctuaire.

Télécharger l’affiche.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.