Archives par mot-clé : publication

Publication : Des Grecs et des Italiens à Éphèse

CouvertureNous avons le plaisir d’annoncer la parution le 18 août de l’ouvrage de François Kirbihler, Des Grecs et des Italiens à Éphèse. Histoire d’une intégration croisée (133 a.C.-48 p.C.) dans la collection Scripta Antiqua (n°88) des Éditions Ausonius de l’Université de Bordeaux.

L’ouvrage est disponible dans le catalogue de la collection Scripta Antiqua (500p., 25€).

Cet ouvrage étudie le devenir d’une cité grecque, Éphèse, durant la période de transformations qui correspond à l’époque tardo-hellénistique et aux début du Principat. Les années entre 133 a.C. et 48 p.C. voient l’intrusion de Rome en Asie Mineure, l’acceptation par les Grecs de la domination romano-italique, et l’entrée des immigrants italiens dans les subdivisions civiques d’une ville devenue entre-temps capitale provinciale. Il s’agit donc de l’histoire d’une intégration croisée, à l’intersection de la création d’un empire « mondial » et d’une provincialisation réussie. L’ouvrage s’interroge également sur la place de Rome dans une grande cité portuaire grecque ouverte aux influences extérieures et sur l’intégration des immigrants dans la cité locale. Une cité grecque devient ainsi la ville d’Asie Mineure dans laquelle l’influence et la présence de Rome sont les plus visibles : les institutions et l’urbanisme évoluent pour traduire cette nouvelle réalité dans la vie politique locale, les pratiques religieuses ainsi que les constructions. Éphèse en sort durablement transformée.

Illustration : Inscription commémorant la restauration du temple d’Artémis et d’Auguste à Éphèse (CIL III 6070 = IEphes. 1522 = ILS 97, Rome, Musée de la Civilisation Romaine).

 

Enregistrer

Enregistrer

Les dieux et le pouvoir : aux origines de la théocratie

Marie-Françoise Baslez et Christian-Georges SchwentzelMarie-Françoise Baslez, professeur émérite d’histoire des religions de l’Antiquité à l’université de Paris-Sorbonne et Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine (Metz) viennent de publier un ouvrage intitulé Les dieux et le pouvoir : aux origines de la théocratie (Presses Universitaires de Rennes, 18€).

 

Le concept de théocratie appartient à ce qu’on appelle, de manière plus générale, le théologico-politique. La théocratie est le thème, par excellence, du discours théologique visant à légitimer le pouvoir politique. C’est une figure et un fondement idéologique du discours théologico-politique.

L’emploi de ce terme en histoire ancienne ne va pas de soi, contrairement à l’usage qu’en font les médiévistes. Il paraît pourtant justifié à plusieurs titres. Tout d’abord, parce que la théocratie médiévale repose sur des legs de l’Antiquité, notamment l’affirmation de Paul qu’« il n’y a d’autorité que par Dieu » (Rm 13, 1). Mais surtout, parce que c’est un historien antique, Flavius Josèphe, qui forgea ce terme et l’utilisa pour la première fois (Contre Apion 2, 165). Il entendait ainsi expliquer à ses lecteurs que les monarques juifs s’appuyaient sur la religion et la légitimité qu’elle était censée offrir au détenteur du pouvoir, en vertu d’une sorte de droit divin de la monarchie. Ainsi, monothéisme et théocratie sont étroitement liés : la croyance en un dieu unique et éternel renforce l’idée théocratique. Mais la théocratie n’est-elle propre qu’aux monothéismes juif et chrétien ? Le terme forgé par Flavius Josèphe ne pourrait-il aussi s’appliquer aux régimes politiques de peuples polythéistes ?

Cet ouvrage se propose d’étudier en diachronie l’émergence de la notion de théocratie dans l’Orient ancien et hellénistique, puis dans l’empire romain, avec des ouvertures dans la très longue durée pour en rechercher les origines dans les modèles mésopotamiens les plus anciens et en évaluer l’héritage dans la chrétienté médiévale.

 

Parution : « Le projet politique d’Antiochos IV »

Nous avons avons le plaisir de vous annoncer la parution des actes du colloque international franco-allemand  organisé à Nancy par Chr. Feyel, L. Graslin-Thomé, Chr. Mileta et P. F.  Mittag du 17 au 19 juin 2013 sur le sujet du « projet politique d’Antiochos IV ». couverture-antiochosLes travaux présentés lors de ces journées ont permis d’étudier à nouveau le règne, court mais important, d’Antiochos IV (175-164/3). Pour apprécier ce règne dans toute son originalité, il faut prendre en compte des sources de nature très diverse – épigraphie, numismatique, philologie, papyrologie grecques, mais aussi assyriologie et études bibliques. Cette rencontre nancéienne a donc rassemblé des spécialistes issus de ces différentes disciplines.

Ils ont tenté de comprendre le projet politique d’Antiochos IV et la manière dont il s’efforça de réformer l’empire séleucide, dans le contexte nouveau suscité par la paix d’Apamée (188). Ils se sont tout d’abord intéressés à la personnalité énigmatique du souverain, qui fut souvent source d’incompréhensions et de rejets. Leur réflexion a ensuite porté sur les réformes structurelles entreprises par Antiochos IV à l’échelle de son empire, vaste mais hétérogène – réformes portant sur la monnaie, l’armée, la taxation notamment. Elle les a enfin amenés à étudier les réactions des différentes populations locales, surprises, hostiles mais parfois aussi consentantes face à ces transformations profondes voulues par le souverain séleucide.

Illustration : Giovanni Domenico Tiepolo, Les sept frères Macchabées condamnés à mort par Antiochos IV, XVIIIe siècle.

Christian-Georges Schwentzel publie Cléopâtre, la déesse-reine

Nous avons le plaisir d’annoncer la publication chez Payot de la biographie de Cléopâtre par Christian-Georges Schwentzel.

Chr.-G. Schwentzel, Cléopâtre, la déesse-reine, Biographie,  Payot, Paris, 2014, 350 pages.

Couverture Cléopâtre

Femme fatale par excellente, à la beauté légendaire et à la mort tragique, Cléopâtre (v. 69 av. J.-C. – 30 av. J.-C.) est sans doute la plus célèbre des femmes de l’Antiquité. Son nom même honni par les poètes latins, est évocateur de luxe, de pouvoir et d’érotisme. Dans son sillage vénéneux, elle a entraîné tout à tour le grand César, père putatif du petit Césarien, et son successeur Marc Antoine, vaincu de la bataille d’Actium.

Depuis dix ans, d’importantes découvertes archéologiques, numismatiques et épigraphiques ont fait progresser notre connaissance de la reine d’Égypte. À la fois « pharaonne » traditionnelle pour ses sujets égyptiens et reine macédonienne, descendante d’un officier d’Alexandre le Grand, pour les Grecs, elle assume une double identité culturelle : déesse-reine, la dernière des Ptolémée se veut la réincarnation d’Isis autant que celle d’Aphrodite. Héritière d’un empire « ami » des Romains, en fait un protectorat de Rome, Cléopâtre rêve de la fusion d’un grand et puissant Empire romano-ptolémaïque. Sa démesure en a fait un mythe, mille fois exploité et réinterprété à travers les siècles. C’est à une relecture de ses divers visages que nous convie l’auteur, en Europe mais aussi, et de façon surprenante, dans le monde arabe ou en Amérique du Nord, où elle fait figure d’icône noire.