Archives par mot-clé : Mésopotamie

Sophie Laribi-Glaudel « De Lamastu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen (IIe – Ier millénaire) » (Compte-rendu)

Sophie Laribi-Glaudel a présenté une conférence intitulée « De Lamaštu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire » le jeudi 10 novembre dans le cadre du Séminaire international d’histoire ancienne.

Lamaštu et Lamia ont de nombreux points communs tant par leur représentation que par la peur qu’elles inspirent aux humains de l’Antiquité. Ces êtres hybrides, s’attaquant en particulier aux femmes enceintes et aux enfants, apparaissent comme une explication à la forte mortalité infantile et maternelle. Elles sont toutes deux représentées avec des attributs de la féminité, associées au sauvage, à la voracité, à la stérilité et porteuses d’un passé parfois tragique : Lamaštu est chassée par son père, alors que Lamia, suivant les sources antiques, est fille d’un dieu héritant son physique d’une punition d’Héra, ou reine ayant perdu tous ses enfants. Les humains se protègent de ces démones, voyageant à travers le temps et l’espace, par le biais de nombreuses incantations et amulettes, renseignant l’historien sur les individus en marge dans l’Antiquité : démones hybrides, enfants morts prématurément et femmes ayant manqué le passage de fille à mère, jeunes filles mortes avant leur mariage ou d’avoir pu mettre au monde un enfant.

Lamaštu, Lamia, et les autres croque-mitaines, ne semblent pas avoir été l’objet d’un transfert direct mais répondent à des inquiétudes humaines communes aux différentes périodes et espaces de l’Antiquité. 

Léa, étudiante en licence d’Archéologie et Histoire de l’Art, est très intéressée par la Mésopotamie. Selon elle, la comparaison entre la Mésopotamie et la Grèce ancienne constitue une nouvelle perspective : voir les ressemblances et différences entre deux périodes bien éloignées.

Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages

Brigitte Lion
Brigitte Lion

À l’occasion de l’exposition « » et dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, nous aurons le plaisir d’accueillir Brigitte Lion, professeure d’histoire du Proche Orient Ancient et Cécile Michel, directrice de recherche au CNRS, pour une conférence intitulée « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages ». La conférence se tiendra à la BU du CLSH (rez-de-chaussée), le jeudi 19 janvier à 18h.

cecile_michel
Cécile Michel

L’écriture de la Mésopotamie antique est qualifiée de cunéiforme, ce qui signifie que les signes ont une forme de clous ou de coins (cuneus). Ces signes ont été utilisés pendant plus de 3000 ans, non seulement en Mésopotamie, mais  aussi au-delà, sur une très vaste aire géographique allant de l’Anatolie à l’Égypte, de la Mer méditerranée au Golfe arabo-persique. Dans toute cette zone, des centaines de milliers de tablettes couvertes d’inscriptions cunéiformes ont été trouvées.

Lettre d'Amarna (Louvre, AO 7098).
Lettre d’Amarna (Louvre, AO 7098).

Ces écritures ont été redécouvertes d’abord par les premiers voyageurs qui ont exploré ces régions oubliées et en ont rapporté les premières copies d’inscriptions, puis par les diplomates du XIXe siècle, qui ont été les premiers archéologues de Mésopotamie. Leur déchiffrement a été une entreprise complexe, car cette écriture notait plusieurs langues différentes, selon des systèmes diffé

rents. Les signes, selon les langues qu’ils notent, peuvent avoir une valeur de logogrammes (chaque signe représente un mot), ou une valeur syllabique, ou encore une valeur de lettre (il s’agit alors d’alphabets). Un important matériel scolaire, trouvé sur les sites de Mésopotamie, a permis de reconstituer l’apprentissage des scribes.

 

Télécharger l’affiche.

Enregistrer

La mondialisation au Ier millénaire dans « La fabrique d’Histoire »

A l’occasion de l’ouverture de l’exposition «L’histoire commence en Mésopotamie» au Louvre Lens, l’émission «La fabrique de l’histoire», 9:05-10:00, sur France Culture animée par Emmanuel Laurentin sera consacrée à la Mésopotamie du 12 au 15 décembre.

Le lundi l’émission proposera une balade au Musée Louvre Lens, le mardi un documentaire sur le voyage d’Hérodote à Babylone. Le mercredi Cécile Michel et Dominique Charpin parleront de la naissance de l’assyriologie. Le jeudi 15 décembre Francis Joannes, Damien Agut et Laetitia Graslin évoqueront la mondialisation du premier millénaire.

Les programmes de France culture sont disponibles ici.

La Mésopotamie antique : patrimoine et mémoire

Le cycle de conférences Calligrammes organisées au Lycée Henri Poincaré de Nancy commencera le 13 novembre à 17h15 en salle polyvalente par une intervention de Francis Joannès, Professeur d’Histoire ancienne à l’université Paris 1. La conférence portera sur : « La Mésopotamie antique : patrimoine et mémoire ».
 Après des études d’Histoire à l’Université Paris 1 et à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, il a été pensionnaire à l’Institut Français d’Études Anatoliennes d’Istanbul, puis Chargé de recherche au CNRS, dont il dirige aujourd’hui l’UMR 7041 (CNRS-Paris Ouest-Paris 1-Ministère de la Culture) « Archéologies et Sciences de l’Antiquité ».

Spécialiste de Babylone, il a alerté l’opinion publique et les plus hautes instances de l’État à propos des périls qui menacent le patrimoine culturel irakien. C’est ainsi qu’il a préparé l’intervention du Président de la République au Louvre le 18 mars 2015 afin que la France contribue à la préservation du patrimoine archéologique irakien. Dans son discours, le Président de la République a en particulier rappelé qu’il fallait « utiliser tous les moyens pour que la culture puisse continuer à être regardée comme une fierté pour l’humanité ». Le même jour se produisait l’attentat du musée du Bardo à Tunis…

Télécharger l’affiche.

Laetitia Graslin : « Produit de luxe dans les sources écrites mésopotamienne du Premier Millénaire avant J.-C. »

À l’occasion de la Table Ronde « Ex Oriente Luxuria (I) : Introduction – Comment définir l’objet de luxe », organisée par Françoise Gury, Jean Trinquier et Pierre Schneider à l’ENS (Rue d’Ulm), le 10 novembre 2014, Laetitia Graslin présentera une communication sur les « Produits de luxe dans les sources écrites mésopotamiennes du Premier Millénaire avant J.-C. ».

Programme de la Table Ronde.

 

Laetitia Graslin au collège de France : « Les dattes, produit marqueur du changement en Mésopotamie »

Le 17 septembre Laetitia Graslin donne une conférence au collège de France intitulée : « Les dattes, produit marqueur du changement en Mésopotamie ».

Sceau néo-assyrien (720-700 avant J.-C.). Ishtar représentée entre deux palmiers-dattiers.

Le «grand VIe siècle» mésopotamien est une période d’importantes transformations économiques. Si les données archéologiques sont rares, les textes cunéiformes apportent une documentation abondante. L’expansion des palmeraies est ainsi bien attestée à Borsippa ou Sippar. Associée à l’utilisation de plus en plus fréquente de l’argent comme instrument d’échange, elle témoigne peut-être de l’évolution des comportements économiques.