Archives par mot-clé : Laetitia Graslin

La mondialisation au Ier millénaire dans « La fabrique d’Histoire »

A l’occasion de l’ouverture de l’exposition «L’histoire commence en Mésopotamie» au Louvre Lens, l’émission «La fabrique de l’histoire», 9:05-10:00, sur France Culture animée par Emmanuel Laurentin sera consacrée à la Mésopotamie du 12 au 15 décembre.

Le lundi l’émission proposera une balade au Musée Louvre Lens, le mardi un documentaire sur le voyage d’Hérodote à Babylone. Le mercredi Cécile Michel et Dominique Charpin parleront de la naissance de l’assyriologie. Le jeudi 15 décembre Francis Joannes, Damien Agut et Laetitia Graslin évoqueront la mondialisation du premier millénaire.

Les programmes de France culture sont disponibles ici.

Exposition : les écritures cunéiformes

Laetitia Graslin, maître de conférences en histoire grecque à l’Université de Lorraine propose une exposition intitulée « Les écritures cunéiformes » du 5 janvier au 24 février 2017 à la Bibliothèque universitaire du campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, à Nancy.

Dans le cadre de cette exposition, Cécile Michel, directeur de recherches au CNRS de Nanterre et Brigitte Lion, professeur à l’université de Lille III, présenteront une conférence intitulée « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement et usages » le jeudi 19 janvier à 19 heures.

L’ancien Irak est le berceau de l’un des plus anciens systèmes d’écriture connu, l’écriture cunéiforme. Rédigée sur des tablettes d’argile, elle apparaît vers le milieu du IVe millénaire av. J.-C., à Uruk, dans le sud de la Mésopotamie. Elle se répand ensuite dans tout le Proche-Orient, et permet la rédaction de textes aussi variés que complexes : textes économiques, juridiques, littéraires et savants… Elle s’adapte à plusieurs langues et inspire d’autres systèmes d’écriture, dont les premiers systèmes alphabétiques. Mais lorsqu’elle cesse d’être utilisée, aux débuts de l’ère chrétienne, son souvenir disparaît rapidement. Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que des voyageurs, diplomates et savants européens redécouvrent cette écriture devenue inintelligible, puis parviennent à la déchiffrer. A l’occasion du 160ème anniversaire du déchiffrement de l’écriture cunéiforme, l’exposition propose un voyage à la découverte de cette écriture millénaire, en invitant à en découvrir tout à la fois le fonctionnement, les usages, et l’aventure de son déchiffrement.

Des visites guidées et ateliers d’écriture sur argile seront animés les jeudi de 12 heures à 13 heures et sur demande à laetitia.graslin@univ-lorraine.fr.

Télécharger l’affiche.

Des Grecs au bord de l’Euphrate : la Babylonie hellénistique et son apport à l’histoire du monde séleucide

Le 10 Novembre 2016, Laetitia Graslin-Thomé, de l’Université de Lorraine, présentera une conférence intitulée « Des Grecs au bord de l’Euphrate : La Babylonie hellénistique et son apport à l’histoire du monde séleucide », dans le cadre du Séminaire d’Histoire Ancienne de l’Université Savoie Mont-Blanc organisé par Laurent Guichard et François Kayser. Elle se tiendra sur le site de Jacob-Bellecombette, Bâtiment 5, Salle 530.

Tout comme les auteurs classiques, les historiens du monde séleucide ont tardé à s’intéresser à la Babylonie. Pourtant, la région a livré une riche documentation, sous la forme de tablettes d’argile inscrites en écriture cunéiforme. Chroniques événementielles, documents de la pratique ou textes littéraires ou savants, elles représentent, avec les textes juifs, les seules sources émanant des populations intégrées au monde séleucide. À ce titre, elles apportent un précieux éclairage sur la manière dont se met en place la domination séleucide et dont les communautés locales s’adaptent à la nouvelle structure politique. L’objet de la communication sera de présenter la documentation cunéiforme d’époque hellénistique, ainsi que les principales orientations de la recherche récente.

Voir l’affiche.

Colloque « Antiochos III et l’Orient »

Christophe Feyel et Laetitia Graslin-Thomé organisent à Nancy un colloque intitulé « Antiochos III et l’Orient ». Il se tiendra les 6, 7 et 8 juin 2016 au Campus Lettres et Sciences Humaines, 23 boulevard Albert Ier, Nancy, bâtiment A, salle A104.

Paru il y a plus de vingt ans, l’ouvrage de A. Kuhrt et S. Sherwin-White, From Samarkhand to Sardis, a modifié la manière de concevoir l’Empire séleucide, jusque là trop souvent observé par le biais de sa seule façade méditerranéenne. Il a conduit les chercheurs à porter un regard nouveau sur les sources dans toute leur diversité : inscriptions, monnaies, textes littéraires, sources judéennes ou cunéiformes, etc. La meilleure prise en compte de ces documents a permis de mieux apprécier la manière dont s’est constituée, maintenue, puis effondrée la royauté séleucide.

Prenant acte de ces acquis de la recherche récente, une série de colloques organisés à Nancy s’attachent à apprécier les évolutions du monde séleucide. Un précédent colloque, organisé en 2012, avait été consacré à Antiochos IV. Il avait montré que certains des problèmes traités par Antiochos IV trouvaient leur origine sous le règne de son père.

En conséquence, il semble maintenant nécessaire de réexaminer l’œuvre d’Antiochos III en Orient. Les travaux que J. Ma a consacrés à la reconquête séleucide de l’Asie mineure ont en effet prouvé qu’Antiochos III avait su adapter la dynastie séleucide à un monde composé de cités grecques. Il est ainsi parvenu à réinstaller en Asie mineure occidentale un pouvoir séleucide qui en était absent depuis les années 240. Mais, dans les parties orientales de l’empire séleucide, le problème se posait de manière sensiblement différente : ces régions ne comprenaient que très peu de cités ; l’organisation sociale et politique y était totalement différente. Quel type de relations Antiochos III a-t-il mis en place avec ces communautés ? A-t-il, comme en Asie Mineure, cherché à construire un mode de relation stable avec les populations orientales? Et si oui, de quelle manière, et avec quels interlocuteurs ? Les évolutions auxquelles Antiochos III doit faire face en Orient sont multiples : tendances centrifuges apparues dès le début du règne, nécessité de trouver des soutiens locaux, place nouvelle des populations hellénisées, interventions de puissances étrangères.

Télécharger l’affiche.

Télécharger le programme.

La fiscalité à l’épreuve des changements politiques : le cas des temples de Babylonie ( VI e – IV e av. J.-C.)

Héliodore chassé du Temple (Gustave Doré, 1866).
Héliodore chassé du Temple (Gustave Doré, 1866).

Dans le cadre du colloque « Religions et fiscalité dans le monde méditerranéen de l’Antiquité à nos jours », Laetitia Graslin-Thomé présentera une communication intitulée « La fiscalité à l’épreuve des changements politiques : le cas des temples de Babylonie ( VI e – IV e av. J.-C.) » (jeudi 17 mars, 10h.).

Ce colloque international est organisé par Marie-Christine Marcellesi et Anne-Valerie Pont dans le cadre du programme « L’argent des dieux » du labex Resmed. Il se tiendra les 17 et 18 maris 2016 au Collège de France (52 rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris, Salle Lévi-Strauss).

Télécharger le programme.

Illustration : Heliodore chassé du Temple (Raphaël, 1512, Palais pontifical du Vatican, Wikimedia Commons©).

Workshop : « Regards croisés sur les transformations de la monnaie dans l’antiquité »

Le 5 février 2016, à la Cité Universitaire, Maison des Provinces de France, Salle Antilles (55 Boulevard Jourdan à Paris), Jérôme Bourdieu (PSE et EHESS), Jean-Yves Grenier (EHESS), François Lerouxel (AOROC et Université de Paris IV), Gilles Postel-Vinay (PSE et EHESS), Julien Zurbach (AOROC et ENS) organisent un workshop intitulé : « Regards croisés sur les transformations de la monnaie dans l’antiquité ».

En histoire économique antique, les conséquences économiques des transformations de la monnaie, de sa diffusion dans un espace géographique plus vaste ou de l’extension de la monétarisation sont le plus souvent envisagées du point de vue des échanges. Ainsi, par exemple, la diffusion du denier dans l’Empire romain est souvent interprétée comme un des facteurs ayant permis l’augmentation des échanges commerciaux en son sein.

Cependant, la monnaie est autant liée à la dette qu’à l’échange et le prêt est une transaction très fréquente dans tous les milieux sociaux. La monétarisation de certaines transactions peut aussi avoir des conséquences économiques sur le prêt, sur le taux d’intérêt et sur les conséquences juridiques du défaut de paiement pour le débiteur, par exemple le développement de l’esclavage pour dettes à Rome au VIe s. avant J.-C. lors de l’apparition de la monnaie pesée.

Le but de cette journée est de s’interroger sur des cas concrets de transformations touchant la monnaie et de leurs conséquences éventuelles en matière de prêt, d’intérêt et de traitement juridique de la dette.

Laetitia Graslin y présentera une communication intitulée « Les transformations monétaires et leurs conséquences en Babylonie du VIe au IVe siècle av. J.-C. ».

Plus d’information sur le site Ouvrir la Science Économique.

Imported textiles and dyes in first millennium Babylonia and the emergence of new consumptions needs

Le mercredi 11 novembre 2015, à l’occasion du colloque Textile Trade and Distribution 2 : From the Ancient Near East to the Mediterranéen (1000 BC-400 AD) , qui se tient à Kassel du 11 au 14 novembre 2015, Laetitia Graslin-Thomé présentera une communication intitulée : « Imported textiles and dyes in first millennium Babylonia and the emergence of new consumptions needs ».

Neo-babylonian texts often deal with textiles and dyes: both currently appear in administrative texts issued by the temples. Some were locally produced, others were imported. Numerous administrative texts preserved in clay tablets help to understand the way textiles or intermediate products were imported in Babylonia, for what purpose, by which kind of people, how they were traded or distributed. This paper will focus on imported and rare fibers. We will show the shift in consumption revealed in the texts, as well as the introduction of new products, like cotton.  We will also try to see how economic models can help to understand this change in consumption, especially how they can explain why people make themselves dependent of some kind of products they have to import from abroad, even if they have similar commodities at home.

Télécharger le programme complet du colloque.

Que nous apprend l’Antiquité : leçons et usages des empires antiques à travers l’histoire

Lors des Rendez-Vous de l’Histoire à Blois (8-11 octobre 2015), dans le cadre de la « Carte Blance » à la Société des Professeurs d’Histoire Ancienne de l’Université (SOPHAU), Laetitia Graslin participera à une table ronde en présence de Laurent Capdetray (maître de conférences à l’Université de Poitiers), Johann Chapoutot (professeur à l’Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle, membre de l’Institut Universitaire de France), Antonio Gonzales (professeur à l’Université de France-Comté) et Gilles Keppel (politologue, professeur à l’Institut d’Études Politiques de Paris, membre de l’Institut Universitaire de France).

La table ronde se déroulera le jeudi 8 octobre de 14h30 à 16h. dans la salle des conférences du Château Royal de Blois.

Quand on parle d’Empire, l’exemple de Rome s’impose. Ce modèle fondateur résume-t-il à lui tout seul la notion d’Empire ? Aux empires antiques répondent d’autres expériences historiques. La vision « impérialiste », qui s’est longtemps imposée — récupérée par les idéologies totalitaires — doit être révisée. C’est une lecture critique du monde, en rapport avec le temps contemporain, que l’Antiquité propose.

Voir le programme.

Laetitia Graslin : « La comptabilité des temples de Babylonie au milieu du Ier millénaire »

Laetitia Graslin interviendra dans le colloque « Calculs et rationalités : comptabilité, modèles économiques, politiques et éthiques dans l’Ancien et le Nouveau Monde », qui se tiendra à l’Université de Montréal du 3 au 6 juin 2015. Elle présentera le 3 juin une communication intitulée : « La comptabilité des temples de Babylonie au milieu du premier millénaire av. J.-C. : quel modèle économique pour quelles pratiques ? »

Télécharger le programme.

Parution : « Le projet politique d’Antiochos IV »

Nous avons avons le plaisir de vous annoncer la parution des actes du colloque international franco-allemand  organisé à Nancy par Chr. Feyel, L. Graslin-Thomé, Chr. Mileta et P. F.  Mittag du 17 au 19 juin 2013 sur le sujet du « projet politique d’Antiochos IV ». couverture-antiochosLes travaux présentés lors de ces journées ont permis d’étudier à nouveau le règne, court mais important, d’Antiochos IV (175-164/3). Pour apprécier ce règne dans toute son originalité, il faut prendre en compte des sources de nature très diverse – épigraphie, numismatique, philologie, papyrologie grecques, mais aussi assyriologie et études bibliques. Cette rencontre nancéienne a donc rassemblé des spécialistes issus de ces différentes disciplines.

Ils ont tenté de comprendre le projet politique d’Antiochos IV et la manière dont il s’efforça de réformer l’empire séleucide, dans le contexte nouveau suscité par la paix d’Apamée (188). Ils se sont tout d’abord intéressés à la personnalité énigmatique du souverain, qui fut souvent source d’incompréhensions et de rejets. Leur réflexion a ensuite porté sur les réformes structurelles entreprises par Antiochos IV à l’échelle de son empire, vaste mais hétérogène – réformes portant sur la monnaie, l’armée, la taxation notamment. Elle les a enfin amenés à étudier les réactions des différentes populations locales, surprises, hostiles mais parfois aussi consentantes face à ces transformations profondes voulues par le souverain séleucide.

Illustration : Giovanni Domenico Tiepolo, Les sept frères Macchabées condamnés à mort par Antiochos IV, XVIIIe siècle.

Laetitia Graslin : « Produit de luxe dans les sources écrites mésopotamienne du Premier Millénaire avant J.-C. »

À l’occasion de la Table Ronde « Ex Oriente Luxuria (I) : Introduction – Comment définir l’objet de luxe », organisée par Françoise Gury, Jean Trinquier et Pierre Schneider à l’ENS (Rue d’Ulm), le 10 novembre 2014, Laetitia Graslin présentera une communication sur les « Produits de luxe dans les sources écrites mésopotamiennes du Premier Millénaire avant J.-C. ».

Programme de la Table Ronde.

 

Laetitia Graslin : « Les conséquences des changements hydrauliques sur l’espace économique babylonien aux époques achéménide et hellénistique »

Wadi Rum (©Wikimedia Commons)
Wadi Rum (©Wikimedia Commons)

Article lu à l’occasion de la seconde Wadi Rumm multidisciplinary conference intitulée Man and the Desert à Wadi Rumm, Jordanie, le 5 et 6 mars 2014.

La Babylonie est une région anciennement et densément peuplée, dont l’agriculture dépend de l’irrigation. Aux époques néo-babylonienne, achéménide puis hellénistique, d’importants travaux hydrauliques sont réalisés. Ils sont connus par d’anciennes prospections archéologiques, mais surtout par les textes cunéiformes. Ceux-ci nous renseignent sur les travaux menés du VIIe au IIIe siècle et sur leurs conséquences sur les grands équilibres économiques et l’organisation des territoires. La construction de canaux modifie, parfois en profondeur, l’économie babylonienne : certaines cultures, comme celle du palmier dattier, se trouvent privilégiées. Certaines zones connaissent un essor économique important, tandis que d’autres se trouvent délaissées. C’est, à l’époque hellénistique, l’équilibre de l’ensemble de la région, entre réseau dépendant du Tigre et réseau lié à l’Euphrate, qui s’en trouve modifié.

Laetitia Graslin-Thomé : « New institutional economics and camel drivers: in which way modern economical concepts can help to understand the changes in long distance trade in first millennium BC Mesopotamia »

Capture d’écran 2014-01-14 à 19.17.11

Laetitia Graslin-Thomé présentera une communication intitulée « New institutional economics and camel drivers: in which way modern economical concepts can help to understand the changes in long distance trade in first millennium BC Mesopotamia » lors du colloque Antike Wirtschaft und ihre Kulturelle Prägung (Ancient Economies and Cultural identities) à la Philipps Universitäts de Marbourg.

Laetitia Graslin au collège de France : « Les dattes, produit marqueur du changement en Mésopotamie »

Le 17 septembre Laetitia Graslin donne une conférence au collège de France intitulée : « Les dattes, produit marqueur du changement en Mésopotamie ».

Sceau néo-assyrien (720-700 avant J.-C.). Ishtar représentée entre deux palmiers-dattiers.

Le «grand VIe siècle» mésopotamien est une période d’importantes transformations économiques. Si les données archéologiques sont rares, les textes cunéiformes apportent une documentation abondante. L’expansion des palmeraies est ainsi bien attestée à Borsippa ou Sippar. Associée à l’utilisation de plus en plus fréquente de l’argent comme instrument d’échange, elle témoigne peut-être de l’évolution des comportements économiques.

Atelier d’écriture cunéiforme

Ecriture sur tablette d’argile : démonstration (photo C. Michel)
Écriture sur tablette d’argile : démonstration (photo C. Michel)

À l’occasion des journées nationales de l’archéologie, Laetitia Graslin assure un atelier d’écriture sur argile au musée de l’université de Nancy les 7 et 8 juin. Ouvert aux petits comme aux plus grands, il permet de s’initier à l’une des plus anciennes écritures de l’histoire, l’écriture cunéiforme.