Archives par mot-clé : Histoire romaine

Cléopâtre, la Corse et les chefs de l’Antiquité

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, et Olivier Jehasse, maître de conférences HDR d’histoire ancienne et d’archéologie à l’Université de Corse, seront les invités de l’émission « C’est votre jour de science », diffusée dimanche 22 octobre sur Radio Bleu RCFM, de 12h à 13h.

Au programme : Cléopâtre et la Corse au Ier siècle av. J.-C.

L’émission pourra être réécoutée sur le site de France Bleu RCFM.

Christian-Georges Schwentzel sera également présent au 3e Salon du Livre d’Histoire de Villeneuve-Loubet, samedi 28 et dimanche 29 octobre, de 10h à 17h. Il participera à un débat sur les chefs de l’Antiquité à nos jours, dimanche 29 octobre, à partir de 16h30, à la médiathèque de Villeneuve-Loubet.

Vous pouvez retrouver le programme ici.

Débat autour d’Hypatie d’Alexandrie et d’Agora d’Alejandro Amenábar

Le Cercle des Étudiants en Histoire de l’Université de Lorraine organise une soirée débat autour de la figure de la mathématicienne antique Hypatie d’Alexandrie et du péplum d’Alejandro Amenábar, Agora (2009). La séance se tiendra le jeudi 2 mars en salle A226 à 18h. et sera animée par Hervé Huntzinger.

Alfred Seifert, Hypatia, 1901 (Wikimedia Commons).

Film important de la nouvelle vague du péplum dans les années 2009, Agora rappelle la figure complexe d’Hypatie d’Alexandrie, fille du philosophe Cléon d’Alexandrie, assassiné par des fanatiques chrétiens en 415 de notre ère. Son histoire, rapportée par Socrate de Constantinople et par sa propre correspondance avec l’évêque Synésios de Cyrène, laisse planer le doute sur les responsabilités de l’évêque Cyrille d’Alexandrie. Les différentes traditions se sont emparées d’Hypatie soit pour insister sur la responsabilité de l’église dans son meurtre (c’est-à-dire souvent l’église catholique), soit pour la minorer en insistant sur l’opposition populaire déclenchée par une « maîtresse d’école » trop subversive.

Dans ce cadre, le film d’Alejandro Amenábar prend position dans un débat général sur le rôle de l’église et du christianisme dans les transformations du monde tardif et sur la place de la religion dans le monde moderne.

 

Illustration : Raphaël, L’École d’Athènes, Vatican, chambre des signatures, 1509-1510. Hypatie est le personnage en blanc à gauche, qui regarde en direction du spectateur. Il s’agit de la première réapparition du personnage dans la culture moderne.

Enregistrer

L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive

a-binsfeldLe 24 novembre 2016, à 18 heures, dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Andrea Binsfeld, Associated Professor à l’Université de Luxembourg, présentera une conférence intitulée : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04).

Comment définir l’esclavage ? D’après les juristes romains un esclave est soumis à une domination étrangère contre nature. Mais, au-delà du droit romain, il y a d’autres critères pour définir un esclave : un esclave est une propriété privée ; il est un étranger, soit parce qu’il vient de l’étranger, soit parce qu’il est exclu de la société ; il n’a pas de famille ; il dépend du maître ; il subit souvent la violence… L’expérience d’être un étranger, d’une manière ou d’autre, constitue l’essence de l’esclavage. Sur la base des témoignages littéraires, épigraphiques, archéologiques et juridiques, l’exposé portera sur les différents procès d’aliénation des esclaves à l’époque impériale et tardive.

Télécharger l’affiche.

Illustration : Gustave Boulanger, Le marché aux esclaves (1882, Wikimedia Commons).

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Enregistrer

Enregistrer

Publication : Des Grecs et des Italiens à Éphèse

CouvertureNous avons le plaisir d’annoncer la parution le 18 août de l’ouvrage de François Kirbihler, Des Grecs et des Italiens à Éphèse. Histoire d’une intégration croisée (133 a.C.-48 p.C.) dans la collection Scripta Antiqua (n°88) des Éditions Ausonius de l’Université de Bordeaux.

L’ouvrage est disponible dans le catalogue de la collection Scripta Antiqua (500p., 25€).

Cet ouvrage étudie le devenir d’une cité grecque, Éphèse, durant la période de transformations qui correspond à l’époque tardo-hellénistique et aux début du Principat. Les années entre 133 a.C. et 48 p.C. voient l’intrusion de Rome en Asie Mineure, l’acceptation par les Grecs de la domination romano-italique, et l’entrée des immigrants italiens dans les subdivisions civiques d’une ville devenue entre-temps capitale provinciale. Il s’agit donc de l’histoire d’une intégration croisée, à l’intersection de la création d’un empire « mondial » et d’une provincialisation réussie. L’ouvrage s’interroge également sur la place de Rome dans une grande cité portuaire grecque ouverte aux influences extérieures et sur l’intégration des immigrants dans la cité locale. Une cité grecque devient ainsi la ville d’Asie Mineure dans laquelle l’influence et la présence de Rome sont les plus visibles : les institutions et l’urbanisme évoluent pour traduire cette nouvelle réalité dans la vie politique locale, les pratiques religieuses ainsi que les constructions. Éphèse en sort durablement transformée.

Illustration : Inscription commémorant la restauration du temple d’Artémis et d’Auguste à Éphèse (CIL III 6070 = IEphes. 1522 = ILS 97, Rome, Musée de la Civilisation Romaine).

 

Enregistrer

Enregistrer

Autour de l’« économie impériale » en Asie mineure

Dans le cadre du projet “LanCRAM : The land of Caesar : Geography and economy of the imperial properties in Roman Asia Minor” (Marie Curie IEF), Alberto Dalla Rosa (EPHE) organise une journée d’étude sur le thème « Autour de l’ “économie impériale” en Asie mineure » le samedi 21 mai 2016 de 10h à 18h (Salle Mariette, INHA).

La séance de l’après-midi sera présidée par François Kirbihler.

La deuxième journée d’étude du projet LanCRAM est consacrée au thème de l’ « économie impériale » en Asie Mineure. De la controverse Bücher-Meyer au modèle taxe-commerce de Keith Hopkins, en passant pour Max Weber et Rostovtzeff, les historiens ont depuis longtemps essayé de définir de façon globale la nature de l’économie romaine sous le Haut-Empire. Située chronologiquement entre la phase de la grande expansion méditerranéenne et la crise du IIIe siècle ap. J.-C., l’économie impériale est caractérisée par une condition générale de paix à l’intérieur et de forte présence militaire aux frontières, par un développement du commerce à longue distance et par une diffusion graduelle du droit romain. Ces circonstances favorisèrent la croissance de l’économie des provinces et notamment de certaines régions orientales, où l’urbanisme était particulièrement fort.
 
En réunissant un ensemble de spécialistes dont la maitrise de la documentation épigraphique de la région est renommée, notre journée d’étude se propose donc de jeter un regard sur les aspects de la vie économique de l’Asie Mineure les plus fortement liés au fait de l’inclusion de cette région dans l’Empire Romain. Il s’agit d’abord de la figure même de l’empereur, vu en tant qu’acteur économique – en raison de ses propriétés – aussi bien que promoteur d’une certaine politique patrimoniale au sein des élites locales. Une attention particulière sera donnée aussi à certains facteurs d’intégration économique, tels que la politique douanière et le rôle de l’armée.

Télécharger le programme.

 

Espace pensé, territoires administrés : quelques réflexions sur la façon dont les Anciens ont pu se représenter l’espace anatolien

lebreton-smallLe  jeudi 3 mars, Stéphane Lebreton, maître de conférences à l’Université d’Artois, présentera une conférence intitulée : « Espace pensé, territoires administrés : quelques réflexions sur la façon dont les Anciens ont pu se représenter l’espace anatolien ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

Depuis 20 à 30 ans, les historiens ont porté leur attention sur la question des perceptions spatiales dans l’Antiquité. Leur approche a permis de changer la compréhension de la géographie. Au lieu de considérer que l’homme de ces périodes reculées pensait et restituait un espace sur le modèle des Modernes, ils ont plutôt réfléchi aux singularités en s’aidant des avancés de l’anthropologie. On peut d’ailleurs considérer que l’ouvrage Geography and ethnography. Perceptions of the World in Pre-Moderne Societies (K. A. Raaflaub & R. J. A. Talbert, éd., 2010), cherchant à comparer les conceptions spatiales de différentes sociétés éloignées dans le temps et dans l’espace est à la fois une illustration intéressante de cette démarche et peut-être un aboutissement.

Dès la fin des années 1980 et le début des années 1990, des auteurs comme P. Janni, Fr. Prontera, Chr. 15th_century_map_of_Turkey_regionJacob ou P. Arnaud, par exemple, ont élargi le champ de la réflexion en s’interrogeant notamment sur l’utilité et la fréquence de la carte, sur la pensée hodologique, sur le développement et la diffusion de la culture géographique. Ils ont ainsi permis d’enrichir et de développer le sujet. Les études actuellement conduites par Kl. Geus et M. Thierieng affinent davantage encore la problématique en proposant de réfléchir non plus seulement sur la géographie érudite telle qu’elle apparaît le plus souvent dans la littérature, mais à la culture géographique populaire de l’homme de la rue (common sense geography).

Parallèlement, les modalités de contrôle et d’administration d’un territoire ont donné lieu à nombre d’études, au moins pour les périodes hellénistique et romaine. De fait, il restait à étudier les relations entre les deux domaines de recherche. À partir de quels acquis intellectuels, de quelles connaissances géographiques, de quels apprentissages, de quels outils ou supports les personnes en charge de l’administration d’un territoire ont-il travaillé ? Certes, le sujet a pu être abordé par Cl. Nicolet dans L’inventaire du monde. Il était au cœur de sujet des deux volumes La invención de una geografía de la Península Ibérica (G. Cruz Andreotti, P. Le Roux & P. Moret, éd., 2006). N. Purcell a aussi pu proposer des analyses pertinentes. Il semble cependant que bien des interrogations demeurent, au moins aux échelles locale et régionale.

C’est la question qui sera abordée lors de cette conférence en prenant l’exemple de la péninsule anatolienne sur le long terme, en partant du cadre général, avant de développer des cas particuliers.

Télécharger l’affiche.

Illustration : delta du Méandre / Carte de l’Anatolie (XVe s.).

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Semestre 1

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Semestre 2 :

Arietta-Papaconstantinou-id-web28 janvier 2016 – 18h. en salle A104 – Arietta Papaconstantinou (Université de Reading) : « Langues d’empire, langues étrangères ? Les chemins pas très parallèles du grec et de l’arabe en Égypte. »

Julien Monerie11 février 2016 – 18h. – Julien Monerie (Université de Paris 1) : « Chronique d’une campagne avortée. Le projet d’invasion de l’Arabie par Alexandre (323 av. J.-C.). »

lebreton-small3 mars 2016 – 18h. – Stéphane Lebreton (Université d’Artois) :  « Espace pensé, territoires administrés : quelques réflexions sur la façon dont les Anciens ont pu se représenter l’espace anatolien. »

aurenhammer-small21 avril 2016 – Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne) : « Les portraits des notables à Éphèse à l’époque impériale [Die Honoratiorenporträts des kaiserzeitlichen Ephesos]. »

Télécharger le programme du semestre 2.

Rome face aux barbares

historia829Les numéro de janvier du magazine Historia comporte un dossier spécial « Les barbares : d’Attila à Daech ». Notre collègue Hervé Huntzinger y a écrit un article intitulé « Rome face aux barbares ». Alors que les Romains étaient eux-mêmes les barbares des Grecs, ils ont toujours opté pour une définition souple et ouverte de la barbarie. Le barbare n’est pas tant le ressortissant d’un peuple particulier, mais celui qui ne vit pas comme un Romain. Comment alors, les Romains ont-ils appréhendé l’arrive, hostile ou pacifique, des « barbares » aux frontières de l’Empire ?

Retrouvez la présentation du dossier dans l’émission Curiosités sur RTL par Éric Pincas et Bruno Dumézil.

Illustration : Ulpiano Checa y Sanz, La invasión de los bárbaros (ou Attila, fléau de Dieu),  1887.

Ubi servi erant? Die Ikonographie von Sklaven und Freigelassenen in der römischen Kunst

Les vendredi 2Iconographie9 et samedi 30 janvier 2016 dans le cadre de l’IPSE (Unité de Recherche Identités, Politiques, Sociétés, Espaces)  et de l’Université de Luxembourg, Andrea Binsfeld et Marcello Ghetta organisent deux journées d’études intitulées : « Ubi servi erant? Die Ikonographie von Sklaven und Freigelassenen in der römischen Kunst [L’iconographie des esclaves et des affranchis dans l’art romain] ».

Les journées se tiendront en salle 4.370 de la Maison du Savoir sur le campus de Belval (Esch-sur-Alzette). Les journées d’études s’inscrivent dans le cadre du workshop « Slavery in the socio-economic context of the Roman provinces of Germania Inferior and Germania Superior, and the neighbouring areas [L’esclavage dans le contexte socio-economique des provinces romaines de Germanie Inférieure et de Germanie supérieure et les régions avoisinnantes] ».

Télécharger le flyer.

Notre collègue Hervé Huntzinger y fera une communication intitulée « L’iconographie des captifs dans l’Antiquité tardive » (samedi 30 janvier 13h30).

Séminaire d’histoire ancienne : « Dioclétien et la réforme de la cour impériale » (Manon Houbre)

Jeudi 18 avril, à 18:00, en salle A 430.

Dioclétien (Musée archéologique d'Istanboul, Wikimedia Commons)

Dioclétien (Musée archéologique d’Istanboul, Wikimedia Commons)

À l’occasion du troisième séminaire d’histoire ancienne consacré aux souverains réformateurs, Manon Houbre présentera les résultats de son mémoire de M2 dans une communication intitulée : « Dioclétien et la réforme de la cour impériale ».

Les enseignants et les étudiants sont les bienvenus, notamment les étudiants de L3, qui pourront ainsi découvrir le travail de leurs aînés.

Ce séminaire fait suite à deux communications précédentes :
– 14 mars 2013 : Antiochos IV, réformateur incompris du royaume séleucide ? (Laetitia Graslin et Christophe Feyel).

– 15 novembre 2012 : Les successeurs d’Alexandre et les populations indigènes d’Asie mineure : quelques réflexions (Christian Mileta, université de Halle).

Le CEH propose une sortie au Louvre

Samedi 13 avril.

Le Cercle des Étudiants en Histoire propose une sortie au musée du Louvre. La visite du musée peMusée du Louvreut suivre deux modalités. D’une part, des visites commentées du département des arts antiques avec Mme Graslin, Histoire Grecque, et M. Kirbilher, Histoire Romaine. De l’autre, la possibilité éventuelle de visites libres des autres départements.

Conditions pratiques :
Le repas sera tiré du sac.

Prix adhérent: 20€
Prix non-adhérent: 24€

Le départ se fera samedi 13 avril à 4h30 devant le CLSH
Le retour à 21h au même lieu.

Les informations sur le site du CEH.