Archives par mot-clé : François Kirbihler

Éphèse en mutation : les cultes nouveaux et les prêtresses d’Artémis

Le 31 mai 2017, François Kirbihler, dans le cadre du Seminar für Alte Geschichte de l’Albert-Ludwigs-Universität de Fribourg (Allemagne), donnera une conférence intitulée « Ephesos im Wandel : neue Kulte und Artemispriesterinnen. [Ephèse en mutation : les cultes nouveaux et les prêtresses d’Artémis] ». La conférence aura lieu à 18h. en salle HS 1098 (KG1).

La conférence explicite quelques résultats de recherche concernant les notables éphésiens ; elle présente ensuite un nouveau culte de Rome et du divin Jules dont l’existence résulte du croisement d’une inscription fragmentaire (RS 24), de monnaies (RPC 2570-2574), ainsi que d’une liste éponymique (IvE 9) ; elle présente enfin les nouvelles prêtresses d’Artémis qui sont attestées à partir de 31/29 av. J.-C. à l’Artémision.

Der Vortrag erläutert zunächst einige Forschungsergebnisse bezüglich der ephesischen Honoratioren ; er stellt dann einen neuen Kult der dea Roma und des divus Iulius vor, der sich aus der Kreuzung eines Inschriftenfragments (RS 24), Münzen (RPC 2570-2574), und der Eponymenliste IvE 9 ab 40 v. Chr. ergibt, und beschreibt schliesslich die (neuen Haupt-) Artemispriesterinnen, die es ab 31/29 v. Chr. am Artemision gab.

Voir le programme complet du séminaire.

Illustrations : RS 24 et Artémis d’Éphèse (©François Kirbihler).

 

Cités et province d’Asie face aux autorités centrales

Dans le cadre de la formation à l’Agrégation externe  d’Histoire et interne d’Histoire-Géographie, François Kirbihler donnera à Clermont-Ferrand une conférence intitulée : « Un dialogue permanent : cités et province d’Asie face aux autorités centrales ». La conférence se tiendra le mercredi 7 décembre à 17h30 à l’ESPÉ, 36 avenue Jean Jaurès à Chamalières (63400), en salle A005.

La conférence examine les conditions du dialogue entre les cités grecques d’Asie, le koinon de la province et les autorités centrales romaines, imperatores, Sénat et empereur, entre 70 av. J.-C. et 73 ap. J.-C. Le Sénat et/ou l’empereur concédaient et étaient garants des privilèges des cités, ce que le dossier épigraphique d’Aphrodisias permet (entre autres) de bien montrer. L’assemblée provinciale ou koinon, se réunissant à intervalles réguliers, était un interlocuteur important des autorités romaines : elle servait d’interface entre imperatores, Sénat et empereur d’une part, cités grecques d’autre part, aussi bien pour recevoir des injonctions romaines (impôts) que pour l’obtention de faveurs. Le koinon d’Asie fut un acteur important du culte impérial et un cadre de régularisation de la compétition entre cités. Enfin, les autorités centrales servaient également d’arbitre en cas de conflit judiciaire ou pour mettre fin à des divisions au sein de la cité.

Télécharger l’affiche.

Illustration : le mur des archives d’Aphrodisias (© Inscriptions of Aphrodisias, King’s College, London).

Publication : Des Grecs et des Italiens à Éphèse

CouvertureNous avons le plaisir d’annoncer la parution le 18 août de l’ouvrage de François Kirbihler, Des Grecs et des Italiens à Éphèse. Histoire d’une intégration croisée (133 a.C.-48 p.C.) dans la collection Scripta Antiqua (n°88) des Éditions Ausonius de l’Université de Bordeaux.

L’ouvrage est disponible dans le catalogue de la collection Scripta Antiqua (500p., 25€).

Cet ouvrage étudie le devenir d’une cité grecque, Éphèse, durant la période de transformations qui correspond à l’époque tardo-hellénistique et aux début du Principat. Les années entre 133 a.C. et 48 p.C. voient l’intrusion de Rome en Asie Mineure, l’acceptation par les Grecs de la domination romano-italique, et l’entrée des immigrants italiens dans les subdivisions civiques d’une ville devenue entre-temps capitale provinciale. Il s’agit donc de l’histoire d’une intégration croisée, à l’intersection de la création d’un empire « mondial » et d’une provincialisation réussie. L’ouvrage s’interroge également sur la place de Rome dans une grande cité portuaire grecque ouverte aux influences extérieures et sur l’intégration des immigrants dans la cité locale. Une cité grecque devient ainsi la ville d’Asie Mineure dans laquelle l’influence et la présence de Rome sont les plus visibles : les institutions et l’urbanisme évoluent pour traduire cette nouvelle réalité dans la vie politique locale, les pratiques religieuses ainsi que les constructions. Éphèse en sort durablement transformée.

Illustration : Inscription commémorant la restauration du temple d’Artémis et d’Auguste à Éphèse (CIL III 6070 = IEphes. 1522 = ILS 97, Rome, Musée de la Civilisation Romaine).

 

Enregistrer

Enregistrer

Autour de l’« économie impériale » en Asie mineure

Dans le cadre du projet “LanCRAM : The land of Caesar : Geography and economy of the imperial properties in Roman Asia Minor” (Marie Curie IEF), Alberto Dalla Rosa (EPHE) organise une journée d’étude sur le thème « Autour de l’ “économie impériale” en Asie mineure » le samedi 21 mai 2016 de 10h à 18h (Salle Mariette, INHA).

La séance de l’après-midi sera présidée par François Kirbihler.

La deuxième journée d’étude du projet LanCRAM est consacrée au thème de l’ « économie impériale » en Asie Mineure. De la controverse Bücher-Meyer au modèle taxe-commerce de Keith Hopkins, en passant pour Max Weber et Rostovtzeff, les historiens ont depuis longtemps essayé de définir de façon globale la nature de l’économie romaine sous le Haut-Empire. Située chronologiquement entre la phase de la grande expansion méditerranéenne et la crise du IIIe siècle ap. J.-C., l’économie impériale est caractérisée par une condition générale de paix à l’intérieur et de forte présence militaire aux frontières, par un développement du commerce à longue distance et par une diffusion graduelle du droit romain. Ces circonstances favorisèrent la croissance de l’économie des provinces et notamment de certaines régions orientales, où l’urbanisme était particulièrement fort.
 
En réunissant un ensemble de spécialistes dont la maitrise de la documentation épigraphique de la région est renommée, notre journée d’étude se propose donc de jeter un regard sur les aspects de la vie économique de l’Asie Mineure les plus fortement liés au fait de l’inclusion de cette région dans l’Empire Romain. Il s’agit d’abord de la figure même de l’empereur, vu en tant qu’acteur économique – en raison de ses propriétés – aussi bien que promoteur d’une certaine politique patrimoniale au sein des élites locales. Une attention particulière sera donnée aussi à certains facteurs d’intégration économique, tels que la politique douanière et le rôle de l’armée.

Télécharger le programme.

 

Grecs et Italiens à Éphèse : une cité grecque romanisée (Ier s. av. J.-C. – IIe s. ap. J.-C.) ?

François Kirbihler fera une conférence à l’Université de Fribourg (Suisse) le 22 mars 2016 sur le thème : « Grecs et Italiens à Éphèse : une cité grecque romanisée (Ier s. av. J.-C. -IIe s. ap. J.-C.) ? »Après une présentation générale rapide d’Ephèse, l’auteur développe la question de la présence romaine, plus grande qu’ailleurs en raison du statut de capitale provinciale, l’immigration italienne/italique, puis l’ascension sociale et la romanisation de quelques familles de notables d’origine grecque. On aboutit ainsi à un phénomène d’intégration croisée : insertion des Italiens dans les tribus et chiliastyes locales, accès à la citoyenneté romaine, puis aux aristocraties d’Empire des Grecs.

Télécharger l’affiche.

Autour de l’ « économie impériale » en Asie Mineure : empereurs, notables, marchands, armée

Dans le cadre du projet « LanCRAM : The land of Caesar : Geography and economy of the imperial properties in Roman Asia Minor » (Marie Curie IEF), Alberto Dalla Rosa (EPHE) organise une journée d’étude Autour de l’ « économie impériale » en Asie Mineure : empereurs, notables, marchands, armée.

La journée d’étude se tiendra le samedi 14 novembre 2015 de 9h45 à 18h. dans la salle Peiresc à l’INHA.

Notre collègue François Kirbihler aura l’honneur d’y présider la séance de l’après-midi.

Télécharger le programme.

 

P. Vedius Pollion, préfet d’Octavien en Asie ?

Dans le cadre de la séance de rentrée de la  SFER (Société française d’études épigraphieques sur Rome et le monde romain), François Kirbihler donnera une conférence intitulée « P. Vedius Pollion, préfet d’Octavien en Asie ? Les problèmes d’une mission publique entre République et Empire », le samedi 17 octobre 2015 à 10h. en salle W. Benjamin à l’INHA, 2 rue de Vivienne, Paris, 2e arrondissement.

 

P. Vedius Pollio est surtout connu comme homme d’affaires et acteur d’une anecdote scandaleuse montrant sa cruauté à l’égard d’un esclave. Il joue cependant un rôle officiel mal connu en Asie Mineure, entre Actium et la fondation du Principat, probablement vers 31-29. Les monnaies de Tralles, si elles paraissent confirmer un poste officiel, ne sont cependant pas sans poser à première vue un problème pour la datation de la mission de Pollion, et il convient également de se poser la question d’une procuratèle vers 27-25.  Certaine est la mise sur pied d’une fondation pour un concours en l’honneur d’Auguste, des Sebasta, et possible une refondation de l’Artémision selon un rite romain. Il est probable qu’il se soit agi d’une véritable mission comportant des visées plus larges, car Pollion est aussi honoré à Troie et à Milet/Didymes et on sait qu’Auguste a validé les dispositions prises à Éphèse : il a peut-être réorganisé la province juste après Actium, mais les spécialistes (J. Keil, R. Szramkiewicz, W. Eck, B.M. Kreiler) ne s’accordent pas sur la nature de ses pouvoirs. Pour B.M. Kreiler il a été un préfet d’Octavien doté de pouvoirs équivalents à ceux d’un gouverneur et D. Erkelenz le classe comme tel. P. Vedius Pollio a donc incontestablement apporté sa contribution, à la suite de Mécène, mais plus modestement qu’un M. Agrippa, à la mise en place de la transition politique entre République et Empire dans la province d’Asie.

Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.21Le 1er octobre, François Kirbihler présentera une conférence intitulée : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

La communication porte sur les relations de P. Vedius Pollio, chevalier, fils d’affranchi, affairiste ami d’Auguste, avec Ephèse. Trois types de relations ont pu être appréhendés : une mission mal connue à caractère public en rapport avec l’Artémision et d’autres temples d’Asie effectuée pour le compte d’Auguste, des relations commerciales actives du Romain avec l’Asie et son principal port, enfin l’existence d’une postérité onomastique, les P. Vedii d’Ephèse. Il se dégage le portrait fascinant d’une famille en ascension durant les troubles du ier s. av. J.-C.

Télécharger l’affiche.

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Au second semestre le séminaire aura l’honneur d’accueillir :

Arietta Papaconstantinou (Université de Reading/Oxford).
Julien Monnerie (Université de Paris 1).

Stéphane Lebreton (Université d’Artois).
Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne).

 

François Kirbihler : « Ein Kult der Dea Roma und des Divus Julius in Ephesos unter dem Triumvirat »

Le mercredi 26 novembre 2014, François Kirbihler donnera une conférence à l’Institut für Alte Geschichte de Vienne en Autriche (17h.-18h.) sur le sujet « Ein Kult der Dea Roma und des Divus Julius in Ephesos unter dem Triumvirat ».

L’objet de la conférence est de démontrer qu’à Éphèse le culte de Rome et de César a été créé dès le triumvirat en 39/38 et non en 29 avant J.-C., comme cela est communément admis par la tradition.

François Kirbihler : « P. Vedius Pollio, préfet d’Octavien en Asie ? Les problèmes d’une mission publique entre République et Empire »

À l’occasion du colloque de Bordeaux Auguste et l’Asie mineure (du 20 au 22 novembre à l’Archéopole d’Aquitaine), François Kirbihler fera une intervention intitulée : « P. Vedius Pollio, préfet d’Octavien en Asie ? Les problèmes d’une mission publique entre République et Empire ».

P. Vedius Pollio est surtout connu comme homme d’affaires et acteur d’une anecdote scandaleuse montrant sa cruauté à l’égard d’un esclave. Il joue cependant un rôle officiel mal connu en Asie Mineure, entre Actium et la fondation du Principat, probablement vers 31-29. Les monnaies de Tralles, si elles paraissent confirmer un poste officiel, ne sont cependant pas sans poser à première vue un problème pour la datation de la mission de Pollion, et il convient également de se poser la question d’une procuratèle vers 27-25.  Certaine est la mise sur pied d’une fondation pour un concours en l’honneur d’Auguste, des Sebasta, et possible une refondation de l’Artémision selon un rite romain. Il est probable qu’il se soit agi d’une véritable mission comportant des visées plus larges, car Pollion est aussi honoré à Troie et à Milet/Didymes et on sait qu’Auguste a validé les dispositions prises à Éphèse : il a peut-être réorganisé la province juste après Actium, mais les spécialistes (J. Keil, R. Szramkiewicz, W. Eck, B.M. Kreiler) ne s’accordent pas sur la nature de ses pouvoirs. Pour B.M. Kreiler il a été un préfet d’Octavien doté de pouvoirs équivalents à ceux d’un gouverneur et D. Erkelenz le classe comme tel. P. Vedius Pollio a donc incontestablement apporté sa contribution, à la suite de Mécène, mais plus modestement qu’un M. Agrippa, à la mise en place de la transition politique entre République et Empire dans la province d’Asie.

Programme du colloque « Auguste et l’Asie mineure ».

 

 

François Kirbihler : « Les Italiens à Éphèse. De l’exploitation des Grecs à l’intégration dans la cité (133 a.C.-73 p.C.) »

Conférence donnée à l’université de Lorraine à Nancy, sur le campus Lettres et Sciences Humaines en salle A329b, jeudi 2 octobre de 18h à 19h.
Pour la reprise des séances du séminaire d’histoire ancienne François Kirbihler évorquera l’histoire de la communauté (conventus) des Italiens à Éphèse.
Installée après la création de la province, elle exploita fiscalement les Grecs et fut massacrée lors de la première guerre mithridatique (88 a.C.). C’est la communauté reconstituée à partir des années 70 dont on peut suivre plus précisément la destinée. Publicains, propriétaires fonciers, commerçants, les Italiens et leurs affranchis, parfois liés à des aristocrates romains bien connus, firent souche dans la capitale de l’Asie propice aux affaires. Ils finirent par s’intégrer à diverses structures civiques de la cité et fournirent plusieurs importants magistrats et évergètes. Ce sont les étapes de cette installation, puis de cette intégration que François Kirbihler propose de retracer, dans la mesure où Éphèse constitue un possible modèle de cité provinciale à la fois stipendiaire et bien intégrée au sein de l’Empire romain.

Télécharger l’affiche

Les autres dates de la saison 2014/2015 :

2 octobre 2014 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Les Italiens à Éphèse : de l’exploitation des Grecs à l’intégration dans la cité (133 a.C. – 48 p. C.) »

20 novembre 2014 – Laurent Guichard (Université de Savoie) : « L’initiation chrétienne et la fonction impériale de Constantin à Théodose II »

29 janvier 2015 – Audrey Becker (Université de Lorraine) : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive »

5 mars 2015 – Martin Steskal (Université de Vienne) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

23 mars 2015 – Christoph Schäfer (Université de Trêves) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

30 avril 2015 – Patrice Schlosser (Lycée Poincarré, Nancy) : « Périnthe et la Thrace propontique antique : une zone de contact méconnue du monde grec »

 

 

François Kirbihler : « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine »

La nouvelle saison du séminaire d’histoire ancienne consacré aux « Souverains réformateurs » est inaugurée le 17 octobre à 18h15 en salle A329b par François Kirbihler, qui présentera une conférence intitulée « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine ». Les étudiants de tous niveaux sont les bienvenus.

Éphèse

Éphèse, capitale de la province d’Asie, joua un rôle important dans la diffusion de modèles romains, parfois adaptés à des traditions locales. Il en est de même du culte de Rome et César. Le croisement de trois sources implique une création de ce culte sous le triumvirat, dès 39/8, et non en 29 a.C. selon la tradition communément admise (Dion Cassius 51, 20, 6-7).

Les autres dates de la saison 2013/2014 du séminaire

17 octobre 18h15 François Kirbihler : « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine ».
28 novembre 18h00Gilles Gorre (Université de Rennes) : « Les temples égyptiens et les réformes des Ptolémées ».
6 février 18h15Hervé Huntzinger : « Gouverner sans titre. Les modalités du pouvoir informel de Séverin de Norique à la fin du Ve siècle de notre ère ».

20 marsSabine Ladstätter (directrice des fouilles d’Éphèse, membre de l’Institut Autrichien d’Archéologie) : « La maison à terrasse II, un joyau d’habitation romaine ». (voir un article sur le Daily News).
10 avrilChristian Schwentzel (Université de Lorraine, Metz) : « Antiochos de Comagène ».
24 avril Aurélien Froidevaux (doctorant Université de Lorraine, Nancy)  : « Justinien et la Sicile : reconquête, intégration et réforme des structures administratives ».

 

Le CEH propose une sortie au Louvre

Samedi 13 avril.

Le Cercle des Étudiants en Histoire propose une sortie au musée du Louvre. La visite du musée peMusée du Louvreut suivre deux modalités. D’une part, des visites commentées du département des arts antiques avec Mme Graslin, Histoire Grecque, et M. Kirbilher, Histoire Romaine. De l’autre, la possibilité éventuelle de visites libres des autres départements.

Conditions pratiques :
Le repas sera tiré du sac.

Prix adhérent: 20€
Prix non-adhérent: 24€

Le départ se fera samedi 13 avril à 4h30 devant le CLSH
Le retour à 21h au même lieu.

Les informations sur le site du CEH.

Soirée Péplum : de La Chute de l’Empire romain (1964) à Gladiator (2000)

Jeudi 21 février 2013, amphi A42, 18h.

Le Cercle des Étudiants en Histoire et moi-même vous convions à une soirée Péplum. Il s’agira de jeter un regard neuf sur le film Gladiator, réalisé par Ridley Scott en 2000, à la lumière de son auguste prédécesseur, chef-d’œuvre cinématographique, mais désastre financier, La Chute de l’Empire romain (Fall of the Roman Empire) du réalisateur Anthony Mann (1964).

Les libertés prises par ces films avec la chronologie, notamment Gladiator, sera l’occasion de revenir sur le contexte historique de la succession de Marc-Aurèle (M. Kirbihler). Cette rencontre sera aussi l’occasion d’évoquer le traitement de l’histoire par le cinéma hollywoodien à deux époques différentes, mais aussi de découvrir comment le genre du Péplum, présent dès l’origine du cinéma (Georges Hatot, Néron essayant des poisons sur un esclave, 1896), s’est construit sur le dialogue entre le passé et le présent (M. Huntzinger). Ainsi les plans aériens montrant l’arrivée de Commode à Rome s’inspirent-ils largement du film de propagande nazie réalisé en 1934 par Leni Riefenstahl, Le triomphe de la volonté, sachant que les défilés nazis ont eux-mêmes imité une certaine image de l’Empire romain.

Au-delà de la question de l’exactitude historique, la société romaine et l’Empire romain sont des supports féconds pour un discours cinématographique sur la société contemporaine. Les réalisateurs hollywoodiens ont ainsi usé et abusé des motifs antiques pour dépeindre et critiquer la société américaine.

Les liens entre les deux films sont nombreux. Au-delà de certaines scènes qui seront analysées, il est piquant de savoir que l’acteur Richard Harris, qui aurait dû jouer Commode dans La Chute de l’Empire romain a finalement joué Marc-Aurèle dans Gladiator.

Tous les étudiants et les enseignants sont les bienvenus.