Archives par mot-clé : diplomatie

Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques

La prochaine séance des Mercredis du CRULH concerne l’histoire ancienne, puisqu’elle accueillera Audrey Becker (Université de Lorraine) autour du sujet : « Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques ». La séance se tiendra à Nancy, le 15 mars 2017, en salle A412 (bâtiment A) du Campus Lettres et Sciences Humaines, boulevard Pierre Ier,  à 18h.

Les notions de frontière et de diplomatie ont toutes deux la particularité d’être inexistantes en tant que telles dans le vocabulaire des documents tardo-antiques. Il s’agit de notions fortement marquées par une construction à l’époque moderne et variant au gré des idéologies nationales, coloniales ou européennes. Par ailleurs, essentiellement dans les mains des juristes jusqu’au début du XXe siècle, ces thèmes ont fait l’objet d’une réappropriation par les historiens. L’étude de ces notions s’appuie aujourd’hui sur un important travail de déconstruction des préjugés. Ainsi, il a quasiment fallu attendre les années 1980 pour envisager que les Romains « négocient » avec les barbares. Après avoir rappelé ce cadre épistémologique, cette conférence s’attachera à montrer ce qu’on peut dire de la frontière dans les relations diplomatiques tardo-antiques.

Illustration : Eduard Bendemann, Athanaric et Valens sur le Danube, vers 1860, gravure colorisée.

 

Audrey Becker, Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités

Notre collègue du site de Metz publie sa thèse intitulée « Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités » chez De Boccard.

Audrey Becker, Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités, Collection de l'Université de Strasbourg, Etudes d'archéologie et d'histoire ancienne, De Boccard, Paris, 2013, 317 p.
Audrey Becker, Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités, Collection de l’Université de Strasbourg, Etudes d’archéologie et d’histoire ancienne, De Boccard, Paris, 2013, 317 p.

Au Vesiècle de notre ère, l’arrivée de peuplades barbares sur le territoire de l’Empire romain d’Occident modifie largement les rapports de force :l’Empire doit désormais composer avec des partenaires sur son propre sol. Si laguerre permet encore des victoires dans la première moitié du siècle, la diplomatie est peu à peu privilégiée par les autorités impériales pour tenter d’éviter la dislocation de l’Empire face à l’essor de royaumes barbares sur son territoire ou à ses frontières. Dans un monde désormais multipolaire où la puissance romaine n’est plus hégémonique, la figure de l’ambassadeur se révèle centrale. Le succès de ses missions diplomatiques dépend de ses capacités d’adaptation face à des interlocuteurs barbares, avec lesquels il faut dorénavant compter.

Cette étude porte aussi bien sur les critères de choix des ambassadeurs, romains comme barbares, que sur l’élaboration de pratiques diplomatiques communes: comment et par qui les ambassadeurs étaient-ils désignés? Quelles étaient leurs compétences ? Comment étaient-ils pris en charge lors de leursmissions? Comment les rencontres diplomatiques se déroulaient-elles etcomment les traités étaient-ils conclus ? L’enquête révèle, en outre, le rôle de conseiller joué à la cour des rois barbares par les anciennes élites provinciales et l’influence qu’elles exercèrent ainsi sur les pratiques diplomatiques de ces rois. En s’intéressant à la manière dont les relations romano-barbares se construisirent au Ve siècle, ce livre éclaire les origines de la diplomatie en Europe au Haut Moyen Âge.

Audrey Becker est spécialiste de l’Antiquité tardive en Occident. Docteur de l’Université de Strasbourg, elle est maître de conférences d’histoire romaine à l’Université de Lorraine. Elle est membre du Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire (EA 3945) et membre associé de l’UMR 7044 ARCHIMÈDE. Ses recherches portent sur les aspects sociologiques et anthropologiques des relations diplomatiques, ainsi que sur la mise en scène et les représentations des pouvoirs politiques en Occident du IVe au VIe siècle.