Archives par mot-clé : compte-rendu

Andréa Binsfeld : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’empire romain et l’antiquité tardive » (Compte rendu)

Andréa Binsfeld, de l’Université de Luxembourg, a présenté une conférence intitulée « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive » le 24 novembre 2016. 

La condition des esclaves durant l’Antiquité soulève de nombreuses problématiques. Si Patterson reprend le principe de « mort sociale », cette idée a soulevé des exceptions. Il est un objet, considéré comme faisant partie du domaine de son propriétaire. Ainsi, un esclave n’a pas le droit de fonder de famille, doit être sexuellement disponible pour le maître. Il n’est même pas considéré comme individu d’après le droit romain.

L’origine des esclaves est variée : prisonniers de guerre, servitude volontaire liée à l’endettement. Leur sort l’est tout autant : tantôt humiliés, tantôt gérant les affaires du maître, leur condition est à nuancer. Si le maître dispose de la Patria potestas qui lui donne le droit de tuer son esclave, il peut aussi le libérer, et ainsi lui permettre d’accéder au statut d’affranchi. Les représentations iconographiques sont révélatrices de cette diversité : inférieurs aux détenteurs de la citoyenneté, ils sont représentés de taille plus petite, leur beauté peut souligner celle de leur maîtresse ou la richesse de leur maison. A contrario les femmes ont parfois le crâne rasé et les hommes portent même des attributs féminins.

Ces exemples témoignent de la difficulté à établir un portrait type de l’esclave dans l’Antiquité, mais il apparaît toujours avec une différenciation, accentuant le contraste avec l’homme libre, faisant de lui un étranger dans les limites mêmes de l’Empire.

Sophie Laribi-Glaudel « De Lamastu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen (IIe – Ier millénaire) » (Compte-rendu)

Sophie Laribi-Glaudel a présenté une conférence intitulée « De Lamaštu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire » le jeudi 10 novembre dans le cadre du Séminaire international d’histoire ancienne.

Lamaštu et Lamia ont de nombreux points communs tant par leur représentation que par la peur qu’elles inspirent aux humains de l’Antiquité. Ces êtres hybrides, s’attaquant en particulier aux femmes enceintes et aux enfants, apparaissent comme une explication à la forte mortalité infantile et maternelle. Elles sont toutes deux représentées avec des attributs de la féminité, associées au sauvage, à la voracité, à la stérilité et porteuses d’un passé parfois tragique : Lamaštu est chassée par son père, alors que Lamia, suivant les sources antiques, est fille d’un dieu héritant son physique d’une punition d’Héra, ou reine ayant perdu tous ses enfants. Les humains se protègent de ces démones, voyageant à travers le temps et l’espace, par le biais de nombreuses incantations et amulettes, renseignant l’historien sur les individus en marge dans l’Antiquité : démones hybrides, enfants morts prématurément et femmes ayant manqué le passage de fille à mère, jeunes filles mortes avant leur mariage ou d’avoir pu mettre au monde un enfant.

Lamaštu, Lamia, et les autres croque-mitaines, ne semblent pas avoir été l’objet d’un transfert direct mais répondent à des inquiétudes humaines communes aux différentes périodes et espaces de l’Antiquité. 

Léa, étudiante en licence d’Archéologie et Histoire de l’Art, est très intéressée par la Mésopotamie. Selon elle, la comparaison entre la Mésopotamie et la Grèce ancienne constitue une nouvelle perspective : voir les ressemblances et différences entre deux périodes bien éloignées.

Charlotte Lerouge-Cohen : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? » (Compte-rendu)

Charlotte Lerouge-Cohen a animé la séance du Séminaire International d’Histoire Ancienne du 20 octobre en présentant une conférence intitulée : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes » 

À travers son exposé, elle a permis à l’auditeur d’évaluer les liens entre deux périodes étudiées de façon distincte habituellement. Elle met en évidence des similitudes entre les Séleucides et les Arsacides, comme un trait d’union dans l’attitude des Rois et dans certaines pratiques. En effet, les cités grecques, fondées par les souverains séleucides, et soumises par un souverain arsacide, ne voient pas leur système bouleversé mais bien maintenu et même renforcé avec une pérennité des institutions et des magistratures grecques.

Cependant quelques différences sont remarquables, notamment le type de lettres entre Roi et cités. Charlotte Lerouge-Cohen s’appuie alors sur l’étude d’un titre, les « Amis du Roi », déjà présents à la période séleucide. Le titre apparaît toujours dans les sources à l’époque arsacide mais semble évoluer. Les « Amis du Roi » passent de véritables piliers des monarchies hellénistiques à des fonctions moins claires. Il semblerait que ces hommes avaient dans un premier temps conservé leurs fonctions, mais, après une période de vide épigraphique, ils réapparaissent avec des pouvoirs amoindris. Ils seraient passés de véritables proches du Roi avec des fonctions de premier ordre à simples notables locaux.

Julien Léonard, Maître de Conférences en Histoire Moderne et amateur d’histoire ancienne, a été enchanté d’entendre une conférence qui lui a beaucoup appris. Il profite de ces conférences pour enrichir ses connaissances dans les périodes hors de sa spécialité et dit avoir eu une impression très positive.

Mylène Barbe, étudiante en Master 2 Sciences de l’Antiquité et du Moyen-Âge nous a confié : « La conférence de Charlotte Lerouge-Cohen était enrichissante, et ce sur plusieurs niveaux. En premier lieu, cette conférence était l’occasion pour moi de découvrir des sources inconnues jusque-là, précieux outils de recherche. De plus, cet exposé m’a permis de mieux connaître ces rois, relativement peu connus et dont l’étude n’est pas aisée pour le non-initié. Enfin, leur mise en perspective avec le monde gréco-macédonien a mis en évidence le fait que, loin de constituer une rupture, leur établissement entraine certains éléments de continuité, avec toutefois des nuances nécessaires. Ce sujet m’intéresse d’autant plus qu’il aborde des points relatifs à mon mémoire portant sur la période hellénistique. Les éléments de continuité entre domination séleucide et arsacide, exposés par une personne impliquée dans la recherche, furent donc extrêmement instructifs tant pour ma curiosité que pour mes recherches, et prodigués avec une grande qualité. »

Les autres comptes-rendus du Séminaire (2016-2017): 

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Bertrand Lançon : « Stilicon Caméléon » (Compte-Rendu)

La conférence de Bertrand Lançon est une parfaite illustration des difficultés de l’historien face à la partialité des sources. Stilicon est un caméléon, porteur d’une multitude de visages déformés par des écrivains ayant des objectifs particuliers. Certains, comme Claudien, dressent un portrait élogieux de ce personnage de la haute aristocratie romaine, un « Nouveau Scipion ». D’un autre côté le comte Marcellinus le présente comme un misérable, un « semi-barbare » issu du peuple vandale, païen, voulant pour son fils le titre impérial.

C’est ici que l’historien devient arbitre et tente alors d’établir un portrait plus objectif. Stilicon, marié à la nièce de Théodose, consul en 386 et 400 et détenteur de postes militaires importants, donne même ses deux filles en mariage à l’Empereur. La bulle de l’Impératrice Marie est tout à fait éclairante sur la dévotion d’un homme profondément chrétien dont les accusations de paganisme semblent s’appuyer sur des faits hasardeux. Son gentilice comme son année de naissance mais aussi l’attitude de l’empereur à son égard rendent discutable une origine barbare.

L’exemple de Stilicon présente la romanité comme plus hétérogène. Les deux ensembles « tradition » et « innovation », autrefois distincts, semblent à présent être entremêlés.

Louise Arnold, étudiante en Master 1 Sciences de l’Antiquité et du Moyen Age, décrit Bertrand Lançon comme « accessible et pédagogue ». Pour elle, l’intérêt de la conférence résidait dans la qualité et la variété des sources (littéraires, épigraphiques, iconographiques) qui ont permis à un auditoire convaincu de comprendre le personnage de Stilicon mais aussi la mentalité des Romains du Bas-Empire.

Conférence Bertrand Lançon

Les autres comptes-rendus du Séminaire (2016-2017): 

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

 

 

Enregistrer

Enregistrer