Archives par mot-clé : Christian-Georges Schwentzel

Rencontre débat autour de la fabrique des chefs

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, présentera son dernier livre, La Fabrique des Chefs, d’Akhenaton à Donald Trump, éditions Vendémiaire, à l’occasion de 4 rencontres-débats :

Paris : Salon du Livre, Porte de Versailles, samedi 25 mars, Scène Agora, 14h-15h.

Débat animé par Éric Valmir (France Inter), en compagnie de Vladimir Fédorovski et Jana Jabbour.

Metz : Librairie « Autour du Monde », 44 rue de la Chèvre, mardi 2 mai, 18h30-20h.

Rencontre organisée par l’association Kallirhoé.

Chartres : Bar « Le Parisien », 49 rue Noël Ballay, jeudi 4 mai, 18h30-20h.

Rencontre organisée dans le cadre des Cafés Historiques en Région Centre-Val de Loire.

Châteauroux : Café « Le Saint Hubert », 25 rue de la Poste, mercredi 7 juin, 18h30-20h.

Rencontre organisée dans le cadre des Cafés Historiques en Région Centre-Val de Loire

Illustration : Diogène Maillard, Vercingétorix devant César, 1879 (Société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, Collection du Conseil Général).

Enregistrer

Qu’est-ce qu’un chef dans l’Antiquité ?

Christian-Georges Schwentzel et Pierre-Édouard Deldique
Christian-Georges Schwentzel et Pierre-Édouard Deldique

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, sera l’invité de Pierre-Édouard Deldique, dans l’émission Idées, diffusée sur RFI (Radio France Internationale), dimanche 16 avril, de 17h10 à 18h.

Thème de l’émission : Qu’est-ce qu’un chef ? Quand les premiers souverains sont-ils apparus ? Comment ont-ils fait pour imposer leur autorité à leurs peuples ? Pourquoi les hommes ont-ils toujours eu besoin de chefs ? Christian-Georges Schwentzel tentera de répondre à ces questions à partir des exemples d’Alexandre le Grand, de Jules César ou encore d’Akhenaton.

Après sa première diffusion, l’émission pourra à nouveau être écoutée sur le site de RFI.

Illustration : Stèle d’Amenophis IV. Akhenaton et Nefertiti (Musée du Caire, salle d’Akhenaton, Licence Creative Commons, Jean-Pierre Dalbéra).

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La fabrique des chefs : d’Akhénaton à Donald Trump

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’Histoire grecque à l’Université de Lorraine, publie, ce jour même aux Éditions Vendémiaire, La fabrique des chefs : d’Akhénaton à Donald Trump (Éditions Vendémiaire, Paris, 2017, 288 pages).

Comment furent inventés les rois, pharaons, tyrans, empereurs et autres souverains antiques ? Comment ont-ils conquis leur pouvoir, emporté l’adhésion des foules ? D’Akhenaton à Constantin, en passant par Alexandre le Grand et Jules César, on explore ici, sous ses formes les plus diverses, l’élection d’un homme parmi tous les autres, fondement des pensées politiques de l’Antiquité. De la royauté divine égyptienne au chef romain, prétendument démocrate, en passant par le conquérant entraînant ses armées au nom de la lutte du Bien contre le Mal, nombre de pratiques et de théories du pouvoir inventées dans les premiers siècles de notre histoire étaient appelées à une longue postérité : on les retrouve, quasiment identiques, dans les régimes du XXIe siècle – jusqu’aux démocraties réputées les plus évoluées…

Illustration : Mosaïque d’Alexandre le Grand (Pompéi, Maison du Faune, vers 100 avant J.-C.;  Wikimedia Commons).

Cléopâtre : reine ou courtisane ?

Cléopâtre était-elle vraiment si belle ? Saviez-vous qu’elle avait  « inventé » le luxe ? Menait-elle une vie dé débauche ? S’est-elle bien donné la mort à l’aide d’un serpent ?

Christian-Georges Schwentzel a répondu à toutes ces questions le 2 juillet dernier à l’antenne de l’émission La curiosité est un vilain défaut sur RTL.

Vous pouvez réécouter l’émission sur le site de RTL.

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire grecque à Metz, est l’auteur de Cléopâtre, la déesse reine paru chez Payot.

Illustration : Affiche du film Marc Antoine et Cléopâtre (Marcantonio e Cleopatra) d’Enrico Guazzoni (1913).

Les Rendez-vous de l’histoire du monde arabe

Du 20 au 22 mai 2016 l’Institut du monde arabe organise les 2e « Rendez-vous de l’histoire du monde arabe » sur le thème « Religions et pouvoir ».

Nous attirons votre attention sur plusieurs interventions relatives à l’Antiquité et/ou proposée par des collègues de l’Université de Lorraine, notamment « Aux origines de la théocratie », (dimanche 22 mai, de 14h à 15h30), table ronde réunissant Maria-Grazia Masetti-Rouault, directrice d’etudes à l’EPHE, Section des sciences religieuses, Giusto Traina, professeur d’histoire romaine
à l’Université de Paris-Sorbonne, Institut Universitaire de France, Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine et Marie-Francoise Baslez, professeur emerite d’histoire des religions de l’Antiquité à l’Université de Paris-Sorbonne (salle d’exposition, niveau -2).

Télécharger le programme complet.

Pour ceux qui ne pourront pas faire le déplacement, l’ensemble des conférences est retransmis en direct, puis disponible, sur la Chaîne Youtube de l’Institut du monde arabe.

Illustration : Temple de Bel à Palmyre (©Bernard Gagnon, Wikimedia Commons).

Les dieux et le pouvoir : aux origines de la théocratie

Marie-Françoise Baslez et Christian-Georges SchwentzelMarie-Françoise Baslez, professeur émérite d’histoire des religions de l’Antiquité à l’université de Paris-Sorbonne et Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine (Metz) viennent de publier un ouvrage intitulé Les dieux et le pouvoir : aux origines de la théocratie (Presses Universitaires de Rennes, 18€).

 

Le concept de théocratie appartient à ce qu’on appelle, de manière plus générale, le théologico-politique. La théocratie est le thème, par excellence, du discours théologique visant à légitimer le pouvoir politique. C’est une figure et un fondement idéologique du discours théologico-politique.

L’emploi de ce terme en histoire ancienne ne va pas de soi, contrairement à l’usage qu’en font les médiévistes. Il paraît pourtant justifié à plusieurs titres. Tout d’abord, parce que la théocratie médiévale repose sur des legs de l’Antiquité, notamment l’affirmation de Paul qu’« il n’y a d’autorité que par Dieu » (Rm 13, 1). Mais surtout, parce que c’est un historien antique, Flavius Josèphe, qui forgea ce terme et l’utilisa pour la première fois (Contre Apion 2, 165). Il entendait ainsi expliquer à ses lecteurs que les monarques juifs s’appuyaient sur la religion et la légitimité qu’elle était censée offrir au détenteur du pouvoir, en vertu d’une sorte de droit divin de la monarchie. Ainsi, monothéisme et théocratie sont étroitement liés : la croyance en un dieu unique et éternel renforce l’idée théocratique. Mais la théocratie n’est-elle propre qu’aux monothéismes juif et chrétien ? Le terme forgé par Flavius Josèphe ne pourrait-il aussi s’appliquer aux régimes politiques de peuples polythéistes ?

Cet ouvrage se propose d’étudier en diachronie l’émergence de la notion de théocratie dans l’Orient ancien et hellénistique, puis dans l’empire romain, avec des ouvertures dans la très longue durée pour en rechercher les origines dans les modèles mésopotamiens les plus anciens et en évaluer l’héritage dans la chrétienté médiévale.

 

Christian-Georges Schwentzel : « Cléopâtre, déesse mortelle du Nil »

Christian-Georges Schwentzel, Professeur à l’Université de Lorraine, participera à l’émission Une vie une œuvre, Cléopâtre, déesse mortelle du Nil, avec notamment Claude Aziza, spécialiste du péplum, et l’écrivain Philippe Sollers, samedi 11 avril 2015, à 16 h, sur France Culture.

L’émission pourra ensuite être réécoutée sur le site de France Culture :

https://www.franceculture.fr/emission-une-vie-une-oeuvre-cleopatre-la-deesse-mortelle-du-nil-2015-04-11

Illustration : Cléopâtre mordue par un aspic, de Charles Gauthier (1880) Fiseha Hailemichael ©

Documentaire fiction : Le destin de Rome

Christian-Georges Schwentzel, Pierre Cosme, Giovanni Brizzi et Paul-Marius Martin sur ARTE, les 4, 16, 20, 23 et 24 mars, à 16h25, dans le documentaire-fiction Le destin de Rome.

Destin de Rome-complete

Le documentaire-fiction Le destin de Rome, réalisé en collaboration et avec la participation des historiens Christian-Georges Schwentzel, Pierre Cosme, Giovanni Brizzi et Paul-Marius Martin sera diffusé sur Arte, les 4, 16, 20, 23 et 24 mars, à 16h25. La première partie (Venger César, 52 minutes) retrace les événements de la guerre civile, depuis les Ides de Mars jusqu’à la bataille de Philippes (42 av. J.-C.). Le second volet (Rêves d’Empire, 52 minutes) est consacré au conflit qui opposa Octavien à Cléopâtre et Antoine jusqu’à la bataille d’Actium (2 septembre 31 av. J.-C.).

Voir sur le site d’Arte.

Débat : « Femmes de fer  » (Cléopâtre et Zénobie de Palmyre)

-nimes2015-40x60 sans logosDans le cadre du Festival de la biographie de Nîmes, Christian-Georges Schwentzel, auteur de Cléopâtre, la déesse-reine (Payot, 2014) débattra avec Annie et Maurice Sartre, auteurs de Zénobie de Palmyre à Rome (Perrin, 2014), sur le thème :

Femmes de fer.

Le débat aura lieu à Nîmes au Carré, samedi 31 février 2015, à partir de 15h40 (Entrée libre).

Christian-Georges Schwentzel publie Cléopâtre, la déesse-reine

Nous avons le plaisir d’annoncer la publication chez Payot de la biographie de Cléopâtre par Christian-Georges Schwentzel.

Chr.-G. Schwentzel, Cléopâtre, la déesse-reine, Biographie,  Payot, Paris, 2014, 350 pages.

Couverture Cléopâtre

Femme fatale par excellente, à la beauté légendaire et à la mort tragique, Cléopâtre (v. 69 av. J.-C. – 30 av. J.-C.) est sans doute la plus célèbre des femmes de l’Antiquité. Son nom même honni par les poètes latins, est évocateur de luxe, de pouvoir et d’érotisme. Dans son sillage vénéneux, elle a entraîné tout à tour le grand César, père putatif du petit Césarien, et son successeur Marc Antoine, vaincu de la bataille d’Actium.

Depuis dix ans, d’importantes découvertes archéologiques, numismatiques et épigraphiques ont fait progresser notre connaissance de la reine d’Égypte. À la fois « pharaonne » traditionnelle pour ses sujets égyptiens et reine macédonienne, descendante d’un officier d’Alexandre le Grand, pour les Grecs, elle assume une double identité culturelle : déesse-reine, la dernière des Ptolémée se veut la réincarnation d’Isis autant que celle d’Aphrodite. Héritière d’un empire « ami » des Romains, en fait un protectorat de Rome, Cléopâtre rêve de la fusion d’un grand et puissant Empire romano-ptolémaïque. Sa démesure en a fait un mythe, mille fois exploité et réinterprété à travers les siècles. C’est à une relecture de ses divers visages que nous convie l’auteur, en Europe mais aussi, et de façon surprenante, dans le monde arabe ou en Amérique du Nord, où elle fait figure d’icône noire.

« La théocratie dans l’Antiquité. Les dieux et le pouvoir » (16 et 17 octobre 2014 – Metz)

Colloque organisé par Christian-Georges Schwentzel à Metz les 16 et 17 octobre 2014 au cloître des Récollets (1, rue des Récollets, 57000 Metz).

L’emploi du terme « théocratie » en histoire ancienne ne va pas de soi, contrairement à l’usage qu’en font les médiévistes. Il paraît néanmoins justifié à plusieurs titres. Tout d’abord, parce que la théocratie médiévale repose sur des legs de l’Antiquité, notamment l’affirmation de Paul qu’« il n’y a d’autorité que par Dieu » (Épître aux Romains XIII, 1-4). Mais surtout, parce que c’est un historien antique, Flavius Josèphe, qui forgea le terme théokratia et l’utilisa pour la première fois au Ier siècle apr. J.-C. (Contre Apion II, 165). Le colloque s’organisera autour de trois grands axes. Il s’agira tout d’abord de distinguer les diverses formes prises par ce type d’idéologie et de régime politique, dans le but, chaque fois, d’évaluer la pertinence de l’emploi du terme. On se demandera ensuite comment réagirent les peuples destinataires des discours théocratiques. On cherchera enfin à mettre en évidence des filiations idéologiques de la théocratie entre l’Antiquité et le Moyen Âge.

Télécharger le programme

Christian-Georges Schwentzel : « Antiochos Ier de Commagène, souverain réformateur »

Antiochos Ier Commagène serre la main d'Héraklès
Antiochos Ier Commagène serrant la main d’Héraklès (British Museum, 2006 Wikimedia Creative Commons).

 Pour la cinquième séance du séminaire Les souverains réformateurs, Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire grecque à l’Université de Lorraine (CRULH, Metz), donnera une conférence intitulée : «Antiochos Ier de Comagène, souverain réformateur  » le jeudi 10 avril 2014 de 18h15 à 19h30. (salle A329b).

Antiochos Ier Théos, roi de Commagène (vers 69-36 av. J.-C.), est l’initiateur d’une originale réforme religieuse, comprenant l’instauration d’un culte royal en l’honneur du basileus, dieu épiphane, et de ses ancêtres divinisés, ainsi qu’un syncrétisme total, ou « théocrasie » entre les divinités grecques et celles du panthéon iranien. Mais ces réformes ne furent pas durablement mises en pratique. Quelles sont les raisons de cet échec ? On s’interrogera également sur le caractère « théocratique » de la réforme voulue par le souverain.

Les publications de Christian-Georges Schwentzel :

Juifs et NabatéensRois et reines de Judée

 

 Ouvrages

Chr.-G. Schwentzel, Hérode le Grand, Pygmalion-Flammarion, Paris, 2011, 324 pages.

Chr.-G. Schwentzel, Juifs et Nabatéens. Les monarchies ethniques du Proche-Orient hellénistique et romain, Presses Universitaires de Rennes, 2013, 310 pages (préface de Bernard Legras).

Chr.-G. Schwentzel, Rois et reines de Judée, Ier siècle av.- IIe siècle apr. J.-C., collection Illustoria, Lemme edit, 2013, 128 pages.

Articles sur la Commagène

Chr.-G. Schwentzel, « Théocratie et rois clients : Antiochos Ier de Commagène et Hérode le Grand », Dialogues d’Histoire Ancienne n°36, 2010, p. 119-136.

Chr.-G. Schwentzel, « Reines commagéniennes : la place des basilissai dans les hiérothésia et Iotapè Philadelphe », Res Antiquae n°7, 2010, p. 429-440.

Chr.-G. Schwentzel, « Le bestiaire des princes clients du Proche-Orient romain : animaux symboliques et propagande (Ier s. av. J.-C. – Ier s. apr. J.-C.) », Res Antiquae n°9, 2012, p. 221-238.

Les autres dates de la saison 2013/2014 du séminaire

17 octobre 18h15 François Kirbihler : « Un culte de Rome et César à Éphèse sous le triumvirat : l’œuvre oubliée de Marc Antoine ».
28 novembre 18h00Gilles Gorre (Université de Rennes) : « Les temples égyptiens et les réformes des Ptolémées ».
6 février 18h15Hervé Huntzinger : « Gouverner sans titre. Les modalités du pouvoir informel de Séverin de Norique à la fin du Ve siècle de notre ère ».

20 marsSabine Ladstätter (directrice des fouilles d’Éphèse, membre de l’Institut Autrichien d’Archéologie) : « La maison à terrasse II, un joyau d’habitation romaine ». (voir un article sur le Daily News).
10 avrilChristian Schwentzel (Université de Lorraine, Metz) : « Antiochos de Comagène ».
24 avril Aurélien Froidevaux (doctorant Université de Lorraine, Nancy)  : « Justinien et la Sicile : reconquête, intégration et réforme des structures administratives ».