Archives par mot-clé : barbares

Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations

les-romains-des-barbares-couvertureNous avons le plaisir de vous annoncer la publication de l’ouvrage d’Alain Chauvot, Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations dans la collection du CRULH (n° 59). L’ouvrage, qui réunit 23 articles  d’Alain Chauvot, dont 3 inédits et de nombreux addenda, fait le point sur une trentaine d’année de réflexion autour de la question des représentations et relations entre les Romains et les « barbares ». Les études ont été réunies par Audrey Becker, Christel Freu, Olivier Huck et Hervé Huntzinger. L’ouvrage a été publié avec le soutien du CRULH (EA 3945) et de l’Hiscant-MA (EA1132).

À la fois construction mentale et réalité pour les Romains, les « barbares » sont intimement liés à l’histoire de Rome au point d’apparaître comme les « barbares » des Romains – même si cette définition ne rend que partiellement compte de leurs identités. Le présent ouvrage, qui rassemble vingt-trois textes écrits entre 1984 et 2016, propose quelques repères autour de deux questions indissociables : les représentations (usages et normes, corps et visages, portraits d’ennemis) ; les confrontations (immigration, guerre et paix, christianisation). Aux études originelles ont été ajoutés des compléments et mises à jour, un post scriptum, des indices (index onomastique, index thématique, index des sources) et une bibliographie générale. Prenant dans une large mesure pour cadre l’Antiquité tardive (fin IIIe – début VIe siècle après J.-C.), ce livre est une contribution à une histoire de l’altérité.

Télécharger les extraits.

Alain Chauvot, Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations, textes réunis par Audrey Becker et Hervé Huntzinger avec la collaboration de Christel Freu et Olivier Huck, Collection du CRULH, n° 59, Metz, 2016.

Prix: 25€.

ISBN: 2-85730-066-2.

Pour toute commande contacter :

CENTRE DE RECHERCHE UNIVERSITAIRE LORRAIN D’HISTOIRE UFR SHS-M
Île du Saulcy CS 60228
F-57045 METZ CEDEX 01

Christelle.creusat@univ-lorraine.fr
00 33 3 87 54 74 69

Illustration : arc de Galère (vers 303).

Rome face aux barbares

historia829Les numéro de janvier du magazine Historia comporte un dossier spécial « Les barbares : d’Attila à Daech ». Notre collègue Hervé Huntzinger y a écrit un article intitulé « Rome face aux barbares ». Alors que les Romains étaient eux-mêmes les barbares des Grecs, ils ont toujours opté pour une définition souple et ouverte de la barbarie. Le barbare n’est pas tant le ressortissant d’un peuple particulier, mais celui qui ne vit pas comme un Romain. Comment alors, les Romains ont-ils appréhendé l’arrive, hostile ou pacifique, des « barbares » aux frontières de l’Empire ?

Retrouvez la présentation du dossier dans l’émission Curiosités sur RTL par Éric Pincas et Bruno Dumézil.

Illustration : Ulpiano Checa y Sanz, La invasión de los bárbaros (ou Attila, fléau de Dieu),  1887.

Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses

Alain ChauvotLe 3 décembre 2015, Alain Chauvot, professeur émérite à l’Université de Strasbourg, présentera une conférence intitulée : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

En 376, des dizaines de milliers de Goths, chassés par les Huns, « obtiennent, par autorisation de l’empereur (Valens), le droit de traverser le Danube et de cultiver des régions de la Thrace » (Ammien Marcellin, 31, 4, 5). Le 9 août 378, les Goths menés par Fritigern mettent en déroute l’armée impériale à Andrinople ; Valens est tué. Entre 376 et 378, les Goths ont revêtu aux yeux des Romains plusieurs identités, allant de celle du « réfugié pitoyable » à celle du « destructeur de la puissance romaine ». Or ces images contrastées ne rendent que partiellement compte des métamorphoses qu’ils ont connues ou failli connaître. Leur chef Fritigern, homme au double langage, et peut-être au double jeu, incarne les ambiguïtés, les tensions internes voire les contradictions d’un groupe qui lutte pour sa survie et se transforme dans cette épreuve.

Télécharger l’affiche.

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Au second semestre le séminaire aura l’honneur d’accueillir :

Arietta Papaconstantinou (Université de Reading/Oxford).
Julien Monnerie (Université de Paris 1).

Stéphane Lebreton (Université d’Artois).
Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne).

 

Devenir chrétien, devenir romain : conversion au christianisme et processus d’identification ethnique dans l’Antiquité tardive

 

Codex Argenteus.
Codex Argenteus.

Le 12 août 2015, à l’occasion du XVIIe congrès Oxford Patristics 2015 et dans le cadre d’un Workshop intitulé « Becoming Christian in the late antique West (3rd-6th centuries): discourses and practices », Hervé Huntzinger présentera une communication intitulée : « Becoming christian, becoming roman : conversion to Christianity and ethnic identification process in Late Antiquity » [Devenir chrétien, devenir romain : conversion au christianisme et processus d’identification ethnique dans l’Antiquité tardive].

On admet d’ordinaire que, dès l’origine, appartenir à l’Église chrétienne n’était pas une question d’identité ethnique. Par la suite, toutefois, l’idée que l’extension de la Chrétienté coincide avec l’externsion de l’Empire est nettement attestée, en particulier dans l’historiographie chrétienne orientale, pour laquelle la définition de la romanité et la Romania correspondent à celle de la Chrétienté. Dans la partie occidentale de l’Empire, la conversion des barbares, bien qu’elle soit souvent comprise à travers le prisme de la controverse entre les ariens et les nicéens, doit aussi être appréhendée à travers le schéma des processus d’identification ethnique. De fait, Prosper d’Aquitaine, dans son De uocatione omnium Gentium (II, 38) prétend que l’Empire est la structure par laquelle le christianisme est apporté aux gentes extérieures. De plus, dans sa lettre à Victrix de Rouen, Paulin de Nole félicite son collèogue pour avoir, par le moyen de la conversion des barbares qui vivaient dans le voisinage désertique, apporté la civilisation à ce territoire (Paulin de Nole, Lettres, 18). Comme ce type de processus est fréquemment réciproque, la crainte de la conversion exprimée au sujet des enfants tombés en captivité dans les mains d’un peuple païen n’est pas surprenante (Ambroise, De officiis, 2, 28, 136 ou, plus tardivement, Grégoire le Grand, Dialogues, 3, 27). Ce schéma permet de reconsidérer la conversion de barbares comme Fritigern au moment  où il a demandé à s’installer dans l’Empire, ou celle de la reine des Marcomans, Fritigil.

It is generally admitted that, even from the very origin, belonging to the Christian church was not a matter of ethnic identity. Later, however, the idea that extension of Christianity coincides with the extension of Empire is clearly attested, particularly in Eastern Christian historiography, in which the definition of Romanity and Romania matched the definition of Christianity. In the Western part of the Empire, conversion of Barbarians, though often understood by the prism of arian/nicene controversy, should nevertheless also be understood by the pattern of ethnic identification process. Indeed, Prosper Tiro’s De uocatione omnium Gentium (II, 38) states that Roman Empire is the structure by which Christianity is brought to external gentes. Furthermore, in his letter to Victrix of Rouen, Paulinus of Nola congratulates his colleague for having, by the conversion of the Barbarians living in his desert neighbourhood, brought the Roman civilisation in this land (Paulinus of Nola, Epist. 18). As those processes are often reciprocal, the fear of conversion expressed concerning Christian children fallen into captivity in the hand of a heathen people is not surprising (Ambrosius, De officiis, 2, 28, 136 or Later Gregory the Great, Dialogs 3, 27). This framework should permit to reconsider the conversion of Barbarian such as Fritigern’s conversion at the time he asked, with his people, to settle into the Roman Empire, or such as Fritigil’s, queen of the Marcomanni.

Audrey Becker : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive »

Conférence donnée à l’université de Lorraine à Nancy, sur le campus Lettres et Sciences Humaines en salle A329b, jeudi 29 janvier 2015 de 18h à 19h.

Audrey Becker, maître de conférences en histoire romaine à l’Université de Lorraine (Metz, CRULH), fera une conférence sur le thème : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions  critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive ».

Le concept d’ethnogenèse créé par R. Wenskus puis développé par ses héritiers de l’École de Vienne est depuis quelques années remis en cause par des historiens qui ont, pour certains, déplacé le débat sur le terrain de l’identité ethnique. Mais toutes ces approches présupposent la validité du concept anthropologique d’ethnicité comme élément constitutif et fondamental des identités au Vesiècle. Dans un premier temps, Audrey Becker reviendra, dans une perspective historiographique, sur les différentes définitions de l’ethnicité retenues par les historiens de l’Antiquité. Puis, dans un second temps, elle s’interrogera sur les sources elles-mêmes pour évaluer si l’ethnicité est réellement un critère premier dans la définition identitaire des nouvelles élites des proto-royaumes barbares de l’Europe du Vesiècle, particulièrement face aux phénomènes d’acculturation.

Télécharger l’affiche

Les autres dates de la saison 2014/2015 :

2 octobre 2014 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Les Italiens à Éphèse : de l’exploitation des Grecs à l’intégration dans la cité (133 a.C. – 48 p. C.) »

20 novembre 2014 – Laurent Guichard (Université de Savoie) : « L’initiation chrétienne et la fonction impériale de Constantin à Théodose II »

29 janvier 2015 – Audrey Becker (Université de Lorraine) : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive »

5 mars 2015 – Martin Steskal (Université de Vienne) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

23 mars 2015 – Christoph Schäfer (Université de Trêves) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

30 avril 2015 – Patrice Schlosser (Lycée Poincarré, Nancy) : « Périnthe et la Thrace propontique antique : une zone de contact méconnue du monde grec »

 

 

Illustration : Friedrich Tüshaus, Die Schlacht zwischen Germanen und Römern am Rhein, 1876 (©Wikimedia Commons).

Audrey Becker, Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités

Notre collègue du site de Metz publie sa thèse intitulée « Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités » chez De Boccard.

Audrey Becker, Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités, Collection de l'Université de Strasbourg, Etudes d'archéologie et d'histoire ancienne, De Boccard, Paris, 2013, 317 p.
Audrey Becker, Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités, Collection de l’Université de Strasbourg, Etudes d’archéologie et d’histoire ancienne, De Boccard, Paris, 2013, 317 p.

Au Vesiècle de notre ère, l’arrivée de peuplades barbares sur le territoire de l’Empire romain d’Occident modifie largement les rapports de force :l’Empire doit désormais composer avec des partenaires sur son propre sol. Si laguerre permet encore des victoires dans la première moitié du siècle, la diplomatie est peu à peu privilégiée par les autorités impériales pour tenter d’éviter la dislocation de l’Empire face à l’essor de royaumes barbares sur son territoire ou à ses frontières. Dans un monde désormais multipolaire où la puissance romaine n’est plus hégémonique, la figure de l’ambassadeur se révèle centrale. Le succès de ses missions diplomatiques dépend de ses capacités d’adaptation face à des interlocuteurs barbares, avec lesquels il faut dorénavant compter.

Cette étude porte aussi bien sur les critères de choix des ambassadeurs, romains comme barbares, que sur l’élaboration de pratiques diplomatiques communes: comment et par qui les ambassadeurs étaient-ils désignés? Quelles étaient leurs compétences ? Comment étaient-ils pris en charge lors de leursmissions? Comment les rencontres diplomatiques se déroulaient-elles etcomment les traités étaient-ils conclus ? L’enquête révèle, en outre, le rôle de conseiller joué à la cour des rois barbares par les anciennes élites provinciales et l’influence qu’elles exercèrent ainsi sur les pratiques diplomatiques de ces rois. En s’intéressant à la manière dont les relations romano-barbares se construisirent au Ve siècle, ce livre éclaire les origines de la diplomatie en Europe au Haut Moyen Âge.

Audrey Becker est spécialiste de l’Antiquité tardive en Occident. Docteur de l’Université de Strasbourg, elle est maître de conférences d’histoire romaine à l’Université de Lorraine. Elle est membre du Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire (EA 3945) et membre associé de l’UMR 7044 ARCHIMÈDE. Ses recherches portent sur les aspects sociologiques et anthropologiques des relations diplomatiques, ainsi que sur la mise en scène et les représentations des pouvoirs politiques en Occident du IVe au VIe siècle.