Archives par mot-clé : Antiquité tardive

Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques

La prochaine séance des Mercredis du CRULH concerne l’histoire ancienne, puisqu’elle accueillera Audrey Becker (Université de Lorraine) autour du sujet : « Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques ». La séance se tiendra à Nancy, le 15 mars 2017, en salle A412 (bâtiment A) du Campus Lettres et Sciences Humaines, boulevard Pierre Ier,  à 18h.

Les notions de frontière et de diplomatie ont toutes deux la particularité d’être inexistantes en tant que telles dans le vocabulaire des documents tardo-antiques. Il s’agit de notions fortement marquées par une construction à l’époque moderne et variant au gré des idéologies nationales, coloniales ou européennes. Par ailleurs, essentiellement dans les mains des juristes jusqu’au début du XXe siècle, ces thèmes ont fait l’objet d’une réappropriation par les historiens. L’étude de ces notions s’appuie aujourd’hui sur un important travail de déconstruction des préjugés. Ainsi, il a quasiment fallu attendre les années 1980 pour envisager que les Romains « négocient » avec les barbares. Après avoir rappelé ce cadre épistémologique, cette conférence s’attachera à montrer ce qu’on peut dire de la frontière dans les relations diplomatiques tardo-antiques.

Illustration : Eduard Bendemann, Athanaric et Valens sur le Danube, vers 1860, gravure colorisée.

 

Débat autour d’Hypatie d’Alexandrie et d’Agora d’Alejandro Amenábar

Le Cercle des Étudiants en Histoire de l’Université de Lorraine organise une soirée débat autour de la figure de la mathématicienne antique Hypatie d’Alexandrie et du péplum d’Alejandro Amenábar, Agora (2009). La séance se tiendra le jeudi 2 mars en salle A226 à 18h. et sera animée par Hervé Huntzinger.

Alfred Seifert, Hypatia, 1901 (Wikimedia Commons).

Film important de la nouvelle vague du péplum dans les années 2009, Agora rappelle la figure complexe d’Hypatie d’Alexandrie, fille du philosophe Cléon d’Alexandrie, assassiné par des fanatiques chrétiens en 415 de notre ère. Son histoire, rapportée par Socrate de Constantinople et par sa propre correspondance avec l’évêque Synésios de Cyrène, laisse planer le doute sur les responsabilités de l’évêque Cyrille d’Alexandrie. Les différentes traditions se sont emparées d’Hypatie soit pour insister sur la responsabilité de l’église dans son meurtre (c’est-à-dire souvent l’église catholique), soit pour la minorer en insistant sur l’opposition populaire déclenchée par une « maîtresse d’école » trop subversive.

Dans ce cadre, le film d’Alejandro Amenábar prend position dans un débat général sur le rôle de l’église et du christianisme dans les transformations du monde tardif et sur la place de la religion dans le monde moderne.

 

Illustration : Raphaël, L’École d’Athènes, Vatican, chambre des signatures, 1509-1510. Hypatie est le personnage en blanc à gauche, qui regarde en direction du spectateur. Il s’agit de la première réapparition du personnage dans la culture moderne.

Enregistrer

Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage

Le 16 février, à 18 heures, dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Philippe Blaudeau, professeur d’histoire romaine à l’Université d’Angers, présentera une conférence intitulée : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04).

L’ouvrage de Liberatus, diacre de l’Église de Carthage, le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum consiste en un opuscule traitant en 24 chapitres des controverses christologiques en Orient, depuis la prédication de Nestorius jusqu’à la promulgation du 1er édit de Justinien contre les Trois Chapitres (428-544). Sans doute composé peu avant 566, cette narration forme un condensé original d’informations ecclésiastiques de grande importance. Le travail du diacre carthaginois se distingue spécialement par une richesse d’information peu commune. Il dispense une connaissance d’autant moins partagée par ses contemporains, clercs ou laïcs, de Proconsulaire et des autres provinces d’Afrique, qu’elle procède d’un cours événementiel dont ils ont été très largement tenus à l’écart. Ce récit n’en est pas moins un remarquable projet historiographique. Car, en qualifiant son ouvrage de breviarium, Liberatus ne semble pas toujours tenir le caractère concis de son propos pour une exigence première. Mieux, il paraît s’inspirer volontiers du modèle des Histoires ecclésiastiques jusqu’à citer in extenso des documents majeurs (tel l’Hénotique de l’empereur Zénon, 482). De la sorte, il propose une interprétation qui invalide l’initiative principale prise par Justinien en matière de politique ecclésiastique après 540 : la condamnation des Trois Chapitres.

Télécharger l’affiche.

L’idéologie de l’accueil humanitaire des barbares au IVe siècle

s200_alessandro-barberoÀ l’occasion de la cérémonie de remise à Alain Chauvot de son ouvrage, Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations, et dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, nous aurons le plaisir d’accueillir Alessandro Barbero, professeur à l’Université de Piémont oriental « Amedeo-Avogadro », pour une conférence intitulée « L’idéologie de l’accueil humanitaire des barbares au IVe siècle ».

La cérémonie et la conférence auront lieu le jeudi 8 décembre sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy (CLSHS), 1, place Godefroy de Bouillon, Salle A104 (Bâtiment A).

Télécharger l’affiche.

Illustration : colonne d’Arcadius (Trinity College Library, MS O.17.2)

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations

les-romains-des-barbares-couvertureNous avons le plaisir de vous annoncer la publication de l’ouvrage d’Alain Chauvot, Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations dans la collection du CRULH (n° 59). L’ouvrage, qui réunit 23 articles  d’Alain Chauvot, dont 3 inédits et de nombreux addenda, fait le point sur une trentaine d’année de réflexion autour de la question des représentations et relations entre les Romains et les « barbares ». Les études ont été réunies par Audrey Becker, Christel Freu, Olivier Huck et Hervé Huntzinger. L’ouvrage a été publié avec le soutien du CRULH (EA 3945) et de l’Hiscant-MA (EA1132).

À la fois construction mentale et réalité pour les Romains, les « barbares » sont intimement liés à l’histoire de Rome au point d’apparaître comme les « barbares » des Romains – même si cette définition ne rend que partiellement compte de leurs identités. Le présent ouvrage, qui rassemble vingt-trois textes écrits entre 1984 et 2016, propose quelques repères autour de deux questions indissociables : les représentations (usages et normes, corps et visages, portraits d’ennemis) ; les confrontations (immigration, guerre et paix, christianisation). Aux études originelles ont été ajoutés des compléments et mises à jour, un post scriptum, des indices (index onomastique, index thématique, index des sources) et une bibliographie générale. Prenant dans une large mesure pour cadre l’Antiquité tardive (fin IIIe – début VIe siècle après J.-C.), ce livre est une contribution à une histoire de l’altérité.

Télécharger les extraits.

Alain Chauvot, Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations, textes réunis par Audrey Becker et Hervé Huntzinger avec la collaboration de Christel Freu et Olivier Huck, Collection du CRULH, n° 59, Metz, 2016.

Prix: 25€.

ISBN: 2-85730-066-2.

Pour toute commande contacter :

CENTRE DE RECHERCHE UNIVERSITAIRE LORRAIN D’HISTOIRE UFR SHS-M
Île du Saulcy CS 60228
F-57045 METZ CEDEX 01

Christelle.creusat@univ-lorraine.fr
00 33 3 87 54 74 69

Illustration : arc de Galère (vers 303).

Journées d’études : Pratiques et stratégies alimentaires dans l’Antiquité tardive

Lundi 28 Novembre de 14 heures 30 à 18 heures 30 et Mardi 29 Novembre de 9 heures à 17 heures, se dérouleront les Journées d’études en salle 324, 91 Avenue de la Libération à Nancy.

A cette occasion la discussion tournera autour de l’analyse des pratiques et stratégies alimentaires dans l’Antiquité tardive (IIIe-VIIe siècle) à travers les sources papyrologiques et juridiques.

Télécharger le programme détaillé.

Télécharger l’affiche.

Bertrand Lançon : « Stilicon Caméléon » (Compte-Rendu)

La conférence de Bertrand Lançon est une parfaite illustration des difficultés de l’historien face à la partialité des sources. Stilicon est un caméléon, porteur d’une multitude de visages déformés par des écrivains ayant des objectifs particuliers. Certains, comme Claudien, dressent un portrait élogieux de ce personnage de la haute aristocratie romaine, un « Nouveau Scipion ». D’un autre côté le comte Marcellinus le présente comme un misérable, un « semi-barbare » issu du peuple vandale, païen, voulant pour son fils le titre impérial.

C’est ici que l’historien devient arbitre et tente alors d’établir un portrait plus objectif. Stilicon, marié à la nièce de Théodose, consul en 386 et 400 et détenteur de postes militaires importants, donne même ses deux filles en mariage à l’Empereur. La bulle de l’Impératrice Marie est tout à fait éclairante sur la dévotion d’un homme profondément chrétien dont les accusations de paganisme semblent s’appuyer sur des faits hasardeux. Son gentilice comme son année de naissance mais aussi l’attitude de l’empereur à son égard rendent discutable une origine barbare.

L’exemple de Stilicon présente la romanité comme plus hétérogène. Les deux ensembles « tradition » et « innovation », autrefois distincts, semblent à présent être entremêlés.

Louise Arnold, étudiante en Master 1 Sciences de l’Antiquité et du Moyen Age, décrit Bertrand Lançon comme « accessible et pédagogue ». Pour elle, l’intérêt de la conférence résidait dans la qualité et la variété des sources (littéraires, épigraphiques, iconographiques) qui ont permis à un auditoire convaincu de comprendre le personnage de Stilicon mais aussi la mentalité des Romains du Bas-Empire.

Conférence Bertrand Lançon

Les autres comptes-rendus du Séminaire (2016-2017): 

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Le contrôle de la frontière romaine dans l’Antiquité tardive

Mercredi 19 octobre 2016, Hervé Huntzinger (Université de Lorraine) donnera une conférence intitulée « Le contrôle de la frontière romaine dans l’Antiquité tardive » dans le cadre des Mercredi du CRULH. La conférence aura lieu à Metz sur le campus du Saulcy à 18h (Bâtiment de l’UFR Sciences Humaines et Sociales en salle du conseil, D 206, 2e étage.)

bu_njemLes images bien connues du mur d’Hadrien, coupant le monde romain du Barbaricum, ont profondément imprégné nos esprits. Sous le nom de limes nous imaginons une frontière-palissade, fortement militarisée et fermée aux territoires hostiles qui l’entourent. C’est pourtant à une réalité bien plus nuancée que mène l’étude détaillée des sources, en particulier des ostraka de Bu Njem, qui rapportent la vie quotidienne d’un petit poste frontière libyen au milieu du IIIe siècle.

Télécharger le programme des Mercredi du CRULH.

Stilicon caméléon : Romain ? Barbare ? Païen ? Chrétien ?

Bertrand LançonLe 6 octobre 2016, Bertrand Lançon, de l’Université de Limoges, présentera une conférence intitulée : « Stilicon caméléon : Romain ? Barbare ? Païen ? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s. ?  »
La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04).

Pendant un quart de siècle, de 384 à 408, Stilicon a été l’une des personnalités les plus éminentes de l’Empire romain. Détenteur des plus hauts commandements militaires, il appartenait à la famille impériale par son mariage avec Serena, la nièce de Théodose (385) puis celui de ses deux filles (398 et 408) avec Honorius, dont il fut également le tuteur. Refoulant les Goths d’Italie, il fut néanmoins partisan de leur intégration dans l’Empire. Accusé par une coterie palatine de briguer l’Augustat pour son fils et de vouloir livrer l’Empire aux barbares, il connut une brusque disgrâce et fut sommairement exécuté en 408. Le destin de Stilicon dans les sources est sans doute le plus contrasté qu’ait connu un haut personnage de l’Empire romain. Diplomate hors pair et héros militaire pour les uns, traître pour les autres, il est tantôt perçu comme parangon de la défense de Rome, tantôt comme semibarbarus, tantôt comme païen convaincu, tantôt comme chrétien dévot. Le fait qu’il soit ainsi tiré à hue et à dia par les auteurs – en fonction de leurs options idéologiques – brosse de lui le portrait d’un caméléon, porteur, en matière d’identite, de tout et son contraire. Son cas illustre à merveille la facon dont les « identités » (un concept moderne) se définissent dans l’Empire au début du Ve s. : elles flottent comme les morceaux d’une banquise fondante et se déplacent, se collant à des paradigmes valorisants ou dévalorisants, où les critères ethniques, familiaux et religieux, en pleine évolution, dessinent une « romanité hétérogène ».

Télécharger l’affiche.

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les lois de la guerre : encadrer, régler, moraliser les hostilités de l’Antiquité à nos jours

Statuette de Bavay.
Statuette de Bavay.

Dans le cadre de la 9e semaine de l’Archéologie et de l’Histoire, une Table Ronde organisée par Vivien Barrière  traitera du thème « Les lois de la guerre : encadrer, régler, moraliser les hostilités de l’Antiquité à nos jours ». La table ronde se tiendra dans l’Auditorium des Archives départementales du Val d’Oise à Cergy-Pontoise le 24 mars 2016 à partir de 10h.

Télécharger le programme.

Hervé Huntzinger y présentera une communication sur le thème « Le statut juridique des captifs dans l’Antiquité tardive ».

 

Langues d’empire, langues étrangères ? Les chemins pas très parallèles du grec et de l’arabe en Égypte

Le 28 janvier 2016, Arietta Papaconstantinou, professeur associé à l’Université de Reading et Academic visitor à l’Université d’Oxford présentera une conférence intitulée : « Langues d’empire, langues étrangères ? Les chemins pas très parallèles du grec et de l’arabe en Égypte ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

À la suite des conquêtes d’Alexandre, la langue grecque a connu une diffusion impressionnante dans les parties du monde concernées, en particulier comme langue d’administration des royaumes successeurs. En Égypte, les Ptolémées l’ont consciemment utilisée comme langue de pouvoir, de même que les Romains après eux. Avec le temps, la langue pénétra dans des strates sociales de plus en plus basses, et des domaines bien éloignés de l’administration. Pendant tous ces siècles, elle a côtoyé la langue égyptienne, qui nous est connue sous des formes écrites différentes selon la période, démotique d’abord, copte ensuite. Après la conquête arabe, et l’introduction de l’arabe comme nouvelle langue d’administration, l’évolution fut très différente: en trois siècles, une grande partie de la population avait non seulement adopté l’arabe, mais abandonné le bilinguisme des siècles précédents, laissant le copte tomber en désuétude. On interrogera le contexte politique et économique plus large pour tenter de comprendre les raisons de cette différence.

Télécharger l’affiche.

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Semestre 1

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Semestre 2 :

Arietta-Papaconstantinou-id-web28 janvier 2016 – 18h. en salle A104 – Arietta Papaconstantinou (Université de Reading) : « Langues d’empire, langues étrangères ? Les chemins pas très parallèles du grec et de l’arabe en Égypte. »

Julien Monerie11 février 2016 – 18h. – Julien Monerie (Université de Paris 1) : « Chronique d’une campagne avortée. Le projet d’invasion de l’Arabie par Alexandre (323 av. J.-C.). »

lebreton-small3 mars 2016 – 18h. – Stéphane Lebreton (Université d’Artois) :  « Espace pensé, territoires administrés : quelques réflexions sur la façon dont les Anciens ont pu se représenter l’espace anatolien. »

aurenhammer-small21 avril 2016 – Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne) : « Les portraits des notables à Éphèse à l’époque impériale [Die Honoratiorenporträts des kaiserzeitlichen Ephesos]. »

 

Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses

Alain ChauvotLe 3 décembre 2015, Alain Chauvot, professeur émérite à l’Université de Strasbourg, présentera une conférence intitulée : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

En 376, des dizaines de milliers de Goths, chassés par les Huns, « obtiennent, par autorisation de l’empereur (Valens), le droit de traverser le Danube et de cultiver des régions de la Thrace » (Ammien Marcellin, 31, 4, 5). Le 9 août 378, les Goths menés par Fritigern mettent en déroute l’armée impériale à Andrinople ; Valens est tué. Entre 376 et 378, les Goths ont revêtu aux yeux des Romains plusieurs identités, allant de celle du « réfugié pitoyable » à celle du « destructeur de la puissance romaine ». Or ces images contrastées ne rendent que partiellement compte des métamorphoses qu’ils ont connues ou failli connaître. Leur chef Fritigern, homme au double langage, et peut-être au double jeu, incarne les ambiguïtés, les tensions internes voire les contradictions d’un groupe qui lutte pour sa survie et se transforme dans cette épreuve.

Télécharger l’affiche.

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Au second semestre le séminaire aura l’honneur d’accueillir :

Arietta Papaconstantinou (Université de Reading/Oxford).
Julien Monnerie (Université de Paris 1).

Stéphane Lebreton (Université d’Artois).
Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne).

 

Les Romains étrangers : l’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.14Le 12 novembre 2015, Ekaterina Nechaeva, collaboratrice externe du département d’Histoire ancienne de l’Université de Genève, présentera une conférence intitulée : « Les Romains étrangers : l’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

Contrairement à ce qui avait été annoncé, la conférence sera en français.

Au milieu du Ve siècle, un diplomate romain oriental, Priscus de Panium, alors qu’il visitait la cour d’Attila, rencontra un individu habillé à la mode barbare, mais parlant un grec parfait. Cette personne, que Priscus avait d’abord pris par erreur pour un Hun, était, en réalité, un Grec. Son émigration n’avait pas été volontaire, mais sa réticence à revenir dans l’Empire était délibérée et ferme. Les défauts de la société romaine lui faisait préférer la vie parmi les barbares (Prisc. 10.2.407-510).

Cette histoire, qu’elle soit véridique ou forgée par Priscus, offre un aperçu intéressant de la société romaine tardive. Pourquoi un riche marchand préfère-t-il l’Empire hun à l’Empire romain ? Pourquoi une personne souhaiterait-elle déménager de façon permanente en Perse ou chez les barbares ? Comment s’opère ce déménagement ? Pourquoi un captif ou un déporté ne préfère-t-il pas revenir dans sa patrie ?

Les réponses à ces questions, en plaçant la focale sur la vie des individus, offrent un apercu unique des problèmes internes de la société romaine tardive, de ses structures politiques, sociales, juridiques et administratives.

Jacob Lawrence - Migrations series (panel 3)
Jacob Lawrence – Migrations series (panel 3)

Cette étude considère le phénomène des migrations individuelles, en se concentrant particulièrement sur l’émigration (tant volontaire que forcée) d’individus, de familles et, dans certains cas, de groupes sociaux ou religieux dans l’Antiquité tardive. L’objectif global de l’enquête est d’examiner à la fois les causes et les conséquences de cette migration à contre-courant, en centrant la focale sur les personnes désireuses de quitter l’Empire romain et les raisons d’échapper à l’apparente forteresse de prospérité et de civilisation.

Le cœur de la recherche réside dans les vies des émigrés. De fait, c’est la série nombreuse des vies personnelles qui crée l’histoire. Une étude précise de ces vies peut montrer à quel point les liens entre les régions du monde antique tardif étaient fort et à quel dégree ce monde était divisé ou uni du point de vue des mouvements individuels.

Télécharger l’affiche.

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Au second semestre le séminaire aura l’honneur d’accueillir :

Arietta Papaconstantinou (Université de Reading/Oxford).
Julien Monnerie (Université de Paris 1).

Stéphane Lebreton (Université d’Artois).
Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne).

 

Devenir chrétien, devenir romain : conversion au christianisme et processus d’identification ethnique dans l’Antiquité tardive

 

Codex Argenteus.
Codex Argenteus.

Le 12 août 2015, à l’occasion du XVIIe congrès Oxford Patristics 2015 et dans le cadre d’un Workshop intitulé « Becoming Christian in the late antique West (3rd-6th centuries): discourses and practices », Hervé Huntzinger présentera une communication intitulée : « Becoming christian, becoming roman : conversion to Christianity and ethnic identification process in Late Antiquity » [Devenir chrétien, devenir romain : conversion au christianisme et processus d’identification ethnique dans l’Antiquité tardive].

On admet d’ordinaire que, dès l’origine, appartenir à l’Église chrétienne n’était pas une question d’identité ethnique. Par la suite, toutefois, l’idée que l’extension de la Chrétienté coincide avec l’externsion de l’Empire est nettement attestée, en particulier dans l’historiographie chrétienne orientale, pour laquelle la définition de la romanité et la Romania correspondent à celle de la Chrétienté. Dans la partie occidentale de l’Empire, la conversion des barbares, bien qu’elle soit souvent comprise à travers le prisme de la controverse entre les ariens et les nicéens, doit aussi être appréhendée à travers le schéma des processus d’identification ethnique. De fait, Prosper d’Aquitaine, dans son De uocatione omnium Gentium (II, 38) prétend que l’Empire est la structure par laquelle le christianisme est apporté aux gentes extérieures. De plus, dans sa lettre à Victrix de Rouen, Paulin de Nole félicite son collèogue pour avoir, par le moyen de la conversion des barbares qui vivaient dans le voisinage désertique, apporté la civilisation à ce territoire (Paulin de Nole, Lettres, 18). Comme ce type de processus est fréquemment réciproque, la crainte de la conversion exprimée au sujet des enfants tombés en captivité dans les mains d’un peuple païen n’est pas surprenante (Ambroise, De officiis, 2, 28, 136 ou, plus tardivement, Grégoire le Grand, Dialogues, 3, 27). Ce schéma permet de reconsidérer la conversion de barbares comme Fritigern au moment  où il a demandé à s’installer dans l’Empire, ou celle de la reine des Marcomans, Fritigil.

It is generally admitted that, even from the very origin, belonging to the Christian church was not a matter of ethnic identity. Later, however, the idea that extension of Christianity coincides with the extension of Empire is clearly attested, particularly in Eastern Christian historiography, in which the definition of Romanity and Romania matched the definition of Christianity. In the Western part of the Empire, conversion of Barbarians, though often understood by the prism of arian/nicene controversy, should nevertheless also be understood by the pattern of ethnic identification process. Indeed, Prosper Tiro’s De uocatione omnium Gentium (II, 38) states that Roman Empire is the structure by which Christianity is brought to external gentes. Furthermore, in his letter to Victrix of Rouen, Paulinus of Nola congratulates his colleague for having, by the conversion of the Barbarians living in his desert neighbourhood, brought the Roman civilisation in this land (Paulinus of Nola, Epist. 18). As those processes are often reciprocal, the fear of conversion expressed concerning Christian children fallen into captivity in the hand of a heathen people is not surprising (Ambrosius, De officiis, 2, 28, 136 or Later Gregory the Great, Dialogs 3, 27). This framework should permit to reconsider the conversion of Barbarian such as Fritigern’s conversion at the time he asked, with his people, to settle into the Roman Empire, or such as Fritigil’s, queen of the Marcomanni.

Hervé Huntzinger : « Les réseaux ecclésiastiques occidentaux et le rachat des captifs au Ve siècle »

Ambroise de Milan
Mosaïque de la Basilique de Saint Ambroise de Milan.

Le mardi 28 avril 2015, Hervé Huntzinger présentera une communication intitulée : « Le rôle des réseaux ecclésiastiques dans la diffusion de la pratique du rachat des captifs entre Lérins, Milan et Carthage aux Ve et VIe siècles » lors du 140e congrès du CTHS à Reims.

Au ve s. la pratique du rachat des captifs par les évêques se généralise en Occident. Une étude prosopographique des évêques qui ont pratiqué le rachat des captifs du iiie siècle au vie s. permet de cerner plus précisément les modalités de diffusion de cette pratique selon une logique en réseau autour de trois grands centres de diffusion : Carthage, Milan et Lérins. La pratique est attestée pour la première fois au iiie siècle à Carthage (Cyprien, Epist. 62). Au ivs. d’autres évêques africains continuent de racheter les captifs (Quodvultdeus, Augustin). Si Ambroise de Milan, qui pose la première argumentation en faveur de la fonte de la vaisselle du culte pour cet usage, est à l’épicentre de la diffusion de cette pratique en Italie, puis en Gaule, notamment par l’intermédiaire de Maurilius d’Angers, quelques décennies plus tard, le monastère de Lérins sera au centre d’un réseau d’évêques qui pratiquent systématiquement le rachat des captifs (Patrick, Cor. II, 14-15).

Illustration : colonne d’Arcadius (dessin anonyme, vers 1575).