Sophie Laribi-Glaudel « De Lamastu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen (IIe – Ier millénaire) » (Compte-rendu)

Sophie Laribi-Glaudel a présenté une conférence intitulée « De Lamaštu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire » le jeudi 10 novembre dans le cadre du Séminaire international d’histoire ancienne.

Lamaštu et Lamia ont de nombreux points communs tant par leur représentation que par la peur qu’elles inspirent aux humains de l’Antiquité. Ces êtres hybrides, s’attaquant en particulier aux femmes enceintes et aux enfants, apparaissent comme une explication à la forte mortalité infantile et maternelle. Elles sont toutes deux représentées avec des attributs de la féminité, associées au sauvage, à la voracité, à la stérilité et porteuses d’un passé parfois tragique : Lamaštu est chassée par son père, alors que Lamia, suivant les sources antiques, est fille d’un dieu héritant son physique d’une punition d’Héra, ou reine ayant perdu tous ses enfants. Les humains se protègent de ces démones, voyageant à travers le temps et l’espace, par le biais de nombreuses incantations et amulettes, renseignant l’historien sur les individus en marge dans l’Antiquité : démones hybrides, enfants morts prématurément et femmes ayant manqué le passage de fille à mère, jeunes filles mortes avant leur mariage ou d’avoir pu mettre au monde un enfant.

Lamaštu, Lamia, et les autres croque-mitaines, ne semblent pas avoir été l’objet d’un transfert direct mais répondent à des inquiétudes humaines communes aux différentes périodes et espaces de l’Antiquité. 

Léa, étudiante en licence d’Archéologie et Histoire de l’Art, est très intéressée par la Mésopotamie. Selon elle, la comparaison entre la Mésopotamie et la Grèce ancienne constitue une nouvelle perspective : voir les ressemblances et différences entre deux périodes bien éloignées.

La fabrique des chefs : d’Akhénaton à Donald Trump

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’Histoire grecque à l’Université de Lorraine, publie, ce jour même aux Éditions Vendémiaire, La fabrique des chefs : d’Akhénaton à Donald Trump (Éditions Vendémiaire, Paris, 2017, 288 pages).

Comment furent inventés les rois, pharaons, tyrans, empereurs et autres souverains antiques ? Comment ont-ils conquis leur pouvoir, emporté l’adhésion des foules ? D’Akhenaton à Constantin, en passant par Alexandre le Grand et Jules César, on explore ici, sous ses formes les plus diverses, l’élection d’un homme parmi tous les autres, fondement des pensées politiques de l’Antiquité. De la royauté divine égyptienne au chef romain, prétendument démocrate, en passant par le conquérant entraînant ses armées au nom de la lutte du Bien contre le Mal, nombre de pratiques et de théories du pouvoir inventées dans les premiers siècles de notre histoire étaient appelées à une longue postérité : on les retrouve, quasiment identiques, dans les régimes du XXIe siècle – jusqu’aux démocraties réputées les plus évoluées…

Illustration : Mosaïque d’Alexandre le Grand (Pompéi, Maison du Faune, vers 100 avant J.-C.;  Wikimedia Commons).

Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages

Brigitte Lion
Brigitte Lion

À l’occasion de l’exposition « » et dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, nous aurons le plaisir d’accueillir Brigitte Lion, professeure d’histoire du Proche Orient Ancient et Cécile Michel, directrice de recherche au CNRS, pour une conférence intitulée « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages ». La conférence se tiendra à la BU du CLSH (rez-de-chaussée), le jeudi 19 janvier à 18h.

cecile_michel
Cécile Michel

L’écriture de la Mésopotamie antique est qualifiée de cunéiforme, ce qui signifie que les signes ont une forme de clous ou de coins (cuneus). Ces signes ont été utilisés pendant plus de 3000 ans, non seulement en Mésopotamie, mais  aussi au-delà, sur une très vaste aire géographique allant de l’Anatolie à l’Égypte, de la Mer méditerranée au Golfe arabo-persique. Dans toute cette zone, des centaines de milliers de tablettes couvertes d’inscriptions cunéiformes ont été trouvées.

Lettre d'Amarna (Louvre, AO 7098).
Lettre d’Amarna (Louvre, AO 7098).

Ces écritures ont été redécouvertes d’abord par les premiers voyageurs qui ont exploré ces régions oubliées et en ont rapporté les premières copies d’inscriptions, puis par les diplomates du XIXe siècle, qui ont été les premiers archéologues de Mésopotamie. Leur déchiffrement a été une entreprise complexe, car cette écriture notait plusieurs langues différentes, selon des systèmes diffé

rents. Les signes, selon les langues qu’ils notent, peuvent avoir une valeur de logogrammes (chaque signe représente un mot), ou une valeur syllabique, ou encore une valeur de lettre (il s’agit alors d’alphabets). Un important matériel scolaire, trouvé sur les sites de Mésopotamie, a permis de reconstituer l’apprentissage des scribes.

 

Télécharger l’affiche.

Enregistrer

La mondialisation au Ier millénaire dans « La fabrique d’Histoire »

A l’occasion de l’ouverture de l’exposition «L’histoire commence en Mésopotamie» au Louvre Lens, l’émission «La fabrique de l’histoire», 9:05-10:00, sur France Culture animée par Emmanuel Laurentin sera consacrée à la Mésopotamie du 12 au 15 décembre.

Le lundi l’émission proposera une balade au Musée Louvre Lens, le mardi un documentaire sur le voyage d’Hérodote à Babylone. Le mercredi Cécile Michel et Dominique Charpin parleront de la naissance de l’assyriologie. Le jeudi 15 décembre Francis Joannes, Damien Agut et Laetitia Graslin évoqueront la mondialisation du premier millénaire.

Les programmes de France culture sont disponibles ici.

Exposition : les écritures cunéiformes

Laetitia Graslin, maître de conférences en histoire grecque à l’Université de Lorraine propose une exposition intitulée « Les écritures cunéiformes » du 5 janvier au 24 février 2017 à la Bibliothèque universitaire du campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, à Nancy.

Dans le cadre de cette exposition, Cécile Michel, directeur de recherches au CNRS de Nanterre et Brigitte Lion, professeur à l’université de Lille III, présenteront une conférence intitulée « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement et usages » le jeudi 19 janvier à 19 heures.

L’ancien Irak est le berceau de l’un des plus anciens systèmes d’écriture connu, l’écriture cunéiforme. Rédigée sur des tablettes d’argile, elle apparaît vers le milieu du IVe millénaire av. J.-C., à Uruk, dans le sud de la Mésopotamie. Elle se répand ensuite dans tout le Proche-Orient, et permet la rédaction de textes aussi variés que complexes : textes économiques, juridiques, littéraires et savants… Elle s’adapte à plusieurs langues et inspire d’autres systèmes d’écriture, dont les premiers systèmes alphabétiques. Mais lorsqu’elle cesse d’être utilisée, aux débuts de l’ère chrétienne, son souvenir disparaît rapidement. Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que des voyageurs, diplomates et savants européens redécouvrent cette écriture devenue inintelligible, puis parviennent à la déchiffrer. A l’occasion du 160ème anniversaire du déchiffrement de l’écriture cunéiforme, l’exposition propose un voyage à la découverte de cette écriture millénaire, en invitant à en découvrir tout à la fois le fonctionnement, les usages, et l’aventure de son déchiffrement.

Des visites guidées et ateliers d’écriture sur argile seront animés les jeudi de 12 heures à 13 heures et sur demande à laetitia.graslin@univ-lorraine.fr.

Télécharger l’affiche.

L’idéologie de l’accueil humanitaire des barbares au IVe siècle

s200_alessandro-barberoÀ l’occasion de la cérémonie de remise à Alain Chauvot de son ouvrage, Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations, et dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, nous aurons le plaisir d’accueillir Alessandro Barbero, professeur à l’Université de Piémont oriental « Amedeo-Avogadro », pour une conférence intitulée « L’idéologie de l’accueil humanitaire des barbares au IVe siècle ».

La cérémonie et la conférence auront lieu le jeudi 8 décembre sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy (CLSHS), 1, place Godefroy de Bouillon, Salle A104 (Bâtiment A).

Télécharger l’affiche.

Illustration : colonne d’Arcadius (Trinity College Library, MS O.17.2)

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Cités et province d’Asie face aux autorités centrales

Dans le cadre de la formation à l’Agrégation externe  d’Histoire et interne d’Histoire-Géographie, François Kirbihler donnera à Clermont-Ferrand une conférence intitulée : « Un dialogue permanent : cités et province d’Asie face aux autorités centrales ». La conférence se tiendra le mercredi 7 décembre à 17h30 à l’ESPÉ, 36 avenue Jean Jaurès à Chamalières (63400), en salle A005.

La conférence examine les conditions du dialogue entre les cités grecques d’Asie, le koinon de la province et les autorités centrales romaines, imperatores, Sénat et empereur, entre 70 av. J.-C. et 73 ap. J.-C. Le Sénat et/ou l’empereur concédaient et étaient garants des privilèges des cités, ce que le dossier épigraphique d’Aphrodisias permet (entre autres) de bien montrer. L’assemblée provinciale ou koinon, se réunissant à intervalles réguliers, était un interlocuteur important des autorités romaines : elle servait d’interface entre imperatores, Sénat et empereur d’une part, cités grecques d’autre part, aussi bien pour recevoir des injonctions romaines (impôts) que pour l’obtention de faveurs. Le koinon d’Asie fut un acteur important du culte impérial et un cadre de régularisation de la compétition entre cités. Enfin, les autorités centrales servaient également d’arbitre en cas de conflit judiciaire ou pour mettre fin à des divisions au sein de la cité.

Télécharger l’affiche.

Illustration : le mur des archives d’Aphrodisias (© Inscriptions of Aphrodisias, King’s College, London).

Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations

les-romains-des-barbares-couvertureNous avons le plaisir de vous annoncer la publication de l’ouvrage d’Alain Chauvot, Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations dans la collection du CRULH (n° 59). L’ouvrage, qui réunit 23 articles  d’Alain Chauvot, dont 3 inédits et de nombreux addenda, fait le point sur une trentaine d’année de réflexion autour de la question des représentations et relations entre les Romains et les « barbares ». Les études ont été réunies par Audrey Becker, Christel Freu, Olivier Huck et Hervé Huntzinger. L’ouvrage a été publié avec le soutien du CRULH (EA 3945) et de l’Hiscant-MA (EA1132).

À la fois construction mentale et réalité pour les Romains, les « barbares » sont intimement liés à l’histoire de Rome au point d’apparaître comme les « barbares » des Romains – même si cette définition ne rend que partiellement compte de leurs identités. Le présent ouvrage, qui rassemble vingt-trois textes écrits entre 1984 et 2016, propose quelques repères autour de deux questions indissociables : les représentations (usages et normes, corps et visages, portraits d’ennemis) ; les confrontations (immigration, guerre et paix, christianisation). Aux études originelles ont été ajoutés des compléments et mises à jour, un post scriptum, des indices (index onomastique, index thématique, index des sources) et une bibliographie générale. Prenant dans une large mesure pour cadre l’Antiquité tardive (fin IIIe – début VIe siècle après J.-C.), ce livre est une contribution à une histoire de l’altérité.

Télécharger les extraits.

Alain Chauvot, Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations, textes réunis par Audrey Becker et Hervé Huntzinger avec la collaboration de Christel Freu et Olivier Huck, Collection du CRULH, n° 59, Metz, 2016.

Prix: 25€.

ISBN: 2-85730-066-2.

Pour toute commande contacter :

CENTRE DE RECHERCHE UNIVERSITAIRE LORRAIN D’HISTOIRE UFR SHS-M
Île du Saulcy CS 60228
F-57045 METZ CEDEX 01

Christelle.creusat@univ-lorraine.fr
00 33 3 87 54 74 69

Illustration : arc de Galère (vers 303).

Journées d’études : Pratiques et stratégies alimentaires dans l’Antiquité tardive

Lundi 28 Novembre de 14 heures 30 à 18 heures 30 et Mardi 29 Novembre de 9 heures à 17 heures, se dérouleront les Journées d’études en salle 324, 91 Avenue de la Libération à Nancy.

A cette occasion la discussion tournera autour de l’analyse des pratiques et stratégies alimentaires dans l’Antiquité tardive (IIIe-VIIe siècle) à travers les sources papyrologiques et juridiques.

Télécharger le programme détaillé.

Télécharger l’affiche.

Charlotte Lerouge-Cohen : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? » (Compte-rendu)

Charlotte Lerouge-Cohen a animé la séance du Séminaire International d’Histoire Ancienne du 20 octobre en présentant une conférence intitulée : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes » 

À travers son exposé, elle a permis à l’auditeur d’évaluer les liens entre deux périodes étudiées de façon distincte habituellement. Elle met en évidence des similitudes entre les Séleucides et les Arsacides, comme un trait d’union dans l’attitude des Rois et dans certaines pratiques. En effet, les cités grecques, fondées par les souverains séleucides, et soumises par un souverain arsacide, ne voient pas leur système bouleversé mais bien maintenu et même renforcé avec une pérennité des institutions et des magistratures grecques.

Cependant quelques différences sont remarquables, notamment le type de lettres entre Roi et cités. Charlotte Lerouge-Cohen s’appuie alors sur l’étude d’un titre, les « Amis du Roi », déjà présents à la période séleucide. Le titre apparaît toujours dans les sources à l’époque arsacide mais semble évoluer. Les « Amis du Roi » passent de véritables piliers des monarchies hellénistiques à des fonctions moins claires. Il semblerait que ces hommes avaient dans un premier temps conservé leurs fonctions, mais, après une période de vide épigraphique, ils réapparaissent avec des pouvoirs amoindris. Ils seraient passés de véritables proches du Roi avec des fonctions de premier ordre à simples notables locaux.

Julien Léonard, Maître de Conférences en Histoire Moderne et amateur d’histoire ancienne, a été enchanté d’entendre une conférence qui lui a beaucoup appris. Il profite de ces conférences pour enrichir ses connaissances dans les périodes hors de sa spécialité et dit avoir eu une impression très positive.

Mylène Barbe, étudiante en Master 2 Sciences de l’Antiquité et du Moyen-Âge nous a confié : « La conférence de Charlotte Lerouge-Cohen était enrichissante, et ce sur plusieurs niveaux. En premier lieu, cette conférence était l’occasion pour moi de découvrir des sources inconnues jusque-là, précieux outils de recherche. De plus, cet exposé m’a permis de mieux connaître ces rois, relativement peu connus et dont l’étude n’est pas aisée pour le non-initié. Enfin, leur mise en perspective avec le monde gréco-macédonien a mis en évidence le fait que, loin de constituer une rupture, leur établissement entraine certains éléments de continuité, avec toutefois des nuances nécessaires. Ce sujet m’intéresse d’autant plus qu’il aborde des points relatifs à mon mémoire portant sur la période hellénistique. Les éléments de continuité entre domination séleucide et arsacide, exposés par une personne impliquée dans la recherche, furent donc extrêmement instructifs tant pour ma curiosité que pour mes recherches, et prodigués avec une grande qualité. »

Les autres comptes-rendus du Séminaire (2016-2017): 

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive

a-binsfeldLe 24 novembre 2016, à 18 heures, dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Andrea Binsfeld, Associated Professor à l’Université de Luxembourg, présentera une conférence intitulée : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04).

Comment définir l’esclavage ? D’après les juristes romains un esclave est soumis à une domination étrangère contre nature. Mais, au-delà du droit romain, il y a d’autres critères pour définir un esclave : un esclave est une propriété privée ; il est un étranger, soit parce qu’il vient de l’étranger, soit parce qu’il est exclu de la société ; il n’a pas de famille ; il dépend du maître ; il subit souvent la violence… L’expérience d’être un étranger, d’une manière ou d’autre, constitue l’essence de l’esclavage. Sur la base des témoignages littéraires, épigraphiques, archéologiques et juridiques, l’exposé portera sur les différents procès d’aliénation des esclaves à l’époque impériale et tardive.

Télécharger l’affiche.

Illustration : Gustave Boulanger, Le marché aux esclaves (1882, Wikimedia Commons).

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Enregistrer

Enregistrer

Une nouvelle klinè de la fin du IVe siècle av. J.-C. dans la région d’Amphipolis

Dans le cadre du séminaire d’archéologie gréco-romaine, Samuel Provost donnera une conférence le mardi 6 décembre à 18h. (Nancy, CLSH, salle A412) intitulée: « Une nouvelle klinè de la fin du IVe siècle av. J.-C. dans la région d’Amphipolis d’après les archives de Paul Perdrizet ».

Parmi les monuments inédits relevés par Paul Perdrizet (1870-1938) lors de sa mission de prospection archéologique et épigraphique de la région du Pangée (Macédoine orientale), en 1899, figure une rare klinè à décor sculpté polychrome. Paul Perdrizet en avait découvert de tout petits fragments lorsqu’il avait exploré une première fois une tombe de type dit « macédonien », sans doute peu de temps après son pillage, en novembre 1894, quelques kilomètres au nord d’Amphipolis. Lorsqu’il revint presque cinq ans plus tard dans la région, il n’eut de cesse de chercher les fragments disparus des deux lits funéraires dont il avait restitué l’emplacement dans la tombe. Il parvint à ses fins et localisa un pied et une partie de la frise de la façade d’une klinè. S’il les fit dessiner plus tard par un artiste de la fabrique Gallé, il ne publia pas cette découverte remarquable, perdue jusqu’à présent, comme les fragments eux-mêmes.

La conférence reviendra d’abord sur les conditions de cette découverte et les raisons de son oubli, avant d’examiner la place du monument dans le corpus de ces monuments funéraires macédoniens.

Télécharger l’affiche.

Conférence d’Alexandre Farnoux sur le fonds Émile Gillieron

Façade de l'École française d'Athènes
Façade de l’École française d’Athènes

Le mardi 15 Novembre, Alexandre Farnoux, directeur de l’École française d’Athènes et professeur d’archéologie grecque à l’Université de Paris-Sorbonne, présentera une conférence sur l’École française d’Athènes et le nouveau fonds d’archives Gilliéron. Elle se déroulera à 18 heures, à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, en salle A226. 

Cette conférence portera, en première partie, sur l’École française d’Athènes, son œuvre et ses objectifs, alors que la seconde partie de l’exposé concernera un fonds d’archives, récemment déposé à l’École française d’Athènes, celui d’Émile Gilliéron, père et fils, deux illustrateurs, restaurateurs et fabricants de copies d’œuvres grecques très célèbres à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Heinrich Schliemann le fouilleur de Troie et de Mycènes et Arthur Evans le fouilleur de Cnossos ont compté parmi leurs principaux clients aux côtés des musées européens les plus célèbres, ainsi que du musée archéologique de l’université de Nancy dont le musée archéologique de l’Université de Lorraine est le descendant. Ce riche fonds pourra être mis en parallèle avec les Fonds Eugène Burnouf et Paul Perdrizet, conservés tous deux à l’Université de Lorraine.

Télécharger l’affiche.

Illustration : ©École française d’Athènes (fonds Gilliéron).

Enregistrer

Des Grecs au bord de l’Euphrate : la Babylonie hellénistique et son apport à l’histoire du monde séleucide

Le 10 Novembre 2016, Laetitia Graslin-Thomé, de l’Université de Lorraine, présentera une conférence intitulée « Des Grecs au bord de l’Euphrate : La Babylonie hellénistique et son apport à l’histoire du monde séleucide », dans le cadre du Séminaire d’Histoire Ancienne de l’Université Savoie Mont-Blanc organisé par Laurent Guichard et François Kayser. Elle se tiendra sur le site de Jacob-Bellecombette, Bâtiment 5, Salle 530.

Tout comme les auteurs classiques, les historiens du monde séleucide ont tardé à s’intéresser à la Babylonie. Pourtant, la région a livré une riche documentation, sous la forme de tablettes d’argile inscrites en écriture cunéiforme. Chroniques événementielles, documents de la pratique ou textes littéraires ou savants, elles représentent, avec les textes juifs, les seules sources émanant des populations intégrées au monde séleucide. À ce titre, elles apportent un précieux éclairage sur la manière dont se met en place la domination séleucide et dont les communautés locales s’adaptent à la nouvelle structure politique. L’objet de la communication sera de présenter la documentation cunéiforme d’époque hellénistique, ainsi que les principales orientations de la recherche récente.

Voir l’affiche.

Bertrand Lançon : « Stilicon Caméléon » (Compte-Rendu)

La conférence de Bertrand Lançon est une parfaite illustration des difficultés de l’historien face à la partialité des sources. Stilicon est un caméléon, porteur d’une multitude de visages déformés par des écrivains ayant des objectifs particuliers. Certains, comme Claudien, dressent un portrait élogieux de ce personnage de la haute aristocratie romaine, un « Nouveau Scipion ». D’un autre côté le comte Marcellinus le présente comme un misérable, un « semi-barbare » issu du peuple vandale, païen, voulant pour son fils le titre impérial.

C’est ici que l’historien devient arbitre et tente alors d’établir un portrait plus objectif. Stilicon, marié à la nièce de Théodose, consul en 386 et 400 et détenteur de postes militaires importants, donne même ses deux filles en mariage à l’Empereur. La bulle de l’Impératrice Marie est tout à fait éclairante sur la dévotion d’un homme profondément chrétien dont les accusations de paganisme semblent s’appuyer sur des faits hasardeux. Son gentilice comme son année de naissance mais aussi l’attitude de l’empereur à son égard rendent discutable une origine barbare.

L’exemple de Stilicon présente la romanité comme plus hétérogène. Les deux ensembles « tradition » et « innovation », autrefois distincts, semblent à présent être entremêlés.

Louise Arnold, étudiante en Master 1 Sciences de l’Antiquité et du Moyen Age, décrit Bertrand Lançon comme « accessible et pédagogue ». Pour elle, l’intérêt de la conférence résidait dans la qualité et la variété des sources (littéraires, épigraphiques, iconographiques) qui ont permis à un auditoire convaincu de comprendre le personnage de Stilicon mais aussi la mentalité des Romains du Bas-Empire.

Conférence Bertrand Lançon

Les autres comptes-rendus du Séminaire (2016-2017): 

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

 

 

Enregistrer

Enregistrer

« Sciences de l'Antiquité » à l'Université de Lorraine (Nancy)