Archives de catégorie : Publications

La fabrique des chefs : d’Akhénaton à Donald Trump

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’Histoire grecque à l’Université de Lorraine, publie, ce jour même aux Éditions Vendémiaire, La fabrique des chefs : d’Akhénaton à Donald Trump (Éditions Vendémiaire, Paris, 2017, 288 pages).

Comment furent inventés les rois, pharaons, tyrans, empereurs et autres souverains antiques ? Comment ont-ils conquis leur pouvoir, emporté l’adhésion des foules ? D’Akhenaton à Constantin, en passant par Alexandre le Grand et Jules César, on explore ici, sous ses formes les plus diverses, l’élection d’un homme parmi tous les autres, fondement des pensées politiques de l’Antiquité. De la royauté divine égyptienne au chef romain, prétendument démocrate, en passant par le conquérant entraînant ses armées au nom de la lutte du Bien contre le Mal, nombre de pratiques et de théories du pouvoir inventées dans les premiers siècles de notre histoire étaient appelées à une longue postérité : on les retrouve, quasiment identiques, dans les régimes du XXIe siècle – jusqu’aux démocraties réputées les plus évoluées…

Illustration : Mosaïque d’Alexandre le Grand (Pompéi, Maison du Faune, vers 100 avant J.-C.;  Wikimedia Commons).

Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations

les-romains-des-barbares-couvertureNous avons le plaisir de vous annoncer la publication de l’ouvrage d’Alain Chauvot, Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations dans la collection du CRULH (n° 59). L’ouvrage, qui réunit 23 articles  d’Alain Chauvot, dont 3 inédits et de nombreux addenda, fait le point sur une trentaine d’année de réflexion autour de la question des représentations et relations entre les Romains et les « barbares ». Les études ont été réunies par Audrey Becker, Christel Freu, Olivier Huck et Hervé Huntzinger. L’ouvrage a été publié avec le soutien du CRULH (EA 3945) et de l’Hiscant-MA (EA1132).

À la fois construction mentale et réalité pour les Romains, les « barbares » sont intimement liés à l’histoire de Rome au point d’apparaître comme les « barbares » des Romains – même si cette définition ne rend que partiellement compte de leurs identités. Le présent ouvrage, qui rassemble vingt-trois textes écrits entre 1984 et 2016, propose quelques repères autour de deux questions indissociables : les représentations (usages et normes, corps et visages, portraits d’ennemis) ; les confrontations (immigration, guerre et paix, christianisation). Aux études originelles ont été ajoutés des compléments et mises à jour, un post scriptum, des indices (index onomastique, index thématique, index des sources) et une bibliographie générale. Prenant dans une large mesure pour cadre l’Antiquité tardive (fin IIIe – début VIe siècle après J.-C.), ce livre est une contribution à une histoire de l’altérité.

Télécharger les extraits.

Alain Chauvot, Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations, textes réunis par Audrey Becker et Hervé Huntzinger avec la collaboration de Christel Freu et Olivier Huck, Collection du CRULH, n° 59, Metz, 2016.

Prix: 25€.

ISBN: 2-85730-066-2.

Pour toute commande contacter :

CENTRE DE RECHERCHE UNIVERSITAIRE LORRAIN D’HISTOIRE UFR SHS-M
Île du Saulcy CS 60228
F-57045 METZ CEDEX 01

Christelle.creusat@univ-lorraine.fr
00 33 3 87 54 74 69

Illustration : arc de Galère (vers 303).

Héros grecs à travers le temps. Autour de Persée, Thésée, Cadmos et Bellérophon

heros-grecs-couvertureNous avons le plaisir de vous annoncer la parution des actes du colloque Héros grecs à travers le temps. Autour de Persée, Thésée, Cadmos et Bellérophon qui s’était tenu à Metz du 28 au 30 mai 2015. L’ouvrage, édité par Laurence Baurain-Rebillard, paraît aux presses du CRULH.

Pourfendeurs de monstres terrifiants, les grands héros de la mythologie grecque ont aussi triomphé du temps. Repères majeurs de notre patrimoine culturel, ils ont exercé à toutes les époques un singulier pouvoir de fascination. Leur transmission s’est accompagnée d’un renouvellement constant, de reformulations tant visuelles que littéraires, en fonction des auteurs, du contexte, des commanditaires éventuels, du public visé. La symbolique liée au combat contre Méduse, le kètos, le Minotaure, le dragon ou encore la Chimère n’est jamais exactement la même, du geste civilisateur originel anéantissant les forces du chaos aux allusions politiques les plus circonstancielles, en passant par la victoire sur soi-même.

Le colloque réuni en mai 2015 avait donc pour objet d’étudier la transmission, à travers les siècles, les contextes et les formes d’expression, de quatre héros grecs, Bellérophon, Cadmos, Persée et Thésée. Dans une perspective diachronique d’ensemble couvrant plus de trois millénaires et demi, les contributions rassemblées dans ce volume font chacune le point sur des époques ou des moments différents, à partir de sources variées. Ces regards d’historiens, d’archéologues, d’historiens de l’art, de littéraires, s’arrêtent en général sur un seul de ces héros, faisant la part belle à Persée et à Thésée, dans des études qui souvent se font écho les unes aux autres.

Télécharger le flyer.

Pour plus d’information et pour commander sur le site du CRULH.

 

Enregistrer

Publication : Des Grecs et des Italiens à Éphèse

CouvertureNous avons le plaisir d’annoncer la parution le 18 août de l’ouvrage de François Kirbihler, Des Grecs et des Italiens à Éphèse. Histoire d’une intégration croisée (133 a.C.-48 p.C.) dans la collection Scripta Antiqua (n°88) des Éditions Ausonius de l’Université de Bordeaux.

L’ouvrage est disponible dans le catalogue de la collection Scripta Antiqua (500p., 25€).

Cet ouvrage étudie le devenir d’une cité grecque, Éphèse, durant la période de transformations qui correspond à l’époque tardo-hellénistique et aux début du Principat. Les années entre 133 a.C. et 48 p.C. voient l’intrusion de Rome en Asie Mineure, l’acceptation par les Grecs de la domination romano-italique, et l’entrée des immigrants italiens dans les subdivisions civiques d’une ville devenue entre-temps capitale provinciale. Il s’agit donc de l’histoire d’une intégration croisée, à l’intersection de la création d’un empire « mondial » et d’une provincialisation réussie. L’ouvrage s’interroge également sur la place de Rome dans une grande cité portuaire grecque ouverte aux influences extérieures et sur l’intégration des immigrants dans la cité locale. Une cité grecque devient ainsi la ville d’Asie Mineure dans laquelle l’influence et la présence de Rome sont les plus visibles : les institutions et l’urbanisme évoluent pour traduire cette nouvelle réalité dans la vie politique locale, les pratiques religieuses ainsi que les constructions. Éphèse en sort durablement transformée.

Illustration : Inscription commémorant la restauration du temple d’Artémis et d’Auguste à Éphèse (CIL III 6070 = IEphes. 1522 = ILS 97, Rome, Musée de la Civilisation Romaine).

 

Enregistrer

Enregistrer

Les dieux et le pouvoir : aux origines de la théocratie

Marie-Françoise Baslez et Christian-Georges SchwentzelMarie-Françoise Baslez, professeur émérite d’histoire des religions de l’Antiquité à l’université de Paris-Sorbonne et Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine (Metz) viennent de publier un ouvrage intitulé Les dieux et le pouvoir : aux origines de la théocratie (Presses Universitaires de Rennes, 18€).

 

Le concept de théocratie appartient à ce qu’on appelle, de manière plus générale, le théologico-politique. La théocratie est le thème, par excellence, du discours théologique visant à légitimer le pouvoir politique. C’est une figure et un fondement idéologique du discours théologico-politique.

L’emploi de ce terme en histoire ancienne ne va pas de soi, contrairement à l’usage qu’en font les médiévistes. Il paraît pourtant justifié à plusieurs titres. Tout d’abord, parce que la théocratie médiévale repose sur des legs de l’Antiquité, notamment l’affirmation de Paul qu’« il n’y a d’autorité que par Dieu » (Rm 13, 1). Mais surtout, parce que c’est un historien antique, Flavius Josèphe, qui forgea ce terme et l’utilisa pour la première fois (Contre Apion 2, 165). Il entendait ainsi expliquer à ses lecteurs que les monarques juifs s’appuyaient sur la religion et la légitimité qu’elle était censée offrir au détenteur du pouvoir, en vertu d’une sorte de droit divin de la monarchie. Ainsi, monothéisme et théocratie sont étroitement liés : la croyance en un dieu unique et éternel renforce l’idée théocratique. Mais la théocratie n’est-elle propre qu’aux monothéismes juif et chrétien ? Le terme forgé par Flavius Josèphe ne pourrait-il aussi s’appliquer aux régimes politiques de peuples polythéistes ?

Cet ouvrage se propose d’étudier en diachronie l’émergence de la notion de théocratie dans l’Orient ancien et hellénistique, puis dans l’empire romain, avec des ouvertures dans la très longue durée pour en rechercher les origines dans les modèles mésopotamiens les plus anciens et en évaluer l’héritage dans la chrétienté médiévale.

 

Rome face aux barbares

historia829Les numéro de janvier du magazine Historia comporte un dossier spécial « Les barbares : d’Attila à Daech ». Notre collègue Hervé Huntzinger y a écrit un article intitulé « Rome face aux barbares ». Alors que les Romains étaient eux-mêmes les barbares des Grecs, ils ont toujours opté pour une définition souple et ouverte de la barbarie. Le barbare n’est pas tant le ressortissant d’un peuple particulier, mais celui qui ne vit pas comme un Romain. Comment alors, les Romains ont-ils appréhendé l’arrive, hostile ou pacifique, des « barbares » aux frontières de l’Empire ?

Retrouvez la présentation du dossier dans l’émission Curiosités sur RTL par Éric Pincas et Bruno Dumézil.

Illustration : Ulpiano Checa y Sanz, La invasión de los bárbaros (ou Attila, fléau de Dieu),  1887.

Parution : « Le projet politique d’Antiochos IV »

Nous avons avons le plaisir de vous annoncer la parution des actes du colloque international franco-allemand  organisé à Nancy par Chr. Feyel, L. Graslin-Thomé, Chr. Mileta et P. F.  Mittag du 17 au 19 juin 2013 sur le sujet du « projet politique d’Antiochos IV ». couverture-antiochosLes travaux présentés lors de ces journées ont permis d’étudier à nouveau le règne, court mais important, d’Antiochos IV (175-164/3). Pour apprécier ce règne dans toute son originalité, il faut prendre en compte des sources de nature très diverse – épigraphie, numismatique, philologie, papyrologie grecques, mais aussi assyriologie et études bibliques. Cette rencontre nancéienne a donc rassemblé des spécialistes issus de ces différentes disciplines.

Ils ont tenté de comprendre le projet politique d’Antiochos IV et la manière dont il s’efforça de réformer l’empire séleucide, dans le contexte nouveau suscité par la paix d’Apamée (188). Ils se sont tout d’abord intéressés à la personnalité énigmatique du souverain, qui fut souvent source d’incompréhensions et de rejets. Leur réflexion a ensuite porté sur les réformes structurelles entreprises par Antiochos IV à l’échelle de son empire, vaste mais hétérogène – réformes portant sur la monnaie, l’armée, la taxation notamment. Elle les a enfin amenés à étudier les réactions des différentes populations locales, surprises, hostiles mais parfois aussi consentantes face à ces transformations profondes voulues par le souverain séleucide.

Illustration : Giovanni Domenico Tiepolo, Les sept frères Macchabées condamnés à mort par Antiochos IV, XVIIIe siècle.

Christian-Georges Schwentzel publie Cléopâtre, la déesse-reine

Nous avons le plaisir d’annoncer la publication chez Payot de la biographie de Cléopâtre par Christian-Georges Schwentzel.

Chr.-G. Schwentzel, Cléopâtre, la déesse-reine, Biographie,  Payot, Paris, 2014, 350 pages.

Couverture Cléopâtre

Femme fatale par excellente, à la beauté légendaire et à la mort tragique, Cléopâtre (v. 69 av. J.-C. – 30 av. J.-C.) est sans doute la plus célèbre des femmes de l’Antiquité. Son nom même honni par les poètes latins, est évocateur de luxe, de pouvoir et d’érotisme. Dans son sillage vénéneux, elle a entraîné tout à tour le grand César, père putatif du petit Césarien, et son successeur Marc Antoine, vaincu de la bataille d’Actium.

Depuis dix ans, d’importantes découvertes archéologiques, numismatiques et épigraphiques ont fait progresser notre connaissance de la reine d’Égypte. À la fois « pharaonne » traditionnelle pour ses sujets égyptiens et reine macédonienne, descendante d’un officier d’Alexandre le Grand, pour les Grecs, elle assume une double identité culturelle : déesse-reine, la dernière des Ptolémée se veut la réincarnation d’Isis autant que celle d’Aphrodite. Héritière d’un empire « ami » des Romains, en fait un protectorat de Rome, Cléopâtre rêve de la fusion d’un grand et puissant Empire romano-ptolémaïque. Sa démesure en a fait un mythe, mille fois exploité et réinterprété à travers les siècles. C’est à une relecture de ses divers visages que nous convie l’auteur, en Europe mais aussi, et de façon surprenante, dans le monde arabe ou en Amérique du Nord, où elle fait figure d’icône noire.

Audrey Becker, Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités

Notre collègue du site de Metz publie sa thèse intitulée « Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités » chez De Boccard.

Audrey Becker, Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités, Collection de l'Université de Strasbourg, Etudes d'archéologie et d'histoire ancienne, De Boccard, Paris, 2013, 317 p.
Audrey Becker, Les relations diplomatiques romano-barbares en Occident au Ve siècle. Acteurs, fonctions, Modalités, Collection de l’Université de Strasbourg, Etudes d’archéologie et d’histoire ancienne, De Boccard, Paris, 2013, 317 p.

Au Vesiècle de notre ère, l’arrivée de peuplades barbares sur le territoire de l’Empire romain d’Occident modifie largement les rapports de force :l’Empire doit désormais composer avec des partenaires sur son propre sol. Si laguerre permet encore des victoires dans la première moitié du siècle, la diplomatie est peu à peu privilégiée par les autorités impériales pour tenter d’éviter la dislocation de l’Empire face à l’essor de royaumes barbares sur son territoire ou à ses frontières. Dans un monde désormais multipolaire où la puissance romaine n’est plus hégémonique, la figure de l’ambassadeur se révèle centrale. Le succès de ses missions diplomatiques dépend de ses capacités d’adaptation face à des interlocuteurs barbares, avec lesquels il faut dorénavant compter.

Cette étude porte aussi bien sur les critères de choix des ambassadeurs, romains comme barbares, que sur l’élaboration de pratiques diplomatiques communes: comment et par qui les ambassadeurs étaient-ils désignés? Quelles étaient leurs compétences ? Comment étaient-ils pris en charge lors de leursmissions? Comment les rencontres diplomatiques se déroulaient-elles etcomment les traités étaient-ils conclus ? L’enquête révèle, en outre, le rôle de conseiller joué à la cour des rois barbares par les anciennes élites provinciales et l’influence qu’elles exercèrent ainsi sur les pratiques diplomatiques de ces rois. En s’intéressant à la manière dont les relations romano-barbares se construisirent au Ve siècle, ce livre éclaire les origines de la diplomatie en Europe au Haut Moyen Âge.

Audrey Becker est spécialiste de l’Antiquité tardive en Occident. Docteur de l’Université de Strasbourg, elle est maître de conférences d’histoire romaine à l’Université de Lorraine. Elle est membre du Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire (EA 3945) et membre associé de l’UMR 7044 ARCHIMÈDE. Ses recherches portent sur les aspects sociologiques et anthropologiques des relations diplomatiques, ainsi que sur la mise en scène et les représentations des pouvoirs politiques en Occident du IVe au VIe siècle.

Ambassadeurs et ambassades au cœur des relations diplomatiques (Actes du colloque)

Ambassadeurs et ambassades au cœur des relations diplomatiques. Rome — Occident médiéval — Byzance (VIIIe avant J.-C. – XIIe après J.-C.), dir. Audrey Becker & Nicolas Drocourt, CRULH, Metz, 2012.

Le CRULH (site de Metz) vient de publier les actes d’un colloque international portant sur les ambassadeurs dans l’Antiquité, particulièrement dans l’Antiquité tardive, qui s’est tenu sur le site messin de l’Université de Lorraine du 8 au #0 octobre 2010. Conjointement organisé par le Centre de Recherches Universitaire Lorrain d’Histoire (EA 3945) et le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163), il regroupait des chercheurs, enseignants-chercheurs, antiquisants et médiévistes autour du thème suivant : « Aux origines d’une diplomatie méditerranéenne. Les ambassadeurs, moyens humains de la diplomatie (Antiquité romaine et Haut Moyen Âge) ».

Table des matières de l’ouvrage.