Archives de catégorie : Saison 2016-2017

Séminaire International d’Histoire Ancienne : séance des masterants

Mardi 23 avril, nous aurons le plaisir d’accueillir trois masterants, qui présenteront leurs travaux. La séance se tiendra en salle A104 à 10h30. Le séminaire d’histoire antique permet cette fois à des étudiants de s’exprimer dans le cadre de leurs études sur leur travaux de fin de master.

Le premier sujet a pour thème « Séleucie du Tigre, capitale Séleucide », de Mylène Barbe, étudiante en Master d’Histoire antique. Cette première présentation sera suivie de celle de Loïc Eberhart, étudiant en Master d’Histoire antique (romaine), qui traitera des « Italiques à Cos. Essai d’histoire onomastique et sociale. » Enfin,  Aude Renaud, étudiante en Master d’histoire médiévale présentera son travail sur le « Culte des saints dans les doyennés d’Epinal, de Jorxey et de Remiremont au Moyen Âge ».

Tous les étudiants sont les bienvenus, en particulier ceux de L3 intéressés par un master et, bien entendu, ceux de Master, qui auraient l’occasion d’entendre leurs collègues. C’est également une bonne occasion pour les étudiants de Licence souhaitant entamer un master recherche qui peuvent ainsi interroger leurs aînés.

Programme :

Mylène Barbe : « Séleucie du Tigre, capitale séleucide ? »

Première fondation séleucide, Séleucie du Tigre, dès ses débuts, semble être bâtie pour devenir capitale du royaume. Pour autant, dans les ouvrages modernes, elle est souvent éclipsée par Antioche sur l’Oronte qui a bénéficié de nombreux travaux de recherche. La raison en est très surement le fait qu’elle n’ait pas elle-même bénéficié de synthèse globale. Grâce au recoupement des sources concernant Séleucie du Tigre, qui sont nombreuses et très diverses, l’objectif de mon mémoire de master, que je présente lors de cette conférence, est de comprendre le rôle qu’elle occupait dans le royaume séleucide entre le moment de sa fondation vers 300 av. J.-C. jusqu’à sa prise par les Parthes en 141  av. J.-C.

Loïc Eberhart : « Les Italiques à Cos. Essai d’histoire onomastique et sociale. »

La conquête des bords de la mer Égée, qui s’achève avec l’annexion du royaume de Pergame en 129 avant notre ère, crée un appel d’air, qui voit de nombreux Italiens émigrés en Asie Mineure. L’île de Cos constitue l’une des principales destinations actuellement recensées, grâce à l’apport de l’épigraphie.  Cette dernière malgré les difficultés qu’elle suppose permet de connaître un peu mieux l’environnement social et économique dans lequel cette émigration s’est effectuée et comment les Italiens ont pu finir par s’intégrer sur le plan local.

Aude Renaud: « Culte des saints dans les doyennés d’Epinal, de Jorxey et de Remiremont au Moyen Âge »

Même si la figure du saint existe dans d’autres religions que le christianisme, c’est dans les sociétés chrétiennes que leur culte a pris une ampleur exceptionnelle au Moyen Âge, devenant ainsi une caractéristique essentielle de cette religion. Si cet aspect de la vie religieuse est répandu dans toute la chrétienté, chaque lieu semble avoir sa spécificité. D’où l’intérêt de travailler sur ces questions à l’échelle locale. Dans les Vosges, les doyennés d’Epinal, de Jorxey et de Remiremont encadrent la vallée de la Moselle. C’est un espace de passage qui subit différentes influences : régi par plusieurs autorités, c’est une zone de transition vers la Bourgogne, la Franche-Comté, la Champagne… Un lieu de passage est aussi un lieu d’échanges, notamment d’échanges culturels. Qu’en est-il dans le domaine du culte des saints ? Peut-on expliquer la présence des saints et l’importance de certains cultes par les flux et les jeux de pouvoir dans cet espace ?

Télécharger l’affiche.

Les dates de la saisons 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ves.? »

Compte-rendu.

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

Compte-rendu.

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

Compte-rendu.

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Semestre 2:

19 janvier 2017 – 18h.  (Bâtiment A, salle A216) Brigitte Lion (Université de Lille-3) et Cécile Michel (CNRS) : « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages »

16 février 2017 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle G04) – Philippe Blaudeau (Université d’Angers) : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage »

9 mars 2017 – 18h. Salle A104 – Helmut Schwaiger (Österreichisches Archäologisches Institut) : « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine » [Patricien (Patrizier) – Producteur (Produzent) – Paysan (Bauer). Die vielfältigen Funktionen eines Stadtquartiers im byzantinischen Ephesos]

27 avril 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment A, Salle G04) – Christelle Fischer-Bovet (University of Southern California) : « Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions) »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.26.35Logo Hiscant-MA

 

 

Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions)

Christelle Fischer-Bovet, Associate Professor à l’université de Californie du sud présentera, le jeudi 27 avril 2017 à 18h (Salle G04), une conférence ayant pour thème « Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions) ».

À partir du corpus des inscriptions dédicatoires des soldats et officiers Lagides en Egypte, systématiquement rassemblé pour l’occasion, cette conférence cherche à établir pourquoi leur nombre a augmenté de façon spectaculaire sous les règnes de Ptolémée VI et Ptolémée VIII et pourquoi un large pourcentage d’entre elles ont été dédiées par des groupes de soldats. L’état de préservation des sources ne suffit pas à expliquer un tel changement, qui reflète plutôt l’expansion de comportements particuliers, jusque-là sporadiques, d’une « tradition épigraphique » liée aux développements politiques et religieux de la période hellénistique tardive et le rapprochement des cultures grecques et égyptiennes. Afin d’expliquer ces nouvelles tendances, il est nécessaire d’établir le plus systématiquement possible ce que les soldats inscrivaient sur les pierres et comment cela reflète leur vie quotidienne, leur statut et les hiérarchies militaires, les relations entre soldats grecs et égyptiens, avec les civils et la sphère religieuse. Dans un premier temps, cette communication examine la mobilité des soldats et ses conséquences pour eux-mêmes et pour la population civile locale. Deuxièmement, elle met en valeur comment le contenu des inscriptions sert à rendre public le statut militaire et socio-économique des soldats et leur relation au roi. Troisièmement, elle explore la sphère religieuse et l’attention portée par les soldats au bien-être de la population locale. En fait, les soldats semblent imiter la bienveillance caractéristique de l’idéologie royale. En conclusion, les inscriptions des soldats lagides à Chypre servent de comparaison pour évaluer dans quelle mesure les phénomènes décrits ci-dessus sont visibles à travers l’Empire lagide.

Les dates de la saisons 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ves.? »

Compte-rendu.

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

Compte-rendu.

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

Compte-rendu.

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Semestre 2:

19 janvier 2017 – 18h.  (Bâtiment A, salle A216) Brigitte Lion (Université de Lille-3) et Cécile Michel (CNRS) : « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages »

16 février 2017 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle G04) – Philippe Blaudeau (Université d’Angers) : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage »

9 mars 2017 – 18h. Salle A104 – Helmut Schwaiger (Österreichisches Archäologisches Institut) : « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine » [Patricien (Patrizier) – Producteur (Produzent) – Paysan (Bauer). Die vielfältigen Funktionen eines Stadtquartiers im byzantinischen Ephesos]

27 avril 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment A, Salle G04) – Christelle Fischer-Bovet (University of Southern California) : « Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions) »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.26.35Logo Hiscant-MA

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Andréa Binsfeld : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’empire romain et l’antiquité tardive » (Compte rendu)

Andréa Binsfeld, de l’Université de Luxembourg, a présenté une conférence intitulée « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive » le 24 novembre 2016. 

La condition des esclaves durant l’Antiquité soulève de nombreuses problématiques. Si Patterson reprend le principe de « mort sociale », cette idée a soulevé des exceptions. Il est un objet, considéré comme faisant partie du domaine de son propriétaire. Ainsi, un esclave n’a pas le droit de fonder de famille, doit être sexuellement disponible pour le maître. Il n’est même pas considéré comme individu d’après le droit romain.

L’origine des esclaves est variée : prisonniers de guerre, servitude volontaire liée à l’endettement. Leur sort l’est tout autant : tantôt humiliés, tantôt gérant les affaires du maître, leur condition est à nuancer. Si le maître dispose de la Patria potestas qui lui donne le droit de tuer son esclave, il peut aussi le libérer, et ainsi lui permettre d’accéder au statut d’affranchi. Les représentations iconographiques sont révélatrices de cette diversité : inférieurs aux détenteurs de la citoyenneté, ils sont représentés de taille plus petite, leur beauté peut souligner celle de leur maîtresse ou la richesse de leur maison. A contrario les femmes ont parfois le crâne rasé et les hommes portent même des attributs féminins.

Ces exemples témoignent de la difficulté à établir un portrait type de l’esclave dans l’Antiquité, mais il apparaît toujours avec une différenciation, accentuant le contraste avec l’homme libre, faisant de lui un étranger dans les limites mêmes de l’Empire.

Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine

Le 9 mars 2017, Helmut Schwaiger, de l’ÖAI, présentera une conférence intitulée « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine », à 18 heures salle A104 sur le campus Lettres et Sciences humaines et sociales.

Ruinée après la crise du IIIe siècle après J.-C., Éphèse connaît au plus tard au début du Ve siècle une nouvelle époque florissante. Dans le cadre d’un vaste programme architectural des constructions publiques, aussi bien profanes que sacrées, sont érigées, des places réaménagées et les infrastructures à nouveau remises en état. De même, dans le domaine privé un véritable boom immobilier intervient et, au cœur de la ville, émerge un imposant quartier de demeures, qu’on peut, selon toute probabilité, qualifier de résidences représentatives de l’élite urbaine. Une observation plus minutieuse révèle toutefois un système complexe de pièces, dont la différentiation fonctionnelle est on ne peut plus grande. Ainsi, on trouve des espaces dévolus à la représentation, d’autres dévolus au commerce ou à la transformation des produits agricoles. Au VIIe siècle on constate à nouveau une destruction complète. Pour autant le quartier n’est pas abandonné, mais habité jusque tard dans l’époque médio-byzantine.

Télécharger l’affiche.

Les dates de la saisons 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ves.? »

Compte-rendu.

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

Compte-rendu.

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

Compte-rendu.

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Semestre 2:

19 janvier 2017 – 18h.  (Bâtiment A, salle A216) Brigitte Lion (Université de Lille-3) et Cécile Michel (CNRS) : « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages »

16 février 2017 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle G04) – Philippe Blaudeau (Université d’Angers) : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage »

9 mars 2017 – 18h. Salle A104 – Helmut Schwaiger (Österreichisches Archäologisches Institut) : « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine » [Patricien (Patrizier) – Producteur (Produzent) – Paysan (Bauer). Die vielfältigen Funktionen eines Stadtquartiers im byzantinischen Ephesos]

27 avril 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment A, Salle G04) – Christelle Fischer-Bovet (University of Southern California) : « Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions) »

 

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.26.35Logo Hiscant-MA

 

r

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage

Le 16 février, à 18 heures, dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Philippe Blaudeau, professeur d’histoire romaine à l’Université d’Angers, présentera une conférence intitulée : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04).

L’ouvrage de Liberatus, diacre de l’Église de Carthage, le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum consiste en un opuscule traitant en 24 chapitres des controverses christologiques en Orient, depuis la prédication de Nestorius jusqu’à la promulgation du 1er édit de Justinien contre les Trois Chapitres (428-544). Sans doute composé peu avant 566, cette narration forme un condensé original d’informations ecclésiastiques de grande importance. Le travail du diacre carthaginois se distingue spécialement par une richesse d’information peu commune. Il dispense une connaissance d’autant moins partagée par ses contemporains, clercs ou laïcs, de Proconsulaire et des autres provinces d’Afrique, qu’elle procède d’un cours événementiel dont ils ont été très largement tenus à l’écart. Ce récit n’en est pas moins un remarquable projet historiographique. Car, en qualifiant son ouvrage de breviarium, Liberatus ne semble pas toujours tenir le caractère concis de son propos pour une exigence première. Mieux, il paraît s’inspirer volontiers du modèle des Histoires ecclésiastiques jusqu’à citer in extenso des documents majeurs (tel l’Hénotique de l’empereur Zénon, 482). De la sorte, il propose une interprétation qui invalide l’initiative principale prise par Justinien en matière de politique ecclésiastique après 540 : la condamnation des Trois Chapitres.

Télécharger l’affiche.

Séminaire International d’Histoire Ancienne (saison 2016-2017)

Follis de Constantin II : ALEMMANIA DEVICTA, 324-325 (RIC VII, 50 ; Wikimedia Commons).
Follis de Constantin II : ALEMMANIA DEVICTA, 324-325 (RIC VII, 50 ; Wikimedia Commons).

Depuis plusieurs années le Séminaire International d’Histoire d’Ancienne de l’Université de Lorraine permet faire le lien entre la recherche la plus actuelle et la formation des étudiants en invitant chaque mois un collègue d’une autre université, française ou étrangère, autour d’un thème fédérateur. Chaque séance, ouverte à tous, étudiants, enseignants-chercheurs et public, permet de faire connaître les derniers acquis de la recherche et participe ainsi à la diffusion de la recherche et à la formation de tous. Le séminaire poursuit cette saison avec le thème : « Les étrangers dans les zones de contacts des mondes anciens ».

Télécharger la brochure du Semestre 1 (2016-2017).

Télécharger la brochure du Semestre 2 (2016-2017).

Les dates de la saisons 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

Compte-rendu.

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

Compte-rendu.

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Semestre 2:

19 janvier 2017 – 18h.  (Bâtiment A, salle A216) Brigitte Lion (Université de Lille-3) et Cécile Michel (CNRS) : « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages »

16 février 2017 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle G04) – Philippe Blaudeau (Université d’Angers) : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage »

9 mars 2017 – 18h. Salle A104 – Helmut Schwaiger (Österreichisches Archäologisches Institut) : « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine » [Patricien (Patrizier) – Producteur (Produzent) – Paysan (Bauer). Die vielfältigen Funktionen eines Stadtquartiers im byzantinischen Ephesos]

27 avril 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment A, Salle G04) – Christelle Fischer-Bovet (University of Southern California) : « Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions) »

 

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.26.35Logo Hiscant-MA

acal_logo_vectoris

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sophie Laribi-Glaudel « De Lamastu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen (IIe – Ier millénaire) » (Compte-rendu)

Sophie Laribi-Glaudel a présenté une conférence intitulée « De Lamaštu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire » le jeudi 10 novembre dans le cadre du Séminaire international d’histoire ancienne.

Lamaštu et Lamia ont de nombreux points communs tant par leur représentation que par la peur qu’elles inspirent aux humains de l’Antiquité. Ces êtres hybrides, s’attaquant en particulier aux femmes enceintes et aux enfants, apparaissent comme une explication à la forte mortalité infantile et maternelle. Elles sont toutes deux représentées avec des attributs de la féminité, associées au sauvage, à la voracité, à la stérilité et porteuses d’un passé parfois tragique : Lamaštu est chassée par son père, alors que Lamia, suivant les sources antiques, est fille d’un dieu héritant son physique d’une punition d’Héra, ou reine ayant perdu tous ses enfants. Les humains se protègent de ces démones, voyageant à travers le temps et l’espace, par le biais de nombreuses incantations et amulettes, renseignant l’historien sur les individus en marge dans l’Antiquité : démones hybrides, enfants morts prématurément et femmes ayant manqué le passage de fille à mère, jeunes filles mortes avant leur mariage ou d’avoir pu mettre au monde un enfant.

Lamaštu, Lamia, et les autres croque-mitaines, ne semblent pas avoir été l’objet d’un transfert direct mais répondent à des inquiétudes humaines communes aux différentes périodes et espaces de l’Antiquité. 

Léa, étudiante en licence d’Archéologie et Histoire de l’Art, est très intéressée par la Mésopotamie. Selon elle, la comparaison entre la Mésopotamie et la Grèce ancienne constitue une nouvelle perspective : voir les ressemblances et différences entre deux périodes bien éloignées.

Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages

Brigitte Lion
Brigitte Lion

À l’occasion de l’exposition « » et dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, nous aurons le plaisir d’accueillir Brigitte Lion, professeure d’histoire du Proche Orient Ancient et Cécile Michel, directrice de recherche au CNRS, pour une conférence intitulée « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages ». La conférence se tiendra à la BU du CLSH (rez-de-chaussée), le jeudi 19 janvier à 18h.

cecile_michel
Cécile Michel

L’écriture de la Mésopotamie antique est qualifiée de cunéiforme, ce qui signifie que les signes ont une forme de clous ou de coins (cuneus). Ces signes ont été utilisés pendant plus de 3000 ans, non seulement en Mésopotamie, mais  aussi au-delà, sur une très vaste aire géographique allant de l’Anatolie à l’Égypte, de la Mer méditerranée au Golfe arabo-persique. Dans toute cette zone, des centaines de milliers de tablettes couvertes d’inscriptions cunéiformes ont été trouvées.

Lettre d'Amarna (Louvre, AO 7098).
Lettre d’Amarna (Louvre, AO 7098).

Ces écritures ont été redécouvertes d’abord par les premiers voyageurs qui ont exploré ces régions oubliées et en ont rapporté les premières copies d’inscriptions, puis par les diplomates du XIXe siècle, qui ont été les premiers archéologues de Mésopotamie. Leur déchiffrement a été une entreprise complexe, car cette écriture notait plusieurs langues différentes, selon des systèmes diffé

rents. Les signes, selon les langues qu’ils notent, peuvent avoir une valeur de logogrammes (chaque signe représente un mot), ou une valeur syllabique, ou encore une valeur de lettre (il s’agit alors d’alphabets). Un important matériel scolaire, trouvé sur les sites de Mésopotamie, a permis de reconstituer l’apprentissage des scribes.

 

Télécharger l’affiche.

Enregistrer

L’idéologie de l’accueil humanitaire des barbares au IVe siècle

s200_alessandro-barberoÀ l’occasion de la cérémonie de remise à Alain Chauvot de son ouvrage, Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations, et dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, nous aurons le plaisir d’accueillir Alessandro Barbero, professeur à l’Université de Piémont oriental « Amedeo-Avogadro », pour une conférence intitulée « L’idéologie de l’accueil humanitaire des barbares au IVe siècle ».

La cérémonie et la conférence auront lieu le jeudi 8 décembre sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy (CLSHS), 1, place Godefroy de Bouillon, Salle A104 (Bâtiment A).

Télécharger l’affiche.

Illustration : colonne d’Arcadius (Trinity College Library, MS O.17.2)

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Charlotte Lerouge-Cohen : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? » (Compte-rendu)

Charlotte Lerouge-Cohen a animé la séance du Séminaire International d’Histoire Ancienne du 20 octobre en présentant une conférence intitulée : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes » 

À travers son exposé, elle a permis à l’auditeur d’évaluer les liens entre deux périodes étudiées de façon distincte habituellement. Elle met en évidence des similitudes entre les Séleucides et les Arsacides, comme un trait d’union dans l’attitude des Rois et dans certaines pratiques. En effet, les cités grecques, fondées par les souverains séleucides, et soumises par un souverain arsacide, ne voient pas leur système bouleversé mais bien maintenu et même renforcé avec une pérennité des institutions et des magistratures grecques.

Cependant quelques différences sont remarquables, notamment le type de lettres entre Roi et cités. Charlotte Lerouge-Cohen s’appuie alors sur l’étude d’un titre, les « Amis du Roi », déjà présents à la période séleucide. Le titre apparaît toujours dans les sources à l’époque arsacide mais semble évoluer. Les « Amis du Roi » passent de véritables piliers des monarchies hellénistiques à des fonctions moins claires. Il semblerait que ces hommes avaient dans un premier temps conservé leurs fonctions, mais, après une période de vide épigraphique, ils réapparaissent avec des pouvoirs amoindris. Ils seraient passés de véritables proches du Roi avec des fonctions de premier ordre à simples notables locaux.

Julien Léonard, Maître de Conférences en Histoire Moderne et amateur d’histoire ancienne, a été enchanté d’entendre une conférence qui lui a beaucoup appris. Il profite de ces conférences pour enrichir ses connaissances dans les périodes hors de sa spécialité et dit avoir eu une impression très positive.

Mylène Barbe, étudiante en Master 2 Sciences de l’Antiquité et du Moyen-Âge nous a confié : « La conférence de Charlotte Lerouge-Cohen était enrichissante, et ce sur plusieurs niveaux. En premier lieu, cette conférence était l’occasion pour moi de découvrir des sources inconnues jusque-là, précieux outils de recherche. De plus, cet exposé m’a permis de mieux connaître ces rois, relativement peu connus et dont l’étude n’est pas aisée pour le non-initié. Enfin, leur mise en perspective avec le monde gréco-macédonien a mis en évidence le fait que, loin de constituer une rupture, leur établissement entraine certains éléments de continuité, avec toutefois des nuances nécessaires. Ce sujet m’intéresse d’autant plus qu’il aborde des points relatifs à mon mémoire portant sur la période hellénistique. Les éléments de continuité entre domination séleucide et arsacide, exposés par une personne impliquée dans la recherche, furent donc extrêmement instructifs tant pour ma curiosité que pour mes recherches, et prodigués avec une grande qualité. »

Les autres comptes-rendus du Séminaire (2016-2017): 

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive

a-binsfeldLe 24 novembre 2016, à 18 heures, dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Andrea Binsfeld, Associated Professor à l’Université de Luxembourg, présentera une conférence intitulée : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04).

Comment définir l’esclavage ? D’après les juristes romains un esclave est soumis à une domination étrangère contre nature. Mais, au-delà du droit romain, il y a d’autres critères pour définir un esclave : un esclave est une propriété privée ; il est un étranger, soit parce qu’il vient de l’étranger, soit parce qu’il est exclu de la société ; il n’a pas de famille ; il dépend du maître ; il subit souvent la violence… L’expérience d’être un étranger, d’une manière ou d’autre, constitue l’essence de l’esclavage. Sur la base des témoignages littéraires, épigraphiques, archéologiques et juridiques, l’exposé portera sur les différents procès d’aliénation des esclaves à l’époque impériale et tardive.

Télécharger l’affiche.

Illustration : Gustave Boulanger, Le marché aux esclaves (1882, Wikimedia Commons).

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Enregistrer

Enregistrer

Bertrand Lançon : « Stilicon Caméléon » (Compte-Rendu)

La conférence de Bertrand Lançon est une parfaite illustration des difficultés de l’historien face à la partialité des sources. Stilicon est un caméléon, porteur d’une multitude de visages déformés par des écrivains ayant des objectifs particuliers. Certains, comme Claudien, dressent un portrait élogieux de ce personnage de la haute aristocratie romaine, un « Nouveau Scipion ». D’un autre côté le comte Marcellinus le présente comme un misérable, un « semi-barbare » issu du peuple vandale, païen, voulant pour son fils le titre impérial.

C’est ici que l’historien devient arbitre et tente alors d’établir un portrait plus objectif. Stilicon, marié à la nièce de Théodose, consul en 386 et 400 et détenteur de postes militaires importants, donne même ses deux filles en mariage à l’Empereur. La bulle de l’Impératrice Marie est tout à fait éclairante sur la dévotion d’un homme profondément chrétien dont les accusations de paganisme semblent s’appuyer sur des faits hasardeux. Son gentilice comme son année de naissance mais aussi l’attitude de l’empereur à son égard rendent discutable une origine barbare.

L’exemple de Stilicon présente la romanité comme plus hétérogène. Les deux ensembles « tradition » et « innovation », autrefois distincts, semblent à présent être entremêlés.

Louise Arnold, étudiante en Master 1 Sciences de l’Antiquité et du Moyen Age, décrit Bertrand Lançon comme « accessible et pédagogue ». Pour elle, l’intérêt de la conférence résidait dans la qualité et la variété des sources (littéraires, épigraphiques, iconographiques) qui ont permis à un auditoire convaincu de comprendre le personnage de Stilicon mais aussi la mentalité des Romains du Bas-Empire.

Conférence Bertrand Lançon

Les autres comptes-rendus du Séminaire (2016-2017): 

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

 

 

Enregistrer

Enregistrer

De Lamaštu à Lamia : les « croqueuses d’enfants » dans le monde méditerranéen (IIe – Ier millénaire)

  Le jeudi 10 novembre à 18 heures, Sophie Laribi-Glaudel, de l’Université de Lorraine, présentera une conférence intitulée « De Lamaštu à Lamia : les « croqueuses d’enfants » dans le monde méditerranéen (IIe – Ier millénaire) ». La conférence se tiendra à Nancy, Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, Salle 04). 

Près d’un millénaire et plusieurs centaines de kilomètres séparent Lamaštu et Lamia, démones respectivement mésopotamienne et grecque, qui ont en commun leur appétence pour la chair de bébés. Cette proximité de leurs attributs et de leurs noms a amené certains chercheurs, à l’instar de Walter Burkert, à voir dans ces deux personnages une figure identique. Lamia serait donc l’avatar d’une figure étrangère, originaire de Mésopotamie, ayant voyagé depuis le pays Entre-les-deux fleuves jusqu’en Grèce à travers le Proche Orient.

Cette apparente proximité traduit-elle le transfert d’une figure étrangère en Grèce ou bien la réalité, tristement commune à l’ensemble des sociétés antiques, du très fort taux de mortalité infantile qui caractérisait les démographiques anciennes ?

Télécharger l’affiche.

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes

s200_lerouge-cohen-charlotteLe 20 octobre 2016, à 18 heures, Charlotte Lerouge-Cohen, de l’Université de Paris Ouest-Nanterre, présentera une conférence intitulée : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04).

Entre environ 150 av. J.-C. et le début du Ier siècle av. J.-C., toute la partie orientale du royaume des Séleucides (Iran, Mésopotamie, une partie de l’Asie Centrale) passe sous la domination de la dynastie d’origine iranienne des Arsacides – qu’on appelle également les « Parthes ». Ceux-ci entretiennent dès les origines d’étroits contacts avec les souverains gréco-macédoniens dont les royaumes côtoient le leur, Séleucides et rois gréco-bactriens. Par ailleurs, maîtres d’un vaste empire, ils se retrouvent à la tête de diverses communautés pour lesquelles ils constituent un pouvoir étranger, en particulier les fameuses cités grecques séleucides. Quelle attitude les rois parthes ont-ils alors adoptée face à l’héritage politique macédonien auquel ils étaient sans cesse confrontés ? Quels rapports ont-il établis avec les cités grecques ? Quelles institutions typiquement hellénistiques ont-ils eux-mêmes adoptées dans l’exercice de leur pouvoir ? Dans ce second volet, sera évoqué la question des « Amis » des Arsacides, terme qui revêt chez eux une signification assez différente de celle qu’elle a en dehors de leur royaume. Une dynastie étrangère au monde gréco- macédonien s’est ainsi emparée d’une institution qu’elle a remodelée pour l’intégrer à son système propre de gouvernement, largement différent de celui des Séleucides.

Télécharger l’affiche.

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

 

Illustration : Plaque d’argile représentant un cataphractaire parthe (IIIe av. J.-C. – IIe ap. J.-C.). British Museum. Wikimedia Commons.

 

Enregistrer

Stilicon caméléon : Romain ? Barbare ? Païen ? Chrétien ?

Bertrand LançonLe 6 octobre 2016, Bertrand Lançon, de l’Université de Limoges, présentera une conférence intitulée : « Stilicon caméléon : Romain ? Barbare ? Païen ? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s. ?  »
La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04).

Pendant un quart de siècle, de 384 à 408, Stilicon a été l’une des personnalités les plus éminentes de l’Empire romain. Détenteur des plus hauts commandements militaires, il appartenait à la famille impériale par son mariage avec Serena, la nièce de Théodose (385) puis celui de ses deux filles (398 et 408) avec Honorius, dont il fut également le tuteur. Refoulant les Goths d’Italie, il fut néanmoins partisan de leur intégration dans l’Empire. Accusé par une coterie palatine de briguer l’Augustat pour son fils et de vouloir livrer l’Empire aux barbares, il connut une brusque disgrâce et fut sommairement exécuté en 408. Le destin de Stilicon dans les sources est sans doute le plus contrasté qu’ait connu un haut personnage de l’Empire romain. Diplomate hors pair et héros militaire pour les uns, traître pour les autres, il est tantôt perçu comme parangon de la défense de Rome, tantôt comme semibarbarus, tantôt comme païen convaincu, tantôt comme chrétien dévot. Le fait qu’il soit ainsi tiré à hue et à dia par les auteurs – en fonction de leurs options idéologiques – brosse de lui le portrait d’un caméléon, porteur, en matière d’identite, de tout et son contraire. Son cas illustre à merveille la facon dont les « identités » (un concept moderne) se définissent dans l’Empire au début du Ve s. : elles flottent comme les morceaux d’une banquise fondante et se déplacent, se collant à des paradigmes valorisants ou dévalorisants, où les critères ethniques, familiaux et religieux, en pleine évolution, dessinent une « romanité hétérogène ».

Télécharger l’affiche.

Les dates de la Saison 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ve s.? »

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer