Archives de catégorie : Présentation

Andréa Binsfeld : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’empire romain et l’antiquité tardive » (Compte rendu)

Andréa Binsfeld, de l’Université de Luxembourg, a présenté une conférence intitulée « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive » le 24 novembre 2016. 

La condition des esclaves durant l’Antiquité soulève de nombreuses problématiques. Si Patterson reprend le principe de « mort sociale », cette idée a soulevé des exceptions. Il est un objet, considéré comme faisant partie du domaine de son propriétaire. Ainsi, un esclave n’a pas le droit de fonder de famille, doit être sexuellement disponible pour le maître. Il n’est même pas considéré comme individu d’après le droit romain.

L’origine des esclaves est variée : prisonniers de guerre, servitude volontaire liée à l’endettement. Leur sort l’est tout autant : tantôt humiliés, tantôt gérant les affaires du maître, leur condition est à nuancer. Si le maître dispose de la Patria potestas qui lui donne le droit de tuer son esclave, il peut aussi le libérer, et ainsi lui permettre d’accéder au statut d’affranchi. Les représentations iconographiques sont révélatrices de cette diversité : inférieurs aux détenteurs de la citoyenneté, ils sont représentés de taille plus petite, leur beauté peut souligner celle de leur maîtresse ou la richesse de leur maison. A contrario les femmes ont parfois le crâne rasé et les hommes portent même des attributs féminins.

Ces exemples témoignent de la difficulté à établir un portrait type de l’esclave dans l’Antiquité, mais il apparaît toujours avec une différenciation, accentuant le contraste avec l’homme libre, faisant de lui un étranger dans les limites mêmes de l’Empire.

Sophie Laribi-Glaudel « De Lamastu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen (IIe – Ier millénaire) » (Compte-rendu)

Sophie Laribi-Glaudel a présenté une conférence intitulée « De Lamaštu à Lamia les croqueuses d’enfants dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire » le jeudi 10 novembre dans le cadre du Séminaire international d’histoire ancienne.

Lamaštu et Lamia ont de nombreux points communs tant par leur représentation que par la peur qu’elles inspirent aux humains de l’Antiquité. Ces êtres hybrides, s’attaquant en particulier aux femmes enceintes et aux enfants, apparaissent comme une explication à la forte mortalité infantile et maternelle. Elles sont toutes deux représentées avec des attributs de la féminité, associées au sauvage, à la voracité, à la stérilité et porteuses d’un passé parfois tragique : Lamaštu est chassée par son père, alors que Lamia, suivant les sources antiques, est fille d’un dieu héritant son physique d’une punition d’Héra, ou reine ayant perdu tous ses enfants. Les humains se protègent de ces démones, voyageant à travers le temps et l’espace, par le biais de nombreuses incantations et amulettes, renseignant l’historien sur les individus en marge dans l’Antiquité : démones hybrides, enfants morts prématurément et femmes ayant manqué le passage de fille à mère, jeunes filles mortes avant leur mariage ou d’avoir pu mettre au monde un enfant.

Lamaštu, Lamia, et les autres croque-mitaines, ne semblent pas avoir été l’objet d’un transfert direct mais répondent à des inquiétudes humaines communes aux différentes périodes et espaces de l’Antiquité. 

Léa, étudiante en licence d’Archéologie et Histoire de l’Art, est très intéressée par la Mésopotamie. Selon elle, la comparaison entre la Mésopotamie et la Grèce ancienne constitue une nouvelle perspective : voir les ressemblances et différences entre deux périodes bien éloignées.

Exposition : les écritures cunéiformes

Laetitia Graslin, maître de conférences en histoire grecque à l’Université de Lorraine propose une exposition intitulée « Les écritures cunéiformes » du 5 janvier au 24 février 2017 à la Bibliothèque universitaire du campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, à Nancy.

Dans le cadre de cette exposition, Cécile Michel, directeur de recherches au CNRS de Nanterre et Brigitte Lion, professeur à l’université de Lille III, présenteront une conférence intitulée « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement et usages » le jeudi 19 janvier à 19 heures.

L’ancien Irak est le berceau de l’un des plus anciens systèmes d’écriture connu, l’écriture cunéiforme. Rédigée sur des tablettes d’argile, elle apparaît vers le milieu du IVe millénaire av. J.-C., à Uruk, dans le sud de la Mésopotamie. Elle se répand ensuite dans tout le Proche-Orient, et permet la rédaction de textes aussi variés que complexes : textes économiques, juridiques, littéraires et savants… Elle s’adapte à plusieurs langues et inspire d’autres systèmes d’écriture, dont les premiers systèmes alphabétiques. Mais lorsqu’elle cesse d’être utilisée, aux débuts de l’ère chrétienne, son souvenir disparaît rapidement. Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que des voyageurs, diplomates et savants européens redécouvrent cette écriture devenue inintelligible, puis parviennent à la déchiffrer. A l’occasion du 160ème anniversaire du déchiffrement de l’écriture cunéiforme, l’exposition propose un voyage à la découverte de cette écriture millénaire, en invitant à en découvrir tout à la fois le fonctionnement, les usages, et l’aventure de son déchiffrement.

Des visites guidées et ateliers d’écriture sur argile seront animés les jeudi de 12 heures à 13 heures et sur demande à laetitia.graslin@univ-lorraine.fr.

Télécharger l’affiche.

Cités et province d’Asie face aux autorités centrales

Dans le cadre de la formation à l’Agrégation externe  d’Histoire et interne d’Histoire-Géographie, François Kirbihler donnera à Clermont-Ferrand une conférence intitulée : « Un dialogue permanent : cités et province d’Asie face aux autorités centrales ». La conférence se tiendra le mercredi 7 décembre à 17h30 à l’ESPÉ, 36 avenue Jean Jaurès à Chamalières (63400), en salle A005.

La conférence examine les conditions du dialogue entre les cités grecques d’Asie, le koinon de la province et les autorités centrales romaines, imperatores, Sénat et empereur, entre 70 av. J.-C. et 73 ap. J.-C. Le Sénat et/ou l’empereur concédaient et étaient garants des privilèges des cités, ce que le dossier épigraphique d’Aphrodisias permet (entre autres) de bien montrer. L’assemblée provinciale ou koinon, se réunissant à intervalles réguliers, était un interlocuteur important des autorités romaines : elle servait d’interface entre imperatores, Sénat et empereur d’une part, cités grecques d’autre part, aussi bien pour recevoir des injonctions romaines (impôts) que pour l’obtention de faveurs. Le koinon d’Asie fut un acteur important du culte impérial et un cadre de régularisation de la compétition entre cités. Enfin, les autorités centrales servaient également d’arbitre en cas de conflit judiciaire ou pour mettre fin à des divisions au sein de la cité.

Télécharger l’affiche.

Illustration : le mur des archives d’Aphrodisias (© Inscriptions of Aphrodisias, King’s College, London).

Journées d’études : Pratiques et stratégies alimentaires dans l’Antiquité tardive

Lundi 28 Novembre de 14 heures 30 à 18 heures 30 et Mardi 29 Novembre de 9 heures à 17 heures, se dérouleront les Journées d’études en salle 324, 91 Avenue de la Libération à Nancy.

A cette occasion la discussion tournera autour de l’analyse des pratiques et stratégies alimentaires dans l’Antiquité tardive (IIIe-VIIe siècle) à travers les sources papyrologiques et juridiques.

Télécharger le programme détaillé.

Télécharger l’affiche.

Poste de doctorants en Histoire numérique (Université de Luxembourg)

Le Historical Institute / Center for Contemporary and Digital History de l’Université de Luxembourg a obtenu une dotation du Fonds National de La Recherche de Luxembourg dans le cadre du programme intitulé PRIDE-program, permettant la constitution d’une DTU (Doctoral Training Unit) et la création de 13 postes de doctorants (h/f) dans le domaine de l’histoire et de l’herméneutique numérique.

Voir l’annonce sur le site de l’Université de Luxembourg.

Espace pensé, territoires administrés : quelques réflexions sur la façon dont les Anciens ont pu se représenter l’espace anatolien

lebreton-smallLe  jeudi 3 mars, Stéphane Lebreton, maître de conférences à l’Université d’Artois, présentera une conférence intitulée : « Espace pensé, territoires administrés : quelques réflexions sur la façon dont les Anciens ont pu se représenter l’espace anatolien ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, bâtiment A, salle A104 à 18h.

Depuis 20 à 30 ans, les historiens ont porté leur attention sur la question des perceptions spatiales dans l’Antiquité. Leur approche a permis de changer la compréhension de la géographie. Au lieu de considérer que l’homme de ces périodes reculées pensait et restituait un espace sur le modèle des Modernes, ils ont plutôt réfléchi aux singularités en s’aidant des avancés de l’anthropologie. On peut d’ailleurs considérer que l’ouvrage Geography and ethnography. Perceptions of the World in Pre-Moderne Societies (K. A. Raaflaub & R. J. A. Talbert, éd., 2010), cherchant à comparer les conceptions spatiales de différentes sociétés éloignées dans le temps et dans l’espace est à la fois une illustration intéressante de cette démarche et peut-être un aboutissement.

Dès la fin des années 1980 et le début des années 1990, des auteurs comme P. Janni, Fr. Prontera, Chr. 15th_century_map_of_Turkey_regionJacob ou P. Arnaud, par exemple, ont élargi le champ de la réflexion en s’interrogeant notamment sur l’utilité et la fréquence de la carte, sur la pensée hodologique, sur le développement et la diffusion de la culture géographique. Ils ont ainsi permis d’enrichir et de développer le sujet. Les études actuellement conduites par Kl. Geus et M. Thierieng affinent davantage encore la problématique en proposant de réfléchir non plus seulement sur la géographie érudite telle qu’elle apparaît le plus souvent dans la littérature, mais à la culture géographique populaire de l’homme de la rue (common sense geography).

Parallèlement, les modalités de contrôle et d’administration d’un territoire ont donné lieu à nombre d’études, au moins pour les périodes hellénistique et romaine. De fait, il restait à étudier les relations entre les deux domaines de recherche. À partir de quels acquis intellectuels, de quelles connaissances géographiques, de quels apprentissages, de quels outils ou supports les personnes en charge de l’administration d’un territoire ont-il travaillé ? Certes, le sujet a pu être abordé par Cl. Nicolet dans L’inventaire du monde. Il était au cœur de sujet des deux volumes La invención de una geografía de la Península Ibérica (G. Cruz Andreotti, P. Le Roux & P. Moret, éd., 2006). N. Purcell a aussi pu proposer des analyses pertinentes. Il semble cependant que bien des interrogations demeurent, au moins aux échelles locale et régionale.

C’est la question qui sera abordée lors de cette conférence en prenant l’exemple de la péninsule anatolienne sur le long terme, en partant du cadre général, avant de développer des cas particuliers.

Télécharger l’affiche.

Illustration : delta du Méandre / Carte de l’Anatolie (XVe s.).

Les autres dates de la saisons 2015-2106

Semestre 1

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.10.211 octobre 2015 – 18h. en salle A104 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Un Italien à Ephèse : P. Vedius Pollio, Mission publique, activités économiques et postérité onomastique. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.19.0415 octobre 2015 – 18h. en salle A329b – Anne-Emmanuelle Veïsse (Université de Paris 1) : « Société et sociabilité dans le Fayoum au IIIs. avant notre ère : le cas des pétitions de femmes. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.1412 novembre 2015 – 18h. en salle A104 – Ekaterina Nechaeva (Université de Genève) : « Les Romains comme étrangers. L’émigration individuelle dans l’Antiquité tardive. »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.343 décembre 2015 – 18h. en salle A104 – Alain Chauvot (Université de Strasbourg) : « Les Goths en Thrace, 376-378 : confrontations et métamorphoses. »

Télécharger la brochure (saison 2015-2016, semestre 1).

Semestre 2 :

Arietta-Papaconstantinou-id-web28 janvier 2016 – 18h. en salle A104 – Arietta Papaconstantinou (Université de Reading) : « Langues d’empire, langues étrangères ? Les chemins pas très parallèles du grec et de l’arabe en Égypte. »

Julien Monerie11 février 2016 – 18h. – Julien Monerie (Université de Paris 1) : « Chronique d’une campagne avortée. Le projet d’invasion de l’Arabie par Alexandre (323 av. J.-C.). »

lebreton-small3 mars 2016 – 18h. – Stéphane Lebreton (Université d’Artois) :  « Espace pensé, territoires administrés : quelques réflexions sur la façon dont les Anciens ont pu se représenter l’espace anatolien. »

aurenhammer-small21 avril 2016 – Maria Aurenhammer (Österreichisches Archäologische Institut, Vienne) : « Les portraits des notables à Éphèse à l’époque impériale [Die Honoratiorenporträts des kaiserzeitlichen Ephesos]. »

Télécharger le programme du semestre 2.

Colloque « Héros grecs à travers le temps » (Metz)

Capture d’écran 2015-05-11 à 19.19.26Du 28 au 30 mai 2015 se tiendra à Metz un colloque organisé par Laurence Baurain-Rebillard et intitulé « Héros grecs à travers le temps : autour de Bellérophon, Cadmos, Persée, Thésée ». Le colloque se tiendra au cloître des Récollets, salle capitulaire (1 rue des Récollets 57000 Metz).

Plus d’information sur le blog « Politique et conflits ».

Voir l’affiche

Télécharger le programme

Christoph Schäfer : « Les Ostrogoths en Italie. L’histoire d’un succès ? »

Christoph SchäferLe Séminaire d’Histoire Ancienne a la joie d’accueillir Christoph Schäfer, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Trêves, pour une conférence intitulée : « Les Ostrogoths en Italie. L’histoire d’un succès ? » (Die Ostgoten in Italien – eine Erfolgsgeschichte?). La conférence se déroulera le jeudi 26 mars 2015 à 18h. en salle A329b (CLSH, place Godefroy de Bouillon).

Par la prise de l’Italie et l’élimination d’Odoacre, Théodoric le Grand conquiert le cœur de l’Empire romain d’Occident. Dans le royaume ostrogothique qu’il a fondé les Romains et les Goths vécurent plusieurs décennies en coexistence pacifique. Le roi ostrogoth adopta globalement le rôle de l’empereur romain, le Sénat était toujours associé à l’administration de l’Empire, tandis que l’armée était essentiellement dominée par les Goths. La politique de tolérance de Théodoric sur les questions de foi a largement contribué à la coexistence pacifique des différents groupes de population. Si l’on veut porter un jugement sur la stabilité des fondements du royaume ostrogothique, il est nécessaire de considérer les conséquences de cette politique.

Théodoric le Grand (monnaie du Palazzo Massimo, Rome, ©Wikimedia)
Théodoric le Grand (monnaie du Palazzo Massimo, Rome, ©Wikimedia)

Mit der Eroberung Italiens und der Beseitigung des Odoaker übernahm der Ostgote Theoderich d. Gr. die Kerngebiete des weströmischen Reiches. In dem von ihm etablierten Ostgotenreich lebten Römer und Goten über Jahrzehnte in friedlicher Koexistenz. Der ostgotische König adaptierte weitgehend die Rolle des römischen Kaisers, der Senat war weiterhin in die Reichsverwaltung eingebunden, während das Militär weitgehend von Goten dominiert wurde. Die Toleranzpolitik Theoderichs in Glaubensfragen trug zum weitgehend friedlichen Zusammenleben der verschiedenen Bevölkerungsgruppen bei. Die Auswirkungen dieser Politik gilt es zu prüfen, wenn man ein Urteil über die Stabilität der ostgotischen Reichsgründung fällen möchte.

 

Les autres dates de la saison 2014/2015 :

2 octobre 2014 – François Kirbihler (Université de Lorraine) : « Les Italiens à Éphèse : de l’exploitation des Grecs à l’intégration dans la cité (133 a.C. – 48 p. C.) »

20 novembre 2014 – Laurent Guichard (Université de Savoie) : « L’initiation chrétienne et la fonction impériale de Constantin à Théodose II »

29 janvier 2015 – Audrey Becker (Université de Lorraine) : « Les Ostrogoths et les Burgondes sont-ils Romains ? Réflexions critiques sur l’ethnogenèse et les théories de l’ethnicité dans l’Antiquité tardive »

5 mars 2015 – Martin Steskal (Université de Vienne) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

23 mars 2015 – Christoph Schäfer (Université de Trêves) : « Leben und Sterben in Ephesos. Archäologie des Todes in einer römischen Metropole »

30 avril 2015 – Patrice Schlosser (Lycée Poincarré, Nancy) : « Périnthe et la Thrace propontique antique : une zone de contact méconnue du monde grec »

Journée scientifique de l’Hiscant-MA : « Les marqueurs identitaires dans l’Antiquité et le Moyen Âge »

Samedi 30 novembre à 9h30 salle A104 (CLSH).

La première journée scientifique de l’Hiscant-MA se tiendra le 30 novembre.

9h30 – Accueil

10h00 – Conférence inaugurale

Sandrine Huber – professeur d’archéologie classique

Rites et gestes sacrificiels en Méditerranée antique, empreintes identitaires des sociétés et des individus.

11h-13h00 – Exposés de travaux de doctorants et discussions

Dimitri Marcin – archéologie antique

Le port du diadème en Grèce ancienne, un témoignage social et culturel des classes dirigeantes.

Samantha Dub – archéologie antique

Caractéristiques du faciès matériel de la cité des Leuques à travers l’étude de la céramique antique de Grand (Vosges)

Ludovic Martinet – histoire romaine

La fin de l’autorité romaine en Gaule, le rôle des Romains.

Rachel Prouteau – histoire et archéologie du Moyen Âge

La céramique domestique du premier Moyen Âge (VIe-XIIe siècles) : l’exemple du sillon lorrain.

Frédéric Untereiner – histoire du Moyen Âge

Du pagus au comté, étude de l’évolution du peuplement dans le Barrois au Haut Moyen Âge.

13h-14H30  – Buffet

14h30 – Suite des exposés, présentation de travaux de l’équipe et visite du musée archéologique

Programme de la journée