Archives de catégorie : Actualités

En marge du judaïsme « officiel » : Qumrân, ses écrits et sa communauté

Dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Thierry Legrand, maître de conférences en histoire des religions à l’université de Strasbourg, présentera, le jeudi 16 novembre 2017 à 18h (Salle G04), une conférence ayant pour thème « En marge du judaïsme  « officiel » : Qumrân, ses écrits et sa communauté ».

 

Découverts sur les bords de la mer Morte il y a 70 ans, les écrits de Qumrân nous donnent accès à une masse considérable d’informations sur un groupe de fidèles juifs en rupture avec le judaïsme de Jérusalem, au tournant de notre ère. Après une introduction à la découverte des manuscrits de Qumrân, l’exposé présentera les écrits de références de la bibliothèque qumrânienne et tentera de préciser l’identité de ce groupe.

Télécharger l’affiche de la conférence ici.

Illustration : Le Rouleau d’Isaïe (CC Wikimedia Commons).

 

Cléopâtre, la Corse et les chefs de l’Antiquité

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, et Olivier Jehasse, maître de conférences HDR d’histoire ancienne et d’archéologie à l’Université de Corse, seront les invités de l’émission « C’est votre jour de science », diffusée dimanche 22 octobre sur Radio Bleu RCFM, de 12h à 13h.

Au programme : Cléopâtre et la Corse au Ier siècle av. J.-C.

L’émission pourra être réécoutée sur le site de France Bleu RCFM.

Christian-Georges Schwentzel sera également présent au 3e Salon du Livre d’Histoire de Villeneuve-Loubet, samedi 28 et dimanche 29 octobre, de 10h à 17h. Il participera à un débat sur les chefs de l’Antiquité à nos jours, dimanche 29 octobre, à partir de 16h30, à la médiathèque de Villeneuve-Loubet.

Vous pouvez retrouver le programme ici.

Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques

Le thème du séminaire de spécialisation en Archéologie est consacré cette année au montage d’une exposition sur des autels gallo-romains dans le Musée archéologique de l’Université de Lorraine (inauguration en janvier) et à une réflexion sur le fonctionnement des autels dans le monde gréco-romain.

En amont de cette exposition est organisée une journée d’étude intitulée « Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques » le 6 novembre prochain, en salle internationale, 91 avenue de la Liberation à Nancy.

Télécharger le programme.

Illustration : Lawrence Alma-Tadema, The Vintage Festival, 1871 (The National Gallery of Victoria, Melbourne ; CC Wikimedia Commons).

Rencontre débat autour de la fabrique des chefs

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, présentera son dernier livre, La Fabrique des Chefs, d’Akhenaton à Donald Trump, éditions Vendémiaire, à l’occasion de 4 rencontres-débats :

Paris : Salon du Livre, Porte de Versailles, samedi 25 mars, Scène Agora, 14h-15h.

Débat animé par Éric Valmir (France Inter), en compagnie de Vladimir Fédorovski et Jana Jabbour.

Metz : Librairie « Autour du Monde », 44 rue de la Chèvre, mardi 2 mai, 18h30-20h.

Rencontre organisée par l’association Kallirhoé.

Chartres : Bar « Le Parisien », 49 rue Noël Ballay, jeudi 4 mai, 18h30-20h.

Rencontre organisée dans le cadre des Cafés Historiques en Région Centre-Val de Loire.

Châteauroux : Café « Le Saint Hubert », 25 rue de la Poste, mercredi 7 juin, 18h30-20h.

Rencontre organisée dans le cadre des Cafés Historiques en Région Centre-Val de Loire

Illustration : Diogène Maillard, Vercingétorix devant César, 1879 (Société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, Collection du Conseil Général).

Enregistrer

Qu’est-ce qu’un chef dans l’Antiquité ?

Christian-Georges Schwentzel et Pierre-Édouard Deldique
Christian-Georges Schwentzel et Pierre-Édouard Deldique

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, sera l’invité de Pierre-Édouard Deldique, dans l’émission Idées, diffusée sur RFI (Radio France Internationale), dimanche 16 avril, de 17h10 à 18h.

Thème de l’émission : Qu’est-ce qu’un chef ? Quand les premiers souverains sont-ils apparus ? Comment ont-ils fait pour imposer leur autorité à leurs peuples ? Pourquoi les hommes ont-ils toujours eu besoin de chefs ? Christian-Georges Schwentzel tentera de répondre à ces questions à partir des exemples d’Alexandre le Grand, de Jules César ou encore d’Akhenaton.

Après sa première diffusion, l’émission pourra à nouveau être écoutée sur le site de RFI.

Illustration : Stèle d’Amenophis IV. Akhenaton et Nefertiti (Musée du Caire, salle d’Akhenaton, Licence Creative Commons, Jean-Pierre Dalbéra).

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques

La prochaine séance des Mercredis du CRULH concerne l’histoire ancienne, puisqu’elle accueillera Audrey Becker (Université de Lorraine) autour du sujet : « Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques ». La séance se tiendra à Nancy, le 15 mars 2017, en salle A412 (bâtiment A) du Campus Lettres et Sciences Humaines, boulevard Pierre Ier,  à 18h.

Les notions de frontière et de diplomatie ont toutes deux la particularité d’être inexistantes en tant que telles dans le vocabulaire des documents tardo-antiques. Il s’agit de notions fortement marquées par une construction à l’époque moderne et variant au gré des idéologies nationales, coloniales ou européennes. Par ailleurs, essentiellement dans les mains des juristes jusqu’au début du XXe siècle, ces thèmes ont fait l’objet d’une réappropriation par les historiens. L’étude de ces notions s’appuie aujourd’hui sur un important travail de déconstruction des préjugés. Ainsi, il a quasiment fallu attendre les années 1980 pour envisager que les Romains « négocient » avec les barbares. Après avoir rappelé ce cadre épistémologique, cette conférence s’attachera à montrer ce qu’on peut dire de la frontière dans les relations diplomatiques tardo-antiques.

Illustration : Eduard Bendemann, Athanaric et Valens sur le Danube, vers 1860, gravure colorisée.

 

Débat autour d’Hypatie d’Alexandrie et d’Agora d’Alejandro Amenábar

Le Cercle des Étudiants en Histoire de l’Université de Lorraine organise une soirée débat autour de la figure de la mathématicienne antique Hypatie d’Alexandrie et du péplum d’Alejandro Amenábar, Agora (2009). La séance se tiendra le jeudi 2 mars en salle A226 à 18h. et sera animée par Hervé Huntzinger.

Alfred Seifert, Hypatia, 1901 (Wikimedia Commons).

Film important de la nouvelle vague du péplum dans les années 2009, Agora rappelle la figure complexe d’Hypatie d’Alexandrie, fille du philosophe Cléon d’Alexandrie, assassiné par des fanatiques chrétiens en 415 de notre ère. Son histoire, rapportée par Socrate de Constantinople et par sa propre correspondance avec l’évêque Synésios de Cyrène, laisse planer le doute sur les responsabilités de l’évêque Cyrille d’Alexandrie. Les différentes traditions se sont emparées d’Hypatie soit pour insister sur la responsabilité de l’église dans son meurtre (c’est-à-dire souvent l’église catholique), soit pour la minorer en insistant sur l’opposition populaire déclenchée par une « maîtresse d’école » trop subversive.

Dans ce cadre, le film d’Alejandro Amenábar prend position dans un débat général sur le rôle de l’église et du christianisme dans les transformations du monde tardif et sur la place de la religion dans le monde moderne.

 

Illustration : Raphaël, L’École d’Athènes, Vatican, chambre des signatures, 1509-1510. Hypatie est le personnage en blanc à gauche, qui regarde en direction du spectateur. Il s’agit de la première réapparition du personnage dans la culture moderne.

Enregistrer

La Plaza del Grano de León menacée par un projet de rénovation

Comme nous accueillons parmi nous une étudiante originaire de León (Espagne), celle-ci a attiré l’attention de la communauté des historiens de l’Université de Lorraine sur le sort d’une des plus belles place de cette cité, fondée en 68 de notre ère et dont le nom même porte le souvenir d’avoir été une légion romaine (la legio VII Gemina). L’affaire ne concerne pas le patrimoine romain de la cité, mais la célèbre Plaza del Grano dont la configuration actuelle remonte au XIIe siècle.

L’ensemble patrimonial formé par l’église romane de Santa María del Camino o del Mercado, à León (Espagne) et sa splendide Plaza del Grano, avec laquelle elle forme un ensemble patrimonial homogène sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, risque d’être dénaturé de manière irréversible. Unique en Europe, cette place médiévale est en effet menacée par l’utilisation du ciment dans ses couches inférieures, en opposition avec l’avis des experts du patrimoine, notamment ceux qui sont déjà intervenu pour sa restauration dans les années 1980. La mairie, qui a ordonné les travaux, néglige également le rapport de l’ICOMOS (Conseil International des MOnuements et des Sites) demandé par l’UNESCO, qui stipule expressément que ce projet est contraire à la conservation du patrimoine culturel, ainsi que les avis des conservateurs-restaurateurs de Castille et León. L’utilisation du béton, ou d’autres matériaux similaires, peut entraîner des pertes plus graves pour ce sol, vu qu’il ne permet plus sa flexibilité et se respiration.

La raison de cette décision ne s’explique que par les intérêts économiques de la mairie, alors même que les restaurateurs précédents, les frères Seoane, s’offrent à faire les travaux de manière gratuite en utilisant la méthode traditionnelle.

La situation est préoccupante, car les travaux ont commencé et les dégâts sont déjà nombreux. Bien que les travaux initiés n’affectent pour l’instant que les rues des alentours, le pavement de cailloux de la place ne résiste pas au poids des machines qui passent à la surface. Le maire ne respecte pas l’interdiction faite par l’UNESCO aux camions et autres véhicules d’y rouler. Les habitants ont essayé d’éviter cette invasion sans succès ; la police intervient toujours. Ensuite, les prochaines victimes seront les troittoirs de la place, jusqu’à intervenir dans l’âme même de cet emblème de la ville. C’est une atteinte majeure au patrimoine.

Une intervention est, certes, nécessaire, mais il convient d’employer une méthode appropriée, traditionnelle et respectueuse du patrimoine. Les habitants de León demandent de ne pas altérer le caractère unique et l’authenticité de cette place. Il faut préserver le pavement de la place dans l’optique d’une conservation préventive. Cette place est le seul témoignage qui reste d’un urbanisme par ailleurs disparu et risque, avec le projet municipal de devenir un faux-historique.

La communauté des antiquisants de Nancy s’associe à cette revendication.

Voir le site de l’association Salvemos la plaza del Grano.

Signer la pétition sur change.org.

 

La fabrique des chefs : d’Akhénaton à Donald Trump

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’Histoire grecque à l’Université de Lorraine, publie, ce jour même aux Éditions Vendémiaire, La fabrique des chefs : d’Akhénaton à Donald Trump (Éditions Vendémiaire, Paris, 2017, 288 pages).

Comment furent inventés les rois, pharaons, tyrans, empereurs et autres souverains antiques ? Comment ont-ils conquis leur pouvoir, emporté l’adhésion des foules ? D’Akhenaton à Constantin, en passant par Alexandre le Grand et Jules César, on explore ici, sous ses formes les plus diverses, l’élection d’un homme parmi tous les autres, fondement des pensées politiques de l’Antiquité. De la royauté divine égyptienne au chef romain, prétendument démocrate, en passant par le conquérant entraînant ses armées au nom de la lutte du Bien contre le Mal, nombre de pratiques et de théories du pouvoir inventées dans les premiers siècles de notre histoire étaient appelées à une longue postérité : on les retrouve, quasiment identiques, dans les régimes du XXIe siècle – jusqu’aux démocraties réputées les plus évoluées…

Illustration : Mosaïque d’Alexandre le Grand (Pompéi, Maison du Faune, vers 100 avant J.-C.;  Wikimedia Commons).

Les processus de romanisation dans les provinces de l’Empire romain

Dans le cadre du programme du Deutsche Archäologische Institut, Forschungscluster 6: Connecting cultures, Andreas Gutsfeld (Université de Lorraine) et Stefan Lehmann (Universität Halle) organisent un colloque intitulé « Les processus de romanisation dans les provinces de l’Empire romain » à Olympie (Grèce) du 5 au 9 octobre 2016.

Après la conquête du bassin méditerranéen par Rome (du IIIe au Ier siècle av. J.-C.), les populations soumises sont confrontées à la diffusion des modèles de la civilisation romaine (citoyenneté romaine, institutions civiques, culte impérial, etc.). En adoptant à long terme ces modèles, ces populations se romanisent. Ce processus est marqué d’importants changements et innovations. Composé d’archéologues, historiens et numismates, le groupe de travail (appartenant au Forschungscluster 6 du Deutsche Archäologische Institut) étudie les processus de romanisation à l’exemple de sites archéologiques et d’une documentation souvent peu étudiés jusqu’à présent: Abydos, Samos, le Nord-ouest de la péninsule ibérique, les monnaies d’Hérode le Grand et de peuples germaniques.

Télécharger le programme détaillé.

 

Illustration : Temple de Zeus à Olympie (Ronny Siegel, Creative Commons).

Héros grecs à travers le temps. Autour de Persée, Thésée, Cadmos et Bellérophon

heros-grecs-couvertureNous avons le plaisir de vous annoncer la parution des actes du colloque Héros grecs à travers le temps. Autour de Persée, Thésée, Cadmos et Bellérophon qui s’était tenu à Metz du 28 au 30 mai 2015. L’ouvrage, édité par Laurence Baurain-Rebillard, paraît aux presses du CRULH.

Pourfendeurs de monstres terrifiants, les grands héros de la mythologie grecque ont aussi triomphé du temps. Repères majeurs de notre patrimoine culturel, ils ont exercé à toutes les époques un singulier pouvoir de fascination. Leur transmission s’est accompagnée d’un renouvellement constant, de reformulations tant visuelles que littéraires, en fonction des auteurs, du contexte, des commanditaires éventuels, du public visé. La symbolique liée au combat contre Méduse, le kètos, le Minotaure, le dragon ou encore la Chimère n’est jamais exactement la même, du geste civilisateur originel anéantissant les forces du chaos aux allusions politiques les plus circonstancielles, en passant par la victoire sur soi-même.

Le colloque réuni en mai 2015 avait donc pour objet d’étudier la transmission, à travers les siècles, les contextes et les formes d’expression, de quatre héros grecs, Bellérophon, Cadmos, Persée et Thésée. Dans une perspective diachronique d’ensemble couvrant plus de trois millénaires et demi, les contributions rassemblées dans ce volume font chacune le point sur des époques ou des moments différents, à partir de sources variées. Ces regards d’historiens, d’archéologues, d’historiens de l’art, de littéraires, s’arrêtent en général sur un seul de ces héros, faisant la part belle à Persée et à Thésée, dans des études qui souvent se font écho les unes aux autres.

Télécharger le flyer.

Pour plus d’information et pour commander sur le site du CRULH.

 

Enregistrer

Publication : Des Grecs et des Italiens à Éphèse

CouvertureNous avons le plaisir d’annoncer la parution le 18 août de l’ouvrage de François Kirbihler, Des Grecs et des Italiens à Éphèse. Histoire d’une intégration croisée (133 a.C.-48 p.C.) dans la collection Scripta Antiqua (n°88) des Éditions Ausonius de l’Université de Bordeaux.

L’ouvrage est disponible dans le catalogue de la collection Scripta Antiqua (500p., 25€).

Cet ouvrage étudie le devenir d’une cité grecque, Éphèse, durant la période de transformations qui correspond à l’époque tardo-hellénistique et aux début du Principat. Les années entre 133 a.C. et 48 p.C. voient l’intrusion de Rome en Asie Mineure, l’acceptation par les Grecs de la domination romano-italique, et l’entrée des immigrants italiens dans les subdivisions civiques d’une ville devenue entre-temps capitale provinciale. Il s’agit donc de l’histoire d’une intégration croisée, à l’intersection de la création d’un empire « mondial » et d’une provincialisation réussie. L’ouvrage s’interroge également sur la place de Rome dans une grande cité portuaire grecque ouverte aux influences extérieures et sur l’intégration des immigrants dans la cité locale. Une cité grecque devient ainsi la ville d’Asie Mineure dans laquelle l’influence et la présence de Rome sont les plus visibles : les institutions et l’urbanisme évoluent pour traduire cette nouvelle réalité dans la vie politique locale, les pratiques religieuses ainsi que les constructions. Éphèse en sort durablement transformée.

Illustration : Inscription commémorant la restauration du temple d’Artémis et d’Auguste à Éphèse (CIL III 6070 = IEphes. 1522 = ILS 97, Rome, Musée de la Civilisation Romaine).

 

Enregistrer

Enregistrer

Cléopâtre : reine ou courtisane ?

Cléopâtre était-elle vraiment si belle ? Saviez-vous qu’elle avait  « inventé » le luxe ? Menait-elle une vie dé débauche ? S’est-elle bien donné la mort à l’aide d’un serpent ?

Christian-Georges Schwentzel a répondu à toutes ces questions le 2 juillet dernier à l’antenne de l’émission La curiosité est un vilain défaut sur RTL.

Vous pouvez réécouter l’émission sur le site de RTL.

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire grecque à Metz, est l’auteur de Cléopâtre, la déesse reine paru chez Payot.

Illustration : Affiche du film Marc Antoine et Cléopâtre (Marcantonio e Cleopatra) d’Enrico Guazzoni (1913).

Rencontre des antiquisants de la Grande Région / Treffen der Althistoriker der Großregion

L’Université de Luxembourg organise le 17 juin 2016 une première rencontre des historiens antiquisants de la Grande Région (Sarre, Luxembourg, Wallonie, Lorraine) à la Maison des Sciences Humaines de Belval. Les enseignants-chercheurs des différentes universités représentées présenteront leurs projets de recherches en cours en vue de développer les collaborations dans le cadre de la Grande Région.

Die Universität Luxemburg organisiert am 17. Juni 2016 das erstes Treffen der Althistoriker der Großregion (Saarland , Luxemburg, Wallonien, Lothringen) im Maison des Sciences Humaines  (Belval). Die Forscher aus den verschiedenen Universitäten werden ihre Forschungsprojekte vorzustellen, um Zusammenarbeit in die Großregion zu entwickeln.

Das Programm herunterladen / Télécharger le programme.

Colloque « Antiochos III et l’Orient »

Christophe Feyel et Laetitia Graslin-Thomé organisent à Nancy un colloque intitulé « Antiochos III et l’Orient ». Il se tiendra les 6, 7 et 8 juin 2016 au Campus Lettres et Sciences Humaines, 23 boulevard Albert Ier, Nancy, bâtiment A, salle A104.

Paru il y a plus de vingt ans, l’ouvrage de A. Kuhrt et S. Sherwin-White, From Samarkhand to Sardis, a modifié la manière de concevoir l’Empire séleucide, jusque là trop souvent observé par le biais de sa seule façade méditerranéenne. Il a conduit les chercheurs à porter un regard nouveau sur les sources dans toute leur diversité : inscriptions, monnaies, textes littéraires, sources judéennes ou cunéiformes, etc. La meilleure prise en compte de ces documents a permis de mieux apprécier la manière dont s’est constituée, maintenue, puis effondrée la royauté séleucide.

Prenant acte de ces acquis de la recherche récente, une série de colloques organisés à Nancy s’attachent à apprécier les évolutions du monde séleucide. Un précédent colloque, organisé en 2012, avait été consacré à Antiochos IV. Il avait montré que certains des problèmes traités par Antiochos IV trouvaient leur origine sous le règne de son père.

En conséquence, il semble maintenant nécessaire de réexaminer l’œuvre d’Antiochos III en Orient. Les travaux que J. Ma a consacrés à la reconquête séleucide de l’Asie mineure ont en effet prouvé qu’Antiochos III avait su adapter la dynastie séleucide à un monde composé de cités grecques. Il est ainsi parvenu à réinstaller en Asie mineure occidentale un pouvoir séleucide qui en était absent depuis les années 240. Mais, dans les parties orientales de l’empire séleucide, le problème se posait de manière sensiblement différente : ces régions ne comprenaient que très peu de cités ; l’organisation sociale et politique y était totalement différente. Quel type de relations Antiochos III a-t-il mis en place avec ces communautés ? A-t-il, comme en Asie Mineure, cherché à construire un mode de relation stable avec les populations orientales? Et si oui, de quelle manière, et avec quels interlocuteurs ? Les évolutions auxquelles Antiochos III doit faire face en Orient sont multiples : tendances centrifuges apparues dès le début du règne, nécessité de trouver des soutiens locaux, place nouvelle des populations hellénisées, interventions de puissances étrangères.

Télécharger l’affiche.

Télécharger le programme.