Tous les articles par Hervé Huntzinger

Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques

Le thème du séminaire de spécialisation en Archéologie est consacré cette année au montage d’une exposition sur des autels gallo-romains dans le Musée archéologique de l’Université de Lorraine (inauguration en janvier) et à une réflexion sur le fonctionnement des autels dans le monde gréco-romain.

En amont de cette exposition est organisée une journée d’étude intitulée « Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques » le 6 novembre prochain, en salle internationale, 91 avenue de la Liberation à Nancy.

Télécharger le programme.

Illustration : Lawrence Alma-Tadema, The Vintage Festival, 1871 (The National Gallery of Victoria, Melbourne ; CC Wikimedia Commons).

Éphèse en mutation : les cultes nouveaux et les prêtresses d’Artémis

Le 31 mai 2017, François Kirbihler, dans le cadre du Seminar für Alte Geschichte de l’Albert-Ludwigs-Universität de Fribourg (Allemagne), donnera une conférence intitulée « Ephesos im Wandel : neue Kulte und Artemispriesterinnen. [Ephèse en mutation : les cultes nouveaux et les prêtresses d’Artémis] ». La conférence aura lieu à 18h. en salle HS 1098 (KG1).

La conférence explicite quelques résultats de recherche concernant les notables éphésiens ; elle présente ensuite un nouveau culte de Rome et du divin Jules dont l’existence résulte du croisement d’une inscription fragmentaire (RS 24), de monnaies (RPC 2570-2574), ainsi que d’une liste éponymique (IvE 9) ; elle présente enfin les nouvelles prêtresses d’Artémis qui sont attestées à partir de 31/29 av. J.-C. à l’Artémision.

Der Vortrag erläutert zunächst einige Forschungsergebnisse bezüglich der ephesischen Honoratioren ; er stellt dann einen neuen Kult der dea Roma und des divus Iulius vor, der sich aus der Kreuzung eines Inschriftenfragments (RS 24), Münzen (RPC 2570-2574), und der Eponymenliste IvE 9 ab 40 v. Chr. ergibt, und beschreibt schliesslich die (neuen Haupt-) Artemispriesterinnen, die es ab 31/29 v. Chr. am Artemision gab.

Voir le programme complet du séminaire.

Illustrations : RS 24 et Artémis d’Éphèse (©François Kirbihler).

 

Séminaire International d’Histoire Ancienne : séance des masterants

Mardi 23 avril, nous aurons le plaisir d’accueillir trois masterants, qui présenteront leurs travaux. La séance se tiendra en salle A104 à 10h30. Le séminaire d’histoire antique permet cette fois à des étudiants de s’exprimer dans le cadre de leurs études sur leur travaux de fin de master.

Le premier sujet a pour thème « Séleucie du Tigre, capitale Séleucide », de Mylène Barbe, étudiante en Master d’Histoire antique. Cette première présentation sera suivie de celle de Loïc Eberhart, étudiant en Master d’Histoire antique (romaine), qui traitera des « Italiques à Cos. Essai d’histoire onomastique et sociale. » Enfin,  Aude Renaud, étudiante en Master d’histoire médiévale présentera son travail sur le « Culte des saints dans les doyennés d’Epinal, de Jorxey et de Remiremont au Moyen Âge ».

Tous les étudiants sont les bienvenus, en particulier ceux de L3 intéressés par un master et, bien entendu, ceux de Master, qui auraient l’occasion d’entendre leurs collègues. C’est également une bonne occasion pour les étudiants de Licence souhaitant entamer un master recherche qui peuvent ainsi interroger leurs aînés.

Programme :

Mylène Barbe : « Séleucie du Tigre, capitale séleucide ? »

Première fondation séleucide, Séleucie du Tigre, dès ses débuts, semble être bâtie pour devenir capitale du royaume. Pour autant, dans les ouvrages modernes, elle est souvent éclipsée par Antioche sur l’Oronte qui a bénéficié de nombreux travaux de recherche. La raison en est très surement le fait qu’elle n’ait pas elle-même bénéficié de synthèse globale. Grâce au recoupement des sources concernant Séleucie du Tigre, qui sont nombreuses et très diverses, l’objectif de mon mémoire de master, que je présente lors de cette conférence, est de comprendre le rôle qu’elle occupait dans le royaume séleucide entre le moment de sa fondation vers 300 av. J.-C. jusqu’à sa prise par les Parthes en 141  av. J.-C.

Loïc Eberhart : « Les Italiques à Cos. Essai d’histoire onomastique et sociale. »

La conquête des bords de la mer Égée, qui s’achève avec l’annexion du royaume de Pergame en 129 avant notre ère, crée un appel d’air, qui voit de nombreux Italiens émigrés en Asie Mineure. L’île de Cos constitue l’une des principales destinations actuellement recensées, grâce à l’apport de l’épigraphie.  Cette dernière malgré les difficultés qu’elle suppose permet de connaître un peu mieux l’environnement social et économique dans lequel cette émigration s’est effectuée et comment les Italiens ont pu finir par s’intégrer sur le plan local.

Aude Renaud: « Culte des saints dans les doyennés d’Epinal, de Jorxey et de Remiremont au Moyen Âge »

Même si la figure du saint existe dans d’autres religions que le christianisme, c’est dans les sociétés chrétiennes que leur culte a pris une ampleur exceptionnelle au Moyen Âge, devenant ainsi une caractéristique essentielle de cette religion. Si cet aspect de la vie religieuse est répandu dans toute la chrétienté, chaque lieu semble avoir sa spécificité. D’où l’intérêt de travailler sur ces questions à l’échelle locale. Dans les Vosges, les doyennés d’Epinal, de Jorxey et de Remiremont encadrent la vallée de la Moselle. C’est un espace de passage qui subit différentes influences : régi par plusieurs autorités, c’est une zone de transition vers la Bourgogne, la Franche-Comté, la Champagne… Un lieu de passage est aussi un lieu d’échanges, notamment d’échanges culturels. Qu’en est-il dans le domaine du culte des saints ? Peut-on expliquer la présence des saints et l’importance de certains cultes par les flux et les jeux de pouvoir dans cet espace ?

Télécharger l’affiche.

Les dates de la saisons 2016-2017

Semestre 1 :

Bertrand Lançon6 Octobre 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Bertrand Lançon (Université de Limoges) : « Stilicon caméléon : Romain? Barbare? Païen? Chrétien ? Quelles frontières pour une ‘romanité hétérogène’ au début du Ves.? »

Compte-rendu.

s200_lerouge-cohen-charlotte20 Octobre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Charlotte Lerouge-Cohen (Université de Paris Ouest-Nanterre) : « Les rois parthes sont-ils des souverains hellénistiques ? Les Arsacides face aux institutions macédoniennes »

Compte-rendu.

sophie-photo-couleur-echelle10 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Sophie Laribi-Glaudel (Université de Lorraine) : « De Lamaštu à Lamia : les ‘croqueuses d’enfants’ dans le monde méditerranéen IIe-Ier millénaire »

Compte-rendu.

a-binsfeld24 Novembre 2016 -18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04) Andréa Binsfeld (Université de Luxembourg) : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive »

Semestre 2:

19 janvier 2017 – 18h.  (Bâtiment A, salle A216) Brigitte Lion (Université de Lille-3) et Cécile Michel (CNRS) : « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages »

16 février 2017 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment G, salle G04) – Philippe Blaudeau (Université d’Angers) : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage »

9 mars 2017 – 18h. Salle A104 – Helmut Schwaiger (Österreichisches Archäologisches Institut) : « Patricien, producteur, paysan : les fonctions multiples d‘un quartier urbain dans l‘Éphèse byzantine » [Patricien (Patrizier) – Producteur (Produzent) – Paysan (Bauer). Die vielfältigen Funktionen eines Stadtquartiers im byzantinischen Ephesos]

27 avril 2016 – 18h. Salle des Actes (Bâtiment A, Salle G04) – Christelle Fischer-Bovet (University of Southern California) : « Soldats, mobilité et zone de contact dans l’empire lagide (d’après les inscriptions) »

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.26.35Logo Hiscant-MA

 

 

Rencontre débat autour de la fabrique des chefs

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, présentera son dernier livre, La Fabrique des Chefs, d’Akhenaton à Donald Trump, éditions Vendémiaire, à l’occasion de 4 rencontres-débats :

Paris : Salon du Livre, Porte de Versailles, samedi 25 mars, Scène Agora, 14h-15h.

Débat animé par Éric Valmir (France Inter), en compagnie de Vladimir Fédorovski et Jana Jabbour.

Metz : Librairie « Autour du Monde », 44 rue de la Chèvre, mardi 2 mai, 18h30-20h.

Rencontre organisée par l’association Kallirhoé.

Chartres : Bar « Le Parisien », 49 rue Noël Ballay, jeudi 4 mai, 18h30-20h.

Rencontre organisée dans le cadre des Cafés Historiques en Région Centre-Val de Loire.

Châteauroux : Café « Le Saint Hubert », 25 rue de la Poste, mercredi 7 juin, 18h30-20h.

Rencontre organisée dans le cadre des Cafés Historiques en Région Centre-Val de Loire

Illustration : Diogène Maillard, Vercingétorix devant César, 1879 (Société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, Collection du Conseil Général).

Enregistrer

Qu’est-ce qu’un chef dans l’Antiquité ?

Christian-Georges Schwentzel et Pierre-Édouard Deldique
Christian-Georges Schwentzel et Pierre-Édouard Deldique

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Lorraine, sera l’invité de Pierre-Édouard Deldique, dans l’émission Idées, diffusée sur RFI (Radio France Internationale), dimanche 16 avril, de 17h10 à 18h.

Thème de l’émission : Qu’est-ce qu’un chef ? Quand les premiers souverains sont-ils apparus ? Comment ont-ils fait pour imposer leur autorité à leurs peuples ? Pourquoi les hommes ont-ils toujours eu besoin de chefs ? Christian-Georges Schwentzel tentera de répondre à ces questions à partir des exemples d’Alexandre le Grand, de Jules César ou encore d’Akhenaton.

Après sa première diffusion, l’émission pourra à nouveau être écoutée sur le site de RFI.

Illustration : Stèle d’Amenophis IV. Akhenaton et Nefertiti (Musée du Caire, salle d’Akhenaton, Licence Creative Commons, Jean-Pierre Dalbéra).

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques

La prochaine séance des Mercredis du CRULH concerne l’histoire ancienne, puisqu’elle accueillera Audrey Becker (Université de Lorraine) autour du sujet : « Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques ». La séance se tiendra à Nancy, le 15 mars 2017, en salle A412 (bâtiment A) du Campus Lettres et Sciences Humaines, boulevard Pierre Ier,  à 18h.

Les notions de frontière et de diplomatie ont toutes deux la particularité d’être inexistantes en tant que telles dans le vocabulaire des documents tardo-antiques. Il s’agit de notions fortement marquées par une construction à l’époque moderne et variant au gré des idéologies nationales, coloniales ou européennes. Par ailleurs, essentiellement dans les mains des juristes jusqu’au début du XXe siècle, ces thèmes ont fait l’objet d’une réappropriation par les historiens. L’étude de ces notions s’appuie aujourd’hui sur un important travail de déconstruction des préjugés. Ainsi, il a quasiment fallu attendre les années 1980 pour envisager que les Romains « négocient » avec les barbares. Après avoir rappelé ce cadre épistémologique, cette conférence s’attachera à montrer ce qu’on peut dire de la frontière dans les relations diplomatiques tardo-antiques.

Illustration : Eduard Bendemann, Athanaric et Valens sur le Danube, vers 1860, gravure colorisée.

 

Débat autour d’Hypatie d’Alexandrie et d’Agora d’Alejandro Amenábar

Le Cercle des Étudiants en Histoire de l’Université de Lorraine organise une soirée débat autour de la figure de la mathématicienne antique Hypatie d’Alexandrie et du péplum d’Alejandro Amenábar, Agora (2009). La séance se tiendra le jeudi 2 mars en salle A226 à 18h. et sera animée par Hervé Huntzinger.

Alfred Seifert, Hypatia, 1901 (Wikimedia Commons).

Film important de la nouvelle vague du péplum dans les années 2009, Agora rappelle la figure complexe d’Hypatie d’Alexandrie, fille du philosophe Cléon d’Alexandrie, assassiné par des fanatiques chrétiens en 415 de notre ère. Son histoire, rapportée par Socrate de Constantinople et par sa propre correspondance avec l’évêque Synésios de Cyrène, laisse planer le doute sur les responsabilités de l’évêque Cyrille d’Alexandrie. Les différentes traditions se sont emparées d’Hypatie soit pour insister sur la responsabilité de l’église dans son meurtre (c’est-à-dire souvent l’église catholique), soit pour la minorer en insistant sur l’opposition populaire déclenchée par une « maîtresse d’école » trop subversive.

Dans ce cadre, le film d’Alejandro Amenábar prend position dans un débat général sur le rôle de l’église et du christianisme dans les transformations du monde tardif et sur la place de la religion dans le monde moderne.

 

Illustration : Raphaël, L’École d’Athènes, Vatican, chambre des signatures, 1509-1510. Hypatie est le personnage en blanc à gauche, qui regarde en direction du spectateur. Il s’agit de la première réapparition du personnage dans la culture moderne.

Enregistrer

La Plaza del Grano de León menacée par un projet de rénovation

Comme nous accueillons parmi nous une étudiante originaire de León (Espagne), celle-ci a attiré l’attention de la communauté des historiens de l’Université de Lorraine sur le sort d’une des plus belles place de cette cité, fondée en 68 de notre ère et dont le nom même porte le souvenir d’avoir été une légion romaine (la legio VII Gemina). L’affaire ne concerne pas le patrimoine romain de la cité, mais la célèbre Plaza del Grano dont la configuration actuelle remonte au XIIe siècle.

L’ensemble patrimonial formé par l’église romane de Santa María del Camino o del Mercado, à León (Espagne) et sa splendide Plaza del Grano, avec laquelle elle forme un ensemble patrimonial homogène sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, risque d’être dénaturé de manière irréversible. Unique en Europe, cette place médiévale est en effet menacée par l’utilisation du ciment dans ses couches inférieures, en opposition avec l’avis des experts du patrimoine, notamment ceux qui sont déjà intervenu pour sa restauration dans les années 1980. La mairie, qui a ordonné les travaux, néglige également le rapport de l’ICOMOS (Conseil International des MOnuements et des Sites) demandé par l’UNESCO, qui stipule expressément que ce projet est contraire à la conservation du patrimoine culturel, ainsi que les avis des conservateurs-restaurateurs de Castille et León. L’utilisation du béton, ou d’autres matériaux similaires, peut entraîner des pertes plus graves pour ce sol, vu qu’il ne permet plus sa flexibilité et se respiration.

La raison de cette décision ne s’explique que par les intérêts économiques de la mairie, alors même que les restaurateurs précédents, les frères Seoane, s’offrent à faire les travaux de manière gratuite en utilisant la méthode traditionnelle.

La situation est préoccupante, car les travaux ont commencé et les dégâts sont déjà nombreux. Bien que les travaux initiés n’affectent pour l’instant que les rues des alentours, le pavement de cailloux de la place ne résiste pas au poids des machines qui passent à la surface. Le maire ne respecte pas l’interdiction faite par l’UNESCO aux camions et autres véhicules d’y rouler. Les habitants ont essayé d’éviter cette invasion sans succès ; la police intervient toujours. Ensuite, les prochaines victimes seront les troittoirs de la place, jusqu’à intervenir dans l’âme même de cet emblème de la ville. C’est une atteinte majeure au patrimoine.

Une intervention est, certes, nécessaire, mais il convient d’employer une méthode appropriée, traditionnelle et respectueuse du patrimoine. Les habitants de León demandent de ne pas altérer le caractère unique et l’authenticité de cette place. Il faut préserver le pavement de la place dans l’optique d’une conservation préventive. Cette place est le seul témoignage qui reste d’un urbanisme par ailleurs disparu et risque, avec le projet municipal de devenir un faux-historique.

La communauté des antiquisants de Nancy s’associe à cette revendication.

Voir le site de l’association Salvemos la plaza del Grano.

Signer la pétition sur change.org.

 

Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage

Le 16 février, à 18 heures, dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, Philippe Blaudeau, professeur d’histoire romaine à l’Université d’Angers, présentera une conférence intitulée : « Un projet historiographique ambitieux et trop méconnu : le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum de Liberatus de Carthage ». La conférence se tiendra à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines et Sociales, Salle des Actes (Bâtiment G, salle 04).

L’ouvrage de Liberatus, diacre de l’Église de Carthage, le Breviarium causae nestorianorum et eutychianorum consiste en un opuscule traitant en 24 chapitres des controverses christologiques en Orient, depuis la prédication de Nestorius jusqu’à la promulgation du 1er édit de Justinien contre les Trois Chapitres (428-544). Sans doute composé peu avant 566, cette narration forme un condensé original d’informations ecclésiastiques de grande importance. Le travail du diacre carthaginois se distingue spécialement par une richesse d’information peu commune. Il dispense une connaissance d’autant moins partagée par ses contemporains, clercs ou laïcs, de Proconsulaire et des autres provinces d’Afrique, qu’elle procède d’un cours événementiel dont ils ont été très largement tenus à l’écart. Ce récit n’en est pas moins un remarquable projet historiographique. Car, en qualifiant son ouvrage de breviarium, Liberatus ne semble pas toujours tenir le caractère concis de son propos pour une exigence première. Mieux, il paraît s’inspirer volontiers du modèle des Histoires ecclésiastiques jusqu’à citer in extenso des documents majeurs (tel l’Hénotique de l’empereur Zénon, 482). De la sorte, il propose une interprétation qui invalide l’initiative principale prise par Justinien en matière de politique ecclésiastique après 540 : la condamnation des Trois Chapitres.

Télécharger l’affiche.

La fabrique des chefs : d’Akhénaton à Donald Trump

Christian-Georges Schwentzel, professeur d’Histoire grecque à l’Université de Lorraine, publie, ce jour même aux Éditions Vendémiaire, La fabrique des chefs : d’Akhénaton à Donald Trump (Éditions Vendémiaire, Paris, 2017, 288 pages).

Comment furent inventés les rois, pharaons, tyrans, empereurs et autres souverains antiques ? Comment ont-ils conquis leur pouvoir, emporté l’adhésion des foules ? D’Akhenaton à Constantin, en passant par Alexandre le Grand et Jules César, on explore ici, sous ses formes les plus diverses, l’élection d’un homme parmi tous les autres, fondement des pensées politiques de l’Antiquité. De la royauté divine égyptienne au chef romain, prétendument démocrate, en passant par le conquérant entraînant ses armées au nom de la lutte du Bien contre le Mal, nombre de pratiques et de théories du pouvoir inventées dans les premiers siècles de notre histoire étaient appelées à une longue postérité : on les retrouve, quasiment identiques, dans les régimes du XXIe siècle – jusqu’aux démocraties réputées les plus évoluées…

Illustration : Mosaïque d’Alexandre le Grand (Pompéi, Maison du Faune, vers 100 avant J.-C.;  Wikimedia Commons).

Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages

Brigitte Lion
Brigitte Lion

À l’occasion de l’exposition « » et dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, nous aurons le plaisir d’accueillir Brigitte Lion, professeure d’histoire du Proche Orient Ancient et Cécile Michel, directrice de recherche au CNRS, pour une conférence intitulée « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages ». La conférence se tiendra à la BU du CLSH (rez-de-chaussée), le jeudi 19 janvier à 18h.

cecile_michel
Cécile Michel

L’écriture de la Mésopotamie antique est qualifiée de cunéiforme, ce qui signifie que les signes ont une forme de clous ou de coins (cuneus). Ces signes ont été utilisés pendant plus de 3000 ans, non seulement en Mésopotamie, mais  aussi au-delà, sur une très vaste aire géographique allant de l’Anatolie à l’Égypte, de la Mer méditerranée au Golfe arabo-persique. Dans toute cette zone, des centaines de milliers de tablettes couvertes d’inscriptions cunéiformes ont été trouvées.

Lettre d'Amarna (Louvre, AO 7098).
Lettre d’Amarna (Louvre, AO 7098).

Ces écritures ont été redécouvertes d’abord par les premiers voyageurs qui ont exploré ces régions oubliées et en ont rapporté les premières copies d’inscriptions, puis par les diplomates du XIXe siècle, qui ont été les premiers archéologues de Mésopotamie. Leur déchiffrement a été une entreprise complexe, car cette écriture notait plusieurs langues différentes, selon des systèmes diffé

rents. Les signes, selon les langues qu’ils notent, peuvent avoir une valeur de logogrammes (chaque signe représente un mot), ou une valeur syllabique, ou encore une valeur de lettre (il s’agit alors d’alphabets). Un important matériel scolaire, trouvé sur les sites de Mésopotamie, a permis de reconstituer l’apprentissage des scribes.

 

Télécharger l’affiche.

Enregistrer

Cités et province d’Asie face aux autorités centrales

Dans le cadre de la formation à l’Agrégation externe  d’Histoire et interne d’Histoire-Géographie, François Kirbihler donnera à Clermont-Ferrand une conférence intitulée : « Un dialogue permanent : cités et province d’Asie face aux autorités centrales ». La conférence se tiendra le mercredi 7 décembre à 17h30 à l’ESPÉ, 36 avenue Jean Jaurès à Chamalières (63400), en salle A005.

La conférence examine les conditions du dialogue entre les cités grecques d’Asie, le koinon de la province et les autorités centrales romaines, imperatores, Sénat et empereur, entre 70 av. J.-C. et 73 ap. J.-C. Le Sénat et/ou l’empereur concédaient et étaient garants des privilèges des cités, ce que le dossier épigraphique d’Aphrodisias permet (entre autres) de bien montrer. L’assemblée provinciale ou koinon, se réunissant à intervalles réguliers, était un interlocuteur important des autorités romaines : elle servait d’interface entre imperatores, Sénat et empereur d’une part, cités grecques d’autre part, aussi bien pour recevoir des injonctions romaines (impôts) que pour l’obtention de faveurs. Le koinon d’Asie fut un acteur important du culte impérial et un cadre de régularisation de la compétition entre cités. Enfin, les autorités centrales servaient également d’arbitre en cas de conflit judiciaire ou pour mettre fin à des divisions au sein de la cité.

Télécharger l’affiche.

Illustration : le mur des archives d’Aphrodisias (© Inscriptions of Aphrodisias, King’s College, London).

Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations

les-romains-des-barbares-couvertureNous avons le plaisir de vous annoncer la publication de l’ouvrage d’Alain Chauvot, Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations dans la collection du CRULH (n° 59). L’ouvrage, qui réunit 23 articles  d’Alain Chauvot, dont 3 inédits et de nombreux addenda, fait le point sur une trentaine d’année de réflexion autour de la question des représentations et relations entre les Romains et les « barbares ». Les études ont été réunies par Audrey Becker, Christel Freu, Olivier Huck et Hervé Huntzinger. L’ouvrage a été publié avec le soutien du CRULH (EA 3945) et de l’Hiscant-MA (EA1132).

À la fois construction mentale et réalité pour les Romains, les « barbares » sont intimement liés à l’histoire de Rome au point d’apparaître comme les « barbares » des Romains – même si cette définition ne rend que partiellement compte de leurs identités. Le présent ouvrage, qui rassemble vingt-trois textes écrits entre 1984 et 2016, propose quelques repères autour de deux questions indissociables : les représentations (usages et normes, corps et visages, portraits d’ennemis) ; les confrontations (immigration, guerre et paix, christianisation). Aux études originelles ont été ajoutés des compléments et mises à jour, un post scriptum, des indices (index onomastique, index thématique, index des sources) et une bibliographie générale. Prenant dans une large mesure pour cadre l’Antiquité tardive (fin IIIe – début VIe siècle après J.-C.), ce livre est une contribution à une histoire de l’altérité.

Télécharger les extraits.

Alain Chauvot, Les « barbares » des Romains. Représentations et confrontations, textes réunis par Audrey Becker et Hervé Huntzinger avec la collaboration de Christel Freu et Olivier Huck, Collection du CRULH, n° 59, Metz, 2016.

Prix: 25€.

ISBN: 2-85730-066-2.

Pour toute commande contacter :

CENTRE DE RECHERCHE UNIVERSITAIRE LORRAIN D’HISTOIRE UFR SHS-M
Île du Saulcy CS 60228
F-57045 METZ CEDEX 01

Christelle.creusat@univ-lorraine.fr
00 33 3 87 54 74 69

Illustration : arc de Galère (vers 303).

Une nouvelle klinè de la fin du IVe siècle av. J.-C. dans la région d’Amphipolis

Dans le cadre du séminaire d’archéologie gréco-romaine, Samuel Provost donnera une conférence le mardi 6 décembre à 18h. (Nancy, CLSH, salle A412) intitulée: « Une nouvelle klinè de la fin du IVe siècle av. J.-C. dans la région d’Amphipolis d’après les archives de Paul Perdrizet ».

Parmi les monuments inédits relevés par Paul Perdrizet (1870-1938) lors de sa mission de prospection archéologique et épigraphique de la région du Pangée (Macédoine orientale), en 1899, figure une rare klinè à décor sculpté polychrome. Paul Perdrizet en avait découvert de tout petits fragments lorsqu’il avait exploré une première fois une tombe de type dit « macédonien », sans doute peu de temps après son pillage, en novembre 1894, quelques kilomètres au nord d’Amphipolis. Lorsqu’il revint presque cinq ans plus tard dans la région, il n’eut de cesse de chercher les fragments disparus des deux lits funéraires dont il avait restitué l’emplacement dans la tombe. Il parvint à ses fins et localisa un pied et une partie de la frise de la façade d’une klinè. S’il les fit dessiner plus tard par un artiste de la fabrique Gallé, il ne publia pas cette découverte remarquable, perdue jusqu’à présent, comme les fragments eux-mêmes.

La conférence reviendra d’abord sur les conditions de cette découverte et les raisons de son oubli, avant d’examiner la place du monument dans le corpus de ces monuments funéraires macédoniens.

Télécharger l’affiche.

Rencontre scientifique autour des Lois de Gortyne

Vendredi 21 octobre 2016, dans le cadre du séminaire de linguistique des langues anciennes (G. Vottéro) est organisée une rencontre internationale autour des Lois de Gortyne (ou Code  de Gortyne) animée par Monique Bile (UL, spécialiste reconnue du dialecte crétois), avec la participation de M. Gagarin (PR Université d’Austin, Texas, spécialiste de droit et de littérature grecs antiques), A. Maffi (PR Université de Milan, juriste spécialiste du droit antique), et G. Seelentag (PR Université de Rostock, historien de l’Antiquité). La rencontre aura lieu en salle A160 (bâtiment A) de 14h. à 16h.

 

Ces Lois, qui constituent le plus ancien texte juridique du monde occidental (et un des plus anciens connus au monde), sont rédigées dans un dialecte complexe, au style très elliptique, et nécessitent une approche pluridisciplinaire large. Elles ont fait dernièrement l’objet de plusieurs publications. C’est donc ici l’occasion de confronter les points de vue de linguistes, juristes, historiens, archéologues et sociologues.

Cette rencontre est organisée avec le soutien de l’UFR Arts, Lettres, Langues de Nancy et du laboratoire HisCAnt-MA.

Télécharger l’affiche.