Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages

Brigitte Lion
Brigitte Lion

À l’occasion de l’exposition « » et dans le cadre du Séminaire International d’Histoire Ancienne, nous aurons le plaisir d’accueillir Brigitte Lion, professeure d’histoire du Proche Orient Ancient et Cécile Michel, directrice de recherche au CNRS, pour une conférence intitulée « Les écritures cunéiformes : déchiffrement, fonctionnement, usages ». La conférence se tiendra à la BU du CLSH (rez-de-chaussée), le jeudi 19 janvier à 18h.

cecile_michel
Cécile Michel

L’écriture de la Mésopotamie antique est qualifiée de cunéiforme, ce qui signifie que les signes ont une forme de clous ou de coins (cuneus). Ces signes ont été utilisés pendant plus de 3000 ans, non seulement en Mésopotamie, mais  aussi au-delà, sur une très vaste aire géographique allant de l’Anatolie à l’Égypte, de la Mer méditerranée au Golfe arabo-persique. Dans toute cette zone, des centaines de milliers de tablettes couvertes d’inscriptions cunéiformes ont été trouvées.

Lettre d'Amarna (Louvre, AO 7098).
Lettre d’Amarna (Louvre, AO 7098).

Ces écritures ont été redécouvertes d’abord par les premiers voyageurs qui ont exploré ces régions oubliées et en ont rapporté les premières copies d’inscriptions, puis par les diplomates du XIXe siècle, qui ont été les premiers archéologues de Mésopotamie. Leur déchiffrement a été une entreprise complexe, car cette écriture notait plusieurs langues différentes, selon des systèmes diffé

rents. Les signes, selon les langues qu’ils notent, peuvent avoir une valeur de logogrammes (chaque signe représente un mot), ou une valeur syllabique, ou encore une valeur de lettre (il s’agit alors d’alphabets). Un important matériel scolaire, trouvé sur les sites de Mésopotamie, a permis de reconstituer l’apprentissage des scribes.

 

Télécharger l’affiche.

Enregistrer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *